La destinée de l'Erade
Bienvenue à toi, étranger !
Œuvre du hasard ou du destin, tu viens d’arriver aux portes d’un monde nouveau, celui d’Erade ; un univers aux secrets innombrables où cohabitent des cultures différentes et où la magie se lie à chaque être, dés sa naissance. Tu connaitras l’amour, l’amitié et de grands moments que tu n’oublieras jamais mais aussi de la tristesse, une noirceur dont tu ne te connaissais pas l’existence et qui sommeille pourtant en toi. Ce monde possède des horizons différents, des histoires liées entres elles et tu apprendras par la suite que rien n’arrive par hasard. Tu peux fuir ou rejoindre l’aventure mais n’oublie jamais qu’ici, chacun de tes actes changera le cours de notre histoire, celle que l’on écrit tous ensemble, la destinée de l’Erade.



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Drôle de bonhomme !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tixu Oty

Tixu Oty

Masculin
Nombre de messages : 6
Age : 25
Camp : Bénéfique
Date d'inscription : 26/03/2010

MessageSujet: Drôle de bonhomme !   Jeu 10 Juin - 14:53

Mon regard se promenait au loin. Le paysage était toujours le même : les mêmes arbres, les mêmes feuilles, les mêmes herbes. Je ne discernais rien de nouveau, pourtant j'avais un pressentiment que je ne parvenais guère à m'expliquer. Je sentais l'ombre du mal s'étendre davantage de jour en jour sur le monde, tel une malédiction. Ce n'était que ce que mon instinct me dictait. Quant à ma raison, elle me soufflait que ce n'était dû qu'au soleil qui me tapait sur la tête, peut-être devrais-je prendre une pause avant d'avoir droit à une sacré insolation. Récemment, j'étais devenu un Baron du Royaume d'Amilian d'un petit territoire aux abords du Royaume de Rugilian, à l'est de la cité de Terian.J'étais un peu désarçonné dans ma nouvelle fonction, il faut dire que je n'avais jamais reçu une éducation, autre que celle d'un soldat. Je ne comprenais décidément pas ma destinée, partir de l'état de simple prisonnier à soldat, ensuite anobli. Je ne savais pas si l'on pouvait qualifier cela de « chance », puisque des temps troublés s'annonçaient pour Érade. Bien que nul ne lui en avait fait part, j'en avais appris énormément grâce à l'un de mes pouvoirs que je maîtrisais : la perception de pensées instantanées d'autrui. J'appréciais énormément l'avantage que cela me procurait sur mes interlocuteurs, je pouvais ainsi dévoiler l'hypocrisie dans les paroles que l'on m'adressait et cela me facilitait grandement ma vie en tant que noble. Je ne m'y faisais d'ailleurs toujours pas. J'étais Baron. Je ne m'empêchais pas de penser que le destin était d'un capricieux surnaturel. Beaucoup demeurent stoïque devant ma soudaine ascension sociale. Après tout, dans la plupart des esprits, j'étais un criminel, un moins que rien, même mon grade au sein de l'armée n'y faisait strictement rien. Je commençais à divaguer, le soleil me tapait peut-être bien sur les tempes. Je me disais intérieurement que mes rondes le long de la frontière étaient vaines. Lorsque le mal avancera, rien ne l'arrêtera. Que pouvais-je faire, moi une unique petite âme, face au mal grandissant ? Je ne pouvais céder au désespoir, même si j'en avais vraiment envie. Seul la pensée de Naïa Phykit me réchauffa le cœur... Poussant un long soupir, je me résignais finalement à me diriger vers le village le plus proche, où j'avais connaissance d'une bonne auberge. Accompagnée d'une petite patrouille, je montais un hongre noir, nommé Aykan que j'aimais particulièrement. Donnant le signal du départ, nous nous élançâmes au galop vers notre destination.

Alors que l'on venait de passer au trot pour ménager nos montures, la silhouette d'un marcheur solitaire se profila à l'horizon. On rencontrait de nouvelles âmes tous les jours, cependant celle-ci m'intriguait. Sans même le voir, je ressentais une singularité unique émanant de cet être. « Qui était-il ? », pensai-je. J'aurais certainement donné beaucoup pour connaître son identité et son passé. Comme ce n'était que de la curiosité mal placée, je ne m'arrêtais pas lorsque nous passâmes à côté de lui. Je ne pus tout de même pas m'obliger à ne pas jeter un coup d'oeil, et sa vision raffermit mon avis : cette personne n'était anodine, elle tenait un rôle majeur dans la destinée de l'Érade.

Voilà maintenant plusieurs heures que j'étais assis à une table de l'auberge du petit village auquel nous avions prévu de faire une halte. J'avais beau vouloir m'éclaircir les idées, l'étranger dissimulé sous son capuchon croisé tout à l'heure me hantait l'esprit. Je n'arrêtais pas d'échafauder des hypothèses sur son identité et sur son passé. Lorsque je fus finalement arriver à me l'imaginer comme un démon, je ne résoudrais à stopper mon imagination débordante. Je trouvais pourtant bien étrange qu'une personne m'obsède ainsi. Exceptée Naïa Phykit pour qui j'entretenais des sentiments, rien de pareil ne m'était jamais arrivé. D'habitude, je n'aurais fait une pause dans ma ronde, surtout à cet endroit. Allait-on s'inquiéter de mon retard ? J'en doutais. Mon regard se perdit dans le fond de ma chope de bière qui n'était pas mauvaise, mais loin d'être fameuse. Parfois, il m'arrivait de me demander quelle aurait été ma vie comme simple fermier, ou artisan. Aurais-je été la même personne que maintenant ? Je bannis ses sombres pensées pour observer les soldats m'accompagnant qui ripaillaient, certainement jusqu'au petit matin. Dans d'autres circonstances, je les aurais sûrement sévèrement corrigé, mais là je n'en avais guère l'envie et le courage. Je sentais un poids nouveau sur mes épaules, je n'osais imaginer le fardeau que portaient les dirigeants. Mes membres se faisaient de plomb et je ne parvenais plus à bouger un cil. Un poids soudain s'abattit sur ma petite personne. Pourquoi me retrouvais-je donc à assumer une telle position ? Je commençais à me demander si seule la destinée était en jeu dans cette histoire...

Puis, ce fut le bordel. Un brouhaha phénoménale envahit la salle commune. Je compris seulement après quelques minutes, l'origine de cette agitation : l'étrange personne venait de pénétrer dans l'auberge. Comme tout le monde, je mis à disposition les secondes suivantes afin d'étudier le nouveau venu. Je l'avais reconnu grâce à son capuchon peu ordinaire dans les environs avec la température qu'il faisait en cette chaude journée. Je distinguais mal son visage, je devrais me rapprocher si je voulais le voir en détail. Je sentais tout de même la même aura que tout à l'heure autour de lui. Son aspect extérieur nous amènerait à le considérer comme un de ces sorciers maléfiques, mais je ne pouvais me résigner à le voir tout en noir, il devait avoir ne serait-ce qu'un petit de blancheur dans son âme. Quand je voulus lire ses pensées, j'affrontais un mur infranchissable, sans aucune prise. La même question s'imposa alors à moi : « Qui était-il ? »
Revenir en haut Aller en bas
Belgarath

Belgarath

Masculin
Nombre de messages : 153
Age : 30
Date d'inscription : 09/09/2009

MessageSujet: Re: Drôle de bonhomme !   Sam 12 Juin - 7:26

Saloperie de royaume, saloperie de Terre, saloperie de tout! Qu'est ce qui m'avait pris?? C'était bien la question que je me posais depuis que j'avais quitté la tour où j'avais rencontré Hathor et qu'elle m'avait révélé qui était Luhiel et que je devais la protéger, bien entendu que j'allais le faire, je le lui avais promis depuis le début de cette histoire, avant même de savoir qui elle était, avant même de savoir qui j'étais. Mais là s'en était trop... discuter avec un caillou, voir des Dieux, devenir un leader, le tout en quelques mois! Mais par la sainte culotte de la Déesse des Désirs qu'est ce qui m'avait entrainé là dedans? Et bien sur, descendre cette fichue montagne n'était pas suffisante, non, bien entendu, il avait fallut en plus qu'un sortilège m'oblige à choisir entre des nouvelles portes et on devine quoi? Et bien oui, une porte sur laquelle je pouvais me gourer et qui allait m'amener au plus loin de ma destination... Luhiel, je n'imaginais même pas ce à quoi j'allais avoir droit lorsque j'allais la retrouver après seulement un léger mot d'excuse déposé à la va vite sur la table avant de partir... j'hésitais encore entre l'indifférence et la rencontre avec ses griffes, bien que les deux pourraient logiquement se succéder sans que je ne puisse rien n'y faire...
Et foutue prairie! Alors que je divaguais dans mes pensées, j'entendais un cri venu des cieux, c'était ma phénix, m'avertissant qu'un groupe d'homme arrivait par l'ouest, prenant alors mes dispositions, j'avais recouvert ma tête de mon éternel capuchon, laissant les hommes passer au trot, bah oui quand on prend une porte dimensionnelle étonnamment on manque de moyen de locomotion après... le fait que je parle à un Dieu ne me faisait pas forcément plus les apprécier et encore moins les adorer...


"J'entends ce que tu penses..." avais je alors entendu dans mon esprit.

"Et je me moque de ce que vous pensez de ce que je pense..." avais je répondu à Aldur, alors que la troupe de cavalier passait non loin de moi, sans que je m'en soucis réellement, mais la voix du Dieu m'avait arrêté, ainsi cet homme pourrait m'être utile? Ou tout du moins, en dehors de l'utilité, il était quelqu'un qui correspondait au profil des hommes que je cherchais. Je n'eus pas véritablement le choix, faisant demi tour pour suivre la folle chevauchée je décidai d'envoyer Arianna en reconnaissance pour qu'elle m'indique leur situation. La route fut longue, la pierre était profondément ancré autour d'un plastron que je m'étais fait faire il y a quelques années de cela, pendant ma récente errance involontaire je l'avais transformé afin qu'il ne soit plus qu'un protège coeur sur lequel brillait la pierre, mais bien en dessous de tout mes vêtements, à même ma peau.

Plusieurs heures plus tard j'arrivais dans une auberge, bien entendu, l'effet de l'arrivée d'un voyageur solitaire attirait toujours les regard, notamment lorsque que moi, il avait dans les mains un bébé dans les bras d'âgé environ 6 mois aux yeux aussi rouge que le feu d'un volcan. C'est alors que je repérais celui que j'étais venu chercher, allant directement vers sa table, je retournais une chaise afin de pouvoir m'appuyer sur le dossier m'asseyant à califourchon, le visage toujours à moitié masqué par mon capuchon, cela ne durerai pas longtemps, l'ôtant je laissait mes yeux verrons, l'un vert émeraude, l'autre flamboyant, mes long cheveux noirs attaché par un lacet de cuir, provoquant forcément al curiosité et la peur chez certains, les esprits les plus faibles et les grand voyageur qui avaient entendu parlé du sorcier au regard bicolore, j'allais droit au but après avoir commandé un peu de lait pour la petite...


"La prochaine fois que vous passez à côté d'un voyageur en essayant de lire ses pensées, demandez lui son nom cela ira plus vite, j'ai un mal de crâne affreux à cause de ça! Alors que me voulez vous?"


Franc, direct et sans gêne, bref du grand Belgarath.
Revenir en haut Aller en bas
Tixu Oty

Tixu Oty

Masculin
Nombre de messages : 6
Age : 25
Camp : Bénéfique
Date d'inscription : 26/03/2010

MessageSujet: Re: Drôle de bonhomme !   Lun 28 Juin - 13:17

Amusé, Tixu Oty suivit du regard sa progression. Son sourire s'étira joyeusement jusqu'aux oreilles lorsque l'inconnu ôta finalement sa capuche pour découvrir ses yeux verrons, l'un vert émeraude, l'autre flamboyant, ses long cheveux noirs attaché par un lacet de cuir. Son identité n'était plus un mystère : le « sorcier » au regard bicolore, tristement célèbre pour les ragots sanglants dont on lui attribuait le « mérite ». Alors oui, Tixu était amusé. Ajoutez-y donc la réplique cinglante qu'il venait de lui offrir. Selon lui la situation était à mourir de rire. Seule la mention de sa tentative infructueuse de lire ses pensées le mettait légèrement mal à l'aise, mais loin d'être suffisant pour lui inspirer une quelconque crainte, ou peur. Tixu reporta un temps son attention sur la salle : les habitués de l'établissement les avaient d'ores et déjà oubliés, même si quelques uns leur jetaient de temps en temps des regards inquiétés (certainement dû à la mauvaise réputation que le soi-disant « sorcier » traînait derrière lui, comme un bagage collant à la peau) , sauf ses compagnons, mains sur la poignée de leurs lames, étaient prêts à sauter sur l'étranger avec la ferme intention de le décapiter, sans autres formes de procès. (Il le voyait clairement dans leurs yeux.) Tixu tourna le regard sur le nouveau-né âgé d'environ six mois, aux yeux aussi rouge que le feu d'un volcan, celui-ci le tourmentait peut-être bien plus que le sorcier. Qu'est-ce qu'un petit bout de chair se trouvait être dans les bras d'un être à l'aura aussi maléfique, séparé du sein de sa tendre mère ? Il chassa son inquiétude dans un recoins de son cerveau, à disposition, mais ne la sortira qu'en temps voulu. Pour l'instant, Tixu Oty avait une autre affaire sur les bras. Son humeur s'assombrit lorsqu'il leva sa chope pour n'y voir que de la mousse infecte. Il la reposa sur ce qui lui faisait office de table et la poussa légèrement sur le côté du dos de sa main droite. Tixu posa ensuite délicatement son coude gauche sur la frêle table pour supporter sa tête. Ses lèvres remuèrent, mais n'émirent aucun son si ce n'est qu'un léger souffle, sans signification particulière. Il regarda enfin directement son interlocuteur, droit dans les yeux, sous détour avec franchise et honnêteté comme si cela aurait eu une quelconque importance aux yeux du sorcier. Deux petites minutes ou plus, n'agite que le petit doigt. Puis, Tixu Oty inspira profondément, et demanda : « Moi je ne cherche en rien à obtenir quoi que ce soit de votre personne. Toute à l'heure, ce fut ma curiosité qui l'emporta sur mon bon sens. Veuillez m'en excuser se cela vous a causé toute sorte de désagrément. Oh ! Je manque à tous mes devoirs... Permettez moi de me présenter, je suis le Baron d'Oty. Puis-je vous être utile en une quelconque manière ? » Son sourire s'épanouit de nouveau...
Revenir en haut Aller en bas
Belgarath

Belgarath

Masculin
Nombre de messages : 153
Age : 30
Date d'inscription : 09/09/2009

MessageSujet: Re: Drôle de bonhomme !   Mer 30 Juin - 18:12

Amusant humain, qu'est ce que ce gamin avec ses gardes du corps aussi ridicules les uns que les autres pouvait donc apporter à ma quête? Rien, strictement rien, mais le fait qu'Aldur soit très... "insistant" à son sujet en faisant jouer de la batterie à mon encéphale comme une rock star déchainée me faisait croire que je devais insister face à cet être. Il me désespéra avec sa chope vide et son regard entre 4 yeux du genre "ce que je vais te dire va changer le cours de ta destinée". Ainsi donc sa race était toujours aussi prétentieuse. J'évitais en général de côtoyer les humains, question de principe, les humains voulaient tuer les sorciers la plupart du temps, alors je tuais des humains, simple logique implacable.

"Désagrément? Espèce de merdeux, tu m'a obligé à faire avec ton petit tour de passe passe d'un sorcier d'un an et demi, un détour de plusieurs dizaines de lieux et tu me parles de désagrément. Le seul qui va avoir un véritable désagrément, c'est toi lorsque j'aurais décidé que cette conversation m'ennuie, que ta tête roulera sur le sol pour accommoder à la perfection la montagne que crâne que j'aurais déjà créée avec tes baby-sitter qui se trouvent derrière moi. Mais pour l'instant... buvons!"

Sortant de mon sac de voyage une bouteille qui semblait être une bouteille de vin vide, je versais dans la coupe du baron un liquide qui semblait venu de l'intérieur de cette bouteille mais qui finalement était une bière fine bien meilleure que celle de cette maudite auberge. Ramenant la bouteille vers moi je me servit un verre de lait, curieux pour un sorcier? Oui, surement, bien qu'il était rare qu'un sorcier apprécie les banalités humaine et se contente la plupart du temps de mixture de leur crue. En prenant une gorgée j'apportais la coupe aux lèvres du bambin que j'avais dans les bras, elle n'en bu que très peu, reposant ma coupe je dis...

"Est ce nécessaire que je me présente? Je suis Belgarath Eridan, sorcier de mon état, et également légende urbaine pour la plupart de ces imbéciles qui parcourent ce genre d'auberge. Mais dites moi, Baron, quel est donc votre but au sein de la grande Erade, est simplement surveiller vos terres ou avez vous donc trouver plus intéressant que de finir vos jours comme garde frontière?"


Un des gardes commença à se lever pour m'expliquer sa façon de penser, mais en esquissant un seul geste de ma part, il glissa sur le sol et se fractura la jambe, se tordant alors de douleur...


"Couché, je ne t'ai pas sonné."

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Drôle de bonhomme !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Drôle de bonhomme !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La destinée de l'Erade :: La Destinée de l'Erade :: ARCHIVES :: Archives RP-
Sauter vers: