La destinée de l'Erade
Bienvenue à toi, étranger !
Œuvre du hasard ou du destin, tu viens d’arriver aux portes d’un monde nouveau, celui d’Erade ; un univers aux secrets innombrables où cohabitent des cultures différentes et où la magie se lie à chaque être, dés sa naissance. Tu connaitras l’amour, l’amitié et de grands moments que tu n’oublieras jamais mais aussi de la tristesse, une noirceur dont tu ne te connaissais pas l’existence et qui sommeille pourtant en toi. Ce monde possède des horizons différents, des histoires liées entres elles et tu apprendras par la suite que rien n’arrive par hasard. Tu peux fuir ou rejoindre l’aventure mais n’oublie jamais qu’ici, chacun de tes actes changera le cours de notre histoire, celle que l’on écrit tous ensemble, la destinée de l’Erade.



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au clair de la lune...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sigvald Ivalice

Sigvald Ivalice

Masculin
Nombre de messages : 9
Age : 26
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: Au clair de la lune...   Mar 9 Mar - 5:51

S'il y avait bien un endroit où un prince cannibale adepte de beauté et de plaisir pouvait se reposer en paix sans que quiconque trouble sa tranquilité, il s'agissait bien de l'innomable.

Sigvald n'était pas du genre à se reposer, et les rares fois où il se reposait, il ne pouvait se permettre de le faire dans l'un de ces auberges miteux qui nourrissaient les termites, accumulaient la poussière et témoignaient des bagarres entre des vers minables et pathétiques, à savoir des joueurs compulsifs qui veulent leur argent, des maris cocus et des taverniers qui tentent de sortir tout ceux qui causent du trouble par eux même

Sigvald avait souvent tendance à l'oublier, mais il était lui aussi humain, comme eux... Enfin. Il était. Depuis qu'il eut rejoint le culte du plaisir, le prince déchu se vit octroyer l'immortalité, qui juste là le rendait plus qu'humain. Et bien que son cannibalisme date du temps où il était un charmant et noble fils de roi noble, son goût pour la viande s'était aggravé depuis sa transformation démoniaque.

Il n'avait rien d'un démon, si ce n'est que l'âme. Personne ne pouvait le reconnaître en tant que créature avide de sexe et de conquêtes qu'était un adepte de Slaneesh; De longs cheveux blonds comme un champ de blé sous un soleil au zénith en plein jour d'été, un visage légèrement pointu qui se terminait en un menton fin et autoritaire. Le visage lui aussi pointu, un nez fin et aquilin, des yeux d'un bleu si intense et pourtant si doux qui semblait vous admirer autant que vous paralyser, vous déshabiller autant que sonder votre âme. Et finalement, une cicatrice qui parcourait le long de la droite du visage, qui ne brisait en rien le charme de cet homme parfait. Au contraire, elle paraissait plutôt bien. Il ne fallait surtout pas dire que cette cicatrice provenait d'une de ses victimes, qu'il avait eu le loisir de ''manger'' vivant... littéralement...

Sigvald fit stopper son cheval au bord d'un petit cours d'eau aussi transparent qu'un diamant et posa pied en terre. D'ici, la vue était aussi magnifique que lui: Le ciel nocturne, éclairant le magnifique prince de sa pleine lune et de ses timides étoiles, brillait par ses ténèbres. La rivière, parfait courant de verre fondu, réfletait le ciel, brillant par bouts dû aux étoiles et à la lune, était sans vagues; seul de légers remous témoignaient d'un mouvement de l'eau, qui glissait sans s'arrêter vers une cascade qui se trouvait non loin d'ici. L'herbe, aussi vert que les feuilles d'arbres, se laissait aller au gré du vent, qui soufflait doucement sur la clairière. Une vue magnifique, un homme magnifique... La scène était à couper le souffle. Toute femme qui y passerait fondrait devant la beauté du décor.

Mais Sigvald n'était pas ici pour cela. S'il était surtout venu pour s'admirer dans la rivière, il était aussi venu pour faire le point. Plusieurs évènements se sont produits, plusieurs détails sont entré en jeu et Sigvald se devait d'y réfléchir.

Premièrement, Fulgrim. L'amazone de ses rêves. Celle qui empêcha l'Erade de connaître sa nature de tyran cannibale, celle qui mit fin au règne de son stupide père. Le prince ne pouvait s'en empêcher, elle avait tout fait pour lui plaire. Et il devait avouer que Fulgrim était à ''croquer''! Eh bien, il venait de la revoir, après un long exil passé à faire le point comme il le faisait en ce moment. Elle avait quelques soucis majeurs, qui durent faire abréger le pèlerinage de Sigvald. Bien qu'il revint le plus vite possible, il était toujours arrivé en retard, le temps de laisser à la cause numéro deux de faire beaucoup de choses, s'imaginait-il à son plus grand désespoir.

La cause numéro deux? Lucius. Ce traître, ce fourbe, ce démon abjecte qui osait lui voler sa douce Fulgrim, était lui aussi de retour dans le paysage. Si Sigvald aimait Fulgrim à la folie, il en était tout différent pour Lucius. Le magnifique homme le haissait, le détestait, le méprisait jusqu'au plus profond de son âme. S'il n'en tenait qu'à lui, il y aurait longtemps que Lucius serait en train de pourrir dans une fosse, rongé par la peste et toutes les maladies inimaginables.

troisième cause...

Ses pensées s'interrompirent lorsqu'il remarqua qu'il n'était pas seul. Il n'avait vu personne, mais il sentait une aura, une présence proche. En plus de l'immortalité, Les sens de Sigvald s'étaient drastiquement développés. Il se retourna déterminé à découvrir qui troublait la tranquilité de ces lieux...

Une elfe... Mauve?

Si la vue de Sigvald n'aurait pas été amélioré par son essence démoniaque, il n'aurait même pu la distingué. Une elfe mauve dans un décor noir, c'est du très bien camouflé.

Mais une elfe aux couleurs de la nuit... Sigvald sourit; Bien que les femelles humaines le satisfaisaient ampleinement, il devait avouer que le côté sombre et mystérieux de ces êtres de la nuit l'intriguait, pour ne pas dire qui l'intéressait totalement. Aussi rapidement qu'un aigle qui attrape sa proie, ses pensées concernant Lucius et Fulgrim s'envolèrent, déterminée à faire de cette nouvelle connaissance sienne.

Il se leva de manière lente et pivota lentement sur lui-même afin de faire face à la femme. Il avança alors d'un pas désinvolte, mais noble et assuré. Il regarda la femme droit dans les yeux:

-Je ne voudrais pas me montrer insolent, bien au contraire, mais je suis curieux: Dites-moi ce qu'une aussi ravissante créature telle que vous peut bien faire ici, dans cette clairière isolée de tout et de rien à la fois?

Il ignorait le caractère de ces gens. Or, il fallait jouer prudent. Tout d'un coup qu'ils étaient agressifs...
Revenir en haut Aller en bas
Anethra Helbaine

Anethra Helbaine

Féminin
Nombre de messages : 50
Age : 30
Date d'inscription : 04/03/2010

MessageSujet: Re: Au clair de la lune...   Mer 10 Mar - 3:00

L'Otian. Un royaume toujours sous le joug des dynasties régnantes et à l'autorité on ne peut plus contestable. Cela faisait maintenant deux millénaires qu'elle avait vu les rois se succéder avec une certaine indifférence mais surtout beaucoup de résignation. Les temps avaient beau changer et évoluer les êtres humains eux demeuraient toujours aussi prévisibles. Et dire que maintenant c'était une de ses lointaines sœurs qui se retrouvait si proche du pouvoir... Hathor. Elfe du temps... Oui bon ce n'était pas du tout proche de la gloire sous toutes ses formes qui ne pouvait couler à la perfection que chez ceux de son peuple, mais tout de même ce n'étaient pas les pires du lot. Si l'on connaissait un minimum l'histoire de ce continent, on devait certainement avoir entendu murmurer relativement souvent le nom de Ra... celui qui n'avait que trop joué avec les différentes factions dans des buts qui ne servaient finalement que lui. Oui bien sûr qu'Anethra le haïssait pour cela... Bien sûr qu'elle maudissait souvent cet être qui n'était déjà plus depuis longtemps. Mais en même temps elle ne pouvait qu'admirer les méthodes employées par ce dernier, l'hauteur de l'ambition qui avait guidé cette créature et qui lui avait permis de prendre le commandement incontesté. Outre sa démesure et son succès, il était un exemple. Elle aussi savait que son avenir était de gouverner, de diriger... d'écraser. Qui pourrait s'opposer à la gloire de la Déesse?

C'était en bravant les conseils de sa garde qu'elle se trouvait là, ou plutôt les conseils de son garde du corps. Les autres étaient trop couards ou trop prudents pour s'aventurer à lui dire quoi faire, probablement parce qu'ils savaient ce qu'ils risquaient à faire une chose pareille. Personne n'avait jamais dicté à cette femme sculpturale ce qu'il fallait dire ou faire, et ce n'était pas maintenant que cela allait commencer. Indépendante et pleine d'assurance il n'était pas bon de se frotter à quelqu'un de sa puissance, et il ne fallait pas forcément connaître son identité pour ressentir le danger qui émanait de chacun de ses pores. Être auprès d'elle c'était un peu comme lorgner le paradis pour goûter à l'enfer, c'était comme toucher du doigt au délice pour mieux en être privé... Dans un ballet hypnotisant et incessant qui n'avait pour effet que de déboussoler les néophytes.

Se baladant nonchalamment le long des berges, Anethra semblait paisible... en paix avec elle même et dépourvue de tout remords. Pourquoi s'en voudrait-elle de hausser les étendards elfiques après tout? Il n'était pas question de faire preuve de pitié ou de miséricorde comme ces idiots de cousins du Soleil... non. Ce n'était pas de cette façon que l'on pouvait bâtir une civilisation. Il en faudrait davantage et elle le savait pertinemment. Souriant à demi en savourant les sensations que lui procuraient le vent filant entre ses cheveux tombant en cascades raides jusqu'au niveau de ses cuisses, tout comme sur le bas de sa longue tunique immaculée, la reine se sentait bien. Cet endroit était assez éloigné de son nouveau domicile mais au moins il disposait de quelque chose qu'elle n'avait pas encore sur ses propres terres: le silence. Airian devenait bruyant et sans cesse tiraillé entre deux pouvoirs se disputant le contrôle. Et puis après tout un peu de tranquillité loin de l'effervescence du palais ce n'était pas cher payé!

Marchant sans bruit, dans une discrétion et élégance qui ne pouvaient être qu'elfiques, la demoiselle vit un cheval et compris bien assez vite que quelqu'un d'autre avait également prévu de profiter de la fraîcheur des lieux. La nuit était magnifique et l'endroit théoriquement peu fréquenté... mais après tout on ne pouvait décemment critiquer quelqu'un qui avait du bon goût. Décidant malgré tout de satisfaire sa curiosité pour regarder qui était là, elle s'approcha lentement pour finalement tomber sur un homme. Un bel homme même. Levant un instant ses yeux vers le ciel, elle avait presque l'air d'une vision causée par un mirage. Sa peau très pâle donnait l'impression d'être de l'ivoire pur et resplendissant sous les rayons lunaires, tandis que ses joues légèrement rosées lui donnaient un aspect fragile. On ne pouvait pas vraiment dire à vue d'œil qu'elle ait l'air de quelqu'un de puissant ou de célèbre... surtout que les elfes de la pénombre sortaient à peine d'un très long exil. On aurait plutôt dit une nymphe ou une créature de ce genre, tout droit sortie des rêves les plus fantaisistes des mâles. Resplendissante et surtout mystérieuse, elle semblait pourtant emplie d'un calme enveloppé de danger qui en un savant mélange était capable d'en ensorceler plus d'un.
Mais cet étranger n'était pas en reste, et ses yeux en ce moment d'une couleur proche du doré profond en témoignaient. L'observant sans le cacher, elle affichait clairement qu'elle n'était pas de ces potiches qui rougissaient dès qu'il y avait un homme à proximité... Non elle n'était pas farouche et encore ce n'était que le début ! Lui répondant donc d'une voix légèrement rauque et murmurée, elle soutint son regard:


- Probablement la même chose que vous... Je suppose que la lune a toujours été fascinante pour les mortels... et encore plus pour les immortels. C'est l'une des seules choses qui demeure la même et en même temps change sans cesse. Elle possède ses phases tout en semblant toujours nous cacher l'une de ses faces...

C'était vague, mais disons que comme lui elle se posait des questions. Il semblait trop peu impressionnable pour un simple humain, ce qui lui laissait des doutes sur ce qu'il pouvait vraiment être. Par les temps qui couraient on ne pouvait plus être sûr de rien... ou presque. En tout cas il n'était pas elfe, cela c'était certain. Il n'avait pas cette essence attachée à la nature, ni l'aspect, ni même l'aura... D'ailleurs en parlant d'aura, Anethra prit soin d'avoir dissimulé la sienne depuis longtemps déjà. À vrai dire elle ne la laissait jamais se manifester tant qu'elle était toute seule, non par peur, mais simplement pour qu'on lui foute la paix. Ce n'était pas particulièrement intelligent ou intéressant de donner à savoir à la couronne Otianaise que quelqu'un de sa trempe se baladait indolemment sur ses contrées...
D'autre part elle voulait voir ce que cet inconnu avait dans le ventre, quelle serait la manière pour lui de l'aborder. Après tout si il lui manquait de respect il pourrait toujours trouver refuge dans la mort, qui était la plus grande passion de la Déesse. Le sang, le meurtre et le plaisir. Trois notions proches et selon elle presque indissociables. Restait à savoir si cette rencontre imprévue allait déboucher sur l'un des trois...
Revenir en haut Aller en bas
Sigvald Ivalice

Sigvald Ivalice

Masculin
Nombre de messages : 9
Age : 26
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: Re: Au clair de la lune...   Sam 13 Mar - 2:15

Si Sigvald était troublé par la profondeur des paroles de l'elfe, de sa froideur et d'une certaine méfiance à son égard, il eut l'habile talent de la cacher derrière un magnifique masque orné d'un sourire à la fois radieux et mélancolique, démontrant qu'il comprenait parfaitement ce qu'elle disait... Ou pas. Mais le séducteur en Sigvald agit de lui-même, ajoutant aux dires de la femme en mauve:

-Vous avez tout-à-fait raison, madame. La lune, qui joue un jeu amoureux avec le soleil, qui le fuit mais qui le suit en même temps. Cet astre si lumineux et si chaleureux, et pourtant... Si sombre et froid...

Bien que la facette séducteur du prince cannibale le forçait à dire de telles conneries, Le prince Ivalice réfléchit à ses propres propos; Cette lune, celle qu'il admirait et craignait à la fois, fascinait plus que ce que l'on voulait le croire. Tout jeune, il se rappelait les histoires que son père lui racontaient, toujours empreinte d'une morale bien évidente. Celle du jeune impétueux, par exemple, qui osait désobéir à ses parents sans cesse. Eh bien un jour, Ceux-ci lui conseillaient, ou plutôt interdisaient, au gamin de sortir un jour de pleine lune. Bien évidemment, que par son esprit de rébellion, le jeune garçon fit une jolie ballade durant une nuit de pleine lune. Eh bien devinez quoi? La lune fonça à toute allure vers la gamin, l'écrasant de son immense masse. La morale? Deux: Il fallait écouter ses parents car ils étaient source de sagesse, et ne jamais sortir un jour de pleine lune. Il se rappelle qu'enfant, sortir hors du château durant la nuit était hors de question. Il était bien trop terrifé à l'idée de savoir que la dame blanche pouvait se permettre un tel assaut sur un pauvre enfant. Et à chaque fois qu'il voyait cette sphère d'argent dans le ciel, il poussait un petit cri de panique et se cachait à l'endroit le plus près et le mieux adapté pour sa sécurité. Naïf il était, ce pauvre Sigvald...

Maintenant, c'était bien différent. Son ami, le fils du bandit Gusvand, l'avait convaincu, pour ne pas dire forcé, à sortir de chez lui un soir de pleine lune. Bien qu'il était terrifié, il était toujours vivant. La lune était finalement bien amicale, tranquille et somnolente bien installée dans son ciel nocturne. Sigvald avait été un jeune idiot durant toute son enfance. Il le sait, et est au courant que maintenant, il était bien plus intelligent et malin que quiconque dans sa vie. Excepté peut-être Fulgrim, maîtresse du plaisir et de la manipulation, et Lucius, le rat identique à Fulgrim, seulement version masculine, une version aberrante et immonde.

Il jeta un regard vers la dame d'argent, souriant au souvenir que lui procurait cette conversation. Il replaça une mèche de cheveux d'un coup de tête avant de tourner son regard vers la femme:

-...Mais aussi resplendissante que vous soit-elle, je ne suis pas venu admirer sa beauté céleste, dit-il en désignant la lune. J'étais venu surtout pour retrouver la paix, une paix que j'ai depuis longtemps perdu. Il me fallait remettre de l'ordre dans mes idées, re-visualiser mes plans et mes idées...

Plans et idées sadiques, trompeuses, sanglantes et dangereuses. Il ne fallait cependant pas le dire, on ne sait jamais comment une femme peut réagir au mot ''sang'' et ''sadisme''... Surtout que ces mots sont tout-à-fait indigne de la beauté qui sort habituellement de sa bouche.

Il retint donc ces derniers détails, qui lui restaient comme un morceau de citron pourrie dans la gorge. Cette retenue laissa toutefois échapper un mince pli en bouche, qui associé à un regard presque paniqué à la mince ligne qui séparait la réussite et l'échec d'une conquête, lui donnait un air étrange. Pourtant, ces yeux n'étaient pas ceux d'un homme paniqué; il s'agissait de ceux du vrai Sigvald, un regard féroce et prédateur, assoiffé de sang et affamé de chair. Sigvald le cannibale fut pour un instant très visible dans les yeux du prince déchu. Cette sensation démoniaque disparut aussi vite qu'elle était apparue. Reprenant son charmant sourire, il demanda:

-D'où venez vous, madame? Il est rare de rencontrer des elfes ici, surtout d'une aussi grande beauté que la votre...
Revenir en haut Aller en bas
Anethra Helbaine

Anethra Helbaine

Féminin
Nombre de messages : 50
Age : 30
Date d'inscription : 04/03/2010

MessageSujet: Re: Au clair de la lune...   Sam 13 Mar - 3:29

Si il était trop dur de se faire une première impression déterminante en rencontrant quelqu'un, une chose sauta tout de même aux yeux d'Anethra. Cet homme qui qu'il soit était bien trop poli pour être totalement honnête. Il avait un physique plutôt avantageux et ce n'était évidemment pas négligeable, mais ce n'était pas pour autant qu'elle se laisserait aveugler par un pareil détail. Depuis presque trois millénaires d'existence elle avait rencontré des gens de toutes les espèces, de tous les horizons... Et bien qu'elle ne sache pas duquel il venait ce qui était certain c'est qu'il dissimulait quelque chose derrière ses airs de bon prince. Pouvait-on le blâmer de vouloir garder ses secrets? Certainement pas, mais de là à dire qu'il les garderait éternellement en sa présence il y avait une abîme. Était-il alors un simple sot qui n'avait pour lui que la beauté physique? Ce ne serait pas étonnant mais tout de même décevant. Les amusements de nos jours devenaient décidément de plus en plus rares. À croire que les bonnes prises étaient toutes mortes sous ses talons.

- Ce qui est sombre et froid est souvent plus fascinant que ce qui est immaculé d'innocence...

Son commentaire était comme toujours judicieux et pertinent, mais c'était aussi une jolie manière de commencer une toute autre conversation en parallèle. Parlaient-ils toujours de la lune, ou bien avaient-ils attaqué implicitement un sujet plus personnel? C'était un ravissant petit jeu qui l'amusait bien, restait à voir si cet inconnu avait les tripes et la perspicacité nécessaires pour se lancer également. S'approchant davantage, la Déesse était désormais plus à vue car l'orée des arbres ne lui faisait plus d'ombre. Ses traits fins et féminins se firent alors voir, tandis que ses prunelles brillantes étaient comme deux perles d'or en fusion. Quelques centimètres à peine les séparaient, et pourtant elle ne l'avait pas touché. À cette distance il était juste possible de sentir les effluves acidulées émanant de son corps galbé, ou encore de deviner les chaleurs qui devaient bouillir sous l'étoffe fine de sa toge. Regardant la lune et non son interlocuteur, elle le gardait tout de même dans son champ de vision au cas où. Après tout ce ne serait pas le premier à essayer de la tuer en pensant avoir le dessus...

- Vous êtes venu chercher la paix aussi loin? Moi qui croyais que quelqu'un comme vous aurait tôt fait de la trouver aux côtés de la femme de vos rêves...

Son ton sonnait désolé, mais quelque part en son for intérieur tout cela semblait ironique. Elle ne savait rien de cet homme mais ne demandait pas mieux que quelques éclaircissements. Seulement c'était rare que les gens acceptent de se confier à des inconnus. D'un autre côté c'était aussi plus simple puisqu'il n'y avait rien à perdre. Cependant Anethra n'était pas du genre à s'encombrer de futilités. Elle disait ce qui lui plaisait à qui lui plaisait, œuvrant pour elle et pour sa race uniquement. Dans un esprit aussi affûté que le sien chaque geste comptait, chaque acte était pensé et voulu. Se détournant à demi pendant un instant, elle regardait le visage de son compagnon nocturne... pour y discerner une étincelle de danger qui titilla sa curiosité. Il semblerait qu'il soit bien plus qu'il ne voulait bien l'admettre... et si elle ne savait toujours pas quoi, au moins elle venait d'en déduire sans trop de mal qu'il était loin d'être un gentil garçon. Pas plus mal... ce n'en était que plus intéressant encore. Mais un peu d'action serait la bienvenue afin qu'elle puisse admirer tout ça.

- D'où je viens? Oh de bien des endroits mon cher. J'ai longtemps erré en compagnie des miens à la recherche d'un nouveau territoire, et peut être avons nous finalement fini par le trouver. En ce moment je siège dans un palais récemment rénové, sur les hauteurs glacées d'Airian. Et vous même?

Anethra n'avait nullement peur de cet homme et le fait qu'elle joue franc jeu en était la preuve. Bien sûr lui ne pourrait savoir si elle mentait, mais après tout... cela faisait aussi partie du jeu. Ceci dit si pour une raison ou une autre il tentait de lui faire obstacle elle aurait bien tôt fait de le supprimer, là n'était pas trop le souci. Ce serait toutefois bien dommage d'abîmer quelqu'un d'aussi séduisant... il y avait bien des choses à faire et pourtant bien plus intéressantes. Tout comme jouer au chat et à la souris dans un jeu périlleux dont l'issue était incertaine...

- Dites moi... quelle est donc cette étincelle étrange dans votre regard. J'aurais presque cru que je devrais craindre pour ma vie...
Revenir en haut Aller en bas
Sigvald Ivalice

Sigvald Ivalice

Masculin
Nombre de messages : 9
Age : 26
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: Re: Au clair de la lune...   Mar 16 Mar - 2:23

Sigvald laissa échapper un petit rire, avant de dire à l'elfe, qui commençait à le fasciner de plus en plus:

-...Vous seriez surpris, madame...

Il s'avança pour être aux côtés de l'elfe puis se plaça dans son dos. Il se pencha pour être à la hauteur de son visage, laissant pratiquement sa tête se déposer sur son épaule. Elle tint néanmoins dans les airs sans jamais toucher une molécule mauve de la peau de l'être. Puis, il pointa dans le ciel nocturne le globe céleste qui faisait objet de fascination pour les scientifiques, de muse pour les poètes, et de cauchemar pour les petits naïfs comme lui. Il dit:

-Voyez, cette lune. Froide, mystérieuse. Tout le monde l'aime, mais elle n'aime personne. Elle est seule, isolée, se moquant de tous et ignorant les problèmes des hommes. On sait que l'on ne pourra jamais l'atteindre. Les gens froids et mystérieux sont peut-être fascinants, je dois vous l'admettre, mais elles semblent... dénués de personnalité, de vie, elles semblent ne vouloir vivre et croquer la beauté de la réalité à pleines dents. Ils se renferment sur eux même, se délaissant de ceux qui les aiment, de ceux qui les haïssent. Ne doit-on pas avouer que c'est plutôt démotivant à connaitre?

Il recula lentement son visage, hors du champ de vision de l'elfe. Il lorgna le lobe d'oreille de celle-ci, la partie d'un corps humain que Sigvald appréciait le plus. Si proche, il avait de la misère à se retenir...

*Plus tard... Peut-être...Plus tard...*

Il s'éloigna, revenant devant elle avec une grâce sans nom. Il la regarda droit dans les yeux, qui lui donnèrent malgré tout son courage un léger vertige. Il n'était pas habitué à un tel regard.

-Tandis que les gens innocents sont bien plus intéressant! On devine immédiatement que leur attitude timide et parfaite cache une attitude désinvolte, rebelle, désireuse de se défaire des liens des lois que l'on leur a inculqué.

Il allait rajouter qu'il en était le parfait ex...

-J'en suis le parfait exemple...

Idiot. Il était un idiot. C'était clairement ce que la voix intérieure de Sigvald criait. Il réfléchit, vite. Il ne fallait pas qu'elle pense qu'il était un maniaque. Il l'était, mais elle ne devait pas le savoir. Du moins, pas tant qu'il ne l'a pas invité dans son lit.

-Voyez vous, c'est la raison de ma présence ici. En public, je suis parfait. J'agis comme il le faut, où il le faut et quand il le faut. J'en ai assez! j'aimerais moi aussi faire ce que je veux, défier les lois les plus rigoureuses, les plus strictes... Oui, je peux trouver cette paix auprès de quelconque femme. Mais qu'est la paix physique lorsque l'on possède la paix de l'âme?

Il se tourna, dos à l'elfe, en regardant la rivière.

-C'est cela, la vie d'un prince...

Il se tourna pour regarder l'elfe de la nuit du regard. Il ne se lassait pas de regarder cette peau sombre, qui excitait ses sens et ses pulsions.

-Moi? D'où je viens?

Il réfléchit rapidement. Il se disait qu'un être froid et mystérieux comme elle aurait de la facilité à voir le mensonge. Il dit donc la vérité. Toute. Tout en se permettant de garder quelques détails pour lui.

-Je viens d'Airan. Je suis un prince, mais maintenant j'erre ici et là, à la recherche de quelconque excitation dans cette vie qui me semble monotone...

Il ouvrit les grands yeux lorsqu'elle lui parla de craindre pour sa vie. Ainsi donc, elle avait perçue une étincelle du vrai Sigvald, le démon cannibale, fourbe, manipulateur et cruel caché derrière la palissade du paladin sublime, magnifique, séducteur et passionné. Toutefois, elle ne semblait nullement effrayé, au contraire. Elle semblait plus intéressé. Était-ce donc cela? Le vrai Sigvald aura-t-il raison de la carapace de froideur de la femme?

Il s'approcha lentement, plongeant de tout son être dans le regard de l'elfe.
Lentement mais sûrement, l'étincelle de danger réaparrut dans son regard. L'oeil, autrefois d'un bleu azur, prenait maintenant des teintes de rouge.

-Ceci... Dit-il, est un secret qui jamais ne me sera arraché...

La lueur démoniaque de l'oeil disparut instantanément, et Sigvald prit ses distances, agissant comme si de rien n'était.

-Mais, idiot que je suis, j'ai oublié de me présenter.

Il fit une légère courbette, plus humoristique que symbolique.

-Sigvald-Ivalice, pour vous servir... Et vous-êtes?
Revenir en haut Aller en bas
Anethra Helbaine

Anethra Helbaine

Féminin
Nombre de messages : 50
Age : 30
Date d'inscription : 04/03/2010

MessageSujet: Re: Au clair de la lune...   Lun 22 Mar - 18:31

- Je pourrais être surprise, vraiment? Allez-y donc... je ne demande pas mieux que d'être enfin surprise après plusieurs millénaires d'existence.

Anethra avait souri posément à sa fin de phrase, probablement un peu emmenée par la malice et son côté le plus espiègle. Cet homme était étrange, elle avait pu s'en rendre compte assez rapidement, mais quelque chose en lui était hors du commun. Il avait ce cran, cette fougue si spécifique de ceux qui n'avaient rien à perdre. C'était plaisant et éloigné de la prudence elfique qui si souvent mettait ses nerfs à rude épreuve. Demeurant immobile alors même qu'elle le sentait distinctement approcher, elle apprécia à sa juste valeur ses manières polies et sa subtilité. Oui il avait quelques éléments pour lui c'était indéniable, et un brin de poésie n'était jamais de trop lorsque l'on voyait Erade basculer sans cesse dans une couleur rouge sang faite sur mesure.
Cette description était singulière mais étrangement familière. On aurait pu légitimement la décrire avec ces mêmes paroles, qu'elle ne pourrait pas prétendre que tout cela était faux... Alors il la décrivait avec ces mêmes mots dédaigneux, pour décrire cette même catégorie de personnes qui s'insupportait. Ironique quand l'on y pensait, mais ce n'était pas la première fois qu'elle assistait à cela, loin de là même. Cette conversation avait des allures de rencontre à l'ancienne, comme si ils se retrouvaient alors qu'ils ne s'étaient plus vus depuis longtemps... et ce côté romanesque était quelque part ce qui faisait de cet instant quelque chose de différent de tout le reste. Regardant sur le côté, la reine laissa voir subtilement les courbes grâcieuses de sa nuque parfaite et dépourvue de toute marque. C'était comme si jamais aucun homme n'avait pu toucher cette chair alléchante sans avoir trépassé...


- Comment pouvez vous affirmer que la lune est glaciale et hautaine si son mystère vous empêche de l'approcher facilement? On ne peut prétendre analyser ce qui est hors de portée... Ou alors il faut le rendre proche pour s'assurer que notre impression est la bonne. Trop de fois les apparences sont trompeuses, vous ne trouvez pas?

Posant le bout des doigts sur ses lèvres purpurines, Anethra le suivait du regard comme un lynx suivrait sa proie. Il était élégant c'est vrai mais elle avait l'habitude d'observer attentivement chaque geste, chaque soupir... Rien ne pourrait vraiment lui échapper, sauf si elle décidait de l'ignorer, ce qui pour l'instant n'était pas du tout le cas. Autant profiter de cet amusement que le destin avait posé sur sa route! Et la suite de l'échange verbal la fit à nouveau sourire, car tout cela l'encourageait de plus belle à deviner les contours d'un enrichissement ambigu. Croisant un instant les bras sous sa généreuse poitrine, elle fit une moue ouvertement dubitative mais toujours amusée:

- Oh vous vous prétendez innocent? Dois je comprendre par là que vous êtes intéressant et rebelle, mon cher? Serait-ce une manière détournée de vouloir attirer mon attention sur votre charmante personne? Vous devez donc avoir un certain but...

Laissant planer la question latente dans l'air, Anethra le laissa s'expliquer à sa guise. Elle était bien curieuse de savoir comment il comptait se défaire de cette épineuse justification qui allait sans nul doute venir... ce qui ne tarda pas. Oui c'était une manière comme une autre d'expliquer ses actes, et au fond d'elle même la mère noire sentait qu'il y avait un fond de vérité même si ce n'était pas totalement sincère. Mais pouvait-on décemment demander à un inconnu de ne dire que la vérité? Elle n'était pas ou plus assez naïve pour croire une chose pareille. S'avançant donc jusqu'à la berge, elle s'assit à même l'herbe fraîche et leva légèrement ses jupes afin d'enlever ses sandales et plonger ses pieds délicats dans l'eau. Cette dernière était agréablement tiède grâce à la chaleur de la journée, et resplendissait dans les tons argentés sous les reflets lunaires. Sans bruit, l'elfe avait découvert ses fines et interminables gambettes jusqu'à mi cuisse afin de ne pas mouiller sa longue robe immaculée.

- Oh un prince, vraiment? Je n'avais pas connaissance d'une telle descendance provenant d'Airian, mais après tout de nos jours la vie peut être relativement facilement prolongée. J'imagine que vous avez eu recours à l'un de ces stratagèmes...

C'était une remarque distraite et peu sérieuse, peut être principalement parce qu'elle ne voulait pas vraiment savoir qui il était. Après tout quelle importance? Tous n'étaient que de potentiels alliés ou des ennemis à abattre, et entre les deux camps son choix ne dépendrait que de lui. Saurait-il garder son intérêt assez longtemps pour survivre? Elle ne pourrait le dire à l'avance, mais en tout cas il ne manquait pas de culot. La défier ainsi révélait à quel point il ne savait pas qui il avait en face de lui... ce qui n'en était que plus drôle encore. Soutenant donc le regard enflammé et intense de son compagnon du moment, Anethra sourit calmement tandis que dans ses yeux se reflétèrent des profondeurs bien pire encore. Ses pupilles virèrent au rouge sang, ce même carmin qui coulait à flots partout où elle passait. Bien sûr elle ne dévoilait rien de très explicite, mais assez en tout cas pour qu'il puisse comprendre qu'elle non plus n'était pas d'une nature angélique ou virginale. Non rien de tout cela...
Elle sourit amusée et taquine avant de finalement le saluer d'un geste de tête puisqu'elle ne pourrait ébaucher une révérence dans sa position assise. Le regardant donc toujours aussi ardemment tout en lui tendant la main, elle dit simplement:


- Anethra Helbaine. Ravie de faire votre connaissance.

Si les mots choisis étaient ceux usés dans toute situation similaire, il y avait dans son ton quelque chose de différent, quelque chose de provocateur. Elle ignorait si son nom c'était déjà fait entendre ailleurs qu'en Airian et il était probable que non, mais quelque part si il l'avait déjà entendu, il saurait par ce biais à quel point sa vie ne tenait pour l'instant qu'à un fil. Trop souvent les humains comme les autres races avaient péri sous ses sorts simplement par manque de respect ou d'autres broutilles. Les massacres « gratuits » n'étaient pas rares selon les traditions elfes, et ce n'était pas plus mal... au moins cela faisait passer le temps.

- Installez vous donc près de moi, à moins que vous n'ayez peur que je vous mange?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au clair de la lune...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au clair de la lune...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La destinée de l'Erade :: La Destinée de l'Erade :: ARCHIVES :: Archives RP-
Sauter vers: