La destinée de l'Erade
Bienvenue à toi, étranger !
Œuvre du hasard ou du destin, tu viens d’arriver aux portes d’un monde nouveau, celui d’Erade ; un univers aux secrets innombrables où cohabitent des cultures différentes et où la magie se lie à chaque être, dés sa naissance. Tu connaitras l’amour, l’amitié et de grands moments que tu n’oublieras jamais mais aussi de la tristesse, une noirceur dont tu ne te connaissais pas l’existence et qui sommeille pourtant en toi. Ce monde possède des horizons différents, des histoires liées entres elles et tu apprendras par la suite que rien n’arrive par hasard. Tu peux fuir ou rejoindre l’aventure mais n’oublie jamais qu’ici, chacun de tes actes changera le cours de notre histoire, celle que l’on écrit tous ensemble, la destinée de l’Erade.



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Prologue : Le nouvel Anémonius [PV, with me^^]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Magnus Anémonius

Magnus Anémonius

Masculin
Nombre de messages : 43
Age : 29
Camp : Maléfique
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Prologue : Le nouvel Anémonius [PV, with me^^]   Ven 9 Juil - 21:08

[HJ : N'ayant malheureusement pas pu aller jusqu'au bout de mes objectifs commun avec Thanos (au vu de son dépars prématuré), je me suis permis d'écrire un sujet personnel relatant ce qui était plus ou moins sensé arriver entre lui et moi. Et ce qu'il était advenu de Magnus après la mort de Thanos. Voili voilou Hey ]

[Flash Back]



La nuit qui tombait sur les Terres Oubliées gagnait peu à peu du terrain sur la clarté faiblissante dans les entrailles de son être...
...il ne la voyait même pas...
...ses prunelles sombres étaient plongées dans l'abîme d'un autre regard...un regard corrompu, malsain et irrévocablement maléfique, charriant à travers lui des échos d'amour transcendant et de souvenirs consumés qui jadis, l'avaient tant fait souffrir.
Aujourd'hui, la réalité était tout autre, l'Anémonius qu'il avait accepté de devenir laissait couler les souvenirs de tristesse à travers lui aussi subtilement qu'il avait laissé les paroles de perte et de mort du dragon de ses échecs passés qui lui rappelait comment Maraxia l'avait si souvent maltraité et s'était gaussé de lui durant sa tendre enfance...comment Vierna lui avait murmuré pour la dernière fois
"Je t'aime Magnus...pour toujours et à jamais." tandis que les légions du Chaos envahissaient la forteresse de son père, souffleter loin de son être alors qu'il écrasait mentalement la créature de sang froid sous le talon de sa botte pour lui faire rentrer ses paroles venimeuses dans la gorge. Il n'était plus ce garçon fragile, rescapée d'une famille qu'Alicia Anémonius et les Worlds Eather avaient décimés dans une nuit de sang et de flammes...il n'était plus ce héros pimpant qu'Airian avait jadis porté sur ses épaules et cajolé dans son écrin de douceur à l'époque où il pensait avoir trouver en le royaume des vents un nouveaux foyer, capable de faire chavirer dans l'oublie la noirceur de son héritage de sang...
...il n'était plus rien de tout cela.

Un sourire glacé, et d'une patience infinie se mua sur ses douces lèvres bleuies par le froid et les ténèbres qui grandissaient en lui...

...l'homme qui avait autrefois été un héros détourna un nouveau sortilège du plat de Morglistàl avec une sorte de mépris.
Morglistàl la dévoreuse d'âme, l'épée des Anémonius...
...sa tendre aimée.

De l'a faiblesse commençait à apparaître dans les yeux de Thanos et Magnus redoubla d'ardeur face à l'homme qui avait réveillé l'héritage obscure tapis au fond de lui. Et dans le sanctuaire d'Ohrmazd que l'aîné, et le plus fou des deux prince avait tenté de réveiller, la brillance d'obsidienne réverbérée par Morglistàl se ramifia à partir des mains de Magnus.
Ils étaient seul, tous les deux...
...et ils avaient des comptes à régler, pour tout le mal qu'ils s'étaient fait mutuellement l'un à l'autre. Pour le cas de Thanos, l'irrépressible nécessité d'éliminer l'ultime obstacle qui se dressait entre lui et le plus grand de tous les pouvoirs...pour Magnus, c'était une tout autre affaire, quelque chose de bien plus personnelle.
Thanos était tout ce à quoi avait servi sa chute vers les ténèbres...
À travers la pureté de ses paroles pleines de vices, il était venu avec une lame cachée derrière le dos. Thanos l'avait utilisé, façonné à sa manière pour le transformer en un symbole de peur et de perversion, et avait usé de ses faiblesses si
humaines pour le poignarder par derrière, l'éconduisant à commettre des crimes qu'il n'aurait jamais pensé, qu'il n'aurait jamais imaginé faire par le passé.
Mais à présent, tout cela était irrévocable, et tellement loin...

...seul comptait la mort de cet homme qu'il avait jadis aimé comme un frère et tenté en vain de ramener à la raison.
Une cause perdue...manipulé par Ismériën comme une poupée de chaire.
Il était temps de mettre fin à toute cette comédie.


Thanos : "Et tu penses réellement être de taille à m'arrêter Magnus (rire méprisant), il n'y a plus rien désormais qui ne puisse se dresser entre moi et Ohrmazd. Je vais t'écraser comme un vulgaire souillon et donnerais les morceaux restants en pâture à mes Veuves Noires."

Magnus : "Tu essaieras..."

Rectifia le plus jeune des deux hommes en chassant de son visage l'une de ses longues mèches de crépuscule.
Il s'élança au moment où son cousin lui fonçait dessus et leurs glaives, bourrés d'énergie crépitante, se rencontrèrent en plein vol.
Au-dessus d'eux le volcan répondit à leur fureur par un hurlement de feu...
...et tel est la mort de Thanos Anémonius.
Des étoiles fleurissent et entrent en éruption dans l'esprit de Magnus, et il découvre que la peur des ténèbres nichée dans son coeur peut également être une arme. C'est aussi simple...et aussi complexe.
Et c'est définitif.
Thanos est mort, le reste relève simplement du détail.
La bataille continue, cette histoire de sorcellerie, de lames entrecroisées, de claquement et de chuintements...mêlant la rage stylistique de Magnus à toute l'élégance raffiné dont faisait preuve son aîné en une explosion d'étincelles et d'arabesques argentées à chaque fois que leurs lames s'entrecroisaient...il étaient épuisés...et la sorcellerie qui émanait d'eux s'estompait lentement. Magnus profita de son avantage. Là où Thanos le surpassait en magie pure, lui, avait toujours été le plus doué au corps à corps. Se dressant de toute sa hauteur, il attaqua férocement...tournoyant, tourbillonnant, tailladant, tranchant et parant dans un balais de mort à couper le souffle, ses mouvements en devenant presque hiératiques. Chaque parcelle de son être avait été accordée pour réagir presque au quart de tour lorsqu'une béquille cédait dans la garde de son adversaire..son corps sculpté bougeant avec harmonie à travers l'espace temps, sa longue chevelure sauvage virevoltait autour de son beau visage en une frénésie guerrière...il était magnifique.

Ce cas de figure pouvait également être accordé à Thanos...
Chaque passe de son jeune cousin étaient détournées par une succession de fioritures énergétiques, sa lame runique dansant avec une grâce enivrante qui n'avait rien à voir avec la rage crépusculaire de ce dernier. Chacun de ses mouvements laissaient derrière lui une traînée de magie pourpre ruisselante, trahissant d'un corps plus fin, moins athlétique que celui de sa Némésis dont les courbes aux reliefs extrêmement dessinées tenaient plus du guerrier Malarian aux ondées charismatiques que du Sorcier perfide. Avec son physique androgyne, Thanos ne pouvait rivaliser en puissance brut avec Magnus.
Il cédait du terrain, et il le savait...son unique force résidait désormais dans sa maîtrise de la Magie Noire, et des occasion sournoises que lui conférait sa nature de Mage pour chercher une faille à travers son adversaire...
...sauf qu'il n'y en avait pas.

Magnus le regardait avec des yeux remplis de haine.

Lorsque Thanos fond sur lui, sabre au clair, le poing de Maraxia surgit de l'enfance de Magnus pour frapper avec violence sa Némésis et la projeter à terre, à la renverse. Lorsque, armé de tout le pouvoir qu'il peut drainer à travers l'univers, Thanos arrache par lévitation un fragment d'asphalte de la lave en fusion pour le lancer au visage de son cadet, la douce voix de Vierna Anémonius murmurant
"Je t'aime Magnus...pour toujours et à jamais." fait dévier le projectile de sa trajectoire.
Magnus était envahi par les fumées de son coeur dont les braises avaient depuis trop longtemps couvées...un grondement de tonnerre obscurcit son esprit. Jadis cette fumée noire et épaisse lui avait embrumé la tête, l'avait aveuglé et laissé se débattre dans le noir comme un stupide agneau sous l'étreinte d'un prédateur. Mais ici et maintenant, dans cette antichambre isolée, loin...très loin sous les entrailles du Crâne, le berceau d'Ohrmazd, toutes les barrières qui le protégeaient de ses propres ténèbres se sont effondrées et la terreur, et la fureur se déchaînent...
...et il les mets dans la bataille...
...il se les sorts de la tête, et dans son esprit, tout est clair comme de l'eau de roche.
Dans cette lucidité parfaite, Magnus Anémonius ne voit qu'une seule chose à faire.
Décider.
Et il le fait...
...il décide de
gagner.

Il décide que Thanos doit perdre sa main, et sa décision devient réalité...Morglistàl bouge au rythme de sa volonté et il sent le hurlement d'exaltation de l'arme maudite se répercuter à travers les parois de son esprit lorsqu'un slash d'argent noir découpe avec une précision chirurgicale le poignet ganté de Thanos dont les doigts s'étaient crispé convulsivement sur son épée aux runes mourantes.
Sa main tombe dans une traînée de sang écarlate qui s'étend autour d'elle, et le coeur de Magnus exulte à la chute de cette lame sans vie pour la manier.
Comme vidé, Thanos tombe à genoux, le visage livide, bouche bée tandis que Magnus, dressé de toute sa hauteur, le fixe avec des yeux d'Apollon noir...sans haine ni satisfaction aucune. Cette chose rampante...se ratatinant d'effrois devant lui ne pouvait être l'homme qu'il avait tant aimé et adulé durant son enfance...et pourtant...
...la vérité lui apparaissait désormais comme une immonde farce, pantomime aussi risible qu'illusoire sous l'andrinople figée de son regard à la noirceur oppressante.
Cette créature vaincu ne pouvait être Thanos...

...où était-ce lui qui avait changé ?


Magnus : "Toutes tes tentative de conquêtes...tes trahisons...ton égoïsme et tes caprice infantiles. Ce n'est pas le Thanos que j'ai connu autrefois. Tu as laissé tes rêves de pouvoirs s'emparer de toi et te dominer aussi sûrement qu'une pièce de cuivre brandit sous le regard avide d'un maquereau."

Il soupira...
...ses yeux sombres étaient emplie de tristesse lorsqu'il fit chatoyer la flamme d'Udun dans le creux de sa paume tendue.
Thanos le regarda avec des yeux mourants...levant son unique main pour demander grâce.


Magnus : "Non.............je ne te ferais pas ce cadeau."

La silhouette de son cousin disparut dans un tourbillon de feu noir.


--------------------


Lentement, ses paupières s’ouvrirent sur les ténèbres d’un autre monde…accoudé sur un trône de glace, son visage aux traits d’artiste reposant négligemment dans le creux de sa main, Magnus Anémonius laissa les effluves de souvenirs vieux de plus de cinq ans s’échapper hors de son esprit. Il était toujours aussi beau, mais la glace et les ténèbres semblaient avoir jouer sur son physique…
La chaire de son visage, autrefois légèrement halée était d’une pâleur cadavérique, adoptant désormais une couleur si semblable à l’albâtre figé de ces hautes statues qui avaient jadis fait la fierté du palais de son père. Des cernes sombres obscurcissaient son regard aux iris désormais nimbées d’un rouge renversant et ses lèvres pleines avaient déteint en un gris morbide. Sa longue crinière d’ébène était plus noire que jamais et cascadait farouchement autour de ce faciès d’Adonis qui avait autrefois fait le bonheur des dames d’Hyshnar. Le vent sifflait à travers les pics enneigés des Montagnes Maudites, s'engouffrant entre les congères et les roques gelés pour venir harceler le camp fortifier qui avait été érigé loin...loin des intrigues de Plénium et des tumultes qui sévissaient en Terres Oubliées...
...l'homme s'était exilé de tout cela, érigeant dans l'ombre les instruments qui causeraient un jours la chute de cette créature sans nom, maîtresse d'un Royaume qui ne lui revenait pas...

...mais il n'y arriverait pas seul...pas sans
leur aide...eux qui s'étaient autrefois ligués contre son propre sang, et avaient servit Râ dans le but d'annihiler tout ce qui faisait de sa lignée des Anémonius.
Un soupir ironique s'échappa de ses lèvres froides tandis qu'il se redressait pour chasser la fine pellicule de glace qui avait pris forme sur son corps sculpté.
...des siècles et des siècles s'étaient écoulés depuis cette époque où Râ et Anémonius avaient tenté de s'entretuer dans leur haine mutuelle...et ces deux incarnations de pouvoirs avaient quitté les terres d'Erade depuis tellement longtemps.
Une époque qui ne leur appartenait plus...
...et son royaume était plongé dans l'anarchie.

Une autre dictature ne servirait plus à rien...et à ses yeux les ténèbres ne pourraient s'épanouir qu'après avoir régler les différends qui opposaient les Élus du Chaos à la ligné Anémonius.
Magnus caressa du bout des doigts le pommeau de Moglistäl et il senti le gémissement de sa tendre aimée effleurer les affres de sa conscience avec une intimité familière.
Il ne s'en servirait pas cette fois...pas contre
eux en tout cas.
L'heure était désormais à la diplomatie et aux tendres promesses...

Orphéus et Radhamantys, ses deux généraux, l'attendaient silencieusement en bas des marches du trône de glace qui fondit presque instantanément derrière le beau ténébreux.


Un sourire discret se dessina sur son visage d'Ange des ténèbres lorsqu'il songea à Thanos...et à tous les Anémonius qui l'avaient précédé.


*Hmm...et je me retrouve finalement à réparer les conséquences de vos erreurs de jadis.*

Il n'eut pour toute réponse que le silence irréel des glaciers endormis et le sifflement du vent qui vint faire danser ses mèches nocturnes.

*...avouez que vous ne vous y attendiez pas.*

Il coula un regard en biais, vers Morglistàl.

*N'est-ce pas...Thanos ?*

Il sentit la chose emprisonnée dans la lame d'obsidienne remuer faiblement tandis que l'armée se mettait en marche.
Il la refoula dans les abîmes de sa geôle.
Revenir en haut Aller en bas
 

Prologue : Le nouvel Anémonius [PV, with me^^]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La destinée de l'Erade :: La Destinée de l'Erade :: ARCHIVES :: Archives RP-
Sauter vers: