La destinée de l'Erade
Bienvenue à toi, étranger !
Œuvre du hasard ou du destin, tu viens d’arriver aux portes d’un monde nouveau, celui d’Erade ; un univers aux secrets innombrables où cohabitent des cultures différentes et où la magie se lie à chaque être, dés sa naissance. Tu connaitras l’amour, l’amitié et de grands moments que tu n’oublieras jamais mais aussi de la tristesse, une noirceur dont tu ne te connaissais pas l’existence et qui sommeille pourtant en toi. Ce monde possède des horizons différents, des histoires liées entres elles et tu apprendras par la suite que rien n’arrive par hasard. Tu peux fuir ou rejoindre l’aventure mais n’oublie jamais qu’ici, chacun de tes actes changera le cours de notre histoire, celle que l’on écrit tous ensemble, la destinée de l’Erade.



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Lun 26 Avr - 16:02

Tout se passa si vite… La déesse prenant une bouchée de ce repas empoisonné… La servante craintive qui regardait la scène avec… Était-ce l’ombre d’un sourire sur les lèvres? Cette traitresse paierait de sa vie plus tard cet attentat… Vilvan ne fit ni une ni deux et agit alors par pur instant. Faisant entendre un « non » venu du fond du cœur, primal, un cri d’alarme pour sa déesse vénérée, Vilvan renversa son siège et en moins de temps qu’il n’en faut pour dire « honneur », il plaquait sa déesse au sol, formant un rempart de son corps, envoyant chaise, table et tout le bataclan valdinguer dans la pièce. Sortant d’un compartiment de son armure un fiole d’antipoison, il en administra le contenu à Anethra avant de la placer en sûreté derrière lui. Si déjà à la base le garde noir avait l’air menaçant… Quand il se retourna vers la servante, ce fut comme si la mort elle-même la regardait en face. Adoptant un ton de voix qu’Anethra ne lui connaissait pas jusqu’alors, un ton si assassin qu’il en aurait fait verdir de peur un inquisiteur chevronné, Vilvan ramassa sa fidèle hallebarde et se dirigea vers Mina qui prise de panique se mit à reculer… Jusqu’à se retrouver dos au mur.

« Sale menteuse, être perfide, Tu me traiterais de menteur? Je sais que tu as mis quelque chose de nocif dans mon plat. Tu ignorerais que j’ai été entraîné à résister aux divers poisons et substances pouvant endommager tant le corps que l’esprit? Et tu as osé laisser notre déesse vénéré manger dans ce plat contaminé que tu m’as servis? Je te tuerai pour ton crime et ta famille devra chercher les fragments épars de ton corps dans toute la ville s’ils veulent te mettre en tombe! Personne, non PERSONNE ne fera de mal à ma protégée. Ni toi, ni les nobles ni la mort elle-même! »

Prise de panique, la servante tenta de s’expliquer, balbutiant qu’elle n’avait mit qu’un aphrodisiaque dans le plat du garde noir pour le discréditer aux yeux de la déesse… Mais Vilvan, aveuglé par ce sens du devoir aiguisé et cet amour tout spécial qu’il avait pour sa maitresse, ne voulut rien entendre. Poussant un véritable rugissement de rage qui résonna dans la pièce, faisant pratiquement trembler les tentures sur les murs, il décida d’embrocher la terroriste qui au dernier moment, par pur réflexe de survie, parvint à éviter le coup. Désintégrant pratiquement une partie du mur, Vilvan fit volte face et la servante, rendue pratiquement folle par la peur, s’empara d’un couteau, tentant alors d’attaquer le garde noir. Mauvaise idée car un poing gantelé et armuré vint la frapper en plein visage, l’envoyant s’écraser contre un mur, la désarmant du même coup sous la force du choc. Au mieux, elle s’en sortait avec de multiples fractures, au pire, le choc venait de la tuer. S’avançant vers elle d’un pas lourd, le garde noir était prêt-à-porter le coup fatal à tout instant, à tout moment…

« Oui, j’aime notre déesse d’un amour vrai et sincère, pour ce que je comprend de cette notion. Oui, je lui suis fidèle et entièrement dévoué. Contrairement aux autres, je sais où est ma place et je ne tente pas d’avoir honteusement ses faveurs! PARASITES! Vous lui tournez autour pour la mettre dans votre lit, pour lui extorquer une affection que vous ne méritez pas, pour vampiriser ses forces pour votre profit! Suis-je donc le seul assez lucide pour accepter que la déesse est inaccessible et que ce n’est pas à nous de vouloir profiter d’elle mais l’inverse? INFIDÈLE! Je te tuerai toi et ensutie les autres périront sous mes coups… Et alors notre déesse règnera sans partage dans une vraie utopie où elle recevra le respect qui lui est dû! »

La hallebarde allait s’abattre sur la servante quand la voix de la déesse se fit entendre, commandant à Vilvan de ne pas compléter son geste. Ahuri, ce dernier se retourna et croisa sans trop comprendre le regard de sa maîtresse…
Revenir en haut Aller en bas
Anethra Helbaine

Anethra Helbaine

Féminin
Nombre de messages : 50
Age : 30
Date d'inscription : 04/03/2010

MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Mar 27 Avr - 1:11

Si habituellement Anethra était assez contente de la promptitude de Vilvan à défendre son corps et son esprit de toutes les atteintes possibles et imaginables, sur le coup elle n'en était pas moins prise de court par son excès de zèle. Son bon repas s'était retrouvé sans dessus dessous en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire, sa table renversée, ses tapis tâchés de divers aliments... tout ça parce que par panique et envie de la sauvegarder de toute menace même infime, le garde noir avait plongé avec la force de sa conviction. Écrasée du poids du colosse, elle en perdit son souffle mais repoussa nettement cette potion qu'il avait essayé de lui faire avaler. Pas question de reprendre cette mixture immonde alors qu'elle savait bien qu'il n'y avait rien de toxique dans la nourriture...
Toutefois en entendant le ton employé par Vilvan elle comprit une fois de plus pourquoi elle l'avait choisi pour garde du corps et non un autre, en allant à l'encontre des conseils de tous ceux qui s'étaient risqués à lui en donner. La voix était coupante comme le fil de sa hallebarde, et on dirait qu'elle était déjà chargée d'une mort qu'il souhaitait sûrement offrir à celle qui lui avait si farouchement tenu tête.


- Vilvan je sais qu'il n'y a rien de mauvais dans cette nourriture, ne fais-tu donc pas confiance à mon jugement divin? Pourquoi t'obstines-tu à la persécuter?

Rien à faire, ses paroles ne furent d'aucune utilité... Car soit pris par l'ardeur de cette tâche soit de manière consciente, Vilvan avait tout bonnement ignoré ce qu'elle venait de lui dire. Les résultats de sa méfiance ainsi que de cette violence extrême si difficile à canaliser finirent par avoir raison des nerfs de Mina, qui une fois atteints finirent par la faire réagir par ce qu'il y avait de plus primaire chez toute personne sensée face à la peur: l'instinct de survie. Le craquement macabre qui se fit entendre dans la pièce lui glaça presque le sang, non parce que le son en soi lui soit inconnu, mais surtout parce qu'elle savait parfaitement ce que cela signifiait. Elle venait de perdre inutilement son jouet préféré sur base d'un simple qui pro quo... regrettable. Regrettable et stupide. Soupirant plus blasée que jamais, Anethra ne s'approcha même pas de ce qui serait dans peu de temps un cadavre. Contemplant les deux autres esclaves qui pâles comme des fantômes avaient regardé la scène avec les yeux gros comme des soucoupes, elle ne put s'empêcher de dodeliner de la tête. C'était dommage d'en arriver là alors que tout aurait pu être évité... Même les déclarations ne purent la conforter de cette perte, et étrangement même si elle ne s'y attendait pas, elle avait tout de même un pincement au cœur en voyant Mina agoniser.
Ce n'était pas si facile de regarder mourir l'une des seules personnes qui vous regardait comme un être de sang et de chair, au delà du rang et des faux semblants. Se frottant le visage avec une expression étrange et indéterminée, Anethra s'était relevée sans dire un mot. Que rajouter après cet épisode malheureux? Que pouvait-il bien rester à dire? Résignée au sort qui attendait son ancienne servante, elle préférait autant qu'elle connaisse une fin rapide étant donné qu'elle ne méritait pas un tel destin sans une vraie raison. Si au moins la hallebarde de Vilvan pouvait être efficace et sans bavures, ce serait toujours une bonne chose...


- Vas y proprement, je ne désire pas la voir longtemps gésir ici.

Sa voix était aussi froide que l'acier, avec un zeste d'amertume qu'elle ne pouvait pas dissimuler. Anethra n'avait pas désiré que les choses se passent comme ça et évidemment cette issue ne lui plaisait pas du tout. Cependant il y avait bien plus que cela dans sa manière de vivre des choses. Elle qui était toujours en quête de sensations découvrait une mélancolie qui n'était pas ordinaire, d'autant plus qu'elle s'attachait rarement à ses jouets. Disons qu'en tout cas elle avait pour habitude de se charger elle-même de ce qui advenait de ces personnes, et non que l'on décide pour elle. Seulement faire des reproches au garde noir n'arrangerait rien, pas plus que cela ne lui ramènerait Mina avec sa fraîcheur et sa beauté sensuelle. Tant pis, elle n'avait pas le droit de la regretter... et pourtant.
Redressant à nouveau l'une des chaises afin de pouvoir s'asseoir confortablement, Anethra tourna le dos à cette scène et un bras appuyé sur l'accoudoir, elle déposa son menton sur sa paume. Balbutiant quelques mots à l'encontre de Kilik, elle lui demanda un thé chaud afin de se détendre. Il lui fallait quelque chose d'urgence afin de ne pas se laisser consumer par une migraine qui se profilait à l'horizon comme un orage. La mâchoire crispée et les yeux violets perdus dans le vague, la déesse cherchait désespérément quelque chose qui puisse occuper à nouveau son esprit trop concentré sur ce qui venait de se passer. Très peu de temps ce fut pourtant Meaphost le nouvel esclave qui vint lui apporter sa boisson, avec une prudence qui prouvait à quel point il avait peur de ne pas s'adapter à ce nouveau rôle. Visiblement au moins toute cette histoire lui avait clairement fait comprendre que si il voulait rester parmi les vivants, il devrait rapidement se faire une raison à son nouveau statut...


- Vilvan... tu viens de me priver d'un de mes plus intéressants jouets alors j'aimerais bien savoir ce que tu vas trouver à me proposer pour remplacer cette perte. Surtout que comme je te l'ai dit à deux reprises, il n'y avait strictement rien de mauvais dans ce qu'elle avait préparé. Elle t'a dit la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Mar 27 Avr - 1:32

Il aurait dû la tuer, conformément aux ordres de la déesse… Mais une petite voix lui disait que l’autre s’en sortirait à trop bon compte. Elle pouvait être maintenue en vie et peut-être même remise en état… Et pour la première fois, Anethra errait en son garde noir les extrêmes d’une dévotion sans borne, d’un zèle pratiquement abusif et d’une paranoïa si virulente que le plus petit des gestes prenait des allures d’attentat. S’approchant de l’agonisante, il la força à boire une potion (encore une potion?!) qui au moins la maintiendrait en vie jusqu’à ce que le… Guérisseur des gardes noirs, un vétéran qui avait fait son temps mais qui pouvait encore servir comme rôle de soutien. Ensuite, il ferait cracher la vérité à l’esclave car il était sûr et certain de ce qu’il avait avancé. Répondant pratiquement à un signal invisible, deux gardes noirs vinrent récupérer la « rescapée » pour l’amener hors de la pièce alors que Vilvan se retournait pour… Confronter la déesse sur sa désobéissance? Non… Pour lui livrer ses conclusion, oui. Il y avait quelque chose chez le garde noir qui n’allait pas, une grande confusion, une hésitation qui d’ordinaire n’était pas là... Et qui n’aurait pas dû y être.

« Elle peut encore servir, majesté. Si elle veut vivre, son esprit tiendra le coup et lui permettra de survivre. Mais je suis sûr de ce que j’ai avancé : il y avait une substance dans ce plat. Leçon numéro quatre de tout garde noir : s’immuniser aux poisons et autres substances pouvant endommager le corps et l’esprit. Drogues, alcools, venins et compagnie… La plupart des formés ne survivent pas à cette leçon. Moi j’y ai survécu et j’ai déjà goûté à ce qu’il y avait dans ce plat : une substance qui fait perdre la tête, qui fait faire des choses de façon… Primale et inconsciente. »

Agité comme il était, il donnait l’impression d’être en plein champ de bataille, face à l’ennemi, prêt à se battre. Se pourrait-il que deux millénaires de défenses ô combien dévouée commencent à faire son petit effet? Se parlant à lui-même dans un ensemble de propos plus ou moins cohérents où passé et présent semblaient se mêler, il était clair que Vilvan bataillait ferme contre sa mémoire pour trouver le nom du « poison », histoire de soumettre une donnée tangible à sa vénérée maîtresse.

« Je ne me souviens plus du nom de cette curieuse substance… Mais j’en reconnais le goût et les signes avant coureurs… Sale terroriste… Ne pouvant s’en prendre directement à vous, elle a tenté de se servir de moi comme l’instrument de votre destruction… Quand elle sera de nouveau sur pied… Je l’interrogerai avec plus de zèle encore que le chef de l’inquisition. Elle parlera et nous dira pour qui elle travaille. Un des seigneurs est impliqué, c’est évident! Des traitres, des traitres partout… Ils sont là, justes hors de portée de mon regard. Je les entends parfois quand je marche et ils disparaissent quand je me retourne… Mais je les trouverai et leur ferai rendre gorge même si je dois incendier cette ville de bout en bout! Protéger, servir, défendre la déesse… »

Vilvan perdait-il l’esprit? Était-il en train de devenir complètement fou? Sans doute pas… Mais c’était un signe assez révélateur sur un point : Anethra pouvait voir chez son garde du corps non pas une faute de logique mais une faille dans son armure émotionnelle, une énorme fissure : le zèle et le fanatisme avaient donné naissance à une nouvelle entité qui consumait Vilvan au point de le faire passer en mode extermination… Se pourrait-il que ces tentatives pour amener le côté « humain » de Vivlan à la surface soient un effet indirect de ce comportement… Excessif?
Revenir en haut Aller en bas
Anethra Helbaine

Anethra Helbaine

Féminin
Nombre de messages : 50
Age : 30
Date d'inscription : 04/03/2010

MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Mar 27 Avr - 2:27

- Faux faux et faux. Les aphrodisiaques aussi puissants soient-ils n'ont jamais encore tué personne, et qui plus est ils ne font que réveiller des envies refoulées... je n'ai encore jamais vu quelqu'un faire quelque chose dont il n'avait pas envie juste parce qu'il en avait ingéré. Par conséquent l'interroger s'avère superflu, surtout que j'ai moi même géré ses consultations régulières avec des membres de l'inquisition. Si tu veux la tuer, fais le... mais ne t'avise pas de remettre mon jugement en question. D'ailleurs je ne vois pas comment tu pourrais mener à ma destruction, ce n'est pas comme si ces épices t'avaient rendu violent à mon égard. À vrai dire je doute même qu'elles aient eu un effet tout court...

Soupirant car elle n'était que très partiellement rassurée de la décision de Vilvan, elle sirotait son thé en silence, réfléchissant à comment elle pourrait se dépêtrer du sac de nœuds dans lequel elle était tombée. Vilvan semblait très agité, trop agité... d'une façon qui n'était pas du tout naturelle même dans sa nature particulièrement versée sur la paranoïa et la manie de la persécution. Disons qu'il avait sans doute en trop ce qu'elle de son côté n'avait pas assez...
Par ailleurs en ce moment les choses ne semblaient pas prendre une tournure plus nette, au contraire, et par conséquent en ce moment précis Anethra se retrouvait aussi prise au dépourvu que jamais. Que pouvait-elle encore espérer tirer de Vilvan, surtout dans cet état second? Devait-elle essayer de jouer d'une proximité aussi fantasque qu'artificielle trouvée depuis peu pour essayer de le calmer, ou au contraire fallait-il lui donner de l'espace afin qu'il se retrouve? Drôle de dilemme... auquel elle n'était pas certaine de vouloir se donner la peine de répondre. D'habitude tout lui souriait sans effort tant qu'il s'agissait des relations humaines, mais là... La reine se sentait largement dépassée. Déposant un morceau de sucre dans sa tasse de porcelaine fine, elle jeta un regard creux à Meaphost qui comprit rapidement le message et s'écarta pour se mettre à l'abri. Il n'aurait même pas su dire lequel des deux personnages en présence aurait été le plus dangereux... l'éruptif soldat en pleine crise de folie, ou bien l'imperturbable déesse.


- Vilvan pourquoi parles-tu de la sorte, est-ce pour contrôler ton désir que tu psalmodies de la sorte, ou bien cette litanie berce-t-elle ta conscience? Hé... Mon cher, je te parle!

Essayant de revenir à quelque chose de moins sérieux et plus détendu afin de ne pas laisser sa migraine à venir prendre le dessus, Anethra posa une main insolente sur la fesse du garde noir, bien qu'elle soit recouverte par l'armure. Seulement grâce à ses pouvoirs elle pouvait dépasser cette barrière et faire réagir la peau elle même... ce qui était assez pratique lorsque l'on côtoyait un homme métallique comme Vilvan. Ceci dit il n'était pas garanti que tout cela ne joue pas encore contre elle, car l'état dans lequel il semblait se trouver n'avait pas l'air des plus propices à la plaisanterie. Quoi qu'il en soit qu'il soit hors de contrôle ou non le meilleur moyen de le savoir restait encore d'en tirer des conclusions par soi-même et de manière concrète... alors autant essayer de se distraire tant qu'elle le pouvait encore! N'adressant pas un regard à Mina qui semblait plutôt mal en point dans un coin de la pièce, elle laissa les gardes noirs repartir avec elle tout en enlaçant la taille de Vilvan en se positionnant dans son dos...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Mar 27 Avr - 3:06

« OUI! C’est exactement cela! Un aphrodisiaque! Qui conduit aux excès de chair, au viol et à la débauche! Qui plus est, sans mon entraînement cette substance m’aurait poussé à un manque impardonnable de professionnalisme! Je vous le dis majesté! Ils sont partout! Les traitres sont partout! Et c’est moi, votre instrument qui les trouverai et les tuerai en votre nom glorieux et éternel! »

La scène aurait été comique, de voir ce colosse se comporter comme ces espèces de prophètes annonçant la fin du monde… Si et seulement si il s’était agit, ultimement d’une plaisanterie, d’aussi mauvais goût soit-elle. Ce qui était triste c’était que Vilvan, endoctriné comme il était, ne pouvait pas voir très loin au niveau des actes des gens et ce qui était à la base un geste jaloux de la part d’une esclave se transformait en quelque chose de plus… Dramatique. Au contact de la déesse, le garde noir s’immobilisa subitement, comme si on lui avait lancé un seau d’eau en plein visage. Se calmant tranquillement sous le contact rassurant de la déesse, Vilvan devint alors moins agité et il recommença à respirer normalement. La tension dans la pièce, que l’on aurait pu précédemment couper au couteau, commença à aller à la baisse et c’était là un présage plutôt intéressant voire prometteur. Cependant…

Si le corps se calmait, l’esprit restait en proie au doute. Un doute qui le rongeait depuis le premier jour, un doute qui toute sa vie durant ne le quitterait jamais, un doute si omniprésent qu’il pouvait parfois l’empêcher de fermer l’œil. Vilvan se considérait comme un professionnel, dans la mesure où il avait été formé pour être un instrument de première catégorie pour servir la déesse. Il n’était cependant pas stupide pour autant : il voyait les autres suivants et servants de la déesse, bénéficiant d’une certaine… Liberté de pensée, capables d’agir sans directives… Alors que pour lui, tout se résumait à l’obéissance aveugle, au devoir le plus sacré qui soit, à la protection de la personne la plus importante de tout le royaume… Il devait demander… Il devait savoir…


« Majesté… Vous m’avez posé beaucoup de question sur comment je vous percevais, si je vous désirais, si je vous aimais et j’en passe… Et j’aimerais vous retourner la question si vous le permettez. Que suis-je pour vous, qu’est-ce que je représente? Quel genre de sentiments ou d’émotions nourrissez-vous à mon encontre? Je ne suis que votre instrument, votre protecteur mais je sais ce que l’on pense de moi : un monstre sanguinaire, un être difforme, un instrument obsolète tout juste bon à exercer ses fonctions jusqu’à ce qu’il en trépasse pour être remplacé…

Je dois savoir, majesté. Vous m’avez dis bien des choses qui se sont retrouvées noyées dans l’océan de mon incertitude et de ma paranoïa. Plus de deux millénaires d’existence commencent à avoir des effets sur moi je le crains et ce qui était pour moi clair autrefois devient… Flou. Confus. Incertain. Je veux tant vous sauvegarder, vous protéger… Et pourtant j’ai l’impression de tout faire de travers, de ne pas remplir mon devoir… D’être, effectivement, un… Une relique, voilà. Qui pourrait être remplacée par quelque chose de mieux, du sang neuf. Quelqu’un plus autonome, moins coincé, qui nourrirait à votre encontre des sentiments dignes des gens de notre race et non d’un militaire professionnel prêt à mourir sur commande pour protéger la personne la plus chère à ses yeux. Je dois savoir… Ne serait-ce que pour souffrir un peu moins de l’incertitude. »


C’était enfin dit… À la déesse de voir comment ELLE réagirait…
Revenir en haut Aller en bas
Anethra Helbaine

Anethra Helbaine

Féminin
Nombre de messages : 50
Age : 30
Date d'inscription : 04/03/2010

MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Mar 27 Avr - 9:09

- Les excès de chair sont peut être une mauvaise chose à tes yeux, mais ils n'en demeurent pas moins plaisants et nécessaires à la plupart des gens. Je sais parfaitement que pour mes soldats il faut prévoir un certain délai entre plusieurs campagnes afin qu'ils retrouvent leurs épouses ou bien les femmes d'une nuit qui leur permettront de retrouver le moral ainsi que la concentration grâce à leurs caresses et leur charme. Parler d'amour a aussi un certain sens, mais il est fort probable que chez les elfes de la pénombre cette notion soit très différente si on la compare chez celle d'autres races. Ceci dit je ne peux pas essayer de t'expliquer l'amour sans risques de me tromper, puisque je n'en ai jamais connu un de manière totalement désintéressée.

Résignée sur le fait qu'elle ne pourrait pas calmer Vilvan par les explications et les discours raisonnables et pertinents, la déesse avait tenté de le calmer par ce qui était sûrement plus familier au garde noir, à savoir le toucher. Paradoxal lorsque l'on savait qu'il ne se laissait normalement toucher de personne, même pas des médecins qui pourraient le soigner de ses blessures à condition qu'il veuille bien se laisser faire... Mais c'était trop en demander à un Ertis.
Par ailleurs c'était un peu frustrant que Vilvan ne réagisse qu'à peine à ses investies franches en ce qui concernait la provocation, mais là encore ce n'était pas étonnant pour autant. Toutefois comme tout ce qu'elle avait connu à travers sa très longue existence, chaque chose et chaque événement avait son utilité et sa raison d'être, tout comme les dernières péripéties qui bien que coquasses et tumultueuses avaient montré une autre face de Vilvan. Ce dernier s'était même découvert une capacité nouvelle: celle de réfléchir sur lui même et sur les autres d'après un point de vue n'engageant que lui. Après bien sûr cette entreprise, cette avancée ne se faisait pas sans son lot d'inconvénients... mais Anethra ne doutait pas qu'avec de la patience et un peu d'efforts de la part du colosse, il puisse trouver certaines ébauches de réponse à ses questions. Ce fut donc quelque part satisfaite d'elle même qu'elle entendit cette interrogation qui était le fruit de son travail... un fruit précieux mais fragile, qui risquerait de s'évanouir au moindre faux pas ou mot de travers dans ce qu'elle allait lui répondre. Connaissant les valeurs de Vilvan ainsi que sa façon de faire, elle préféra donc s'en tenir à une franchise toute simple qui lui paraissait la seule voie possible:


- Ta question est plutôt vaste, et je comprends ton besoin d'obtenir des réponses... alors je m'en vais te répondre dans les limites de l'aide que je peux t'apporter. Ce que tu es pour moi? La réponse peut être très courte comme très longue. Tu es quelqu'un que j'apprécie à sa juste valeur, l'un des seuls dont je puisse vanter la loyauté désintéressée et l'efficacité guerrière. Tu es l'un des seuls à me voir davantage que comme un bout de chair appréciable, et je sais aussi que tu ne me juges pas malgré ce que peuvent en dire tes pairs. Tu es mon bouclier et la seule présence permanente supportable et désirable. Je ne peux pas nier que je me sens mieux lorsque je te sais pas loin, parce que je sais que je pourrai enfin me focaliser sur autre chose que sur l'obsession de la sécurité et de la survie.
Par ailleurs je pense aussi que tu as compris que je ne te vois pas seulement comme un sujet de mon royaume qui selon les préjugés n'atteint pas les standards de beauté. J'ose espérer que tu as saisi que ce n'était pas ce qui m'intéressait en toi, pas plus que je ne t'utilise afin de générer une légende urbaine de « La Belle et la Bête ». Je pourrais le faire c'est une évidence, mais je ne le ferai pas parce que je ne le veux pas. J'ai beaucoup de considération pour toi et dis toi que tous ceux qui quelque part fréquentent ma sphère privée au quotidien sont des gens auxquels je tiens... autrement je les aurais tout simplement remplacés.


C'était un point commun entre le garde du corps et les esclaves qui servaient à la fois de domestiques et de secrétaires particuliers, le tout selon les aptitudes, mais Anethra ne le dirait pas de cette manière car Vilvan ne pourrait sûrement pas comprendre les nuances dans ses propos. Ce n'était pas comme si elle comparait la noblesse de tâche entre un garde du corps et un servant, car le guerrier se sentirait amoindri et insulté à raison... simplement autant les courtisans que lui s'occupaient de son bien être, de sa sauvegarde: l'un physique et les autres mentale. Même si ce n'était pas le but premier lorsqu'elle avait pensé à s'entourer d'esclaves, au final elle savait bien que lorsqu'elle parvenait à se constituer un noyau dur et fixe afin de garder le même entourage, elle trouvait une certaine stabilité émotionnelle dont elle avait besoin afin de poursuivre ses buts, et continuer d'exercer au mieux le pouvoir qui chaque jour un peu plus lui corrodait l'âme. Ces gens qui nourrissaient une vraie affection à son égard, une espèce de bienveillance un tant soit peu sincère étaient ce qui lui permettait de garder la tête froide en toute occasion, ils étaient le facteur qui la tempérait et lui faisait être impassible pour le reste du monde...

- Une relique... Que veux-tu dire par là? Oh mais je pensais t'avoir déjà éclairé à ce sujet. Je te l'ai dit... Je ne VEUX pas de quelqu'un d'autre que toi. Ni d'un autre Ertis, ni de personne. Si jamais pour une raison ou pour une autre tu venais à disparaître, ce qui n'arrivera pas, alors je ne te prendrais personne pour occuper ta place. J'abolirais la protection rapprochée, purement et simplement. Je te l'ai dit, je ne te considère pas comme un objet en tant que tel. Bien sûr tu es un soldat et tu le resteras quoi qu'il arrive, ce qui veut dire que j'attends de toi une certaine efficacité, une tâche à remplir. Mais d'un autre côté outre un respect irréprochable à mon encontre je ne t'impose pas grand chose de plus. Si tu voulais avoir une famille je te l'aurais permis volontiers, tout comme si tu voulais former quelqu'un à partager ma protection afin d'organiser une certaine relève pour quand tu es absent, je n'y verrais pas d'inconvénients non plus. Ce n'est pas pour autant que je désire ordonner plus qu'il n'en faut, tu n'es pas un esclave et je n'ai pas d'intérêt à te dicter quoi dire et faire. Ce que je dis est vrai pour ce qui est du domaine du privé... car je sais bien que pour ce qui est de ton professionnalisme, il est incontestable que je n'ai rien à te reprocher. Dis toi que si je t'ai gardé à ce poste c'est qu'il y a non pas une mais bien des raisons. Mon jugement n'en a pas de pareil, et si je t'ai choisi toi parmi tous les autres candidats, c'est bien que tu as une valeur! D'ailleurs je ne comprends pas pourquoi tu penses que tu n'as « pas assez de sentiments », après tout je n'ai jamais exigé de toi que tu me voues un culte en tant que femme, je ne t'ai jamais demandé ou ordonné de m'aimer... Non que l'idée me déplaise après tout je n'aurais que ce que je mérite, mais tout de même. Je t'ai toujours dit et j'ai essayé de te faire comprendre que tu es libre de faire ce qu'il te plait tant que tu suis mes ordres et que le résultat est au rendez vous. Tu veux connaître les plaisirs charnels en compagnie de la jeune elfe de ton choix? Fais le. Tu préfères me laisser décider à ta place? Fais le. Tu veux prendre le temps de te reposer? Fais le. Tu veux au contraire passer plus de temps avec moi? Fais le! Tu as aussi des droits en plus d'avoir des devoirs, Vilvan. Veille juste à ce que les premiers ne prennent pas l'ascendant sur les seconds, c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Mar 27 Avr - 16:41

Un ordre qui n’était pas un ordre mais davantage une question de bon sens. Une nouvelle prime directive qui en même temps était le germe pour ramener en Vilvan ce qu’il avait été de façon très brève jadis. À la fois ce que Vilvan avait tant attendu comme consigne et en même temps ce qui l’étonnait… Les Ertis, durant leur longue existence en tant que famille influente, avaient eu bien des maîtres… Mais aucun n’avait jamais vraiment daigné leur accorder un tel degré de liberté. Pour cette raison précise, Vilvan était particulièrement reconnaissant vis-à-vis de la déesse… Et pour une fois en plusieurs siècles, un soupir de soulagement qui semblait le libérer du poids écrasant de sa charge se fit entendre. Faisant quelques pas qui le menèrent jusqu’au lit de la déesse, il prit place sur le rebord, bientôt imité de sa maîtresse qui l’avait suivit. Déposant près de lui sa hallebarde, son casque et ses gantelets, Il prit ensuite délicatement la déesse dans ses bras, la fit s’asseoir sur ses genoux et commença à la bercer doucement. Que voulait donc dire ce changement d’attitude? Simplement que comme Vilvan était plus doué par les gestes que par la parole, il montrait à sa reine qu’il avait comprit le sens de ses propos quant à sa rassurante présence et qu’il ferait tout en son pouvoir pour l’aider à lui faire oublier la tyrannie des tracas du monde politique.

Vilvan sans casque était chose relativement courante, dans la mesure où la reine avait ses caprices et elle aimait bien qu’il montre son visage qui portait une balafre acquise en défendant l’honneur royal. Un exemple d’un vrai patriote. Un Vilvan sans armes l’était tout autant, le colosse pouvant très bien tuer à mains nues sans même faire d’efforts véritables. Mais un Vilvan sans ses gantelets? C’était un événement aussi rare qu’une sœur noire vierge. Jamais Vilvan ne se séparait de son armure! Son teint de peau était d’une pâleur pratiquement cadavérique, effets normaux quand vous passez votre vie dans une conserve géante. Pourtant… Il avait des mains si douces, ce qui contrastait considérablement avec la discipline martiale qu’il pratiquait. Plus étonnant encore, il était d’une grande dextérité manuelle pour quelqu’un avec d’aussi grosses mains…

Continuant donc à bercer Anethra, à en prendre soin et à la dorloter, le colosse en armure avait l’air à la fois d’un père attentif, d’un grand frère dévoué ou du propriétaire d’un petit animal câliné et aimé de son maître. L’esclave mâle le plus ancien d’Anethra et rival direct de Mina en échappa le plateau qu’il portait quand il découvrit la scène : SA maîtresse dans les bras dégoûtants de ce monstre et qui plus est en train de prodiguer des caresses qu’il aurait pu offrir lui-même? C’était inadmissible! Jetant un regard assassin au garde noir, qui ne le vit pas occupé comme il était à prodiguer attention et tendresse à sa déesse, il commença à l’insulter à voix basse. Vilvan ne l’entendit pas mais les oreilles fines d’Anethra elles ne manqueraient pas une virgule de ces propos. Si effectivement elle tenait autant à Vilvan qu’elle le disait, elle ne laisserait pas passer cet affront…

Vilvan, lui? Il ne se rendit compte de rien et invita la déesse à s’allonger sur le ventre pour qu’il puisse lui offrir un relaxant massage. Et quel massage! D’accord, c’était un rien vigoureux mais si points de tension la reine avait, ils fondaient comme neige au soleil et disparaissaient sous les mouvements experts de Vilvan. Apparemment, sa formation en faisait également une sorte de garde du corps à tout faire, dans l’éventualité où sa protégée serait à court de personnel… Et si Anethra avait une once d’honnêteté en elle, elle serait forcée de reconnaître qu’il était bien plus doué que ses serviteurs. Il en avait, des dons cachés, le Vilvan…
Revenir en haut Aller en bas
Anethra Helbaine

Anethra Helbaine

Féminin
Nombre de messages : 50
Age : 30
Date d'inscription : 04/03/2010

MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Mer 28 Avr - 1:25

Anethra s'en était remise à l'instinct pour tenter de remettre les choses à leur place, ce qui n'était somme toute pas une chose aisée. Pour elle qui planifiait chaque chose, chaque activité de son quotidien, c'était plutôt torturant que d'être ainsi limitée. Mais comprendre toutes les humeurs de Vilvan seulement à travers les gestes ce n'était pas du tout une énigme facile, loin de là. Un instant la demoiselle se demanda même si ses mots avaient eu l'effet escompté, puis finalement elle fut rassurée par le soupir qui fila d'entre les lèvres closes du garde noir. Heureuse de voir que les choses retrouvaient leur cours, elle soupira à son tour bien que plus discrètement, et finit par le suivre lorsqu'il s'assit sur le rebord de son lit. Elle ne l'avait jamais vu prendre de telles libertés et c'était étrange de le voir adopter un autre comportement, mais plus encore... En fait elle en venait à se demander pourquoi cette mise au point ne venait que maintenant, après autant de siècles de bons et loyaux services. C'était drôle de voir à quel point tout cela ne venait que tardivement alors qu'ils se côtoyaient depuis si longtemps...

Plutôt surprise par les diverses manipulations d'armure auxquelles s'adonnait Vilvan afin de se dépouiller de cette dernière, la déesse avait les yeux grand ouverts, comme pour s'assurer qu'elle ne rêvait pas. Si elle n'aurait pas imaginé qu'il fasse une chose pareille sous un ordre, alors que dire du fait qu'il décide d'agir de la sorte de son propre chef? Rien que l'idée d'imaginer qu'il puisse faire ses propres choix sans être dépendant de ses ordres était ardu... Prenant place non loin de lui, la sorcière s'appuya sur l'un des piliers du lit à baldaquin tout en se demandant ce qu'il allait bien pouvoir faire. Ce n'était pas comme si une telle entreprise n'avait pas une intention tout de même! Regardant donc le gardien dans les yeux, elle entendit vaguement les domestiques s'approcher pour nettoyer les débris et les diverses traces maculant le sol. Meaphost semblait commencer à s'intégrer et tisser une relative bonne entente avec Kilik, ce qui en soi était bon signe pour l'ambiance, mais qui ne l'était pas forcément pour ce Vilvan qui était devenu aussi hostile avec les esclaves. Ils risquaient fortement de faire front afin de ne pas subir le même sort que Mina...

Ceci dit si les pronostics allaient bon train dans la tête de la suzeraine, quelque chose l'en détourna bien assez vite. Se retrouvant assez rapidement dans les bras de son protecteur, elle vivait une étrange expérience qui était pourtant à des lieues de toute connotation érotique. Comme une enfant recevant pour la première fois de la tendresse, Anethra était immobile et n'opposait pas de résistance, ce qui ne voulait pas dire pour autant qu'elle était indifférente à ce qui se passait. Sans trop savoir quoi faire face à cela, elle se laissa faire, une main posée sur le large torse masculin. À vrai dire pour elle c'était une première, et ce malgré ses plus de deux millénaires d'âge. Elle avait toujours connu l'agressivité gratuite, la haine et la jalousie... Les seuls à avoir pu lui donner un semblant de stabilité émotionnelle ainsi que de soutien moral avaient été ses différents esclaves, qui n'étaient au final pas si nombreux que ça. Avec eux elle avait pris le temps de s'apprivoiser mutuellement, de tester l'alchimie les unissant, ce qui l'amenait à toujours s'habituer à être entourée de certaines personnes. Cependant ce n'était pas particulièrement dans ses plans d'avoir ce genre de proximité avec Vilvan, bien que cela ne soit pas déplaisant loin de là.

À vrai dire c'était sûrement ça qui était le plus bizarre, elle n'était pas insensible à ces caresses chargées de quelque chose de différent de toute la luxure qu'elle avait pu désirer auparavant. Il était naturel pour elle de deviner d'après le toucher des mâles le fait qu'ils la désirent, qu'ils la convoitent, qu'ils l'admirent. Dans le cas présent ce n'était rien de comparable à cela... ou peut être était-ce un mixte de tout cela, elle ne pourrait le déterminer. Ce qui était certain c'est qu'elle n'osait pas demander franchement ce qu'il en était à Vilvan pour l'instant, de peur de l'arrêter dans son élan de choix personnels. Se prêtant volontiers au jeu du massage, la déesse s'allongea sur le ventre sans pour autant se découvrir d'un fil. Après tout il ne le lui avait pas demandé et son geste risquerait d'être mal interprété. Après avoir relevé ses longs cheveux pour lui faciliter la tâche, l'éternelle se laissa faire avec une expression satisfaite. Ce fut donc dans cette position compromettante que la retrouva Kilik, qui fort étonné de ce qu'il voyait. Sanguin dans l'âme malgré qu'il fasse constamment des efforts sur lui-même, Anethra connaissait bien sa tendance à l'emportement facile. Guettant sa réaction, elle lui offrit seulement un regard noir, capable de dissuader n'importe qui de faire quelque chose de déplaisant, tout comme d'avertir ses subordonnés qu'ils venaient d'entrer dans un terrain miné. Dans le cas présent comme elle n'avait pas envie de bouger de sa place privilégiée pour de simples histoires de discipline, elle se contenta d'un simple geste de la main qui par le biais de ses pouvoirs déclencha instantanément une plaie ouverte et sanguinolente sur la main de son serviteur. Un simple petit rappel à l'ordre visant à lui rappeler qui il servait et où il se trouvait, car après tout ce n'était pas parce qu'elle avait une occupation un peu différente de d'habitude qu'il pouvait se permettre une telle vulgarité. D'autre part elle espérait qu'il comprenne le message tout de suite, ou il serait probable que la prochaine fois de telles paroles parviennent aux oreilles de Vilvan... ce qui raccourcirait ses jours à lui aussi. Il avait suffi de l'affaire Mina, il n'y avait guère besoin que la liste des pertes ne s'allonge dans la journée. Faisant diversion afin que le garde noir ne porte pas son attention sur ce qui se passait en coulisses, elle lui dit en murmurant:


- J'étais loin de me douter que ton premier libre choix se porterait sur ce genre d'activités, mais je ne peux pas nier qu'il est judicieux et que comme je te l'ai dit après la réunion, tu possèdes des dons que je n'aurais pas soupçonnés. C'est vraiment du gâchis que tu n'offres pas ce savoir faire à une femme capable de devenir ton épouse...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Mer 28 Avr - 1:50

« Je ne suis pas très doué avec les mots alors j’essaie de communiquer avec le plus simple des langages que je connaisse. La gestuelle est pratiquement universelle en ce monde, c’est plus facile de se faire comprendre. Et que sa majesté se rassure : je suis formé à bien des choses pour être le plus polyvalent des protecteurs. Pour apprendre à blesser efficacement, il faut savoir soigner. Pour être dur, il faut connaître la tendresse. Pour être froid comme l’acier, il faut connaître la passion. Tout n’est que contraste dans la vie, il suffit de savoir nuancer… »

Anethra devait se douter qu’il avait cité en partie ce qu’il avait apprit, faute d’être capable de fournir un discours du genre par lui-même. Dans la majeure partie des cas, Vilvan citait ceux qui l’avaient formé afin de faire voir son opinion. Ce n’était pas qu’il était stupide ou illettré. Simplement… Il y avait un certain malaise quand venait le temps de parler, chez Vilvan, d’où sa préférence du langage gestuelle : il avait moins de chance de se tromper dans le sentiment communiqué. Poursuivant son massage, il était évident que Vilvan allait ajouter quelque chose… Quand on cogna à la porte de la demeure de la déesse. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, Vilvan avait arrêté ce qu’il faisait et avait remit gantelets et casque et il avait derechef sa hallebarde en main. Vilvan redevenait Vilvan, protecteur dévoué de la reine, un beau moment gâché par un impertinent et non des moindres : un inquisiteur, un lieutenant ou membre important de l’organisation qui jeta un regard assassin à Vilvan avant d’aller s’entretenir avec la déesse. Fidèle à son habitude, Vilvan se plaça un pas en retrait de la déesse… Et l’autre commença à déverser son fiel contre le garde noir, en s’adressant toutefois uniquement à la reine, comme si Vilvan n’existait pas. Un pari risqué…

Les doléances du dit haut placé de l’inquisition concernaient une décision de Vilvan émise de son propre chef qui avait vu la réaffectation de la garde noire au service de la déesse plutôt que d’en laisser pour protéger les différents hauts placés répondant des divers corps armés. À la défense de Vilvan, ilfallait bien reconnaître que si les commandants ne pouvaient faire usage de leurs propres soldats pour se protéger, il y avait un problème.. Oui, la décision avait été faite sans l’accord du conseil… Mais ce premier point n’était que le tremplin pour la vraie critique. Vilvan avait également ordonné à ses hommes de faire la chasse aux traitres, une tâche incombant d’ordinaire à l’inquisition. Dans la tête de Vilvan, et Anethra pouvait le deviner sans le moindre mal, la récente série d’attentats avait simplement titillé la fibre surprotectrice de Vilvan qui avait prit des mesures en vue de mieux protéger la déesse. Hélas, comme avec les dragonniers, la réaction face aux actes de Vilvan avait été des plus négatives…

L’autre continua à se plaindre et à exiger réparation, comme si sa position lui permettait d’exiger quoi que ce soit de la déesse. L’arrogant personnage alla jusqu’à dire à Anethra ce qu’elle devrait faire, lui suggérant non, exigeant que Vilvan soit remit entre les mains de l’inquisition pour qu’il fasse face à son juste châtiment. Pire encore, il cria à l’injustice et au favoritisme, accusant la reine de préférer son garde du corps à l’intégralité de ses « loyaux sujets et dévoués serviteurs de la couronne »… Ce qui était exagérément absurde dans la mesure où Anethra était entourée de 90% de lèches cul, de 5% de traitres et de 5% de vrais loyalistes… Évidemment, Vilvan Voulu s’avancer pour découper l’impertinent en tranches minces… Mais une main féminine se posa sur le poitrail de son armure et il put sentir au travers de cette dernière le contact chaud et rassurant de la déesse. C’était un signe : elle se chargerait personnellement de cet insolent…
Revenir en haut Aller en bas
Anethra Helbaine

Anethra Helbaine

Féminin
Nombre de messages : 50
Age : 30
Date d'inscription : 04/03/2010

MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Jeu 29 Avr - 1:11

- Tu ne m'apprends rien en me disant tout cela, je pense que je connais assez bien les enseignements que tu as suivis jusqu'à aujourd'hui. Ce que nous apprenons chez les sœurs noires est plus mystique et subtile j'en conviens, mais tout de même... je crois que je connais ce genre de discours assez bien. De la même façon j'avais compris depuis longtemps que tu aimes le sang et le meurtre, mais j'ignorais que tu avais un certain goût pour leur opposé.

Ce qu'elle disait pourrait paraître absurde à des oreilles d'un humain ou d'un elfe du soleil de part sa froide constatation, or si l'on prenait en compte leur race, tout cela était parfaitement rationnel et cohérent. Chez les siens des notions comme l'amour n'étaient pas simplement des sentiments à l'eau de rose, baignés d'une dégoulinante niaiserie mais plutôt quelque chose de complexe et non manichéen. L'amour pour les elfes sombres c'était un partage avant tout, un choix de vie qui n'était pas si courant. La plupart du temps il y avait surtout des mariages arrangés qui permettaient de faire vivre un nom et une lignée, afin de préserver le patrimoine et la gloire familiale. Bien sûr il y avait toujours des enjeux politiques et aristocratiques comme dans n'importe quelle civilisation... mais avec des concepts bien particuliers qui n'avaient sûrement aucune comparaison chez les autres races. La polygamie n'était pas permise en théorie et pourtant les partenaires allaient régulièrement voir ailleurs, dans la plus grande discrétion bien sûr, afin de ne pas attirer le discrédit. Par ailleurs si il y avait quelque chose qu'un couple partageait en dehors des longues nuits passionnées, c'était la douleur. On avait pour tradition millénaire de dire que cette dernière, cette peine qui dilacérait impitoyablement la chair et l'âme était le seul moyen de se sentir vivant et libre des contraintes d'une vie sans fin. C'était souvent dans des pratiques sensuelles et nuancées de sang que les couples trouvaient le plaisir le plus parfait et intense. Une plénitude trop intime pour que la Déesse ait pu l'expérimenter, en dehors bien sûr des sévices qu'elle pouvait infliger à qui elle le désirait. Toutefois ce n'était pas du tout ce à quoi elle aspirait en réalité, bien que remettre les points sur les I soit régulièrement nécessaire.

Le fait est que si Vilvan allait enfin lui faire part d'éléments plus croustillants, le tout fut encore reporté par la présence de quelqu'un sur les lieux, qui nonobstant l'interdiction formelle de pénétrer sans être invité dans ses appartements semblait faire de cette partie du palais sa nouvelle demeure. Fortement irritée par cette irruption qui allait encore repousser un moment intéressant, Anethra se remit debout sans se presser, ne se donnant pas la peine de cacher le fait qu'elle n'appréciait pas du tout sa venue. Reprenant sa permanente expression faussement neutre, elle se redressa paresseusement, faisant face à se nouveau venu à la présence impromptue et non désirée. Se levant de son lit pour prendre place à son imposant bureau, la Déesse reprit des airs solennels, comme chaque fois qu'il était question d'affaires internes. Elle avait tout simplement assez de devoir jouer les surveillantes d'enfants qui se chamaillaient sans cesse, comme si l'ennui les conduisait toujours aux mêmes points.


- Je vois que l'oisiveté donne encore lieu à de multiples plaintes... comme quoi vous n'avez rien d'autre de sérieux à faire que de contester des choix sur lesquels je ne reviendrais pas. Je suis profondément désolée de constater que malgré le risque que vous connaissez mieux que personne, vous vous entêtez à venir me défier sur mon propre terrain, quitte à braver mes ordres directs. J'en conclus donc qu'en plus d'incompétent vous êtes stupide, ce qui je dois le dire n'est pas du tout avantageant. On ne peut pas dire que votre comportement ou votre intellect joue en votre faveur, car si vous n'êtes pas fichu de vous occuper de ce qui vous regarde directement, alors vous n'êtes tout simplement bon à rien. Voilà ou nous en sommes: une situation répétitive et désespérée pour votre parti... Enfin puisque je suis d'une grandeur d'âme et d'une miséricorde absolue, je vous donne cinq précieuses minutes de mon temps afin que vous essayez de me donner une bonne raison, une seule bonne raison qui justifierait que je ne vous ôte pas la vie ici et maintenant. Je vous écoute.

Le concerné se contenta de balbutier nerveusement avec un débit pour le moins soutenu, qui visiblement résultait de la fureur contenue et de la rancœur concernant les décisions qui leur avaient causé du souci, à lui et ses hommes. Quoi qu'il en soit Anethra ne se sentait pas d'humeur à discuter de manœuvres stratégiques aussi simples soient-elles avec un pareil ignorant, surtout après qu'il ait gâché un instant prometteur peu avant. Il n'était pas question de se laisser marcher sur les pieds ou d'entendre cette voix nasillarde et plaintive une minute de trop, car dans le cas contraire son cerveau menaçait d'entrer en ébullition. Qu'il était exaspérant... Ils auraient au moins pu envoyer quelqu'un qui soit moins détestable par sa seule apparence! S'approchant de lui avec une rage à peine contrôlée, Anethra exhalait un halo noir comme les ténèbres elles-mêmes, si fortement chargée de haine que le lieutenant fit quelques pas en arrière, effrayé. Mais rien n'y fit, ce fut une reine impitoyable qui le subitement s'approcha et glissa la main entre les jambes de ce dernier pour l'y empoigner violemment. Devenant rouge de douleur, il ne savait plus trop quoi faire, vu qu'il n'avait pas intérêt à bouger si il ne voulait pas connaître un sort pire encore.

- Quelle réparation exiges-tu soldat? Et d'abord pour qui te prends tu pour m'accabler de tes pathétiques requêtes?? Je ne suis pas tes rampants de supérieurs qui se permettent la belle vie alors même qu'ils devraient faire leurs preuves sur un champ de bataille! Je ne supporterai pas une seconde de plus d'infliger à ma divine personne ton immonde présence! Si tu voulais te faire tuer, si tu voulais courir à la mort pourquoi ne pas simplement t'être laissé tuer par l'ennemi à la prise de la ville...? Pourquoi devoir me faire perdre mon temps avec des discours vides et sans valeur qui de toute façon ne me feront pas accéder à tes suppliques?? Quand à tes pairs, je te renvoie auprès d'eux afin que tu transmettes le message: Si ce sont eux qui me servent et non l'inverse il y a une raison et une seule: JE suis la seule apte à régner, JE suis celle qui peut tous vous tuer en claquant des doigts si l'envie m'en prend. VOUS vivez pour m'obéir, vous respirez parce que JE vous le permets. Tachez de vous en souvenir, si vous ne voulez pas tous perdre ce qui vous sert de cerveau!

Elle serra encore plus fort jusqu'à le faire hurler, ce qui lui fit comprendre que c'était ce qu'elle considérait leur servir de siège de la pensée. Finalement lorsqu'il en perdit presque son souffle à force de manifester sa douleur, elle le relâcha et le regarda tomber à terre, trop choqué et endolori pour protester ou dire un seul mot. Finalement elle se détourna un moment pour regarder en direction de Kilik qui observait la scène, l'analysant sous ses prunelles ébène. Le lieutenant choisit alors ce moment pour ramper à moitié vers la sortie, mais il ne prit pas la poudre d'escampette assez vite... à moins que tout ne soit calculé par la Mère Noire.

- Oh au fait... tu devrais prendre conseil chez un médecin, je trouve que tout ça manque de muscle... Pour ne rien te cacher c'est aussi petit et vigoureux qu'un petit elfe du soleil qui dort profondément dans sa chère forêt... Et puis tiens, je ne t'ai pas fait grâce d'un souvenir n'est ce pas? Tiens le voilà... et non je t'en prie ne me remercie pas, le plaisir est pour moi.

D'un petit geste de la main elle lui tourna le dos alors qu'un hurlement encore plus fort que les précédents se fit entendre. Se tenant le visage à deux mains, il tentait de contenir le flot de sang qui s'en échappait, sans pour autant y parvenir. Des douleurs horribles agitaient son corps au bord de l'état de choc, suite à la punition à peine voilée. Son œil gauche avait littéralement explosé, au grand plaisir de la déesse qui ne regardait pas le spectacle mais se délectait des cris qui se faisaient entendre. Après certains pourraient se demander pourquoi avoir attendu qu'il s'en aille... mais la raison en était simple: elle ne désirait tout simplement pas se maculer de ce sang impie alors qu'elle pouvait faire les choses plus proprement. Haussant les épaules sans remords ni état d'âme, elle donna à ses gardes l'ordre d'évacuer cet illuminé, en précisant clairement qu'aucun soin ne devrait lui être prodigué par qui que ce soit, sous peine de mort. Sans ciller ils obtempérèrent, emmenant le malheureux loin de sa vue.

- Et voilà... me voilà encore contrainte de faire un fichu rapport à cause d'un misérable insecte.

S'approchant sans prévenir du sceptique Kilik, elle s'amusa de voir le doute dans son regard alors qu'elle léchait les gouttes de sang perlant de sa paume meurtrie. Croyait-il que maintenant c'était à son tour de rendre des comptes? Peut être, voire même sûrement. Mais il demeurait on ne peut plus adorable avec sa frimousse d'Adonis... L'attirant par le col de son vêtement, la déesse lui caressa la joue et l'embrassa fougueusement, de manière si inattendue qu'il ne réagit que quelques secondes plus tard. Mais déjà le baiser en était terminé, à sa grande frustration. Tout en lui murmurant quelques mots à l'oreille, dont quelques menaces bien placées qui auraient un effet pacificateur, Anethra revint vers Vilvan. Ce genre d'épisodes commençait à la fatiguer, surtout que toutes ses journées étaient aussi mouvementées dernièrement. Un bien fastidieux quotidien...

- Dis Vilvan mon chéri, tu veux bien me rendre un service ce soir? J'aimerais que tu dormes avec moi...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Jeu 29 Avr - 1:35

« Sans problème majesté. Je me ferai une joie non feinte que de vous servir jusque dans mon sommeil, aussi bref soit-il. Je serai à vos côtés… Mais par contre je doute que mon armure soit un oreiller des plus confortables. Le devoir oblige… Je ne m’en sépare jamais, si ce n’est pour prendre un bain d’eau bien froide et bien salée. Rien de tel pour se désinfecter ou se trouver des blessures… »

Vilvan avait dit cela comme si rien ne s’était passé, comme si sa reine avait simplement réglé un dossier. Ce qui était en quelque sorte le cas. Se demandant bien pourquoi sa reine voulait qu’il passe la nuit avec elle, il décida de prendre une initiative : tenter de cerner ce qui ferait le plus plaisir à sa maîtresse. Se tournant vers l’esclave Kilik, histoire de trouver une esquisse de réponse, celui-ci lui répondit par un haussement d’épaule incertain. Le fait que Mina soit hors de son chemin grâce à Vilvan compensait un quelque peu pour sa haine du personnage… Et il était tout aussi surprit que le garde noir de la tournure des événements. Laissant passer quelques instants, il se rendit vite compte qu’il était désormais de nouveau seul avec la reine. Les esclaves étaient repartis pour s’acquitter de leurs tâches… Et donc Vilvan reprit la parole.

« Si sa majesté compte me faire rester ce soir pour euh… Rendre honneur à sa forme corporelle, son humble garde du corps connaît suffisamment de notions en anatomie pour lui rendre grâce. Ce n’est pas dans mes attributions principales… Mais un bon garde noir, un vrai protecteur, est formé à toute éventualité… »

C’en était presque mignon : Vilvan tentant de trouver pourquoi sa reine voulait qu’il reste, tirant une conclusion hasardeuse sur un sujet banal chez tous les elfes de la pénombre… Sauf lui. Comme si le sexe était une sorte de… Tabou chez lui. On pouvait deviner le rouge de la gêne qui lui montait aux joues en livrant cette conclusion… Partie à la base d’une bonne intention, il allait de soi! Simplement… Avec le fil de la conversation et ce qui s’était passé en termes d’événements… Il aurait été bien naïf de penser que la chose ne concernait que ses principales attributions!

Manquant de bondir au plafond quand la princesse lui refit le coup du bas ventre, il planta sa hallebarde devant lui, par réflexe, même si l’armure qu’il portait dissimulait tout. Pauvre Vilvan qui évoluait tant bien que mal dans l’univers des sentiments et de la libre pensée… C’était à la fois une bonne et une drôle de chose que sa seule bouée dans cet océan flou soit sa maîtresse… Qui tantôt lui tendait la main et tantôt tentait de le noyer dans ces eaux qu’il découvrait. Laissant échapper malgré lui un « Majesté! » de surprise, il vira encore plus au rouge, se demandant comment finirait tout cela. Une chance qu’il n’y avait pas d’oreilles indiscrètes : les coureurs de ragots s’en seraient donnés à cœur joie autrement… Et déjà que la côte de Vilvan n’était pas très bonne chez la société « bien pensante » des elfes de la pénombre… Mais ceci relevait du détail.

Ressemblant désormais à un homard plongé dans l’eau bouillante, il fallait dire que le fait que la déesse se promène lascivement autour de lui n’arrangeait pas les choses. Effectivement : un Vilvan déstabilisé devenait plus facile à approcher que l’éternel et impassible professionnel. Une tactique qu’Anethra maîtrisait à merveille et que Vilvan ne pouvait pas vraiment contrer : il n’allait tout de même pas commencer à donner des ordres à une déesse vivante, c’eut été un sacrilège, une hérésie!
Revenir en haut Aller en bas
Anethra Helbaine

Anethra Helbaine

Féminin
Nombre de messages : 50
Age : 30
Date d'inscription : 04/03/2010

MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Jeu 29 Avr - 15:10

- Dormir en armure? Je vais sûrement me faire mal avec la froideur du métal... Hum tu veux que je demande qu'on te fasse couler un bain?

C'était à déplorer qu'il ne veuille pas se dépouiller de ses protections, mais d'un autre côté c'était aussi bigrement prévisible. C'était si il avait prétendu le contraire qu'Anethra en aurait été étonnée. De fait même si depuis quelques temps elle voyait de plus en plus de choses qu'elle n'aurait pas imaginé arriver si vite, elle n'en oubliait pas que ces mêmes épisodes demeuraient des faits isolés susceptibles de se raréfier. Il ne fallait pas en tirer des conclusions hâtives et se précipiter dans de fausses généralités. Conclure par exemple que Vilvan était sensible ou à même d'être maniable par son simple toucher n'était pas prouvé. Certes c'était probable qu'il y ait une part de vérité là dedans, mais... des expériences plus poussées seraient la seule manière de découvrir ce qu'il en était vraiment. Haussant les épaules sans attendre qu'il donne son avis sur la question, la déesse fit mander rapidement un domestique et lui donna les instructions nécessaires à ce qu'il exécute la tâche exactement comme Vilvan venait de le décrire. Un petit plaisir de temps en temps ce n'était pas si mauvais pour la santé après tout !

S'asseyant quelques instants à son bureau afin d'expédier rapidement plusieurs rapports et un ensemble d'ordres concernant les mouvements de son armée, Anethra laissa Vilvan discuter avec Kilik, tout en se demandant tout de même ce que les deux pouvaient bien trouver à se dire. Ils n'étaient pas du tout du même monde, c'était le moins que l'on puisse dire, ce qui ne faisait qu'en rajouter à sa curiosité déjà dévorante. Enfin au moins ils avaient réussi à échanger plusieurs mots sans forcément s'entretuer, ce qui n'était pas plus mal. Cependant l'idée que le garde noir fasse le pas vers quelqu'un l'intriguait, et plus encore si l'on prenait en compte le fait que ce quelqu'un ce n'était pas elle. Son égocentrisme ne lui faisait pas grandement apprécier cette nouveauté, mais de toute façon elle n'avait pas vraiment de raison d'interrompre ce changement. Peut être arriverait-elle à mieux guider Vilvan sur la voie qu'elle lui avait pré-tracée... Souriant mystérieusement à la manière dont ce dernier s'exprimait sur quelque chose qui pouvait théoriquement être dit d'une manière bien plus directe, elle se contenta de lui répondre:


- Ce n'est pas dans mes habitudes de forcer la main dans ce domaine. Je n'ai jamais poussé un mâle à faire avec moi ce dont il n'avait pas envie, et je ne commencerai pas maintenant. Par ailleurs si je te demande cela, ce n'est pas avec des desseins prédéfinis. Je n'ai pas dans l'idée le fait d'abuser de toi, de près ou de loin. Je cherche juste un peu de compagnie, puisque je n'ai plus Mina à mes côtés pour des raisons que nous connaissons tous les deux...

Elle avait dit la vérité, elle n'avait pas d'arrière pensée ni de plans précis pour l'instant... Même si tout cela pouvait paraitre suspect étant donné son caractère d'ordinaire si calculateur. Néanmoins comme le disait l'adage, l'habit ne faisait pas le moine, et tout ce qui avait l'air incontestablement vrai chez elle ne l'était pas forcément. Anethra n'en était pas non plus au point de se prétendre un puits de vertu, mais disons qu'une bonne partie des vices qu'on lui prêtait tenaient davantage de la légende que de la réalité. Et puis en ce qui concernait ses intentions, elles étaient plutôt obscures, même pour elle-même. Pourquoi avait-elle jugé bon de lui demander une telle chose? Elle ne le savait pas et s'en fichait éperdument. C'était une pulsion comme tant d'autres, motivée uniquement par l'envie du moment, qui parfois pouvait sonner farfelue à des oreilles néophytes... Qu'importe, de toute façon ce n'est pas comme si elle avait des comptes à rendre à qui que ce soit... Riant tout bas devant la gêne et les gestes défensifs de Vilvan, la demoiselle semblait renouer doucement avec une humeur plus calme, comme si déverser sa colère contre quelqu'un lui avait apporté un peu de bien être.

- Ne réagis pas comme ça, je me fais l'impression d'une matriarche qui essaye de pervertir une âme pure par le biais de la chair! J'ai presque l'impression de te faire peur, de te rendre farouche à ma présence et à mon toucher... Je ne vais pourtant pas te manger! Tu en doutes...?

S'approchant tout près, elle ne put s'empêcher d'avoir envie de le taquiner un peu plus. En fait le voir aussi timide et prude c'était presque comme attirer un prédateur grâce à de la viande saignante... Tournant autour de lui par des mouvements aussi félins que lascifs, Anethra s'amusait de déclencher chez cet elfe des réactions qu'elle n'aurait pas cru lui voir un jour. Pourtant si son comportement à son égard avait l'air pour le moins ambigu, il n'y avait pas vraiment d'arrière pensées malsaines. Il suffisait pour elle de se laisser porter par son instinct et ses envies et le tour était joué... Décidant donc de rajouter de l'huile sur le feu en lui disant ce qui lui passait par la tête, elle se glissa dans son dos et l'enlaça. Ainsi elle évitait cette maudite hallebarde qui lui barrait le chemin alors qu'elle avait envie de passer outre les barrières...

- Tu sais que le rouge te va très bien? Tu es presque hypnotisant...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Jeu 29 Avr - 15:32

[color=white]Balbutiant quelque chose entre le remerciement et l’objection, Vilvan avait l’impression de se retrouvé, une fois de plus, en train de lutter contre cette bête féroce appelée « inconnu ». Il ne savait pas trop sur quel pied danser et il avait au moins par contre une certitude en tête : ce n’était pas aujourd’hui qu’il passerait outre ses fonctions. Oh évidemment, les actes de la déesse le laissait un rien sceptique, cette idée de bain par exemple… Mais douter était un poison auquel il ne désirait pas succomber. Tant qu’il aurait la foi, le reste se ferait plus ou moins seul. Reprenant un peu plus de contrôle sur lui-même, il porta machinalement la main à son casque pour s’assurer que son visage était toujours bien caché. Comment diable pouvait-elle voir le rouge qui lui montait aux joues derrière cette protection? Misère de misère…

« Le... Le rouge majesté? Je ne pense pas non, cela jure trop avec le reste de la couleur de ma peau… Et puis ce n’est pas très naturel comme teint. C’est sans doute la… La… La chaleur oui! On finit par s’habituer à l’armure mais elle reste quand même une épaisseur de plus, si on veut… Traquer ce traitre dans le désert de Rugilian fut d’ailleurs, à l’époque, tout un épisode, je ne vous le cache pas… »

Ce n’était pas tant un mensonge qu’une tentative de désamorcer cette situation plutôt gênante. Après tout, ce n’était pas tous les jours que la reine nourrissait un intérêt pour lui… Il fut sauvé une fois de plus par le gong car les domestiques revinrent avec le nécessaire pour lui faire son bain et donc après avoir balbutié un « que sa majesté me pardonne », il courut s’enfermer dans la salle de bain. D’une part, il avait besoin de cette porte de sortie et d’autre part… Il ne comptait pas rajouter un clou à son cercueil en refusant cette attention de la part de sa maîtresse. Pendant un court instant, il songea à verrouiller la porte de la pièce dans laquelle il se trouvait… Mais il se dit que d’une part ce serait insultant pour la reine et que de deux, si Anethra voulait entrer, elle entrerait quoi qu’il fasse. Aucun obstacle ne pouvait décourager la déesse…

Se dépouillant donc de son armure puis de sa tunique, le colosse entra dans le bain d’eau bien glacée et bien salée. Quelques blessures en guérison se rappelèrent à lui et le froid lui éclaircit immédiatement les idées. Il devait cesser d’esquiver constamment, il devait faire face et affronter la situation, aussi gênante soit-elle s’il ne voulait pas se couvrir de ridicule. Commençant donc à se laver sagement, un observateur extérieur aurait pu voir que la bête tout en muscle avait quand même un certain… Charme. Une aura de force semblait le nimber, cette force rassurante et protectrice qu’il maniait de main de maître au service de la reine. C’était davantage son visage que son physique général qui était ingrat… Pour un peu que sa carrure ne fasse pas fuir les amants de la grâce des corps.

Même une tâche aussi simple que prendre un bain avait des allures de rituel ou d’une tâche disciplinaire x ou y. Tout semblait si… Ordonné, à sa place, prévu et anticipé… Car ainsi était Vilvan, réglé comme une horloge, toujours en train de faire à la lettre ce qui se devait d’être. Son seul plaisir coupable? Il aimait fredonner dans son bain. L’hymne familial des Ertis était son choix de prédilection, un hymne guerrier dont le sens et le ton étaient… Inattendus venant d’une famille célèbres pour produire les meilleurs gardes noirs qui soient donc des gens plus portés sur la destruction que la création… Et il ne se débrouillait pas si mal d’ailleurs, il aurait peut-être même pu faire conteur s’il n’avait pas eu cette imposante carrure et ce destin tout tracé…
Revenir en haut Aller en bas
Anethra Helbaine

Anethra Helbaine

Féminin
Nombre de messages : 50
Age : 30
Date d'inscription : 04/03/2010

MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Sam 1 Mai - 1:24

Intéressant. Curieux et intéressant que ce bonhomme à la carrure de titan ose pour une des premières fois de sa longue vie exprimer un avis personnel qui allait à l'encontre de ce que sa reine venait de suggérer. C'était certes sur un sujet anodin comme la couleur qui lui allait le mieux, mais quelque part ce petit signe était à lui tout seul déjà un vrai bond en avant. On pourrait dire que même si tout ne se passait pas exactement comme elle l'avait prévu, au moins on ne pouvait pas nier que l'on avançait, doucement et à tâtons, ce qui était déjà mieux que rien. Amusée par les excuses peu crédibles qu'il lui donnait pour justifier quelque chose qui n'avait pas besoin de l'être, Anethra le laissa battre en retraite afin qu'il puisse se retrouver quelques instants en solitaire. De quoi lui donner un peu de temps pour se remettre avant qu'elle ne porte encore une fois une attaque subtile, harassante et impitoyable. Pourtant est-ce que Vilvan pourrait décemment se plaindre de ce qui se passait? Non c'était improbable si l'on connaissait approximativement le nombre de ses pairs qui auraient tué la moitié de l'Erade pour être à sa place au moins l'espace de quelques minutes...

- Dans ce cas la chaleur te va à ravir, bien que je doute que Gladilan dont le second nom est « La Splendeur Glacée » soit très propice à cette température que tu évoques...

Jouant l'innocente tout en ne se gardant pas de lui faire comprendre qu'elle pouvait désarçonner son argumentation d'un revers de main, la reine était à nouveau plus souriante. Ce n'était pas tous les jours qu'une telle occasion de mener un bras de fer implicite se présentait, et surtout pas lorsqu'il s'agissait de quelque chose d'aussi peu commun. Déstabiliser Vilvan c'était un peu comme la cerise sur le gâteau, le petit plus qui faisait toute la différence... et le fait qu'il soit aussi naïf sur certains points qu'il ne le laissait paraitre l'attirait de la même manière que les abeilles par les fleurs. C'était viscéral, c'était naturel... C'est pourquoi après avoir donné quelques minutes de répit à sa proie du moment, elle s'approcha de la pièce où il se trouvait après avoir donné des ordres formels afin de ne pas être dérangée une fois de plus.
La voix grave de son garde du corps se faisait entendre de l'autre côté du mur, ce qui la laissa pensive quelques instants. Au fond il avait accepté de prendre un bain dans SA demeure, ce qui laissait présager laisser l'armure de côté pendant quelques temps et ne pas avoir les yeux rivés sur elle à tout instant. En soi c'était une victoire... mais elle savait bien que la guerre était loin d'être gagnée. Entrant donc sans prendre la peine de s'annoncer, elle marcha lentement comme pour le laisser s'acclimater à sa présence. Un bref signe de main de sa part demandait au garde noir de ne pas s'interrompre par sa venue, et en s'asseyant sur le rebord de la baignoire, Anethra se fit silencieuse alors qu'elle écoutait cet hymne si particulier. Se glissant alors dans l'eau toute habillée, elle garda les yeux fermés jusqu'à ce qu'il ait terminé ce qu'il avait commencé. Retenant sa respiration à cause du froid intense de l'eau dont elle n'avait pas l'habitude, elle ne parla qu'après un certain temps...


- Brrr... Je ne sais pas comment tu fais pour ne pas congeler avec une eau pareille... à croire que tu as des tendances masochistes mon cher. Dis moi, c'est l'hymne des tiens que tu fredonnais n'est ce pas? Hum... Curieux, je l'avais déjà entendu quelque part, mais je ne suis plus sûre d'où c'était. C'est très beau et je trouve que les Ertis n'en ont que plus de mérite de faire perdurer de traditions telles que celle-là. Je ne peux pas dire pour ma part que j'ai quoi que ce soit à transmettre à des descendants, mis à part mon savoir et le pouvoir... Enfin ce n'est pas non plus comme si j'avais en tête d'enfanter, je risquerais de créer un ennemi de plus, venant cette fois de mes propres entrailles...

Ne regardant pas particulièrement la silhouette nue de Vilvan, la déesse était pour une fois relativement sage, restant recroquevillée dans le coin opposé de la baignoire. Elle ne tenait pas à le mettre mal à l'aise tout de suite, et certainement pas à le brusquer alors qu'elle gagnait petit à petit un peu de terrain... Mais il restait bien difficile de savoir à l'avance l'impact de ses actes. Tentée pourtant de regarder pour la première fois l'entièreté du corps du guerrier, elle n'en fit rien, jugeant mieux de rester prudente. Le tissu de sa robe lui devenait également transparent, ce qui suggérait aisément ses courbes sans pour autant tout dévoiler, d'autant plus que sa position ne laissait que ses épaules et son dos nus...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Sam 1 Mai - 1:49

« M… M… MAJESTÉ! Mais vous allez prendre froid! Tomber en état d’hypothermie! Ne restez pas là cette eau est glaciale! Une couverture, de l’eau chaude… Il faut vous réchauffer et vite! Très vite même! »

S’il fut impassible pendant un moment, il n’en fallut guère plus pour que toutes les pièces du puzzle se mettent en place dans la tête du garde noir encore une fois déstabilisé. Bondissant, littéralement, hors de la baignoire, le garde noir manqua de s’étendre de tout son long en dérapant sur le plancher avant de se mettre à fouiller de façon frénétique dans la pièce pour trouver de quoi réchauffer sa souveraine. Au diable la gêne que sa nudité pourrait causer… Il y allait de la santé de sa chère maîtresse. Ne trouvant rien de mieux que de bêtes serviettes, Vilvan réintégra la baignoire aussi sec, récupéra Anethra comme si elle ne pesait rien et prenant à peine le temps de se passer une serviette autour de la taille, il alla s’asseoir contre un mur de la pièce, serrant contre lui la souveraine des elfes de la pénombre, faisant ce que tout garde noir apprenait à faire :en cas de situations d’urgence, faire avec les moyens du bord pour faire survivre son protégé. Un colosse de la taille de Vilvan avait une bonne température corporelle et donc en tenant Anethra contre lui, il lui donnait sa chaleur corporelle pour lui éviter d’avoir trop froid. Le poitrail musclé de Vilvan avait une texture étonnamment douce venant d’un homme pourtant constamment ou presque en armure et endurci par de nombreux combats. C’était comme si, par un processus inexpliqué, Vilvan Ertis vivait, carrément le « un esprit sain dans un corps sain ». Après quelques minutes, sans trop y penser, il dépouilla la reine de ses vêtements trempés la laissant en dessous avant de la draper dans une serviette et de la coller de nouveau contre lui. C’était presque mignon de voir cet homme qui restait impassible face à la mort s’en faire autant pour le coup de maître d’Anethra : elle avait prit un pari et elle avait remporté le gros lot! Tout en tentant de la réchauffer, il prit toutefois le temps de répondre à sa question.

« Sa majesté… Non. Autant parler d’elfe de la pénombre à elfe de la pénombre car il s’agit d’un avis qui transcende mon simple mandat. Anethra Helbaine, je ne peux me vanter d’être quelqu’un de très intelligent ou cultivé. Je sais par contre que si vous décidiez d’avoir un enfant… Vous auriez infiniment plus à lui transmettre. Vous avez une légende à faire perdurer et ce n’est pas une mince chose. »

Désignant un point au loin, au-delà des murs du palais, Vilvan semblait indiquer tout le chemin que les elfes de la pénombre avaient parcouru, de l’exil à cette cité. C’était sans surprise que la direction pointé était exacte, au degré près…

« Vous avez fait plus pour notre race que n’importe lequel de vos prédécesseur. Là où tous nous ont abandonné, vous avez survécu. Vous nous avez soutenus et vous êtes imposée comme notre nouvelle libératrice. Je ne saurais même pas compter pendant ma vie durant toutes les chansons, poèmes hymnes et autres formes d’art que vous pourriez transmettre à votre descendance qui touche tant votre personne que la légende que vous êtes devenue… Chose certaine, au couplet que moi j’y ajouterais, je parlerais de votre audace et de votre courage… Et de votre attitude parfois inconsciente. Entrer dans un bain d’eau glacé… Quelle idée. Il y a des moyens plus efficaces pour se tuer, des moyens plus honorables ou plus agréables. »

Était-ce de l’humour, au milieu de ce discours? Vilvan Ertis faisant de l’humour? Bon, c’était de l’humour à la Vilvan… Mais c’était un début. C’était un humour de qualité très moyenne voire mauvaise… Mais c’était dans le style du personnage…
Revenir en haut Aller en bas
Anethra Helbaine

Anethra Helbaine

Féminin
Nombre de messages : 50
Age : 30
Date d'inscription : 04/03/2010

MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Mar 4 Mai - 2:44

L'état d'urgence dans lequel Vilvan s'était mis pour une simple question de température trop basse serait presque hilarant si jamais la suzeraine avait eu le temps de sourire avant que le guerrier ne se mette en mouvement pour lui venir en aide sans sa demande directe. Guère évident à prévoir lorsque l'on avait considéré la carrure imposante et l'aspect lourd du garde noir. Rien n'avait laissé supposer qu'il pouvait agir et réagir avec une telle promptitude, et pourtant il était aussi leste que n'importe lequel des elfes, il venait de le démontrer magnifiquement. Cependant en ce moment Anethra ne pourrait dire avec certitude si cela était une bonne ou une mauvaise chose, le froid profond n'aidant pas du tout à la réflexion. Ses neurones pourtant sur-entraînés semblaient soudainement profiter de longues vacances en montagne...
Si elle s'était plongée volontairement dans cette bassine glacée alors qu'elle pouvait très bien user des pouvoirs de ses dagues pour s'immuniser à cette température, ce n'était pas anodin bien que les raisons puissent demeurer obscures. Est-ce que tout cela n'était le fruit que d'une subite envie de découvrir de nouvelles sensations aussi rafraichissantes soient-elles, ou bien est-ce que ce n'était qu'une pièce d'ébauche de schèmes plus complexes encore? Si oui, lesquels?? Bien malin serait celui qui pourrait trouver de vraies réponses à de pareilles questions. Ce qui est sûr c'est que la déesse aurait bien du mal à simuler le fait que sa peau bleuisse à vue d'œil à cause de son contact avec l'eau... les dents jouant des castagnettes elle était toujours recroquevillée, à tel point que ses yeux avaient bien du mal à suivre les mouvements incessants et rapides d'un Vilvan frénétique à travers la pièce. Une recommandation presque maternelle fusa d'entre ses lèvres, alors qu'elle avait un peu de mal à articuler.


- Ne... brrr... ne cours pas, tu vas te blesser.

Bien évidemment son conseil fut plus qu'ignoré, et malgré ses vagues protestations qui ressemblaient plus à des marmonnements, la déesse fut extirpée de l'eau à son encontre. Trop dans un état second pour faire quoi que ce soit d'autre, la reine entendait bien profiter de cette situation qui bien que non planifiée pourrait l'amener à quelque chose d'intéressant, pour autant qu'elle gère bien la suite. Mais en ce moment là il n'y avait pas grand chose de bien urgent outre retrouver la pleine mobilité de ses membres ankylosés. Se maintenant redressée pour ne pas donner à Vilvan l'impression de déplacer un cadavre, elle bougeait ses doigts de manière régulière afin chasser l'engourdissement. Ce sentant soudainement somnolente, elle se força à discuter pour ne pas tomber dans un sommeil qui pourrait lui être néfaste. Si cela se trouve il lui serait réparateur, mais le fait est que dans sa paranoïa elle n'arrivait plus à dormir sur ses deux oreilles depuis bien des siècles.

- Tu vas prendre froid, Vilvan.

On ne pouvait pas dire que son registre change de beaucoup, tout comme on ne pouvait pas dire non plus qu'elle nourrisse l'utopie de se faire entendre de ce combattant si buté. Ceci dit elle prononçait les premières paroles qui lui venaient à l'esprit, tout en calant sa joue contre le torse étonnamment chaud qui était contre elle. En ce moment la noble ne comprenait pas trop comment ni pourquoi elle se retrouvait dans cette position compromettante avec celui qui était avant tout son garde du corps, mais à vrai dire elle s'en fichait éperdument. La seule chose qui comptait en ce moment était de trouver une source de chaleur, de réconfort, de vie. Frissonnant violemment lorsqu'elle fut privée de la mince barrière de ses vêtements qui la protégeait de l'air ambiant, elle s'accrocha si fort aux bras de Vilvan qu'elle lui avait plutôt difficulté la tâche. En fait il n'y avait rien de prémédité là dedans, pas plus qu'une pudeur fictive. C'est juste que tel un enfant dans l'urgence, elle avait réagi instinctivement en voulant garder contre elle la seule chose qui la protégeait des abysses du froid. Ne prenant pas trop garde à ce qui se passait autour d'elle, Anethra était assise entre les jambes du colosse, alors qu'elle tentait de trouver une position confortable. Sa longue chevelure argentée cachait une bonne partie de ses formes alors que la serviette se chargeait du reste, et dans son besoin de se sentir à nouveau vivante elle n'avait même pas fait attention à ce qui les entourait. Le regard dans le vague alors que ses pommettes retrouvaient peu à peu leur couleur naturelle, la suzeraine semblait pensive. Vilvan venait il y a quelques minutes la sauver de la plus grande menace qu'elle ait jamais connu, une menace persistante et indestructible qui devrait la poursuivre toute sa vie... Vilvan l'avait une fois de plus sauvée d'elle-même.

- Même si j'ai un mérite certain que je n'ai pas l'hypocrisie de me refuser, il faut dire les choses telles qu'elles sont: faire davantage que mes prédécesseurs ce n'était pas non plus un exploit, étant donné le néant de ce qu'ils ont accompli. Pourtant je pense qu'ils ne manquaient pas de discernement, ils manquaient en fait juste de moyens. Mais je vois que tu défends l'idée d'une descendance venant de moi avec beaucoup d'aplomb. Penses-tu vraiment que ce soit une bonne idée de partager mon sang?
Et puis pour ce qui est du bain je... je voulais juste... Non rien.


Pour l'une des premières fois, on aurait dit que l'oratrice sans égal qu'était Anethra se retrouvait dépassée par les événements, coupée dans son élan, sensibilisée peut être... En tout cas elle avait été tentée de se justifier avant de se rétracter, ce qui en définitive ne lui ressemblait pas. Désarçonnée par cette réplique peu dans le registre habituel de son protecteur, elle ne savait pas vraiment ce qu'il lui fallait répondre au juste. Si elle était acerbe il le comprendrait mal, et si elle se montrait trop touchée psychologiquement il culpabiliserait. Dans les deux cas l'issue était inacceptable, alors il fallait bien trouver une autre solution...

- Toi tu as bien plongé et mariné dans cette même baignoire n'est ce pas? Pourquoi le fais-tu? Il y a sûrement plusieurs raisons. Alors pourquoi ne pourrais-je pas en faire autant? Le froid est dangereux certes, mais vivifiant aussi. Tu sais bien que j'aime le danger, la mort, le risque... aussi quand il s'agit de ma propre vie.

Surtout quand il s'agissait de sa propre vie elle aurait pu le dire aussi, seulement paniquer Vilvan ne lui faciliterait pas les choses d'autant plus qu'il serait capable de mal interpréter ses choix et ses émotions. Fermant les yeux pour tenter d'économiser son énergie, la reine souffla dans ses propres mains pour les réchauffer avant de poser un bras autour de la nuque de Vilvan. Son souffle contre sa peau elle ne semblait pas hostile au contact, sans pour autant le rechercher indécemment non plus. Disons que c'était plus la tendresse qui transparaissait dans ses gestes que de la luxure. Non... la luxure n'avait pas sa place dans un moment comme celui-là, ce serait du gâchis. Ses progrès avec Vilvan avaient été suffisamment jetés par la fenêtre comme ça pour qu'elle commette des erreurs aussi grossières...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Mar 4 Mai - 3:16

« Jadis, ma mère m’a dit ceci, majesté, peu avant que je n’entre à votre service. La fleur qui s'épanouit dans l'adversité est la plus rare et la plus belle de toute. On ne rencontre pas une reine de cette envergure à chaque génération… Sur le coup et pendant longtemps, j’ai pensé qu’il s’agissait de la part maternelle de mon enseignement. Je me suis vite rendu compte, altesse, qu’il n’en était rien. Vous êtes une rare exception et prolonger votre lignée serait un service à rendre à notre race. À mon avis, ce sera même... Une nouvelle occasion de vous jouer du danger. Après tout… Il y a fort à parier que vos ennemis cherchent à vous nuire davantage… »

Un commentaire à la Vilvan mais qui était plus profond, plus flatteur et plus proche d’Anethra que les précédents… Un changement notable et sans doute apprécié, considérant les progrès que cherchaient à faire la souveraine. C’était comme si une curieuse magie s’opérait car bien que la situation soit pour le moins étrange (une reine elfe de la pénombre à moitié nue et son garde du corps encore moins couvert qu’elle), Vilvan ne cherchait pas à fuir ni à trouver un faux fuyant pour redevenir de marbre et en armure. Il était… Simplement là car Anethra en avait besoin et il était là parce qu’il désirait de sa propre initiative de rester dans cette position, avec collé contre lui le corps divin de la plus redoutée de toutes les elfes. Oui, Vilvan était conscient que des dizaines voire centaines de prétendants à une meilleure position sociale tueraient pour avoir ce privilège… Mais contrairement aux autres, il le faisait sans arrière pensées. Il aurait carrément pu la toucher de façon intime sans tomber dans le déplacé, le vulgaire ou le simple « je profite de la situation ». Non… Vilvan était bien plus et chaque mot, chaque geste, servait une cause, un objectif, un besoin. Jamais il ne serait victime de sa libido… Car il avait pour la reine un curieux amour où le respect de la personne était la pierre angulaire. Cependant… Cependant y avait-il une once de désir, ne serait-ce qu’un tout petit peu? Anehtra, assise entre les jambes du colosse, fut la première à pouvoir se poser la question car même couvert un tant soit peu, il y avait des choses qui se dissimulaient davantage avec une armure qu’avec une serviette…

Vilvan s’en rendit compte, il n’était pas stupide. Cependant, il ne chercha pas à se justifier. Une part de lui avait été séduite par les paroles de la reine. Fait pour toi. Il faisait pour lui. Il gardait à proximité la personne pour qui il nourrissait amour, dévotion, respect et un million d’autres sentiments et si une réaction » typiquement masculine » venait se mettre de la partie pour mettre un obstacle dans son beau moment, il vivrait avec. La justification n’était pas une défense, c’était le rempart des lâches… Et Vilvan avait finit par se rendre compte que des siècles d’obéissance aveugle avaient peut-être été le même poison qui d’une autre manière et sous une autre forme angoissait sa souveraine. Chose certaine, même si c’était profondément ironique… Il préférait presque que ce soit en présence d’Anethra que d’une autre elfe de la pénombre. Combien de fois avait-il entendu, en arpentant les couloirs et en désapprouvant d’un regard courroucé les agissements de certains soldats le trop cliché et classique « est-ce ta matraque dans ta poche ou tu es content de me voir? » Jamais Anethra ne s’abaisserait à ce genre d’idioties. Oui, elle commenterait, sans doute même exploiterait-elle ce moment de faiblesse… Mais il ne craignait pas les possibles conséquences car il avait décidé d’arrêter de chercher à justifier ce qui n’avait pas à l’être. Il était le garde du corps de la reine Anethra Helbaine… Pas un vulgaire noble faiblard et pleurnichard se réfugiant derrière les mots comme le lâche derrière son bouclier…
Revenir en haut Aller en bas
Anethra Helbaine

Anethra Helbaine

Féminin
Nombre de messages : 50
Age : 30
Date d'inscription : 04/03/2010

MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Jeu 6 Mai - 1:09

- Il est plus probable qu'ils essayent de corrompre ma progéniture dès l'enfance qu'autre chose, en réalité. Tu sais bien que chez les nôtres un enfant est autant un présent et une fierté qu'un danger et un assassin potentiel.

Encore un peu sonnée par le froid, Anethra retrouvait petit à petit ses sensations et ses moyens. C'est pourquoi elle essayait de s'extirper des vapeurs gelées qui la piégeaient dans une vue mitigée de ce qui l'entourait. Ne remerciant pas vraiment Vilvan pour ses paroles ce qui était somme toute récurrent chez elle, la reine n'en était pas moins pensive suite à ce qu'il disait. C'est vrai qu'il trouvait une fois de plus les bons mots pour lui mettre du baume au cœur, si tant est qu'elle en avait bien un. Quoi qu'il en soit cette question d'une potentielle descendance était à prendre au sérieux et elle le savait, même si jusque là elle n'avait pas daigné s'y pencher faute de temps et surtout de stabilité. Comment envisager de trouver un compagnon pour quelque chose d'aussi important si elle ne savait pas ce qu'était l'amour, et pire alors qu'elle ne faisait confiance à personne?? Bien sûr se servir d'un homme pour finalement s'en débarrasser une fois qu'elle serait enceinte était envisageable, mais tout cela devait être réglé comme une horloge ou ce serait une pure catastrophe. En bref si il y avait quelque chose à retenir en ce moment, c'est qu'Anethra réfléchissait partout et tout le temps, même dans les situations les plus improbables.

Toutefois cela ne voulait pas dire qu'elle en oubliait où elle était et avec qui elle était. De fait ce serait fort difficile d'en avoir moins conscience qu'en ce moment, étant donnée la proximité inattendue qui se faisait sentir. C'était agréable de pour une fois avoir la présence de quelqu'un d'agréable – au delà de tous les préjugés esthétiques – qui de plus semblait la considérer comme un être vivant. Il n'était pas de ceux qui voyaient en elle un obstacle privant du pouvoir, une mégalomane prétentieuse ou ce qui pouvait se résumer par un corps désirable. Un corps désirable et désiré par la moitié de sa cour, en grande majorité masculine à cause de la fierté misogyne des elfes de la pénombre. Néanmoins bien qu'elle ressente aisément la réaction naturelle de Vilvan, elle ne se sentait curieusement pas d'humeur à faire des commentaires désobligeants, ou du moins pas tout de suite.
Sans trop qu'elle s'explique pourquoi, en ce moment elle se trouvait à des lieues des choses aussi terrestres et charnelles. Bien évidemment que ce qui se passe soit flatteur et rassurant quand à son charme et la part d'humanité du garde noir, au fond ce n'était pas ce qu'elle avait recherché. Obtenir de Vilvan du contact physique aussi poussé soit-il ne ferait pas avancer les choses dans le sens où elle le voulait... Et d'ailleurs croire que l'épisode de la baignoire avait été une manœuvre volontaire et calculée de sa part était une erreur. C'était quelque part aussi quelque chose qui la faisait se remettre en question car se laisser aller à l'imprévu n'était pas trop dans son genre... seulement jusque là elle n'avait pas de raisons de s'en plaindre. Une surprenante phrase murmurée témoignait du caractère exceptionnel de ce qui se passait...


- J'ai beau être nue et quasi désarmée, j'ai l'impression d'être protégée par la plus solide des forteresses.

La tête sur le cœur de Vilvan alors qu'elle en écoutait les battements, Anethra regardait sur le côté alors que ses cheveux dissimulaient son expression. C'était un peu sa barrière de défense, car en ce moment elle sentait qu'étonnamment elle n'avait pas vraiment le contrôle sur ce qui se passait. Il ne fallait pas que l'on puisse lire ou déchiffrer quoi que ce soit en ce moment... surtout qu'elle ne tenait pas à tout gâcher. Le premier non-averti qui ferait irruption dans la pièce se verrait mourir dans d'atroces souffrances de toute façon. En outre elle avait la désagréable sensation de se montrer sous son jour le plus vulnérable, ce qui n'était pas du tout de son goût. Ça c'était quelque chose qui ne pouvait pas être, qui ne devait pas être. La faiblesse était un mot rayé de son dictionnaire depuis longtemps et il n'était pas question qu'il y refasse son apparition pour quelque raison que ce soit... Se décidant donc à reprendre un comportement qui était plus dans la lignée de l'image qu'elle donnait au quotidien, la demoiselle sourit coquine et baissa la tête pour regarder sans se cacher ce que d'ordinaire elle n'avait jamais pu voir à cause des armures...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Jeu 6 Mai - 1:29

« Vous n’avez pas besoin d’une forteresse majesté. Vous n’avez pas à craindre le danger car vous êtes le danger, pour vos ennemis. Jamais vous ne serez désarmée car vous êtes une arme vivante capable de prouesse au-delà de ce que peu faire le commun des mortels.. Et la nudité… Que sont les vêtements autrement que des obstacles? Seule une armure peut vraiment vous protéger… Mais cette protection a un prix. Vous n’avez pas à chercher protection… Ce sont les autres qui viennent vous trouver pour l’avoir. Vous êtes un phare pour nous dans les ténèbres de l’incertitude… Vous êtes donc la meilleure et la plus puissante des forteresses. »

Philosophie guerrière venant de la part du garde noir qui n’en était pas moins rigoureusement exacte. Il le savait, Anethra pourrait le tuer sans même se fatiguer. Oh bien sûr, il pourrait la briser comme une allumette… Mais le geste physique lui est moins rapide que la pensée. Si Anethra pensait se montrer sous un jour vulnérable, dans la tête de son garde du corps, c’était le contraire. Un guerrier qui sait reconnaître ses faiblesses ne devient que plus puissant encore car son désir d’être parfait s’en trouve renforcé. Voir sa maîtresse feindre les choses, par moment, la voir se réfugier derrière les artifices de la politique et du mensonge était à ses yeux quelque chose qu’il ne pouvait approuver, étant un guerrier par nature… Mais une Anethra maniant l’épée ou encore s’interrogeant sur elle… Pour reprendre une expression entendue dans les couloirs de la cité, c’était « aussi excitant qu’un harem de femmes esclaves en tenues provocantes ». Évidemment, pour Vilvan, l’expression ne faisait aucun sens et s’il avait eu à commenter lui même, il aurait davantage dit qu’Anethra était plus ardente que le métal en fusion, plus droite que la bannière et plus solide que la lame du vétéran. Si on voulait le traduire en des termes plus communs… Il y avait une forme d’attraction et un intérêt marquée pour une Anethra plus près des valeurs guerrières, des valeurs sûres et plus efficaces que le mensonge ou tout artifice de magie ou de sorcellerie…

Laissant la reine se réfugier derrière ses remparts, il la laissa à son petit manège car son rôle n’était pas de la pousser à faire ce qu’elle ne voulait pas faire. Cependant, comme poussé par une voix venue des limbes, il posa sa grosse main sur le sein gauche de la reine, là où se trouvait son cœur. Un geste osé certes mais qui avait sa raison d’être car pour Vilvan, et il pratiquait le cannibalisme rituel, cet organe renfermait tout le courage d’un guerrier, sa valeur au combat, son expérience et le reste. Le cerveau lui stockait les connaissances et les yeux ce que la personne avait vu… Mais là n’était pas la question. Il n’y avait que Vilvan avec sa main sur le sein nu d’Anethra…


« Ce cœur qui bat sera un véritable festin pour l’ennemi qui réussira à triompher de vous, si une telle chose est possible : il a autant de courage que dans le cœur d’au moins dix de nos plus vaillants soldats. Il ne doit y avoir non plus de nectar plus exquis que votre sang chargé de toute la force de votre être : nulle faiblesse ne peut rester longtemps en vous car vous êtes une chef avisée et même quand vous pensez être vulnérable, vous n’en devenez que plus forte. Ainsi va la voie du guerrier… »

Un rien déstabilisant, peut-être, car le cannibalisme rituel n’était pas pratique courante chez les elfes… Mais ce qu’il avait dit, s’il avait été dit à une Ertis ayant suivit les enseignements familiaux, aurait eu l’effet d’une sensation orgasmique mélangée au plus beau des compliments et au plus doux des poèmes. C’était… Bien compliqué à expliquer, mais c’était un quelque chose de puissant pour un Ertis. On ne disait pas ce genre de choses à la légère…
Revenir en haut Aller en bas
Anethra Helbaine

Anethra Helbaine

Féminin
Nombre de messages : 50
Age : 30
Date d'inscription : 04/03/2010

MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Jeu 6 Mai - 2:39

- Si ton don pour le combat n'était pas encore plus grand, je crois que tu aurais probablement fait très bon barde, mon cher.

Cet avis était sincère et pertinent, mais à vrai dire la déesse ne savait pas trop comment Vilvan pourrait le prendre. Après tout les Ertis n'auraient jamais accepté que l'un des leurs embrasse une autre carrière que celle déjà traditionnelle dans le clan... Et son garde du corps avait lui aussi fini par développer un amour inconditionnel et presque obsessionnel pour le combat et la mort. Ce n'était pas comme si elle ne pouvait pas le comprendre, au fond elle ressentait la même chose, bien que ce soit bien plus modéré. Les moyens qu'elle employait étaient plus variés et moins systématiques que ceux des gardes noirs, mais au final ce n'en était que très normal... Les sœurs noires n'étaient pas vraiment réputées pour leur brutalité mais bien pour leur capacité à manipuler et torturer, à jouer avec les glyphes sanglantes pour augmenter leur pouvoir. Anethra elle était un savant mixte des mœurs guerrières des elfes noirs, et aussi par l'intelligence vive du groupe de sorcières qu'elle dirigeait. Ce n'était pas toujours de son propre goût de jouer la comédie et trainer inlassablement dans des stratégies parfois longues et laborieuses, mais d'un autre côté il lui était évident que si elle n'avait pas cette ambivalence il serait trop compliqué de gérer un royaume ascendant comme le sien.
Par ailleurs c'était étrange que Vilvan n'ait pas relevé sa remarque... et c'est une Anethra mi déçue mi rassurée qui finit par se demander si il avait volontairement évité de rebondir sur ses paroles, ou bien si il n'avait juste pas vraiment saisi le sens de ce qu'elle avait dit. Peut être que la naïveté l'avait poussé à ne pas prendre ce commentaire de manière personnelle... Ce qui ne voulait pas dire qu'elle ait obligatoirement raison à ce sujet. Même si le domaine de Vilvan était le sang et les lames, il n'était pas du tout bête comme beaucoup le pensaient, à tort. Ce qui était très déroutant avec ce soldat c'était le fait qu'il soit loin d'être facile à appréhender, facile à comprendre. Jusqu'à un certain point on pouvait aisément prédire ce qu'il allait faire, mais c'est vrai que depuis qu'il agissait davantage par son propre chef, les choses avaient radicalement changé. Désormais il se permettait d'être plus qu'une machine ou qu'un robot, il se permettait d'avoir des envies et prendre certaines initiatives. En fait c'était tout simplement comme si celui qu'elle avait connu pendant aussi longtemps était soudainement remplacé par un clone au comportement très différent pour ne pas dire opposé... Ce qui lui fut encore confirmé par un autre geste totalement imprévisible du colosse.


- Hnnng?

Onomatopée étrange qui reflétait la surprise et l'incrédulité du moment, causée évidemment par ce geste auquel elle recherchait un sens. Sans se dérober, la déesse leva les yeux un instant, un peu déçue que son regard curieux vers l'anatomie de Vilvan n'ait pas vraiment eu d'effet. Dommage... Mais la manière qu'il avait de s'exprimer sur les joies lubriques et sanglantes de ce qu'on pouvait prendre chez un ennemi abattu l'intéressa beaucoup. Sans pour autant s'adonner au cannibalisme, Anethra aimait – comme toutes les sœurs noires – trouver toutes les utilités possibles et imaginables au sang. En tant que sorcière s'y étant spécialisée tout cela était son dada, son passe temps, son art... Bien souvent elle préférait un bon verre de sang frais qu'un vin fade et au goût toujours identique. On disait même qu'elle se servait régulièrement du sang de ses victimes pour sublimer encore plus sa beauté et sa jeunesse... Alors si le discours de Vilvan était étonnant dans sa bouche, il ne lui était pas vraiment choquant ou repoussant, loin de là.

- Je... ne savais pas que tu t'intéressais à ce genre de gastronomie, agath moun. Hum... oh et puis pourquoi ne pas trouver certaines réponses à tes questions...?

Souriant tout en levant le visage vers lui, Anethra jouait avec les traces de la jugulaire de son compagnon, passant son index sur cette dernière par pur amusement. D'ailleurs l'utilisation de l'elfique qui serait traduisible par "mon aimé" était une première pour elle. Un signe? Va savoir. Le regardant dans les yeux tout en se demandant comment ils avaient pu en arriver là où ils en étaient, la reine prononça une brève incantation qui eut pour effet d'entailler son poignet de manière nette et peu profonde. Juste assez pour que le sang en jaillisse lentement avec l'odeur qui en était caractéristique, dans une couleur rubis intense. Lui tendant le poignet, elle offrait à Vilvan la chance de pouvoir goûter à ce qu'il avait jugé par avance comme exquis, la chance de pouvoir percer un mystère qui avait l'air de lui trotter dans la tête. Pourquoi avait-elle décidé de faire ça? Bonne question. Pour faire court et si jamais elle avait du répondre à cette question, elle aurait certainement dit qu'elle en avait simplement envie...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Jeu 6 Mai - 3:20

Si Vilvan avait rougit légèrement devant le regard inquiisiteur de la déesse sur sa masculinité, il se serait bien étouffé sur place s’il avait été en train de boire quelque chose. La reine était en train… De le séduire? Ce fut au tour du garde noir de rester surprit. Offrir son sang à goûter c’était la façon dont les Ertis se faisaient la cour. Soit Anehtra n’était pas au courant de cette coutume, soit elle avait tout un plan en tête. De fait, le garde noir resta figé sur place un long moment avant de reprendre l’usage du mouvement et de la parole. La question était : en partant du principe qu’Anethra ignorait tout des coutumes des Ertis, devait-il goûter ou non? Laisser le sang se gaspiller était pratiquement un crime dans la famille de Vilvan… Qui plus était, elle l’avait appelé comme son aimé… Vilvan avait fait quelque chose de semblable, suivant une définition bien particulière de la chose… Mais en était-il de même pour la déesse? Était-ce une marque de respect ou d’intérêt? Décisions, décisions…

« M… Majesté… On aura peut-être oublié d’apporter ce détail à votre attention mais… Il est de la tradition et de la coutume dans ma famille d’offrir son sang à goûter à ceux envers qui nous désirons nous engager… C’est un signe de fidélité… Excessivement puissant! C’est… À la fois un grand honneur que de pouvoir goûter votre sang… Mais également soudain et surprenant, je ne vous le cache pas! »

Ce qui était fait était fait… Et le garde noir goûta le sang de sa maîtresse, une véritable symphonie pour les sens, à n’en pas douter. C’était à la fois en tout point semblable à ce qu’il s’attendait… Mais en encore meilleur si un tant soit peut la chose était possible. Pour en avoir consommé très souvent, Vilvan savait différencier le sang comme certain le vin… Et ce sang là était unique en son genre, c’était une certitude. Jamais une telle saveur ne serait appelée à se répéter en Érade, c’était plus qu’évident. Eut-il était un peu plus sentimental, il en aurait versé une larme d’extase et de bonheur… Mais il était Vilvan Ertis et les larmes n’étaient pas dans ce qu’il tolérait de sa part. Ça jamais, il n’était pas un simple elfe de la pénombre pompeux, il était un Ertis, un garde noir et le garde du corps de la déesse, rien de moins!

Il était de coutume d’offrir son sang en retour… Et rouvrir partiellement une blessure en train de cicatriser ne fut donc pas très difficile pour le garde noir. En fait, ayant un métabolisme plutôt robuste, il avait davantage des blessures magiques internes que physiques externes… Sauf pour un endroit précis au niveau de l’abdomen… Trop près, bien trop prêt de sa masculinité dressée à son goût. Mais bon, la coutume était la coutume et il rouvrit la plaie… Se demandant quelle serait la réaction de la déesse, après qu’il lui ait expliqué ce qu’il venait à peine d’annoncer. Après tout, si c’était une sorte de jeu, probablement que la déesse n’irait pas au bout de ce dernier… Ou irait-elle? Anethra Helaine était tout sauf une lâche et une pleutre…


« Le sang des Ertis a un goût acidulé, je tiens à vous en prévenir. Une vieille légende familiale veut que notre ancêtre avait un sang acide qui brûlait ses ennemis et qui, lorsqu’il mourut, les empêcha de pouvoir manger son cœur ou ses organes ou de boire son sang… C’est d’ordinaire une leçon pour rappeler aux plus jeunes l’importance presque sacrée du cannibalisme rituel et de sa signification profonde dans la vie du guerrier. Une leçon de vie très instructive, pour ce dont je me rappelle encore et qui en dit long sur ce qui fait notre honneur guerrier.. »
Revenir en haut Aller en bas
Anethra Helbaine

Anethra Helbaine

Féminin
Nombre de messages : 50
Age : 30
Date d'inscription : 04/03/2010

MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Ven 7 Mai - 3:48

Aussi extraordinaire que cela puisse paraître, le geste d'Anethra surgissait d'une envie du moment et non d'un ensemble de plans fantasques destinés à s'approcher de Vilvan. Disons que si elle s'aidait de telles facilités le tout perdrait son intérêt, sa sincérité... Ce n'était somme toute pas ce qu'elle désirait. Perdre ce qu'elle avait eu autant de mal à conquérir aussi bêtement ce serait trop cruel, surtout pour elle qui cherchait tant à s'entourer de personnes honnêtes tout en connaissant parfaitement la quasi impossibilité de sa démarche. Pourtant les explications et les questions de Vilvan l'intriguèrent pas mal, surtout qu'effectivement elle ne connaissait pas cette tradition des Ertis sûrement ancrée dans des siècles de générations. Pour elle tout cela n'était qu'une forme de plaisir assez particulier et pourtant excessivement exacerbé sans pour autant qu'il y ait de vrai connotation sexuelle. C'était plus érotique et envoutant qu'autre chose après tout... En vérité que ce soit ou non une tradition des Ertis ne changeait pas le fait qu'elle en avait envie. Certes c'était d'autant plus singulier que cela avait une signification certaine pour Vilvan, mais ils avaient le reste de l'éternité pour s'expliquer si explications il devait y avoir...

- Engag...?

Elle ne termina pas sa question et déglutit avec difficulté, autant parce qu'elle se sentait étrange à cause de ce don sans précédent que parce qu'un tel moment devait être respecté au moyen d'un silence presque solennel. Toutefois il était impossible d'ignorer qu'il y avait énormément d'intimité dans ce qui se passait, et Anethra était persuadée que sur ce point la nudité n'y était pour rien... Laissant donc son compagnon profiter de ce privilège unique sans le forcer à s'interrompre, elle laissa tendrement sa main glisser dans ses cheveux courts tout en le regardant faire. C'est vrai qu'on pourrait quelque part interpréter son geste comme un tant soit peu maternel, mais il n'y avait pas que ça. Une sorte de bienveillance s'en dégageait, bien sur pas dans le sens basique et vulgaire du terme, mais disons qu'à la manière de son peuple, elle était capable de vouloir préserver quelqu'un qu'elle appréciait...
Le voyant se redresser au bout de quelques temps en ayant visiblement fini ce qu'il avait entamé, Anethra avait un petit sourire en coin. Pas de moquerie, guère de manipulation, juste une certaine satisfaction mêlée de curiosité qui n'était que légitime face à ce qui venait de se passer... et allait se passer, d'après les dernières paroles de son garde du corps. Alors il voulait lui rendre la pareille? Que devrait-elle en penser après qu'il lui ait expliqué ce que cela signifiait?? Probablement beaucoup plus qu'il ne consentirait à lui dire si elle le lui demandait. Haussant un sourcil de surprise en remarquant l'endroit ou se situait la coupure, Anethra était assez étonnée. Il jouait à un jeu bien dangereux... mais elle ne pouvait pas deviner si oui ou non il en avait conscience.


- Venant de n'importe qui d'autre j'aurais pris ça pour une double invitation...

Ce qui ne l'empêcherait évidemment pas de goûter à ce festin sanglant dont l'odeur la faisait déjà saliver... Se décalant donc pour pousser fermement Vilvan afin qu'il se retrouve sur le dos, la déesse s'allongea au dessus de lui afin de déguster ce qu'il lui offrait. Forcée bien malgré elle de loger la masculinité proéminente entre sa poitrine pour pouvoir être confortable et ne pas devoir s'arrêter brusquement, la Mère Noire put enfin poser ses lèvres contre la blessure et savourer pleinement ce qu'elle convoitait. Un délice aigre doux réveilla ses papilles comme si elles avaient sommeillé pendant des millénaires, pendant toute son existence même, avant qu'ensuite un goût fort et entêtant prenne le dessus. C'était amer et puissant à la fois, à tel point qu'elle avait l'impression que tous ses sens étaient en alerte et sa tête tournant comme une toupie perdue. Par la Faucheuse... beaucoup de partenaires n'avaient pas réussi à lui faire ressentir ça alors qu'eux la touchaient ! Léchant sensuellement les dernières gouttes écarlate sur l'abdomen du garde noir, Anethra ne se leva pas pour autant. Elle avait peur de ne pas tenir sur ses jambes... mais ça personne n'était obligé de le savoir. La serviette ayant du mal à cacher les monts de chair qu'elle enveloppait, il y avait fort à parier que Vilvan ait une vue plongeante de là où il se trouvait. Qu'importe, ce n'est pas comme si elle avait de quoi avoir honte de son corps sans défauts. Cependant la curiosité ne s'était pas évanouie malgré l'ivresse qui menaçait de l'emporter... et ses mains douces se baladaient sur le torse large sans pour autant descendre plus bas.

- Agath moun... pourquoi est-ce que tu as voulu me rendre ce présent si ce geste a une signification aussi lourde pour toi et les tiens??
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Ven 7 Mai - 4:17

Des millénaires de professionnalisme vous immunisaient à bien des choses… Mais le charme d’une femme resterait à jamais la grande faiblesse des hommes. Si Vilvan pouvait résister sans trop d’effort à un bataillon de sœurs noires décidées à le séduire de toutes les façons possibles et imaginables (une expérience qu’il avait vécu plus jeune, alors qu’il était en formation), il n’en était pas exactement de même avec la déesse elle-même. Elle avait un pouvoir d’attraction défiant ce qui était du calibre des mortels… Et le mâle en lui, aussi discipliné soit-il, restait vulnérable face à la déesse. Sans être victime du syndrome classique du mâle devenant soudainement un primate crétin, dirigé uniquement par sa libido, Vilvan était certes captivé par les… Appâts de la déesse mais il restait suffisamment lucide pour répondre. Oui, il y eu un instant de flottement pendant lequel le regard du garde noir fut scotché sur les gloires féminines de la déesse… Mais dans un effort de volonté moins grand que l’on pourrait le penser, il parvint à reprendre un contrôle plus strict sur lui-même… Un exploit qui sonnait comme un défi aux plus grandes séductrices de l’histoire. Solide comme le roc bien que partiellement vulnérable, pour transformer Vilvan en bête dirigée par ce qu’il avait entre les jambes, il faudrait plus qu’une vue de choix sur une paire de seins, aussi glorieux et parfaits soient-ils. Être comme Vilvan devenait presque un art…

« Je… Parce que c’était… Je ne sais trop en fait, cela m’a parut comme de circonstance, le juste retour du balancier. Oui, le geste a énormément de signification pour les miens mais je ne pense pas que votre intention première était de vous faire mienne, majesté. Et puis ce peut également être une marque de profonde amitié, suivant certains usages et rituels ou la marque de frères d’armes. Ma mère et ma tante, par exemple, sont unie par un pacte de sang similaire… Et je l’ai déjà vu dépecer à mains nues un trio d’assaillants en armures qui s’en prenait à la dite tante… »

Il se garda bien de mentionner ce qu’on disait d’autre sur le sang familial et ce qu’il avait voulu faire soit offrir à la déesse ce qui constituait un précédent. Jamais un Ertis ne partageait son sang avec son maître ou sa maîtresse… Car on disait que le sang des Ertis portait à la fois une bénédiction et une malédiction. La bénédiction : le sang avait des effets différents tout dépendamment de qui le consommait. Dans le cas d’Anethra, sentiments d’euphorie, d’ivresse voire de désir étaient à prévoir alors que pour certains, c’était fraîcheur, tranquillité et l’équivalant d’une douce et rassurante caresse. La malédiction elle, justification première de non partage de sang avec les employeurs… Était que l’on n’en oubliait jamais le goût donc le donneur. Dans une lignée comme les Ertis, une lignée « d’instruments au service du pouvoir », aucun d’entre eux ne pouvait se permettre de créer un attachement avec ceux qu’ils avaient juré de protéger… Car ils étaient tous remplaçable et dispensables… Vilvan avait hésité avant de faire le geste… Mais le lien qui l’unissait à Anethra, après tant d’années de service, l’avait poussé à commettre ce précédent. Son père lui donnerait sans doute raison, en gardien des traditions familiales… Les rituels des Ertis étaient à la fois simples et terriblement complexes… Un peu à l’image de leurs représentants.

Bougeant légèrement sous les caresses de la déesse, il fit sans le vouloir tomber la serviette de sa maîtresse…. Et ils se retrouvèrent chair contre chair dans une position assez compromettante. Si le temps avait la possibilité de se figer, il le fit sans doute à ce moment précis : le garde noir hésitait entre la réaction horrifiée et sans doute un rien vigoureuse ou rester calme et maître de lui et de s’accommoder de cette situation qui n’était pas vraiment couverte dans aucune des phases de sa formation…
Revenir en haut Aller en bas
Anethra Helbaine

Anethra Helbaine

Féminin
Nombre de messages : 50
Age : 30
Date d'inscription : 04/03/2010

MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Ven 7 Mai - 5:07

- Oui je vois ce que tu veux dire. C'est vrai que c'est compliqué, mais quelque part dis toi que je suis plus tienne que celle des autres sujets. Enfin c'est ce que je pense.

Les paroles étaient ambiguës et Anethra ne s'en rendait pas forcément compte non plus. À vrai dire après le risque d'hypothermie c'était maintenant cette poudre prête à prendre feu dans ses veines qui lui embrouillait considérablement l'esprit, à tel point qu'elle était obligée de se concentrer pour ne pas débiter une série de mots absurdes ou en désordre, ce qui en plus d'être idiot lui volerait toute crédibilité. Cette histoire de tante était assez curieuse et c'est vrai que si elle avait eu une proximité au moins relative avec les Ertis, elle aurait aimé en savoir davantage. Après tout ils étaient une des dernières familles nobles à avoir su garder la même position qu'importe les dangers la menaçant, qu'importe les rumeurs et les menaces. Rien que pour cela ils avaient une valeur toute particulière à ses yeux habitués à voir défiler des légions de lèche bottes...
Les yeux mi clos d'entre ou l'on pouvait voir deux globes de jade surveillaient activement Vilvan, bien qu'évidemment ce soit par habitude et non par méfiance. Son expression était tranquille mais étrangement aérienne, son corps étant bien plus présent que son esprit voltigeant. C'était difficile de revenir sur terre une fois que l'on avait de la lave en fusion dans le corps... Se rendant compte que sa serviette lui faisait défaut avec plusieurs secondes de décalage, Anethra finit par hausser les épaules comme pour dédramatiser la situation. Il n'y avait pas mort d'homme après tout... ils ne risquaient rien. Ce n'était pas comme si... Bref.


- On dirait qu'inconsciemment tu le fais exprès mon tendre. À croire que tu fantasmes depuis longtemps de me voir comme ça. Shhh non ne dis rien, pas la peine de me dire que tu ne l'as jamais imaginé je le sais bien...

Un petit sourire dansait sur ses lèvres mais le ton de voix était mélancolique. Quelque part on aurait presque dit qu'elle le regrettait, mais tout cela pouvait très bien être un effet secondaire de ce sang puissant qu'elle avait ingurgité. Le fait est que comme Vilvan avait bougé, il l'avait un peu secouée comme un prunier ce qui emprisonna de plus belle sa virilité dans cette vallée divine. Il aurait voulu s'en servir pour se procurer du plaisir qu'il ne s'y serait pas mieux pris...

- Hum... je ne regrette pas de m'être abreuvée, mais je crois que le tout m'est monté à la tête plus vite qu'une centaine de bouteilles d'alcool fort. Je risque de dire des choses fantasques et stupides, Vilvan.

Fatiguée et sentant son corps aussi lourd qu'une tonne de béton, Anethra ne put rien faire de plus que se soulever de quelques centimètres et ramper peau contre peau pour mieux retomber sur le torse dur du garde du corps. S'attachant la serviette autour de la taille, elle pouvait le sentir contre son ventre, ce qui était pour le moins bizarre. Ce n'était pas comme si elle pouvait faire abstraction de ce détail... immanquable, mais elle connaissait Vilvan bien assez pour savoir que toute cette situation ne devait pas le mettre à l'aise. De plus si le garde noir devait avoir compris quelque chose de particulier depuis un moment, c'est qu'Anethra n'avait pas forcément cherché le contact physique outre que le pur tactile dénué d'idées saugrenues... ce qui pouvait paraître étonnant d'après ce qu'on lui connaissait.
Distraite Anethra jouait avec un téton de son subordonné, alors que dans son esprit tout commençait à s'emmêler. La logique et le raisonnable se faisaient de plus en plus flous, la frontière entre le réel et l'imaginaire finissait par disparaitre, le présent et le passé se confondaient... Sa voix elle même semblait confuse, mais étrangement comblée.


- Je me sens bien... comme si j'avais pris une drogue surpuissante. Tu es ma drogue Vilvan?....... Dis est ce qu'il pleut? Malékith est mort hein dis il ne tentera plus de me détrôner?.... J'ai sommeil. Helbrok mitr' al shud. Et est ce que je suis une bonne reine? Humm... je veux un dessert! Oh... est ce que tu m'aimes?.... Gnn... je suis bête... Bête et ivre... Mais c'était délicieux, j'en veux encore!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   Ven 7 Mai - 14:57

Vilvan ne su trop comment réagir face à cette nouvelle manifestation comportementale venant de sa maîtresse. Elle était dans un drôle d’état et il ne se souvenait pas de l’avoir déjà vu ainsi, surtout qu’elle était de forte constitution en ce qui concernait la résistance à la maladie, à l’alcool et ce genre de choses. Il y avait donc effectivement quelque chose d’irrégulier avec son sang… Et donc il faudrait garder un œil attentif sur la déesse pour éviter que quelque chose de fâcheux n’arrive. Après tout, c’était son devoir que de veiller sur elle, et il ne comptait pas faire marche arrière! Surtout pas dans un tel moment où sa reine pourrait avoir besoin de son soutien et de son support en d’autres circonstances qu’une simple protection rapprochée… La présente situation commençait à le mettre un peu mal à l’aise mais d’un autre côté, ce sentiment protecteur qu’il nourrissait à l’encontre de la reine venait prendre le dessus sur le malaise et le poussait à faire don de lui pour la préserver de tout mal.

Il l’écouta donc délirer, chaque mot étant enregistré en sa mémoire pour référence future et il se demanda qui était ce Malekith dont elle parlait, qui cherchait supposément à la détrôner. Ce n’était pas un ennemi à l’interne, pas qu’il sache… Mais la reine était plus vieille que lui de quelques siècles, c’était peut-être un simple rival de jeunesse dont le nom avait été oublié. Il se promit de faire quelques recherches en la matière, histoire d’avoir les bonnes cartes en main en cas de problème… Il se demandait également bien sincèrement comment il devait gérer la chose car il savait que les gens ivres perdaient bien souvent repères et limites et en tant que garde noir, il n’était pas étranger aux orgies, actions de débauches et autres choses du même acabit. Quand il était encore en formation, il avait dû fréquenter malgré lui ce genre d’occasions et se faire le garde impassible, immobile mais prêt à réagir en une fraction de seconde…

Il hésitait sur la marche à suivre car sa masculinité, prisonnière sous Anethra, était quand même positionnée pour faire tout un scandale si quelqu’un venait à entrer dans la pièce. Il ne voulait rien faire de trop brusque et il n’osait pas trop essayer de déplacer Anethra pour l’allonger près de lui, histoire de pouvoir réagir au quart de tour en cas de problème. Non pas qu’il fut contre le fait d’avoir la déesse si près de lui, contre lui et si… Proche, soudainement, comme s’ils partageaient un lien particulier mais d’un autre côté, il s’inquiétait des répercussions de l’actuelle situation : accepterait-elle de l’avoir dans son entourage si jamais quelque chose venait à se passer? Elle le savait, il n’avait jamais cherché à abuser d’elle et il avait toujours été là, loyal, fidèle et dévoué à sa cause. De caractère, Anethra n’était pas une idiote craquant pour le premier mâle capable de l’écouter cinq minutes… Mais elle respectait puissance, loyauté et dévotion, de ce que Vilvan pouvait comprendre, des traits qu’il possédait. Étant une sorte de concentré de valeurs mise de l’avant par Anethra (toujours selon son point de vue) cela devait faire son petit effet et travailler l’imprévisible souveraine. Combien d’histoire avaient mal finie à cause d’une nuit de passion née de circonstances parfois nébuleuses? Il respectait trop sa reine et tenait trop à son poste (en ce sens qu’il ne désirait pour rien au monde cesser d’être le rempart entre sa maîtresse et la barbarie) pour se laisser aller à ce que le mâle en lui suggérait. Commençant à être dépassé par les événements, le garde noir fit par de son inquiétude à sa maîtresse… Espérant que sa sagesse saurait le conseiller…


« Nos sommes deux, ô déesse, à perdre nos repères dans ce cas car ma tête me dicte des choses que mon corps contredit et mon cœur, si tant soit peu que j’en ai un, refuse de prendre position dans le débat qui se joue en moi…Qui de la chair ou de l’esprit doit l’emporter en votre divin service, que doit faire un instrument libéré d’une partie de ses limites quand l’être vivant jusque là retenu par les chaines du devoir veut se manifester? Guidez moi ô déesse car ma détresse est réelle et sincère… »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

La reine est la loi: la loi est sacrée (PV Anethra Helbaine) (Nc-18) (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La destinée de l'Erade :: La Destinée de l'Erade :: ARCHIVES :: Archives RP-
Sauter vers: