La destinée de l'Erade
Bienvenue à toi, étranger !
Œuvre du hasard ou du destin, tu viens d’arriver aux portes d’un monde nouveau, celui d’Erade ; un univers aux secrets innombrables où cohabitent des cultures différentes et où la magie se lie à chaque être, dés sa naissance. Tu connaitras l’amour, l’amitié et de grands moments que tu n’oublieras jamais mais aussi de la tristesse, une noirceur dont tu ne te connaissais pas l’existence et qui sommeille pourtant en toi. Ce monde possède des horizons différents, des histoires liées entres elles et tu apprendras par la suite que rien n’arrive par hasard. Tu peux fuir ou rejoindre l’aventure mais n’oublie jamais qu’ici, chacun de tes actes changera le cours de notre histoire, celle que l’on écrit tous ensemble, la destinée de l’Erade.



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Masques d'Innocence [+18 ans]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Fulgrim

avatar

Féminin
Nombre de messages : 42
Age : 29
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Dim 21 Fév - 21:27

Cela faisait des heures à présent que le couple régnant des Emperor's Children galopait sans tarder. Ils avaient dû faire quelques pauses pour préserver leurs montures et ces instants leurs avaient été utiles pour discuter des moindres détails du plan qui les amenait en Rugilian.
La perte de la fleur de Silivren, composante principale de la potion contraceptive de Fulgrim, était une chose trop grave pour être laissée de côté car sans elle, tout acte sexuel lui serait impossible de crainte d'engendrer un enfant ce dont la Maîtresse des Plaisirs était incapable de se résigner.
Rugilian n'était pas leur destination finale mais une simple étape avant le royaume d'Airian. Le trajet serait long, il leur serait impossible de faire tout le trajet d'une traite d'où leur arrêt volontaire dans l'antre officielle des Elfes de Sang. Des ennemis terrifiants qui ne devaient en aucun cas les reconnaître.
Fulgrim ne s'était pas rendue dans les Terres d'Ouest depuis des dizaines et des dizaines d'années aussi ne s'inquiétait-elle pas des hommes qui vivaient depuis trop peu de temps pour se rappeler un visage dont on leur avait peut-être parlé dans des histoires lorsqu'ils étaient enfants, ils ne pourraient pas faire le rapprochement entre elle et la Princesse des Emperor's Children. Les elfes en revanche, c'était une toute autre histoire aussi Lucius et elle s'étaient-ils déguisés de la manière la plus parfaite possible, puisant dans l'expérience de leur très longue vie pour ne négliger aucun détail.
Ainsi, Lucius tiendrait le rôle d'un jeune prince d'Airian, descendant d'une branche très éloignée de la famille royale et elle-même en raison de ses oreilles plus longues que la moyenne et ses longs cheveux blonds serait une noble Elfe du Soleil.
Leur couple étonnant serait très bien vu des humains mais pas des elfes qui, avec leur étroitesse d'esprit, voyaient très mal l'un des leurs épouser cette décadence que représentait à leurs yeux l'espèce humaine.

Durant les nombreuses heures qui s'étaient écoulées depuis leur départ du Manoir du culte de Slaanesh à Plénium dans les Terres Oubliées, Fulgrim avait eu le loisir de s'apercevoir de ces différentes attitudes. Une fillette et son frère qui ramassaient des morceaux de bois secs s'étaient relevés à leur passage les avait regardé avec admiration avant de leur faire de grands sourires bienveillants quant à l'inverse, un elfe élancé lui avait jeté un regard méprisant aux abords de la cité. Elle ne lui en avait pas tenu rigueur mais elle avait crispé ses mains sur les rênes pour retenir la pulsion meurtrière qui lui avait commandé de tordre le cou à cette engeance qui osait se permettre de lui jeter un tel regard. Elle n'était pas n'importe qui !
Et pourtant, cela n'avait fait que la conforter dans le fait que les apparences étaient parfaites au point qu'aucune des deux races n'avait eu assez de clairvoyance pour fissurer le masque dans lequel ils s'étaient entourés.
Les paysages des Terres Oubliés s'étaient succédés les uns après les autres mais depuis quelque temps des paysages arides, secs différents de ceux qu'elle connaissait s'étendaient devant eux et avec eux une forte chaleur que Fulgrim tolérait en raison de la fraîche brise que lui apportait la vitesse de son étalon blanc et la finesse du tissu de sa robe bleue.
Ils auraient pu arrivé plus tôt à Rugilian mais ils avaient fait un léger détour par le Sud afin que personne ne puisse supposer qu'ils venaient des Terres Oubliées en les voyant venir depuis l'Est et à présent la cité de Mordiaarg était en vue.
C'était la fin de l'après-midi et le soleil descendait vers l'Ouest dans un ciel bleu dont les rares nuages à l'horizon se teintaient d'éclats orangés et roses. L'astre solaire éclairait de ses derniers rayons la cité principale de Rugilian et se réfléchissait faiblement sur les pierres pâles de la cité qui paraissait à première vu dans un état lamentable au vu des habitations. Fulgrim espérait bien que le Château de Rugilian serait autrement plus hospitalier car il était impensable pour une adepte de la perfection comme elle de passer la nuit dans un endroit pareil !

Lorsqu'ils approchèrent de l'entrée de la cité, Fulgrim tourna la tête vers Lucius et eu un léger sourire devant l'attitude noble et imposante qu'il présentait. Il était tout simplement royal et elle eut de nouveau un pincement au cœur en sachant qu'ils ne pourraient se retrouver dans l'intimité que bien plus tard. Il était douloureusement beau et sa seule vision était une véritable torture d'être obligée ainsi de se retenir. Elle était un tout petit peu en retrait par rapport à lui afin de lui laisser le loisir de prendre les rênes de la situation. Il était L'Homme, celui auquel parlerait les autres hommes, personne ne s'adresserait à une femme lorsque son époux se trouvait dans les parages, cela aurait pu porter à confusion. Les hommes voyaient souvent leurs femmes comme leurs propriétés et n'aimaient pas voir d'autres hommes roder à proximité. Fulgrim se tairait donc et laisserait l'entière responsabilité de ce qui arriverait à Lucius ce qui était pour elle assez frustrant mais facteur d'une nouvelle expérience. Personne ne lui avait jamais donné d'ordre et il était pourtant probable que Lucius soit amené à le faire durant leur périple.

Arrivant devant une lourde porte par laquelle il était indispensable de passer pour pénétrer dans la cité, Fulgrim se sentit déshabiller du regard par des gardes en cuirasses rouges aux regards pas commodes et sentit un adorable frisson la parcourir. C'était toujours ainsi lorsqu'elle se sentait désirable aux yeux des gens, pourtant elle ne montra extérieurement rien sur son visage qui ait pu trahir le plaisir qu'elle avait à être ainsi l'objet de nombreux regards avides.
Ils avaient ralentis l'allure de leurs montures et un homme les arrêta à hauteur de la porte, s'adressant automatiquement à Lucius – comme ils l'avaient prédit – pour s'enquérir de la raison de leur présence dans la cité.
Fulgrim ignorait si cette procédure s'adressait à tout le monde où exclusivement aux gens riches et fit mine de s'en désintéresser pour laisser son Second régler la question. Elle laissa son regard errer vers les portes et le magnifique dragon gravé au-dessous de l'inscription ''Bienvenue au Royaume de Rugilian'' qui tranchait définitivement avec l'air hostile des gardes.
Finalement, il sembla que les explications ne durèrent que peu de temps car ils furent aussitôt invités à poursuivre leur voyage vers la cité.

Ils avançaient plus lentement à présent. Lucius lui avait dit avoir envoyé un message à l'une des cultistes pour qu'elle vienne les rejoindre si elle le pouvait malgré une mission qu'il lui avait déjà assigné. Avant cela, ils durent traverser les habitations qui paraissaient inhabitables aux yeux de la démone et croiser des passants qui les dévisagèrent comme subjugués par leurs apparences. Lucius et Fulgrim avaient eu beau tenter de masquer un peu la perfection qui caractérisaient leurs traits, ils n'en restaient pas moins des êtres d'une beauté rare et l'attitude dominante qu'ils avaient en raison de leur habitude à commander leurs subalternes les rendait d'autant plus admirables.
Mais avant toute autre chose, il fallait qu'ils se rendent dans une orfèvrerie pour acheter des alliances qui complèteraient leur accoutrement et le rôle qu'ils tiendraient. Fulgrim voulait une bague que personne ne pourrait ignorer, le genre de bague étincelante qui indiquerait un statut social élevé et un amour inconditionnel qu'ils étaient censé se vouer. L'argent que cela coûterait n'était pas un problème pour leur Légion qui avait déjà amassé de lourds trésors durant les derniers millénaires et pouvait se vanter de posséder les plus beaux objets de toute l'Erade.

Pouah le Mariage ! Quelle drôle d'idée ! Pourquoi diable un homme et une femme accepteraient-ils de s'enchaîner eux-même à une personne pour le restant de leurs jours sans pouvoir profiter de la chaleur d'autres corps ? Idée complètement idiote ! On ne pouvait pas sincèrement s'améliorer dans le sexe si on ne connaissait pas des expériences diversifiées ! Et puis dans une vie entière, combien de personne pouvait-on trouvait à son goût ? Et il faudrait y renoncer sous le prétexte ridicule que l'on s'était promis à un autre et tout le blabla qu'il y avait avec ?! Inconcevable ! C'était au moins aussi aberrant que l'idée de la virginité avant le dit mariage ! Quelle perte de temps c'était ! Décidément, Fulgrim ne pouvait comprendre des concepts aussi abstraits que la fidélité éternelle.

Elle n'écoutait que son désir, ses pulsions, peu importe lesquels, elle n'était guidée que par cet instinct parfois presque animal de réaliser tout ce qu'elle souhaitait. Être obligée de réprimer ces pulsions comme c'était le cas actuellement alors qu'elle ne rêvait que de plaquer Lucius au bas de son cheval et de le traîner dans un endroit tranquille pour qu'ils puissent se satisfaire mutuellement, était une véritable torture. Paradoxalement, cela allait également dans la direction des préceptes de Slaanesh, leur Dieu, qui prônait la recherche de ses dernières limites. La souffrance était une de ces limites. Oui, Souffrances et Plaisirs étaient des mots que chaque cultiste de Slaanesh comprenait et ressentait en se sentant d'autant plus proche de leur Dieu. Aussi, la retenue qu'elle s'efforçait d'afficher pouvait être bienfaisante et elle se contentait d'observer son Second avec un regard tendre empli d'amour comme l'aurait fait n'importe qu'elle Elfe du Soleil qui se serait amourachée d'un mortel quand elle bouillonnait intérieurement de désir et de frustration.

Fulgrim vivait par la caresse de sa peau avec celle des autres, elle avait besoin de ça et passer tant de temps avec pour seul contact celui des muscles puissants de son cheval contre elle était loin d'être ce qu'elle attendait. Que n'aurait-elle donné pour sentir une main dans ses cheveux, contre sa taille ou sur sa joue ! Un infime contact humain ! Mais non évidemment, c'était impossible durant leur long voyage et les rares instants où ils s'étaient reposés avaient été consacrés à son éducation du monde des hommes et leurs habitudes stupides que Lucius lui avait enseigné et à se poser mutuellement des questions pour être certains de ne pas se compromettre si quelqu'un avait l'idée de confronter leurs versions de l'histoire.

Finalement, ils arrivèrent dans ce qui semblait être le centre de la ville. La route pavée était bosselée de partout et les pierres étaient en mauvais état, même les chevaux devaient s'y abîmer les fers ! De loin, Fulgrim aperçu la Tour des Rois et en frissonna. Elle préféra détourner les yeux de cette étrange vision et arrêta son cheval en voyant que Lucius en avait fait de même et était descendu de sa propre monture. Il vint l'aider à descendre en la prenant par la taille comme tout mari prévenant l'aurait fait et elle se sentit revivre à son contact, s'accordant quelques secondes de plus que nécessaires à le sentir contre elle. Elle croisa son regard l'espace d'un instant et s'efforça à n'être qu'amour et innocence la plus complète car elle sentait se poser sur eux le regard des badauds curieux qu'elle entendait chuchoter derrière eux. Elle perçu les sifflements agressifs de quelques elfes qui crachaient sur elle leur venin mais ils n'étaient à peine que des murmures et elle ne s'en formalisa pas. Docilement, elle suivit son ''mari'' à l'intérieur de ce qui semblait être une bijouterie tout en s'étonnant que la boutique en question n'ait pas déjà été pillée. Elle ignorait si Lucius connaissait cet endroit pour y être déjà venu précédemment ou s'il venait de la repérer sur le chemin mais quoiqu'il en soit, comme toute femme qui se respecte, le regard de la Maîtresses des Plaisirs dévia automatiquement vers ces atours qu'elle affectionnait tant. Un collier rouge flamboyant attira immédiatement son attention, du coin de l'œil elle l'estima comme datant de l'ère de l'Empereur Frantz en or pur et aux rubis scintillants. Mais c'était bien trop voyant pour l'Elfe du Soleil qu'elle incarnait et d'ailleurs ils n'étaient là que pour leurs alliances, pas pour le reste, aussi s'intéressa-t-elle de plus près aux bagues dont certaines, elle devait bien l'admettre, étaient plutôt jolies quoi que plutôt communes.

« Monseigneur, Ma Dame, soyez les bienvenus dans ma modeste boutique... » annonça une voix mielleuse depuis un coin obscurs de la pièce.

L'homme dégageait une aura de malveillance et il semblait évident qu'il était un arnaqueur né et un imbécile fini, capable de revendre ses œuvres près du triple de ce qu'elles valaient ou au contraire, incapable d'apprécier la valeur d'un bijoux de le vendre pour à peine quelques pièces. L'homme respirait la malhonnêteté et le mensonge et comme toujours, il semblait s'adressait exclusivement à Lucius, se contentant de jeter de temps en temps un regard vers elle d'un œil appréciateur.

« ...nous avons tout ici pour satisfaire les caprices des Dames et faire de vous Messieurs leurs éternels bienfaiteurs. Calmer une femme irritée par un beau bracelet, aviver la feu d'une maîtresse brûlante d'amour par une bague dorée...Que puis-je pour votre service ? Nous avons beaucoup de choses mais tout dépendra de l'épaisseur de votre bourse évidemment... ».

Le regard de Fulgrim se porta immédiatement vers Lucius. Il semblait évident que pour l'instant, nul n'avait fait le rapprochement entre eux et les Emperor's Children, ils ne voyaient que le masque sur leurs visage sans discerner le sang séché de leurs ennemis vaincus qui se dissimulait derrière et qui faisait d'eux des esprits du Chaos.



Dernière édition par Fulgrim le Lun 15 Mar - 18:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lucius l'Eternel

avatar

Masculin
Nombre de messages : 47
Age : 32
Camp : Les Elus du Chaos
Date d'inscription : 21/10/2009

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Mar 23 Fév - 16:42

    Les Elfes de Sang...Ceux qui avait choisit d'offrir leur vie au Seigneur de la Guerre et la Vengeance, le tout puissant Kaela Mensha Khaine. Depuis la nuit des temps, leur leader, Valeera Sanguinar, avait servit ce culte et répandu la parole de poison de Khaine dans le cœur des Elfes, persuadé qu'il s'agissait de la vrai façon de vaincre son ennemi. A vrai dire, Lucius ne craignait pas Valeera, pas plus que les autres Elfes de Sang, mais il s'était fait un ennemi personnel en la personne du prince Kael, dont il a enlevée la fiancée pour la plonger dans les méandres du culte du plaisir. Chose certaine, si Kael était présent, le risque d'être reconnue, et donc de tenter la fuite en force, s'en retrouverait bien grandit ! Lucius s'en moquait dans un certain sens, il n'avait rien a craindre de tout ceci, la mort elle même était l'une de ses compagnes de jeu depuis des lustres et il n'avait rien a craindre d'elle, mais il ne tenait pas a laisser Fulgrim dans une position inconfortable. Sa supérieure représentait l'Avatar de Slaanesh et il serait complètement perdu sans elle, puisqu'elle était la seule a relayé la parole de son dieu sur le monde. Mais ne nous leurrons pas, il ne prenait jamais autant de plaisir qu'avec elle et sa perte serait quelque chose qu'il ne pourrait guère supporté. Les deux dirigeant de la légion était parvenu a ficelé un plan parfaitement étudier afin de donner les plus belles apparences possible a leurs adversaires qui ne se douterait de rien ! Ainsi il ne se rendrait probablement jamais compte de qui ils allaient abriter pour la nuit, car le voyage en cheval était très long, et Lucius n'aimait d'ailleurs pas particulièrement cela, mais devait bien faire avec. Il fallut faire plusieurs pauses pour permettre aux chevaux d'arriver a bon port, et par on ne sait quel miracle, Lucius et Fulgrim avait réussit a rester concentrer sur la mission sans même cédez a l'envie de faire l'amour une seule fois ! Pourtant, Slaanesh savait bien que cette envie était toujours présente, ils avaient parfois fuit leur regard et éviter soigneusement des parties du corps qui auraient put rendre se désir trop fort.

    Lorsqu'il croisèrent les deux enfants humains, Lucius se contenta de sourire de manière bienveillante. Même si cela paraissait totalement incroyable pour lui, il le faisait d'une manière parfaite, personne ne pouvant songer aux pensées qui se dissimuler derrière se masque parfait. Les humains aimaient particulièrement leurs enfants, et il fallait donc se montrer toujours gentil avec eux, même pour un noble, car il représenter l'avenir des nations, et il faudrait bien des torses d'homme pour se faire tuer a la guerre ainsi que des poitrine de femme pour donner le seins au bébé...Pensée humaine de base qui était fortement ancrée a Rugilian. Lucius avait assez longtemps erré dans cette cité lorsqu'il passait du temps a corrompre des jeunes pucelles pour le culte pour le savoir. En mille année d'existence, ce royaume n'avait jamais réellement changé d'optique, probablement a cause de l'enseignement des Elfes de Sang, ainsi Lucius n'avait jamais été perdu, même s'il trouvait celui ci déplorable. En bon noble, il ignora totalement l'elfe du regarda Fulgrim d'un air dédaigneux, affichant finalement le même air envers cette créature qui bien qu'immortel n'était considéré par un prince humain que comme un déchet de plus et leurs deux chevaux approchaient finalement de Rugilian et de sa cité de Mordiaarg par le sud afin de ne pas écrire sur leurs fronts « bonjour nous venons des terres oubliées ! » Malgré le paysage splendide, la cité était vraiment triste mais il savait que la citadelle n'était pas réellement plus belle, Fulgrim n'en serait pas très ravi. Le château de Rugilian était un lieu sinistre, a l'image du royaume entier d'ailleurs, et ils n'y seraient guère très bien reçu, c'était évident.

    Arrivé devant la porte pour le contrôle d'identité, il put remarquer que Fulgrim était déshabillé du regard par les gardes. Qu'il comprenait ses hommes tant sa supérieure en tant qu'Avatar de Slaanesh était la plus belle femme qu'il connaisse. Oui il les comprenait, pourtant, il se devait de jouer son rôle, et même s'il savait que celle qui jouerais a son épouse pour une journée adorait ce genre de regard, il ne pouvait dans son rôle les tolérer et fusilla donc du regard les gardes en s'éclaircissant la voix afin de rappeler qu'il était l'homme et qu'il s'agissait donc de sa propriété. Le message était clair : pas touche, même avec les yeux. Le capitaine qui tenait la porte s'approcha et écouta l'histoire de Lucius avec un air réellement blasé. La présence des armoiries d'Airian sur l'armure de Lucius suffisait largement a justifier son histoire, malgré le fait qu'elle soit ancienne, il s'agissait très probablement d'un trésor de famille, toutefois, ce fut la pensée du capitaine qui après le comportement absurde selon lui de ses hommes, même s'ils les comprenaient car la dame elfique était vraiment belle, lui ouvrit la porte en s'excusant, expliquant qu'ils étaient réduit a cela a cause d'une guerre civile récente suite a la mort du roi, et que c'était maintenant un conseil de noble et de généraux qui dirigeait la nation la plus dictatoriale d'Erade. L'inscription de bienvenue était totalement idiote, rien que l'air sinistre de la ville montrait qu'ils n'étaient en rien les bienvenues ici. Si Shâal avait effectivement décidée de se joindre a eux, alors la jeune cultiste ne devrait plus tardé, ce qui ne serait pas plus mal, elle n'aurait aucun mal a se faire passée pour une chimère. Toutefois, avant de se rendre au château, il faudrait acheter les deux bagues qui complèterait définitivement leurs costume de marié. L'air noble et supérieurs qu'ils affichaient faisait tourner les têtes invariablement vers eux. Les plus arrogant avait un regard de haine alors que les plus simples étaient admiratif, mais même ainsi vêtu, les deux dirigeant des Emperor's Children avait une posture parfaite. Cette fois Lucius n'abandonna guère son air supérieure, il était entourée d'ennemi potentiel, que ce soit pour son rôle ou lui même, il se devait donc de faire bon impression pour montrer a quel point il dominait le reste de la population.

    Lucius connaissait le bijoutier, mais sous plusieurs générations et apparence différente. Si ses souvenirs étaient exact, celui qui tenait la boutique devait être le fils ou le petit fils de celui qu'il avait connu lors de sa dernière infiltration dans la cité. Le second stoppa son cheval devant, après avoir jeté un regard au château qui avait glacée Fulgrim, Rugilian n'avait rien de plaisant, même Plénium pouvait sembler plus de vie. Nulle doute que la supérieure des Emperor's Children se serait sentie plus a l'aise dans la magnifique cité d'eau d'Otian, mais avec les patrouilles de la Black Légion et la proximité d'Hathor, il valait mieux éviter cette ville pour l'instant...Surtout maintenant qu'elle allait devenir reine ! Quand au mariage, tout comme sa supérieure, il était totalement incapable de comprendre une idée aussi saugrenue. Refuser du plaisir sous prétexte d'un lien qui n'existait pas réellement était stupide ! Même s'il devait reconnaître que l'attachement particulier qu'il avait pour Fulgrim était en dehors des canons particulier, même si on ne lui ferait jamais reconnaître cela en public, Lucius ne comprenait pas pourquoi il exigerait de se torturer en ne prenant qu'un seul plaisir. Surtout qu'il s'agissait la de renier sa vrai nature, car l'humain, comme les autres races humanoïdes d'Erade, était naturellement infidèle et ses pulsions le poussaient naturellement a vouloir s'accoupler avec toutes personnes du sexe opposés a son goût. A croire que la perfection n'intéressait pas grand monde...Les mortels manquaient d'ambition et c'est l'une des raisons pour laquelle les élus du Chaos finirait par prendre le pas sur les autres races d'Erade ! Cependant, il ne pouvait guère exprimée cela ici...Une fois descendu de cheval, il aida Fulgrim a descendre et cette dernière en profita pour rester plus longtemps que nécessaire collée a lui, le contact lui ayant surement manqué. Il n'allait pas refuser cela et il eu la satisfaction de voir qu'elle était parfaitement capable d'afficher son masque d'innocence, bien que lui et lui seul pouvait voir la vraie lueur qui éclairée le visage de sa supérieure. Comme a l'accoutumée, ils attirèrent les compliments des humains et les médisances des elfes, même si ceux des deux races ne pouvaient s'empêcher de les contrexemple. Jugeant qu'il était inutile qu'ils attirent ainsi l'attention sur eux, Lucius se contenta de lui donner un chaste baiser pour donner le change a la foule puis lui prit le bras pour la menée dans la boutique.

    Elle était toujours aussi bien entretenu. Le patron savait se lier de bonne relation pour éviter les pillages. De tout temps, il avait toujours payé grâcement des mercenaires pour parvenir a chasser les voleurs et les pillards de Rugilian. Lucius se demandait bien comment il faisait pour avoir toujours un tel stock, un moment, il soupçonna même cet homme de faire partie du culte sans qu'il ne le sache, mais en tout cas, il n'avait constaté aucune présence d'un bijoutier de Rugilian dans les rangs du Culte du plaisir. Peut-être était t'il l'un de ses priants occasionnel qui ne trouvait de passion et de perfection que dans son métier et transmettait cela a ses enfants, le genre de petit rien qui peuvent menée a une grande route sur le chemin du Chaos ou a une déchéance rapide et violente, mais quoi qu'il en soit, vous n'en sortez généralement pas indemne. Quoi qu'il en soit, il n'avait encore jamais été déçu et si un jour ce brigand venait a essayer de l'arnaquait, il en aurait pour son argent, et surtout sa vie d'ailleurs...Il s'approcha d'eux alors que Fulgrim examiner un collier qui datait de l'Empereur Frantz en sortant son baratin habituel sur la vente destinée a séduire la clientèle, et bien sur en ne se tournant que vers lui, car bien qu'il faudrait séduire la dame, c'était Lucius qui porterait l'argent de la bourse au final. La remarque sur la taille de celle le faisait sourire au fond de lui même, bien que sur son visage, il n'en était rien. S'il l'avait voulu, il était assez riche pour acheter des centaines de fois son magasin, mais bien sur, le vendeur n'en savait rien, incapable de réalisé a qui il avait réellement affaire.


    « Nous recherchons des bagues de grande valeur destinée a notre mariage. Même si la cérémonie a été prononcée a la hâté, j'avais le regret de ne pouvoir venir ici pour trouver le meilleur bijou, et j'osais espérer que vous auriez encore de très beau modèle dans votre boutique, ma bourse est confortable, n'hésitez pas... »

    Le plus simple était de le laisser les guider vers les bagues puis de les observer. Eux, en tant que disciple de Slaanesh, serait reconnaître laquelle avait de plus de valeur, car c'était dans les aspirations de leurs dieux. Mais le vendeur ne comprendrait jamais le véritable sens de leur engagement, il ne voyait les traces Chaotiques des deux personnes qu'ils avaient en face de lui, si seulement il l'avait vu, il serait peut-être déjà mort de peur, ou en train de prier son dieu stupide de lui laisser la vie sauve, un réflexe qui avait tendance a pousser Lucius au meurtre, il fallait bien l'admettre. Le vendeur expliqua qu'il avait ce qu'ils recherchaient avec un sourire satisfait d'avoir enfin trouver des gens riches a arnaquer et les conduisit vers les bagues. Le regard de Lucius se pencha sur celle ci afin d'oublier le corps parfait de Fulgrim et pouvait afficher le regard parfait du noble vertueux alors qu'il observait chacune des chevalière pour homme. D'un geste galant, il indiqua a Fulgrim de choisir celle qui lui plairait tout en prenant la parole pour confirmer


    « Faite votre choix mon amour... »

    Les nobles se vouvoyaient toujours, même après le mariage...Une coutume stupide et idiote, mais que voulez vous...Il regarda les bagues et son attention fut une seconde attiré par l'une d'elle qui portait le symbole de l'ancienne garde Impériale qu'il avait vaincu avec les Emperor's Children mille ans plutôt. Il ne pouvait se permettre de choisir cet objet, car les nostalgique de l'empire était mal vue chez les humains, mais il garda en mémoire de revenir lorsqu'il aurait plus de temps pour la prendre, afin de conserver ce trésor pour la légion. Finalement, son choix se porta sur une bague en or sertie d'inscription en Elfique ancien. Il la referait forgée plus tard probablement pour changer l'inscription en quelque chose de plus chaotique, mais pour l'infiltration, elle conviendrais parfaitement. Il attendit alors que Fulgrim fasse son choix en indiquant au vendeur ce qu'il voulait, sachant que Shâal ne devrait logiquement plus trop tardée.
Revenir en haut Aller en bas
Fulgrim

avatar

Féminin
Nombre de messages : 42
Age : 29
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Mar 23 Fév - 22:30

Les yeux de Fulgrim se posèrent sur la vitrine qui contenait une quantité impressionnante de bagues mais son esprit était bien loin en cet instant de ces bagatelles. Elle avait en mémoire ce chaste baiser que Lucius lui avait donné devant une foule d'humains attendris. Les jeunes filles en particuliers avaient poussé des soupirs conquis devant ce couple remarquable. Un homme et une elfe comme cela sonnait romantique ! Fulgrim connaissait ces histoires de princes charmants et les autres niaiseries dont on leur avait probablement bourré le crâne depuis l'enfance et aurait probablement levé les yeux au ciel si elle n'avait pas eu sur ses lèvres le doux contact de celles de son Second. Mais ça avait été si bref ! Si léger ! Elle avait voulu tellement plus ! Un long baiser passionné, un corps à corps serré, des mains qui se perdaient dans le dos de l'autre ou le long de leurs joues pour intensifier un peu plus cet échange ! Un vrai baiser, voilà ce qu'elle aurait ardemment désiré ! Au lieu de cela, elle avait dû se contenter d'un contact certes délicieux mais si court !
Fulgrim se demanda un instant si Lucius ne l'avait pas fait exprès dans un sadisme démesuré pour la laisser insatisfaite et d'autant plus attentive à la moindre marque d'attention. Il jouait un jeu dangereux car il devait bien se douter qu'il avait soufflé sur les braises et attiser le feu qui dormait sous les cendres. Il réveillait son désir avec cet avant-goût de bien-être, un désir latent qu'elle avait mit en sommeil durant leur voyage mais qui ne demandait que ce genre de contact pour s'éveiller. Donner une goutte de sang à un loup n'étanchait pas sa faim mais ne faisait que lui donner envie de bien plus encore et c'était exactement l'impression qu'elle avait.

La Maîtresse des Plaisirs en était déjà à imaginer la manière dont elle s'y prendrait pour se débarrasser de cet imbécile de commerçant sans scrupules. Il lui suffirait juste de saisir sa gorge à pleines mains et de lui briser la nuque. Ou même de se contenter de serrer très fort. Il se débattrait, elle aurait le temps de voir la panique dans ses yeux alors que l'air lui manquerait, un regard teinté d'incompréhension et de surprise se lierait sur son visage parce qu'il ne se serait pas attendu à se voir traiter de la sorte par une si charmante elfe du soleil. Ce serait merveilleux, elle sentirait sous ses mains les artères pulser violemment dans le cou de sa victime, il chercherait à la faire lâcher prise et le voir s'agiter comme un pantin serait tellement risible. Des perles de sueur luiraient sur son front alors que l'intensité de son regard s'évanouirait et qu'il sombrerait petit à petit vers cette mort lente et agonisante qu'elle lui proposait.


Et lorsqu'il ne serait plus qu'un tas de chair sans vie sur le plancher, elle plaquerait Lucius sur cette même vitrine qu'elle était en train de fixer et elle le déshabillerait sans attendre en l'embrassant avec une passion dévorante, s'agaçant de la difficulté – certes relative mais contraignante tout de même – qu'elle aurait à défaire la cuirasse qu'il portait. Elle ne prendrait sûrement même pas le temps d'ôter sa propre robe, soulevant seulement le jupon pour chevaucher son amant et faire des vas et viens sur lui en gémissant. Ils pourraient rester de longues heures à simplement se faire du bien sous le regard vide du cadavre de l'orfèvre. Non peut-être pas des heures en réalité car si elle comptait bien, cela devait faire près de deux jours qu'elle n'avait pas dormi.

Ils avaient chevauchés toute la journée, la nuit précédente avait été comblée de leurs jeux amoureux et la veille de cette même nuit elle l'avait passé en dehors de Plénium à galoper à proximité d'un village dévasté par les flammes. Oui, la dernière fois qu'elle avait pu se reposer dans un bon lit remontait à deux nuits plus tôt et elle sentait la fatigue commencer à faire son effet, principalement parce que le sexe et les journées de cheval avaient participé fortement à la vider de son énergie, sans compter la stupeur de la perte des entrepôts de Silivren. Néanmoins, cela ne l'aurait pas empêchée de se consacrer un peu à son Second si elle en avait eu l'occasion.
Mais ensuite, si elle continuait son magnifique scénario, une fois qu'ils auraient tous deux été rassasiés autant que peut l'être un élu de Slaanesh, les gens se seraient posés des questions. Nombreux étaient les passants qui les avaient vu entrer dans la boutique et s'ils ne les voyaient pas ressortir rapidement ils suspecteraient quelque chose, sans compter qu'il faudrait expliquer la mort du vendeur et malgré la stupidité affligeante des humains, elle doutait qu'ils goberaient une excuse aussi stupide qu'un noyau avalé de travers avec lequel il se serait étouffé.

A regret, elle mit fin à ses pensées meurtrières et sexuelle, cligna des yeux et revint à la réalité des choses. Malgré son absence mentale de quelques instants, cela passa sûrement inaperçu aux yeux du commerçant car elle n'avait eu de cesse de fixer la vitrine aux bagues et il avait dû s'imaginer qu'elle les contemplait. Erreur grossière, comment pouvait-on admirer de telles bagatelles ? Les humains avaient vraiment des goûts déplorables, incapables de se hisser à la hauteur de la perfection.

Le commerçant, voyant son hésitation alors que son regard errait avec désespoir d'une bague à l'autre commença bien évidemment par lui monter un immense baratin sur ce qu'il considérait comme des merveilles. Il lui proposa d'essayer une bague en argent qui aurait appartenu à une reine de Rugilian en personne. Fulgrim fit mine de paraître impressionnée mais ne chercha pas à le détromper sur ce vulgaire anneau métallique qui avait probablement été forgé deux mois plus tôt dans une vulgaire orfèvrerie à deux pas d'ici. Ridicule !
Pourtant, elle se prêta sans rechigner à cet essayage de bagues. Elle en désignait une, la passait à son annulaire gauche, levait sa main à la hauteur de ses yeux et l'observait quelques secondes, bougeant quelques doigts, faisant quelques mouvements du poignet sans quitter des yeux le bijoux pour voir la manière dont il la paraît. Parfois, elle se tournait vers Lucius pour voir ce qu'il en pensait. Elle croisait son regard avec une soudaine envie de rire de cette stupide comédie. Que de temps perdu à contempler des bagues aussi fades !
Puis elle reposait la bague et en essayait une autre et une autre inlassablement...

Lorsqu'elle jugea que la comédie avait assez duré et qu'elle avait assez fait preuve de l'indécision caractéristique des femmes jusqu'à épuiser la patience du vendeur, elle se décida pour un anneau d'or sertie d'un unique diamant. Les autres bagues comportaient pour beaucoup de nombreuses autres pierres précieuses mais cela aurait moins collé à son personnage d'elfe du soleil. D'ailleurs, son choix n'était pas innocent, aucune pierre ne brillerait plus que ce diamant lorsque le soleil jouerait avec et ses reflets brillants ne passeraient pas inaperçus aux yeux de la population. Personne ne pourrait ignorer qu'ils étaient un couple marié et c'était-là tout le but de cet achat.

« Qu'en pensez-vous ? » demanda-t-elle probablement pour la centième fois sans attendre réellement de réponse à Lucius en lui désignant sa main parée du dit bijou pour qu'il en fasse le commentaire. « Je crois que je suis tombée sous le charme de cette pierre...elle est aussi étincelante que l'amour que je vous porte et je veux que nul ne puisse ignorer l'affection profonde que j'ai pour vous. Quoi de mieux que sa lumière éclatante pour symboliser notre union ?! »

Que de niaiseries ! Elle arriverait presque à s'étonner elle-même de la facilité qu'elle avait à débiter ce genre d'âneries. N'importe quoi ! Ses yeux n'avaient pas lâcher ceux de Lucius et elle contempla avec fascination le bleu inhabituel de son regard profond.
Puis, elle fixa avec une stupeur feinte la chevalière que Sigismund Von Cardia, son ''époux'', avait choisit et fit mine d'en avoir le souffle coupé par l'émotion.
Ses yeux presque brillants de larmes allèrent de l'alliance à ''son mari'' et elle eut un sourire magnifique.

« Oh...vous...vous avez choisi un anneau gravé du langage de mes ancêtres, c'est là un cadeau magnifique que vous me faites. Si vous saviez à quel point je vous aime. »

Et elle se blottit amoureusement contre Lucius avec une tendresse dont elle n'était pas habituellement si coutumière. Elle plongea son visage contre le corps de son amant pour en inspirer l'odeur...après avoir oublié que celle-ci était recouverte du parfum dont il s'était imprégné.
Devant eux, l'orfèvre s'impatientait. Apparemment les histoires de couples, même aussi étrange que celui d'un homme et d'une elfe, ne l'intéressaient pas le moins du monde. Tout ce qui lui importait était son profit. L'or, l'argent ! Voilà bien le seul langage qu'il parlait et peut-être était-ce une bonne chose car il ne poserait pas de questions du moment qu'il empochait son dû.

Le moment était peut-être venu de prendre congé et de s'occuper des affaires en cours. Ils avaient encore des choses à faire avant de se rendre dans le château de Rugilian et intercepter la petite cultiste de Lucius était leur priorité, du moins si celle-ci avait eu la possibilité de les rejoindre.

« Je dois vous confesser mon tendre amour » dit-elle « que je suis impatiente que vous me présentiez cette jeune personne dont nous avons parlé. Je suis convaincue que de grandes choses sortiront de cette rencontre avec elle. »

Comment s'appelait-elle déjà ? Lucius le lui avait dit mais c'était avant leurs ébats de la nuit passée et elle n'en avait pas gardé le souvenir. Au vu du nombre de cultistes, il était évident qu'elle était incapable de se souvenir du nom de chacun d'entre eux. De toute façon, elle n'aurait pas prit le risque de le mentionner devant le marchand, il faudrait sûrement qu'elle trouve également un nouveau nom pour cette mission. La cultiste de part sa beauté ne passerait pas inaperçue, si elle était en ville, ils la trouveraient elle n'en doutait pas une seule seconde. A moins que ce ne soit elle qui les trouve, ils ne passaient pas non plus inaperçus.
Dès que Lucius aurait payé, ils sortiraient, récupéreraient leurs chevaux laissés à l'extérieur et continueraient d'arpenter la ville. Cependant, ils avaient intérêt à trouver la jeune femme très vite car ils ne pourraient pas parcourir la cité sous tous les angles indéfiniment sans attirer l'attention des gens ou des patrouilles qui se demanderaient sans doute ce que fabriquaient ainsi dehors dans ces quartiers insalubres des personnages aussi prestigieux qu'un membre éloigné de la famille royale d'Airian et son épouse.

Fulgrim ne devrait aussi pas tarder à boire son infecte potion quotidienne à la senteur de cannelle mais cela, elle le gardait pour elle, ce n'était pas le moment d'embêter son Second avec ces histoires. Elle attendrait qu'ils soient au château, elle boirait l'écœurant breuvage, prendrait un bon bain chaud dans une immense baignoire et pourrait s'endormir tranquillement contre Lucius après quelques réjouissances. Évidemment, cela était plutôt compromis car au vu de l'état de la cité, il paraissait évident que le château ne serait pas aussi somptueux que son manoir de Plénium et que leurs ébats devraient se faire silencieusement. Il aurait été inconvenant d'entendre une elfe aussi innocente hurler de plaisir dans tous les couloirs de la bâtisse. Fulgrim repoussa ces détails dans un coin de sa tête pour y réfléchir plus tard et, après avoir gratifié son ''cher époux'' d'un baiser tout aussi tentateur que celui qu'il lui avait donné plus tô, sortit de la boutique pour laisser les deux hommes discuter des prix. Après tout, il n'était pas à elle d'écouter à combien Sigismund Von Carmia estimait la valeur de leur mariage.
Elle patienta à côté des chevaux, caressa affectueusement Ethalidès, son somptueux étalon blanc et en fit de même pour la monture de Lucius en prenant un soin tout particulier à faire scintiller sa nouvelle bague au soleil pour que les rayons viennent s'y refléter et éblouir certaines des personnes qui se trouvaient à quelques pas de là.


Revenir en haut Aller en bas
Sigvald Ivalice

avatar

Masculin
Nombre de messages : 9
Age : 26
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Lun 8 Mar - 17:44

Même si le message stipulait ''urgent'', Sigvald ne put s'empêcher de devoir prendre son temps. Après tout, sa réputation était en jeu, puisqu'il devait sortir et se mêler au public. Chaque contact avec le public avait une conséquence, et le prince déchu ne pouvait accepter de ne paraître à son meilleur au grand jour. Les gens, les animaux, la terre et le ciel, tous devait contempler sa beauté avec une consternante admiration. Il se dirigea vers son garde-robe, celui qui recelait le plus grand des trésors: son secret. Car aussi beau soit un homme, il doit cette beauté à son habillement. Aussi, doit-il choisir minutieusement son accoutrement, agencer chaque morceau de vêtement avec l'autre, de manière à créer le plus bel habit qui soit. Il ouvrit les portes de la garde-robe, dévoilant la multitude de vestes, de chemises et d'accessoires destinant à montrer à quel point même le soleil pouvait être jaloux de sa splendeur. Un mince pli paru au coin de sa bouche, signe qu'il était songeur. Bien que Sigvald fût habitué à ce genre de rituel, l'agencement de vêtements s'avérait une tâche longue et rigoureuse.

Il commença donc. Il prit une chemise, aux manches démesurément larges afin de donner un effet renaissance, blanche comme neige n'ayant pas encore touché le sol, une chemise qui étincelait par sa clarté et sa pureté. Toujours commencer par une chemise d'une couleur pâle, sinon coloré. Mais être habillé en clown ne faisait pas vraiment au seigneur cannibale. Va pour la chemise blanche.

Le gilet ensuite. Si Sigvald avait une préférence pour le bleu clair, il avait soudainement le goût d'essayer une nouvelle couleur… Le vert-forêt, tiens. Bien que cette couleur lui rappelle vaguement des marécages gluants et sombres, le contraste du blanc-vert sombre pourrait accentuer l'effet de la blancheur. Va pour le gilet vert forêt.

Il choisit enfin quelques accessoires. La couleur? Blanc, bien entendu. Il avait en tête une collerette frisée qui, pendant sur le torse, serait plus visible que la chemise, qui ne paraissait qu'aux poignets. Sur cette collerette, ajoutera-il un immense collier, un collier qui évoquait la forme d'une chauve-souris et muni de deux joyaux, tout deux rouge-sang. Pourquoi une chauve-souris? Il aimait cet étrange aura de mystère, de beauté et de peur, comme un vampire… Et vampire il était, aussi… Presque disons.

Un pantalon noir, tout simple, ni ample ni serré. Il suivait fidèlement les muscles de la jambe, pour terminer dans de grandes bottes blanches brodés de fils dorés. Sur ces bottes, de grandes plaques de métal ceignaient le pied, par-dessus un tissu de la même couleur que le gilet, comme les grèves des chevaliers. Quelle brillance ses bottes auraient!

Finalement, pour l'aspect ''beau voyageur noble'', il s'affubla d'un énorme manteau, encore vert-forêt, brodé d'or et de blanc. Les manches, amples et larges, terminaient retournés, blanches comme la chemise et la collerette. Et pour terminer, des gants noirs, tout simple.

Il ferma la garde-robe pour se diriger vers le miroir. Il replaça quelques mèches aussi blondes que le blé des champs durant un plein été, puis se tint droit devant le miroir. Un vrai roi! Si les hommes auraient eut seulement une once de sa beauté, il aurait pu envisager de les regarder. Ce n'était qu'un privilège, un don, de se montrer au grand jour afin d'éblouir le regard des minables que les hommes pouvaient être. Pour lui, il n'y avait que les femmes. Les femmes. Réels avatar de la beauté à son meilleur, nymphes du monde, représentation la plus parfaite du culte du plaisir auquel il était rattaché, le culte de Slaneesh. Il ne vivait que pour elles, elles ne vivaient que pour lui…

Il sortit de chez lui, prêt à se rendre au rendez-vous auquel Fulgrim l'avait invité. Il monta son fier destrier, un cheval pur race aussi blanc que la neige au soleil, et partit sans attendre vers la cité.

***

Il arriva enfin aux portes, où un garde faisait office de panneau de bienvenue. Il interrogeait les passants, leur demandant d'où ils venaient… Sigvald soupira; les dirigeants de cette cité auraient très bien pu choisir un autre homme. Celui-là était gros, horrible, il sentait la laideur et le mépris. Un homme de cet allure pouvait très bien défaire l'image d'une cité. Il s'agissait surtout du premier contact du touriste avec la cité. Il réussit à passer sans trop de peine, ne pouvant néanmoins passer sans être remarqué. Si les hommes ne lui prêtaient pas attention, l'ouïe fine de Sigvald lui permettait de savoir, à l'unité près, les femmes qui parlaient de lui et de sa beauté. Son regard perçant lui permettait de remarquer les femmes seules qui le mangeait des yeux, d'un regard vorace.

Réel séducteur qu'il était, même le rendez-vous de Fulgrim semblait un léger détail. De sa démarche noble et hautaine, il se rendit auprès de la femme, afin de l'attirer dans ces filets. Il se savait capable de séduire toute femme en ce lieu. Pourtant, lorsqu'il détourna son regard, il en remarqua une autre, une jolie jeune femme dans la vingtaine aux yeux aussi bleus que l'océan et aux cheveux rouge comme la flamme qui s'éteint lentement dans un foyer.. S'excusant auprès de sa proie, n'oubliant toutefois pas le lui laisser de mystérieuses phrases rempli de fausses promesses, il se rendit auprès de la nouvelle dame à séduire afin de la charmer elle aussi. Grave erreur il fit. Car son mari venait d'arriver. D'un pas rapide, il se mit à courir, sous le regard furieux de l'homme et du regard amoureux de la demoiselle.

*Fulgrim… C'est pourquoi je suis ici… Ne pas oublier… Fulgrim… Fulg… Oh, la belle blonde! Mais as-tu vu cette paire de… NON! Fulgrim… Fulgrim…*

Rares étaient les fois où Sigvald devait se retenir de séduire. Mais le message de Fulgrim stipulait clairement l'urgence capitale.

Là! Un magasin de bagues, au vendeur aussi crasse que le garde de la porte, qui ne contenait que trois personnes, bientôt quatre: Le magnifique lui, le crasse vendeur, la délicieuse Fulgrim et…

Lucius? Mais que faisait-il ici?

Il savait que celui-ci était un membre du culte de Slaneesh, mais il n'avait plus eu de nouvelle du second de la princesse depuis des lustres. Mais pourquoi? Pourquoi ici? Le retard de Sigvald avait laissé Fulgrim seul avec ce rat… Le prince se maudit intérieurement, tandis qu'il entra d'un pas noble.

-Vous voilà! S'exclama-t-il.

Il s'avança d'un pas, déterminé à recevoir un baiser – au moins sur la joue, Sigvald était au courant que Lucius ne faisait pas que faire les courses avec l'amazone de ses rêves – Il s'approcha d'un air complètement ravi, avant de minauder, d'une voix pleine de contentement:

-Madame… Quelle joie exquise de vous revoir… Cela fait si longtemps que je ne vous aie pas vu… Ce simple manque de contact sembla durer une éternité dans la solitude de ma maison…

Ne manquant point de politesse, il se tourna vers Lucius. Une vague de haine et de mépris passa sur son visage à la vue de son rival de toujours, avant de revêtir le masque de la bonne humeur et de continuer sa tirade:

-Lucius… Mon bon ami… De vous, n'ai-je non plus eu de nouvelles… Mon cher, vous m'avez manqué, vous aussi…

*Autant qu'une tuberculose…*

Il se retourna vers Fulgrim, ignorant toujours le vendeur qui semblait tenter d'inviter le prince à la conversation, pour converser, un brin plus silencieusement et plus sérieusement, mais toujours au courant que le vendeur risquait d'entendre la conversation (Il était peut-être arrogant, mais il n'était pas stupide; la conversation qui suit risquerait de virer sur un sujet plutôt…démoniaque…):

-Alors, ma tendre amie, vous m'aviez quémendé? De quoi s'agit-il?
(désolé de la longueur du post, j'ai dû me dépêcher^^ je ferais mieux prochaine fois)
Revenir en haut Aller en bas
Lucius l'Eternel

avatar

Masculin
Nombre de messages : 47
Age : 32
Camp : Les Elus du Chaos
Date d'inscription : 21/10/2009

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Sam 13 Mar - 2:11

    Lui n'était pas encore envahi par des envies de meurtre, pour l'instant, il n'en avait aucune raison, bien au contraire, tout ceci l'amusait, il avait déjà pratiquer le jeu de la duperie un nombre incalculable de fois mais ne se laissait pas de le refaire de nouveau, continuant ici ou la a se jouer des autres en se faisant passer pour quelqu'un d'autre, exercice dans lequel il excellait avec une grâce bien rare pour un humain, surtout si l'on tenait compte de ses origines de gladiateur, donc de brute sans trop de cervelle incapable de la moindre subtilité. Le voilà maintenant devenu le champion des plaisirs interdits et second des Emperor's Children, seulement devancée par sa chère Fulgrim, l'avatar de Slaanesh sur terre. Mais pour l'instant, il se devait de donner une image noble et supérieur de lui même, ils étaient ici dans une société machiste ou seul l'homme avait le droit de commander. Ses mortels étaient donc tous d'une stupidité affligeante. L'hermaphrodite Slaanesh, prince Noir du Chaos, était un dieu qui avait comprit l'importance des femmes dans la société, la place prépondérante qu'elle se devait de prendre dans celle aussi, aussi fit t-il comme Avatar de sa présence en ce monde une créature féminine de rêve capable de s'offrir les plus belles choses et d'offrir les désirs les plus interdits avec un plaisir rare dont il tirait toujours délectation. Pour l'instant, elle offrait une magnifique démonstration de comédie devant diverse bague, hésitant entre plusieurs, du moins en apparence...Très peu avait réellement de la valeur et le vendeur ne semblait même pas capable de les reconnaitre indiquant a Fulgrim des bagues dénuée totalement d'intérêt. La jeune femme s'en fichait éperdument, elle se contentait de donner le change avec grande classe, elle en faisait peut-être même un peu trop, mais après tout, elle débutait encore dans ce domaine et donc il pouvait très facilement lui pardonner cela, pour un coup d'essai, il s'agissait d'un coup de maitre...

    Des dizaines de fois, elle lui demanda son avis, d'un simple regard, il sentait qu'elle ne prendrait pas celle ci, et montrant qu'il était parfaitement dans son personnage, il indiqua des gouts qui n'était que factice, ne révélant même pas sa véritable pensée sur la bague que la jeune femme essayait. Le vendeur était probablement exaspérer, bien qu'il n'en montrait rien d'un point de vue extérieur, et c'était justement ce qui plaisait a Lucius, car il souffrait sans pouvoir le montrer, le contrôle de ce genre d'émotion était un exercice important pour devenir parfait, le second de Fulgrim en était persuadé. Finalement, lorsqu'elle essaya une bague faite d'un anneau d'or sertie d'un unique diamant, il sut de suite qu'elle choisirait celui ci a cause du rapport évident avec la situation de leurs personnages ainsi que son coté clinquant qui ne manquerait pas de la faire remarquer dans la rue devant les passants. C'était parfait. Elle parvint a sortir une phrase d'une banalité stupide sans même ciller a tel point qu'il en était surprit lui même, même si son visage n'en montra rien. Peut-être qu'elle avait déjà employer cette arme pour s'offrir certain homme ou certaine femme qui se seraient refusés a elle sans ce traitement de choc. Faire croire a l'autre d'une profondeur factice de sentiment tout aussi irréels étaient toujours un bon moyen d'obtenir ce que l'on voulait, et cela il en était conscient. Comme il avait été prit a parti, il répondit alors avec une voie empreinte de noblesse


    « Elle sera parfaite, je reconnais ici votre goût si exquis pour les bijoux ma chère et tendre épouse. »

    C'était d'un pathétique...En entendant cela, Lucius se serait volontiers frappé la tête du plat de la main afin de marquer sa désapprobation en temps normal, mais dans ce rôle, il était parfait. Pire encore, Fulgrim en rajouta une couche en parlant de l'anneau qu'il avait choisit. « Si vous saviez a quel point je vous aime... » en temps normal, il aurait probablement éclater de rire. Mais ici, il afficha un regard bienveillant a sa belle, lui exprimant ainsi sa gratitude pour cette belle déclaration si pitoyable a ses yeux, mais dont le marchand ne devait rien savoir. Après tout, il était encore Sigismund Von Cardia ici, il n'avait pas le droit a l'erreur sous peine de payer rapidement cette dernière de manière cash. Lorsqu'elle se blotti contre lui, il ne résista pas a l'envie de lui caresser quelque peu la nuque. Ce ne serait pas suspect et éveillerait un peu plus ses envies...Mais le vendeur s'impatientait, il voulait son argent, le duo dirigeant des Emperor's Children avaient probablement trop jouée avec ses nerfs. Le second ne comptait pas trop marchander avec lui. Assez pour la forme afin de montrer que comme tous les nobles il était très radins et très attaché a son argent, mais pas trop non plus car ils avaient déjà assez perdu de temps dans cette tâche et qu'il avait bien envie de se poser au château, car maintenant lui aussi avait deux jours sans sommeil dans les jambes. Pas que cela soit réellement handicapant pour sa personne, car après tout il était un élu du Chaos et son métabolisme lui permettait de résister a cela sans aucune difficulté, mais tout de même, il veillait a maintenir de bonne habitude...Bon, dire qu'il n'avait pas d'idée derrière la tête concernant le moment ou il se retrouverait enfin seul avec Fulgrim dans l'une des chambres du château était totalement faux et il le savait bien !

    Fulgrim décida de sortir, après un petit baiser qui se voulait aussi tentateur que le sien, une douce vengeance qu'il apprécia a sa juste valeur, même s'il le fit silencieusement, avant de se tourner vers le vendeur afin de discuter du prix. Il se montra, comme a son habitude, intraitable en affaire, mais ici il ne pouvait pas faire usage de ses pouvoirs afin d'influencer cet homme, cela éveillerait trop les soupçons, la pression de la présence des Elfes de Sang étaient déjà trop forte pour risquer de leurs donner du grain a moudre, certainement pas. Le vendeur se montra alors réticent, il se montra même parfois arrogant, Lucius en aurait habituellement passé directement a l'exécution pour moins que cela, mais ici il ne pouvait se le permettre...Fulgrim était revenue dans la pièce lorsqu'il trouva enfin un prix qui convenait au deux partie, ayant probablement perdue patience dans l'idée d'attendre Shâal qui finalement n'avait pas put venir...Dommage, d'autant plus qu'il n'était pas au bout de ses peines. La journée allait prendre une teinte très sombre avec la personne qui allait bientôt faire son apparition, mais Lucius ne réalisait pas encore a quel point cela allait le mettre dans une position délicate. Dans une exclamation délirante, Sigvald fit son apparition. Lucius ne put s'empêcher de penser qu'ils auraient mieux fait de le laisser en dehors de tout ceci, mais en bon noble qui se respecte, il traita pour l'instant la situation avec un mépris déguisé dans une expression de visage neutre tourné vers le vendeur alors qu'il réglait la note en pièce d'or. Çà y est, la journée était foutue...Sa simple présence était nauséabonde. Oui Lucius avait la haine contre Sigvald qu'il trouvait trop parvenu et donc pas du tout parfait. D'autant plus dans cette situation. Une fois qu'il eu fini de payer, il se tourna vers Sigvald, il en était bien obligé et croisa les bras d'un air supérieur. Ici, ils jouaient la parodie du couple marié, en apprenant cela, l'ancien prince héritier de l'Empire allait probablement piquer une crise et cette simple pensée parvint a empêcher Lucius d'afficher sa tête des mauvais jours. Il parla avec trop de familiarité avec celle qui était sensé être sa femme, et le brun fronça les sourcils ne supportant pas cela, en apparence bien sur toujours, mais disons juste que cette fois, il n'avait aucun mal a se forcer...Encore moins que d'habitude !

    D'autant plus que lui devait faire attention, car il était bien plus connu encore que Lucius et Fulgrim a cause de son statut d'ancien héritier du trône impérial. Pendant une seconde, il parvint a lire le regard de haine de Sigvald a son égard, mais ne lui rendit pas, il avait mieux a faire. Afin de marquer la possession, il prit le bras de Fulgrim délicatement, sachant que le vendeur aurait trouver louche qu'il ne fasse pas un minimum preuve de possessivité. Toutefois, Sigvald fit une grosse erreur en l'appelant par son vrai nom au lieu de Sigismund Von Cardia. Heureusement, il s'était présenter comme un ami, ce qui laissait a Lucius de très bonne opportunité de replis pour offrir une réponse crédible au vendeur. En plus, il signala que Fulgrim l'avait fait venir, donnant l'impression qu'elle était plus importante que lui...La situation était en train de partir en vrille et si Lucius n'assurait pas vite une porte de sortie, alors il n'arriverait pas a s'en sortir. Pour parvenir a sauver la face, il parti dans cet éclat de rire caractéristique des nobles qui se forçait a rire a une bonne blague d'un de leur confrère avant de reprendre la parole après avoir fait semblant de se calmer avec peine


    « Mon cher cousin, je constate que vous avez toujours le sens de l'humour, sortons, nous discuterons plus facilement sur la route du château. »

    Et sans plus attendre, il sorti, gardant Fulgrim accrochée a son bras et l'aidant a se replacer sur son cheval sous les regards admiratifs de la population et a en pas douter en ayant attisé la colère de Sigvald. Il remonta ensuite sur son propre cheval et attendit que le blond en fasse de même avant de reprendre la route vers le château...Il ne dit rien de plus, laissant le loisir a Fulgrim de lui expliquer a voie basse ce qu'il ne devait pas faire, en sachant que lui n'arriverait strictement a rien avec Sigvald, leur rivalité étant bien trop forte pour cela. Au moins, il était réaliste, ce qui montrait déjà un progrès...
Revenir en haut Aller en bas
Fulgrim

avatar

Féminin
Nombre de messages : 42
Age : 29
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Sam 13 Mar - 13:17

Attendre, toujours attendre... Fulgrim détestait ça, elle n'y était pas habituée. Dans les Terres Oubliées, à Plénium, elle était comme une petite fille gâtée habituée à voir ses moindres désirs satisfait dans l'instant et même parfois avant même qu'elle ne les éprouvât. La Maîtresse du Plaisir voulait tout tout de suite. Et elle l'avait.
Patienter à coter des montures en souriant niaisement à la foule qui lui jetaient des regards intimidés ou franchement obscènes était agaçant. La bague à son doigt dissuadait même les plus charmants jeunes hommes de venir l'aborder. Elle se consola en se disant que le plan que Lucius et elle avaient mis au point fonctionnait.
La jeune femme en profita alors pour observer à loisir ce monde auquel elle n'était pas habituée. Elle ne savait pas quand elle aurait de nouveau l'occasion de se rentre de ce côté-là de la frontière aussi jugeait-elle important de se renseigner autant qu'elle le pouvait pour garder tout cela en mémoire. Son regard passa sur les petites échoppes, les produits colorés qui s'y vendaient, l'odeur délicieuse du pain en train de cuire et qui laissait échapper ses effluves jusqu'à elle en lui mettant l'eau à la bouche.
Pourtant quelque chose attira bien plus son attention qu'un simple morceau de pain et elle se concentra sur son ouïe développée et principalement sur la conversation qu'entretenaient deux femmes à quelques pas de là.


L'une d'entre elle était semblait-il dans un intense état d'excitation et s'adressait à son amie avec une étrange extase qui intrigua Fulgrim. Évidemment, il s'agissait d'une conversation sur les hommes...un homme en réalité. Un homme qui dans la rue était venu lui compter fleurette, un homme beau au-delà de l'imaginable mais qui s'était rapidement éclipser pour aller courtiser cette idiote de Samantha Sparmson qui était déjà mariée mais qui devait sûrement avoir une tripoté d'amants parce que vraiment cette fille était de mauvaise vie et de toute façon ses cheveux n'étaient pas naturelle, Andrea l'avait vu mettre des colorants et...
Fulgrim passa sur les détails concernant cette ''femme de mauvaise vie'' et les jalousies dont elle était l'objet et attendit qu'elles repassent au sujet qui l'intéressait.
L'homme ? Beau comme un dieu, avec une classe, une allure digne d'un empereur ou d'un roi pour le moins ! Son visage était traversé d'une cicatrice mais cela n'enlevait rien à son charme bien au contraire, cela lui donnait un air viril et fort, protecteur absolument délicieux et ses cheveux blonds étaient si étincelant que le soleil lui-même avait dû y avoir trouvé refuge ...
Fulgrim n'en eut pas besoin d'avantage pour comprendre que les femmes parlaient de Sigvald. Ainsi donc le Prince des Emperor's Children était à Mordiaarg, voilà une nouvelle intéressante qui allait ravir Lucius elle en était certaine ...
Un sourire amusé éclaira son visage à cette seule pensée. La cohabitation risquait d'être difficile pour eux mais admirablement amusant pour elle car elle prenait un plaisir secret à les observer jouer au chat et à la souris. Bien. Il était temps de mettre son Second au courant.


Elle se détourna des chevaux et entra de nouveau dans la boutique où Sigismund finissait de payer leurs alliances. Lorsqu'elle entendit le prix que Lucius allait débourser pour deux vulgaires anneaux ses yeux s'écarquillèrent. Quoi ?! Cela coûtait donc si cher ? Cela importait peu pour les Emperor's Children qui avaient largement les moyens mais tout de même ! Elle ne fit pas de réflexion cependant et s'approcha de son Second pour lui communiquer la nouvelle cherchant la manière dont elle pourrait tourner sa phrase sans attirer l'attention du commerçant.
Fulgrim n'en eut cependant pas le temps car quelqu'un entra dans la boutique avec force et fracas et elle se retourna vers Sigvald qui venait d'entrer.
La manière qu'il eut d'avancer vers elle lui fit suggérer qu'il attendait un baiser mais elle lui tendit immédiatement sa main gauche, sertit de l'alliance tout juste achetée pour qu'il la baisa comme il en était coutume parmi les nobles.
Sigvald ignorait la petite comédie que Lucius et elle avaient mis au point et il était sur le point de tout mettre par terre. Évidemment, il s'était adressé à elle en premier parce qu'elle était la personne la plus importante de la pièce mais cela, le commerçant l'ignorait et pour lui, seul Sigismund, un homme, pouvait mériter d'être le premier à qui l'on s'adressait.
Sans compter qu'il avait une façon de lui parler et de la regarder tout à fait en contradiction avec la manière dont un homme était autorisé à parler à une femme mariée dont l'époux se trouvait justement à ses côtés...Il lui parlait avec une certaine familiarité comme l'aurait fait un amant, et il l'était, mais cela ne devait pas se savoir en dehors des Terres Oubliées.
La démone tourna la tête vers Lucius et admira la maîtrise de soi dont il faisait preuve pour ne pas trahir intérieurement à la fois sa répulsion et sa fureur face à son rival de toujours. Elle prit exemple sur lui et se força à sourire sans se départir de son calme.
Quand Sigvald se tourna vers son Second, Fulgrim aurait sûrement été au comble de l'amusement devant leur comédie ridicule qui ne trompait personne...mais elle ne l'était pas car Sigvald venait de l'appeler Lucius.
Un simple nom qui pourrait trahir leur situation et les mettre tous en danger. En une fraction de seconde, les yeux bleus de Fulgrim se posèrent vers le commerçant pour voir les mouvements imperceptibles de son corps qui trahiraient sa compréhension que quelque chose clochait.


L'homme leva légèrement la tête et son regard fit un mouvement rapide de son nouveau visiteur à son ancien client à qui il venait de vendre deux alliances pour un prix très confortable pour lui. Fulgrim remarqua le léger froncement de sourcil qui tordit à peine son visage et la manière dont tout son corps s'était figé, l'oreille tendue vers leur discussion pour voir s'il avait bien entendu ce qu'il venait d'entendre.
Sigvald continua d'aggraver son cas en indiquant clairement qu'elle était celle qui l'avait convoqué et donc qu'elle disposait d'un pouvoir indubitable sur lui. Un pouvoir qu'une femme n'était pas censée obtenir. Chez les hommes, les femmes n'avaient pas d'autres droits que d'obéir à leur père, leurs frères, leur mari...jusqu'à leur mort. Les femmes à leurs yeux n'étaient rien de plus que de beaux objets auprès desquelles il était bon de s'afficher en public pour se montrer. Oui c'était bien ça, les femmes étaient exhibées comme une bague ou un bijoux précieux mais soigneusement gardées par leurs époux jaloux qui ne toléraient pas de les voir en compagnie d'autres hommes qui pourraient leur ravir leur honneur. Sans parler évidemment de la dot que les dites jeunes femmes apportaient avec elle le jour de leur mariage et qui venait alimenter les caisses personnelles de leur mari.
Les mariages d'amour – comme celui supposé de Sigismund von Cardia et de Dame Elywan – étaient peu courants chez les nobles mais la situation pour les femmes restaient la même. La Dame Elywan qu'elle était se devait d'être soumise à son époux, à n'aimer que lui et tout ce qui allait avec, quant à commander à un autre homme de venir la rejoindre, c'était tout simplement impensable.


Du coin de l'œil, elle remarqua que le commerçant avait crispé les poings sur sa table de compte et que son visage avait légèrement blanchît. Il savait que quelque chose n'allait pas.
Fulgrim était sur le point de demander à Lucius de se débarrasser de lui mais il la devança en prenant la situation en main. Il termina de payer le vendeur et se tournant vers Sigvald, il prit le parti d'éclater de rire.
Fulgrim ne douta pas un instant qu'il avait de nouveau une idée derrière la tête aussi entra-t-elle dans son jeu en souriant et en affichant un regard amusé comme si la situation était particulièrement cocasse.
Intérieurement la jeune femme bouillonnait face à la stupidité de l'ancien héritier de l'Empire. Comment osait-il faire preuve d'une telle bêtise ? Il la mettait en danger sans même s'en apercevoir et la tentation lui fut grande de le gifler pour lui remettre les idées en place. Des gens étaient morts pour moins que ça. Elle allait devoir avoir une très sérieuse discussion avec lui car il semblait oublier où était sa place. Les Emperor's Children n'étaient pas que les adeptes des Plaisirs, ils étaient également connus pour leur facultés intellectuelles supérieurs, leur facilité à élaborer des stratégies compliquées...Sigvald avait peut-être le physique et les capacités à satisfaire n'importe quelle femme, elle comprise, mais visiblement il devrait encore peaufiné le côté intellectuel. N'avait-il pas été étonné de la voir porter une robe d'Elfe du Soleil quand elle les haïssait tellement ? N'avait-il pas vu qu'elle portait bien plus de vêtements que d'habitude, elle qui passait son temps dans des robes qui ne dévoilaient presque rien de son physique attirant ? N'avait-il pas vu qu'ils avaient dissimulés leurs yeux démoniaques sous une couleur bleutées ? N'avait-il pas été étonné de savoir qu'elle se trouvait en Rugilian alors qu'elle sortait rarement des Terres Oubliées ? Tous ces petits détails n'avaient-ils pas éveillé en lui un sentiment de discrétion et de danger ?

La réplique de Lucius sauva définitivement la vie au vendeur. Fulgrim qui avait gardé un œil sur lui remarqua qu'il se détendit immédiatement et qu'il commença à recompter les pièces d'or que venait de lui verser Sigismund.
Lucius avait prit son bras pour affirmer sa possessivité sur elle vis à vis de Sigvald et elle le laissa faire, allant même jusqu'à se rapprocher tendrement de son Second pour maintenir leurs rôles. Les yeux de Fulgrim croisèrent ceux du Prince des Emperor's Children et elle le foudroya d'un regard assassin pour lui intimer de ne pas recommencer à les mettre dans une mauvaise posture.
Elle voulut dire quelque chose mais déjà Lucius sortait de la boutique et elle le suivit docilement comme une épouse aimante. Il l'aida à monter sur Ethalidès et lorsqu'ils furent tous prêts, ils avancèrent vers le château de Rugilian.
C'était à elle de parler à Sigvald, Lucius et lui ne parviendraient pas à se comprendre, ils ne s'écoutaient de toute façon pas l'un l'autre.

Fulgrim cala l'allure de son cheval à celle de celui de Sigvald pour pouvoir discuter avec lui. Il fallait qu'il comprenne sans que les passants eux ne se doutent de quelque chose.

« Avez-vous vu, la merveilleuse alliance que votre cousin le prince Sigismund de Cardia d'Airian m'a offerte ? Elle est ravissante n'est-ce pas ? » dit-elle joyeusement en lui montrant sa main malgré les montures qui les séparaient.

Cette première phrase avait pour but d'énoncer les faits. Elle présentait Lucius sous sa fausse identité et indiquait qu'ils jouaient un couple marié. Elle poursuivit:

« Je suis ravie que vous ayez pu nous rejoindre, votre présence m'enchante. Maintenant nous sommes définitivement cousins par alliance. Je crois que c'est le plus beau jour de ma vie, je me rappelle encore quand votre cousin m'a dit ''Elywan je vous aime'' pour la première fois dans cette clairière...à ce moment-là, j'ai su que malgré les réticences des Elfes du soleil, mes frères, je serais son éternelle aimée... »

Voilà, elle venait de se présenter à son tour par quelques pirouettes de style et indiquait par la même occasion sa soumission à Lucius pour le temps que durerait cette comédie grotesque. Elle était soit-disant mariée à Sigismund et devait par conséquent obéir au moindre de ses désirs.

« ...quand mon époux m'a dit que vous vouliez nous accompagner en Airian j'ai été transportée de joie, moi qui ai une si grande affection pour vous. Je pense à tous ces pauvres gens qui ont souffert de l'incendie qui a ravagé les cultures et détruit leurs entrepôts...il était de notre devoir d'écourter la cérémonie de mariage pour leur venir en aide. »

Et enfin elle annonçait le motif de leur présence. Mordiaarg n'était qu'une étape pour se rendre en Airian. Fulgrim avait fait une allusion aux entrepôts brûlés qui désignait en réalité ceux des Emperor's Children qui contenaient la fameuse fleur de Silivren qui lui permettait de ne pas concevoir d'enfants malgré ces rapports. S'ils ne trouvaient pas cette fleur, Fulgrim serait obligée de se passer de sexe pendant presque un an, c'était impensable pour la Maitresse des Plaisirs. Cela voudrait dire que ni Lucius ni Sigvald ne profiteraient des plaisirs de la chair avec elle durant cette période...Trouver cette fleur était capital.

La fureur qui avait envahie Fulgrim lorsqu'il avait faillit les trahir involontairement l'avait quittée. Ils avaient évité le pire et d'ailleurs, il était impensable qu'une jeune femme élève la voix contre un homme. Ils régleraient ça plus tard mais Sigvald ne perdait rien pour attendre. Néanmoins, malgré sa mauvaise humeur passagère, Fulgrim ne pouvait s'empêcher d'apprécier le retour de l'ancien héritier de l'Erade qui, il fallait bien l'admettre était beau à damner la plus sainte femme du continent et elle se força à ne pas le dévisager du regard pour ne pas attiser son désir.
Comment pouvait-on se trouver auprès des deux hommes les plus beaux d'Erade, les meilleurs amants possibles, et être obligée de se retenir de leur sauter dessus ?! Leur présence était une véritable torture à ses yeux et elle devait faire un effort colossale pour maintenir une respiration calme car chacun des mouvements de sa poitrine était amplifiée par le corser de sa robe et ses seins avaient la délicieuse manie de se soulever d'une manière tentatrice fort indécente pour une femme mariée.

Elle délaissa finalement Sigvald pour se rapprocher de son ''époux'' et constata qu'ils venaient d'arriver aux portes du château de Rugilian.
Elle pouvait d'avance s'imaginer comment allait se dérouler la soirée. On s'occuperait d'eux comme des rois, on leur présenterait leurs chambres pour qu'ils puissent se rafraîchir quelques minutes, puis on les inviterait à passer à table pour un grand banquet – sûrement le moment le plus important de la soirée puisqu'ils y récolteraient le plus d'information possible sur le Silivren – et enfin ils seraient libre d'aller se coucher dans leur chambre...et elle retrouverait le bonheur d'être Fulgrim des Emperor's Children pendant quelques heures et non pas la douce et niaise Dame Elywan. Du moins, c'est ainsi que se déroulait le cours de sa soirée dans son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Sigvald Ivalice

avatar

Masculin
Nombre de messages : 9
Age : 26
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Sam 13 Mar - 14:23

Il était surpris, confus, mélangé, empli de doutes, à la vue de la bague que portait Fulgrim. Elle? la femme la moins pure de tout le continent - Il l'avait beau l'admirer, les faits ne se contredisent pas -, qui couchait avec lui ou elle peu importe le temps et l'endroit, la femme qu'il était impossible de violer - car elle était toujours consentante - se résignait à porter une bague et à s'attacher à Lucius? S'attacher à un même homme, durant toute sa vie? Sigvald rit intérieurement.

C'était une comédie, c'était certain. La maîtresse des plaisirs ne s'abaisserait jamais à faire une telle chose. Sigvald se rassura, satisfait de constater que les deux démons ne jouaient que la comédie. Pour preuve, Fulgrim lui montra sa main au lieu de la joue. Bien des fois, elle aurait donné bien plus... Toujours le sourire au lèvres, il baisa la main sertie de la bague.

À la demande de Lucius, ils sortirent, prirent leur chevaux respectifs, et firent route vers le château de Rugilian.

Lorsqu'elle ouvrit la bouche, désignant Lucius comme étant Sigismund de Cardia d'Airian, et déclarant qu'il était son cousin, il comprit: Ils jouaient un jeu, stupide mais tout de même nécessaire. Il réfléchit rapidement, comme lorsqu'il cherchait la phrase exacte à dire à une courtisane, tout en remarquant une aura de colère venant non de Lucius, mais de Fulgrim...

Bien évidemment, ne rien dire à Sigvald arrangeait grandement la tâche. On aurait pu simplement lui avertir de ''jouer le jeu'', au lieu de l'inviter dans cette pièce de théâtre où il ne connaissait aucune réplique. Sigvald était naïf, mais pas stupide. Il connaissait lui aussi les coutumes du pays; Les hommes avant les femmes. Pas le contraire. Mais déjà que le prince cannibale avait simplement de la misère à regarder son rival, il savait que Fulgrim était la seule personne à qui il pouvait s'addresser.

Aussi, Dès qu'il sût qu'ils jouaient la comédie, il avait réfléchit à un ''petit plan'': Il aurait pu se faire passer pour le cousin, voire l'ami d'enfance de Fulgrim. Il était tout-à-fait normal qu'un homme parle à son amie d'enfance en premier au lieu de son mari, qu'il n'avait vu que deux ou trois fois. Mais en présence des autres, il fallait toujours être poli. C'était pourquoi le madame. Aussi, le nom Fulgrim aurait pu attirer des soupçons.

Malheureusement, le fait qu'elle cite qu'il était cousin avec Lucius, dont il ignorait totalement le nom qu'il s'était donné, avait tout gâché SA mise-en-scène. Eh bien, qu'ils s'arrangent. Si les efforts de Sigvald de jouer la comédie ne menait à rien, il laisserait les autres réaliser. Si au moins, on l'avertissait... Peut-être aurait-il pu jouer avec eux, au lieu de tout gâcher...

Il répondit tout aussi joyeusement crédible qu'il pu, à la phrase de Fulgrim:

-Mais bien sûr! Elle est ravissante. Vous avez fait un choix remarquable... Oui, j'ignorais moi-même si je pouvais venir. Le travail m'appelle plus que souvent, mais j'ai réussi à me libérer pour l'occasion... Et quelle occasion! Je me disais que ce jour arriverait bien plus vite que l'on pense!

Il jeta un regard vers Lucius, comme un frère et non comme un pire ennemi:

-Évidemment, c'est mon cher cousin qui doit lui aussi être plus qu'heureux... J'ai toujours su que vous étiez fait l'un pour l'autre...

Il prit une attitude tristement joyeuse à la mention des ''entrepôts brulés'':

-Oui, c'est absolument épouvantable... Il n'en rajouta pas plus, comme si l'émotion retenait tout autre parole.

Il s'assura qu'aucun des passants le regardaient lui et elle il regarda Fulgrim, avec un regard qui voulait clairement dire: Comment pouvais-je le savoir? Puis, pour éviter aux passants de croire que le cousin avait des vues sur la mariée, il regarda droit devant lui, sans regarder le couple, ne pouvant s'empêcher de lançer des regards plus que furtifs vers Fulgrim, déesse de beauté qu'elle était.

Toutefois, il ne pouvait tout de même pas plus s'empêcher de tourner la tête autour afin de regarder la foule, pleine de laideur et de beauté, de brun et de blanc, d'hommes et de femmes. Certaines, pour ne pas dire presque tous, se tournaient vers lui comme un tournesol se tourne vers le soleil. Elle lui lançaient des regards admiratifs, langoureux, amoureux, et lui de répondre par des yeux coquins, emplis de promesse, et un regard de félin satisfait. Les maris, damnés soit-ils, lui lançaient des regards furieux, enragés, voire meurtrier pour les plus jaloux. Sigvald, sadique qu'il était envoya un sourire des plus radieux à double tranchant: il faisait fondre la femme d'amour, et poussait l'homme au meurtre du prince.

Malheureusement pour le mari, la foule l'empêchait de se rendre au trio de beauté. De plus, de loin, son sourire et ses regards n'avaient rien de suspect: Il souriait comme s'il venait de voir un de ses bons amis. Personne ne se rendraient compte du jeu à distance qu'il jouait. Sigvald jubilait: Rien ne le comblait plus que ces regards fondant des femmes, les déesses du monde. Bien entendu, rien sauf les avoir dans leur lit, ou encore avoir Fulgrim dans son lit...

Ils arrivèrent enfin au château, où il était satisfait d'arriver. Il avait l'impression qu'il n'avait que chevauché pendant les derniers jours. Un repos plus que mérité s'imposait. Et peut-être qu'il aura l'occasion de converser ''Sérieusement'' avec Fulgrim. Des choses devaient être mises au point. Comme si on invite quelqu'un à jouer la mascarade, il fallait s'assurer que la personne en question sache de quoi il s'agissait. La dernière chose que Sigvald voulait, c'était compromettre les ordres des Emperor's Children... Il voulait s'assurer que la reine des reines comprenait son raisonnement.

Une fois aux portes, il descendit de son cheval, et s'appuya dessus, éternel homme désinvolte qu'il était. Il attendait, non seulement que le couple agisse de même mais qu'un écuyer vienne s'occuper de sa monture.
Revenir en haut Aller en bas
Lucius l'Eternel

avatar

Masculin
Nombre de messages : 47
Age : 32
Camp : Les Elus du Chaos
Date d'inscription : 21/10/2009

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Lun 15 Mar - 2:37

    Lucius s'était fait connaître sur les champs de bataille par un sang froid assez exceptionnel chez les troupes du Chaos. Il était calculateur et savait toujours a quel moment il devait frapper avec une précision mortelle. Le jeune homme qu'il avait été jadis en tant qu'humain présentait déjà ses traits de caractères. Même en étant gladiateur, le choix du fouet comme arme de prédilection n'était pas quelque chose d'innocent, il représenté la volonté même de Lucius de se montrer supérieur aux autres, de prouver que lui était capable de toujours maitriser chaque paramètre d'une bataille, même si il lui arrivait de se laisser enivrer par les plaisirs que les meurtres lui procurait, ce n'était jamais avant de s'être assurer que la victoire serait sienne. Il le savait bien, la perfection a un prix. Et il l'avait chèrement payé sans jamais se plaindre, les changements de son physique et de sa manière de penser et de vivre ne se firent pas sans douleur, mais aujourd'hui il portait son évolution comme une fierté, un véritable étendard qu'il brandissait afin de justifier son poste de second. Bien sur, le regard assassin que Fulgrim avait envoyé a Sigvald lui avait plut, mais il savait bien que ceci ne serait que temporaire, tout comme pour lui, l'avatar des plaisirs était incapable d'en vouloir trop longtemps a l'un de ses meilleurs amants. Lucius n'était pas stupide, il connaissait la valeur de Sigvald, mais n'admettait pas le fait qu'il est uniquement été choisit pour son image de marque. Et s'il était bon amant, Lucius avait toujours pensé qu'il avait des progrès a faire dans le domaine de la guerre. Aujourd'hui, il avait également la preuve que l'ancien prince héritier impérial en avait également dans le domaine du bon sens, car il lui avait semblé également évident que vu le lieu dans lequel il s'était rendu, ils avaient employé une couverture, et même si le duo dirigeant ne l'avait pas prévenu de cette dernière, il fallait faire preuve de bon sens parfois...Il aurait suffit d'employer des formules a l'emporte pièce et tout se serait très bien passé. Avec un self control très impressionnant, Lucius avait montré qu'il était capable de mettre de coté ses ressenti personnel dans l'accomplissement de sa mission.

    Fulgrim montra ici tout son talent d'improvisation. Une fois sur son cheval, elle prit la parole afin d'énoncer a Sigvald les différents critère de la couverture et éviter ainsi qu'ils ne soient repéré a l'avenir a cause d'une bourde. Mais lui même se devait d'être vigilant, l'on est jamais a l'abri d'une erreur grossière capable de mettre a terre une couverture, même les meilleurs commette parfois ce genre de faute et lui, qui était un habitué, serait alors beaucoup plus fautif que les autres s'il venait a déraper. L'histoire de la déclaration sur la clairière était quand même très cliché, mais généralement, les mortels pathétiques n'y voyait rien de plus qu'une belle histoire romantique. Enfin, Lucius en aurait bien rit de bon coeur s'il avait encore été dans le manoir des Emperor's Children, mais ici ce n'était plus le cas et de plus cela le concernait, aussi garda t'il une posture fière sans pour autant approuver le fait que sa femme parle de cela a son cousin afin de montrer clairement sa fierté de mâle dominant. Elle parla même du sujet qui les forçaient a être ici, vraiment un très grand talent. Le second ne pouvait qu'admettre qu'elle se débrouillait très bien, mais il n'en attendait pas moins de la supérieure qu'il vénérait tant. Elle faisait d'ailleurs preuve d'un grand self control, car il savait bien que cette situation allait d'autant plus attiser ses désirs, mais même sous ordres, il serait bien incapable de partir dans un mouvement a trois avec Sigvald...Si elle trouvait une autre femme encore pourquoi pas, a la rigueur, il pourrait passer sa frustration sur la seconde. Ce n'était pas de la possessivité c'était quelque chose de plus difficile a décrire, juste de l'honneur. Il savait bien qu'elle couchait avec lui et il ne lui reprocherait pas comme elle lui avait reprocher avec véhémence d'avoir couché avec Praxedes, celle qui était maintenant Hathor, mais ne voudrait pas partager avec lui. La patience avait elle aussi ses limites...Peut-être qu'elle tenait ici la seule chose pour laquelle il était capable de lui dire Non pour l'instant, mais elle attendait autre chose de sa part dans se domaine.

    Sigvald se montra également bon comédien, rentrant tout de suite dans le moule une fois la position qu'il devait occupé assimilé. Lucius lui lança même un regard complice, puisque les deux cousins étaient sensé s'entendre a merveille. Pourtant dieux sait que l'envie de l'étriper était toujours présente au fond de lui même et qu'il n'avait guère renoncer a lui faire connaître un « malheureux accident » mais pour l'instant, il avait mis tout cela de coté, la fleur était plus importante que tout le reste ! Dans sa posture droite et fière, Lucius attisait dans la foule des regards envieux pour avoir réussit a épouser une Elfe, mais pas le désir sexuel qu'il attirait d'habitude car il était marié justement. Tout comme pour Fulgrim, cette situation était des plus frustrantes, car il ne pouvait alors avoir tous ses avantages auquel il était habitué. Sigvald était donc le seul a attirer ce genre de regard, ce qui ajoutait une nouvelle condition de haine dans l'esprit de Lucius qui ne pouvait s'empêcher de penser qu'il n'avait pas mérité pareil traitement, mais bon les choses réservait parfois de bien mauvaise surprise et aucun signe de mauvaise humeur n'était visible sur son visage, ah si Shâal avait put être présente...Sa mission avait du s'accélérer et c'était Lucius lui même qui lui avait confier, donc il ne pouvait après tout s'en prendre qu'à lui même concernant son absence. Mais voilà qu'ils arrivaient maintenant devant le château de Rugilian. Il n'avait plus vraiment d'idée sur la manière dont allait se dérouler la soirée, mais il improviserait selon la situation. La présence de Sigvald risquait de changer des choses. Pour l'instant, en tant que Sigismund Von Cardia, il se devait de se montrer toujours fier et hautain envers les gardes du palais qui allait l'interroger. Sigvald n'étant que son cousin, il décida de laisser Lucius s'occuper de cela, quand a Fulgrim, elle était la femme et n'avait pas le pouvoir de parler pour les faire entrer. C'était donc a lui de faire les présentations et de s'assurer que tout ce passerait bien. Il prit donc la parole avec une intention dans la voix somme toute très arrogante, comme tous noble l'aurait fait, alors que Sigvald prenait une pause désinvolte habituel chez lui en descendant de cheval. Lucius lui était rester sur le sien, comme pour affirmer sa supériorité.


    « Faite dire a votre roi que Sigismund Von Cardia ainsi que son épouse et son cousin son présent. Nous retournons a Airian car notre cher roi, un membre éminent de notre famille, a des problèmes et nous souhaitons lui apporter notre aide, nous espérons ainsi que le votre sera nous accordez hospitalité pour la nuit »
    « Monseigneur, nous n'avons plus de roi, celui ci a été assassiné »
    « Je n'étais pas au courant...Nos plus sincère condoléances... »
    « Mais je pense que certain membre du conseil voudrons bien vous recevoir, si vous voulez bien vous donnez la peine d'entrer, nous allons nous occuper de vos chevaux. »


    Bien sur, il était déjà au courant de la mort du roi, mais Sigismund Von Cardia lui était sensé l'ignorer. Il laisserait a Sigvald le loisir de choisir le nom d'emprunt qu'il utiliserait pour la nuit. Comme ils étaient marié, le couple allait disposer d'une chambre pour eux, en tout cas c'était la possibilité la plus probable, et Sigvald aurait une chambre guère trop loin d'eux. Ainsi pourrait-il tester facilement l'une des femmes de cette contrée, voire plusieurs, et se faire une idée de leur performance. Lucius suivit donc le garde qui les mena dans une grande salle qui devait probablement servir de salle d'attente avant que des représentants ne se montre. Très vite, noble et haute personnalité de la cours avait répondu présent a l'appel du garde et certain membres du conseil devait probablement se situer dans la foule. Maintenant, le tout était de ne pas faire de vague et ainsi de se montrer sous le meilleur jour possible, ce qui n'était pas forcément gagné car la multiplication des interlocuteurs risquait également de multiplier les erreurs, ce qui serait malvenu pour tous. Le second resta toutefois d'un calme imperturbable, saluant pour l'instant chaque personne qu'il croisait en indiquant ses sincère condoléances, alors que Fulgrim avait le droit au sempiternelle « mes hommages madames » et parfois a quelques tentative de séductions par des hédonistes que Lucius se força a fusiller du regard afin de jouer parfaitement son rôle de mari a la perfection, comme quoi il était vraiment capable de tous faire dans le domaine de la comédie...
Revenir en haut Aller en bas
Fulgrim

avatar

Féminin
Nombre de messages : 42
Age : 29
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Lun 15 Mar - 18:22

[Bon je crois que je peux classer ce sujet [+18ans] à partir de là puisque Fulgrim recommence à faire des siennes]

Fulgrim apprécia la maîtrise de soi de Lucius face aux gardes qui gardaient la demeure des seigneurs de Rugilian. Il avait presque l'air de faire partie de l'un des leurs et elle s'émerveillait de son calme malgré le danger qui les menaçait. Si quelqu'un voyait le démon derrière le masque, la partie risquait de se compliquer beaucoup pour eux. Lucius ne pouvait certes pas mourir mais ni elle, ni Sigvald ne bénéficiaient de cette sécurité et Fulgrim avait parfaitement conscience de ce qui risquait de lui arriver si elle était prise ici.

Les gardes leur permirent d'entrer et quelqu'un s'empressa de l'aider à descendre de son cheval. Un vulgaire serviteur auquel elle adressa un doux sourire de remerciement avant de rejoindre Sigvald et Lucius. Elle eut un court instant d'hésitation en songeant aux sacoches de sa monture qui contenaient les précieuses fioles restant de Silivren ainsi que le fouet de Slaanesh et son épée de Gardien des Secrets. Quelqu'un viendrait s'occuper de leurs montures et de leurs effets mais elle craignait les indiscrétions de quelques valets. Néanmoins, le choix ne lui appartenait pas et elle ne s'attarda que pour prendre un unique flacon de Silivren qu'il lui faudrait boire dans la soirée.

Dans la salle où on les fit pénétrer était déjà amassée une foule de personnes aux habillements précieux et aux manières de la haute société qui, curieux s'étaient approchés d'eux pour engager la conversation sur tout et rien. Le couple qu'elle formait avec Lucius attirait aussitôt l'attention mais elle remarqua également avec un certain désappointement que le mariage semblait rebuté une bonne partie des hommes qui se seraient habituellement jetés à ses pieds. Certains cependant tentèrent quelques approches en sa direction mais se désillusionnèrent bien vite devant le regard de Sigismund au plus grand désespoir de Fulgrim. Sigvald, en revanche semblait être la proie de toutes les attentions féminines présentes. Chacune d'entre elle espérait secrètement se faire remarquer d'une manière ou d'une autre par ce riche et beau prince d'Airian afin qu'il lui proposa un mariage. Elles se voyaient toutes princesses d'Airian, aimées de ce bel adonis qui devait avoir également une fortune colossale qui les mettrait à l'abri de tout mauvais sort et leur permettrait de se parer des plus belles robes et des plus beaux bijoux.
Si elles savaient ce qui se cachait sous le masque de Sigvald !
Fulgrim lui jeta un regard amusé et lui sourit. Au moins, il pourrait en profiter durant son séjour ici... Elle n'était plus fâchée contre lui. L'humeur de la maitresse des plaisirs était changeante et elle restait rarement en colère après ses amants très longtemps. Néanmoins, il faudrait quand même qu'ils discutent car elle ne lui avait pas donné tous les détails de leur mission...et qu'elle était très désireuse de le retrouver d'une toute autre manière.

Un jeune homme remarquablement bien bâti lui baisa la main en la conservant un peu plus longtemps qu'il ne l'aurait dû avant de lui lancer un regard fiévreux qui l'émoustilla au plus haut point. Mais la présence de son ''mari'' à côté d'elle l'empêcha d'y répondre d'une manière aussi séductrice et elle se contenta de le salua en rougissant faussement. Par Slaanesh que cette situation l'agaçait ! Déjà qu'elle avait un mal fou à contenir le feu qui brûlait en elle à côté de Lucius et Sigvald, les deux figures les plus parfaites d'Erade, si en plus des beaux jeunes hommes inconscients s'essayaient à la charmer alors elle allait finir par devenir folle !
En manque indéniable de Plaisir, Fulgrim vint se frotter contre Lucius à la manière d'un chat pour quémander une attention qu'il ne pouvait cependant pas lui accorder devant toutes ces personnes. Elle continua à sourire à tous ces imbéciles qui les saluaient jusqu'à ce qu'enfin des personnes s'avancèrent vers eux, des personnes qui avaient l'air importantes et qui, elles le déduisit automatiquement, devaient former le nouveau Conseil de Rugilian.

«Messeigneurs, Madame... » salua poliment celui qui devait être leur porte-parole.

Évidemment, les trois démons lui rendirent respectueusement son salut et il poursuivit.
Il s'adressa exclusivement à Lucius et Sigvald sans lui prêter la moindre attention et Fulgrim eut le loisir d'observer ce qui se déroulait autour d'elle.
Les époux jetaient des regards furieux à Sigvald tandis que les femmes alanguies semblaient pendues au moindre de ses mots ce qui, de nouveau, fit sourire Fulgrim intérieurement. Elle retrouvait bien là le Don Juan qu'elle connaissait. Puis soudain, dans un coin, elle remarqua une elfe qui la fixait et elle soutint son regard en frissonnant sous la puissance du mépris qu'elle semblait inspirer. Finalement, l'elfe en question détourna la tête en soupirant et en s'éloignant,feignant le dégoût le plus complet.
Fulgrim crispa les poings de rage. Personne ne s'était jamais permis de la regarder avec une telle mesquinerie et quand elle en aurait fini avec cette mascarade ridicule, quand elle serait rentrée à Plénium, elle réfléchirait à une manière de le leur faire payer au centuple !
Une phrase que prononça le Conseiller lui fit se reconcentrer sur la situation. Ils allaient passer à table tout de suite ?! Mais...mais...ils n'allaient pas leur montrer leurs chambres d'abord ? Ils ne pourraient pas se retrouver pour quelques minutes d'intimité où elle pourrait... se débarrasser des pulsions les plus pressantes de son être ?! Ils ne pourraient pas se délasser du voyage qu'ils avaient fait par un bon bain d'eau chaude ?! Mais qu'est-ce que c'était que ce pays ?! Où était l'hospitalité ?!


Le Conseiller s'expliqua rapidement en arguant que les chambres n'étaient pas prêtes, pas à la hauteur de personnalités aussi importantes qu'eux car ils ne s'étaient pas attendus à leur visite mais que le temps de dîner, tout serait prêt pour qu'ils se reposent. D'ailleurs, le repas leur redonnerait des forces et ils avaient des tonnes de choses à discuter avec de si hautes personnalités que des membres éminents de la famille royale d'Airian...et de l'épouse de l'un d'entre eux, évidemment.
Que pouvaient-ils répondre à ça ?

A regrets, elle suivit les Conseillers et une multitudes d'autres nobles vers une immense salle à manger où elle fut naturellement assise à la droite de son époux, lui même à la droite d'un des Conseillers. Quant à Sigvald, un Conseiller était en train de lui présenter sa très charmante fille. La soif de pouvoir des hommes était risible, Fulgrim pouvait voir l'avarice suinter de tout son être. Il se moquait bien du bonheur de sa fille, il ne faisait qu'espérer que ce prince d'Airian la trouverait suffisamment à son goût pour l'épouser.
Une femme outrageusement maquillée demanda à Fulgrim la permission de s'asseoir à côté d'elle et elle acquiesça joyeusement. Elle passerait le reste du dîner à le regretter...
Durant les heures qui suivirent, la comtesse de Loincelieu – car c'est ainsi qu'elle s'appelait- s'employa à lui parler de tout et de rien – et surtout de rien – tout en mangeant au point que Fulgrim en avait la migraine de ces commérages accablants. Elle refusa même de prendre du vin quand on le lui proposa de peur de voir son mal de tête empirer, elle qui d'habitude faisait rarement la difficile lorsqu'il s'agissait de savourer de l'alcool. La démone avait surpris l'étonnement de son Second mais l'avait rassuré d'un signe de tête, tout cela n'était que passager.
Sans compter qu'elle avait dû avaler son exécrable boisson senteur de cannelle ce qui avait évidemment éveillé l'attention de sa voisine à laquelle elle avait dû raconter une histoire sans queue ni tête pour expliquer ce que c'était. La soirée tournait au calvaire.


Malgré cela, Fulgrim arrivait à trouver des moyens de se libérer mentalement de la présence de la bavarde. Le repas était délicieux. La viande était saignante à souhait, comme elle l'aimait et les légumes croquant sous ses dents lui faisaient un bien fou. Car si Fulgrim était énormément porter sur les plaisirs du toucher, le sexe par exemple, elle n'en demeurait pas moins la maîtresse de tous les plaisirs et le goût en faisait partie. Oui, Fulgrim s'enivrait des plaisirs de la chair, affectionnait la musique plus que quiconque, admirait les œuvres d'art, appréciait les plus délicieux des parfums mais savourait également les mets les plus délicats et ceux-là, elle devait l'admettre, la ravissaient et permettaient de remonter le niveau de ce qu'elle pensait être la pire soirée de son existence.

Où étaient les danseurs et les danseuses envoûtants ? Où étaient les couples enlacés, occupés à s'embrasser ? Où étaient les serviteurs avides de caresses qui promenaient leurs mains sur son corps lorsqu'ils passaient pour lui servir un plat ? Où étaient les gémissements qui ravivaient son appétit ? Les voiles rouges et or et toutes ces couleurs chaudes dans la pièce ?
Tout était ici d'un ennui !

Sigvald était occupé à discourir avec ses charmantes voisines à un autre bout de la table et elle enviait presque ces deux écervelées car à leur place, elle n'aurait pas hésité une seconde. Quant à Lucius, il semblait en pleine conversation avec le Conseiller et les hommes en face d'eux qui avaient pris part à la conversation. Pour calmer sa frustration, Fulgrim jouait inconsciemment avec la nappe blanche très longue et picorait à peine ce qu'il y avait dans son assiette. Elle n'avait pas faim. Un serviteur s'approcha d'elle pour lui proposer un autre morceau de viande en insistant et elle manqua de peu de lui lancer son plateau d'argent au visage. Imbécile ! Si elle disait qu'elle n'avait pas faim alors elle n'avait pas faim un point c'est tout ! Mais elle ne le dit pas et se contenta d'un nouveau sourire.

A côté d'elle, le Conseiller commençait à poser des questions sur Airian et elle écouta poliment ce qui se disait, lissant sa robe et continuant de jouer avec son bout de nappe. Et le sujet dévia rapidement vers la présence inquiétante des elfes de la pénombre dans leur région. Le Seigneur Sigismund Von Cardia avait-il rencontrer un de ces êtres ? Le roi d'Airian avait-il prévu d'exterminer cette engeance ? Des rumeurs rapportaient qu'Anethra, la reine-déesse des elfes cherchait à s'emparer de la région...
A cette seule mention, Fulgrim tourna la tête vers Lucius et ils échangèrent un regard qui en disait très long. L'avantage de connaître quelqu'un depuis plus de deux millénaires était qu'il était très facile de se comprendre sans avoir besoin de parler. Anethra était sur Erade depuis un peu plus longtemps qu'eux et Fulgrim éprouvait pour ses méthodes un très grand respect bien qu'elle ne crût pas une seule seconde au caractère divin de l'elfe de la pénombre. Néanmoins, les Emperor's Children et les elfes de la pénombre avaient toujours entretenus de très bons rapports et peut-être Anethra serait-elle disposée à les aider. Peut-être même avait-elle à sa disposition quelques-unes des fleurs de Silivren si précieuses aux yeux de Fulgrim ? Évidemment, ce service ne serait sûrement pas gratuit, mais s'ils ne trouvaient pas de Silivren là où Lucius pensait qu'il y en avait, rien ne leur coûterait de passer par l'antre de la reine-déesse.
Fulgrim chercha à croiser le regard de Sigvald, mais ils se connaissaient depuis bien moins longtemps qu'elle ne connaissait Lucius et elle n'était pas certaine qu'il eut compris ce qu'elle cherchait à dire, sans compter qu'il était suffisamment bien accompagné par ces deux demoiselles pour qu'il ait pu ne pas prêter attention à la conversation. Elle-même, si elle avait été occupée auprès de deux hommes n'aurait sûrement pas fait attention le moins du monde à ce qui se disait.


Un noble éleva légèrement la voix pour faire remarquer que leurs invités devaient être épuisés par leur voyage et qu'il ne fallait pas ainsi les abreuver de questions sur Airian ! En revanche la situation en Otian elle méritait toute leur attention...ne craignait-on pas une attaque des Immortels ?
Aussitôt, Fulgrim retrouva tout son aplomb. Voilà un sujet qui l'intéressait énormément. Oui, qu'ils parlent donc de la situation d'Otian, qu'ils la renseignent surtout...
Malheureusement, la comtesse de Loincelieu ne l'entendait pas de cette oreille et protesta gentiment :

« Allons messieurs...arrêtez donc de parler de la guerre ! Vous parlez de cela à longueur de journée ! On croirait à vous entendre qu'il n'y a que cela au monde ! »


« Oui, vous avez raison ma chère comtesse pardonnez-nous...parlons donc d'autre chose pour préserver l'innocence des Dames, vous avez-là un collier magnifique très chère, d'où vient-il ? » commença un des hommes présents et aussitôt la conversation se tourna vers ces bagatelles sans intérêt que Fulgrim haïssait tant.

Pour un peu, la Princesse des Emperor's Children lui aurait fait manger le dit collier. Et dire qu'ils auraient pu être en train de parler de la situation en Otian et qu'ils se contentaient de parler de ces bijoux – atrocement vulgaires et grossiers d'ailleurs.
Voilà que Fulgrim repartait dans l'ennui le plus complet alors que les serviteurs apportaient le deuxième plat principal. Mais Fulgrim ne s'ennuyait jamais très longtemps car il était intolérable qu'elle n'eut pas une activité à faire. Et puis, elle fut traversée par un intense frisson d'excitation à l'idée de ce qu'elle s'apprêtait à faire. Ce serait atrocement risqué et si elle se faisait prendre – ce qui était très possible – les gens se poseraient indubitablement des questions. Mais Fulgrim n'était pas la Princesse des Emperor's Children pour rien, elle aimait le risque, c'était une limite comme une autre avec laquelle elle adorait jouer.

Elle avança lentement sa chaise pour se rapprocher de la table et mangea quelques feuilles de salade pour que cela ne paraisse pas étrange. Puis, attendant quelques minutes et après avoir échangé un commentaire aimable avec l'un des nobles assis en face d'elle, elle reposa sa fourchette sur le côté et glissa nonchalamment sa main sous la table. Faisant mine de suivre la conversation dans laquelle était engagée Lucius, le Conseiller et quelques autres personnes dont des femmes, sa main dissimulée par la nappe très longue vint effleurer le pantalon de son Second en un endroit qui ne le laisserait pas indifférent.
Amusée, elle s'efforça de ne pas le regarder pour ne pas attirer l'attention sur eux, réprimant un sourire en échangeant des banalités avec une jeune femme qui la complimentait sur la pureté qu'elle dégageait. La dame en question n'aurait sûrement pas fait ce commentaire si elle avait su ce que sa main habile était en train de faire à son Second. C'était du pur sadisme, elle en était pleinement consciente car Lucius n'avait pas le droit à l'erreur, il devrait rester concentrer sur les questions qu'on lui poserait tout en dissimulant le plaisir qu'elle lui offrirait.
Pour éviter toutes représailles, Fulgrim avait croisé les jambes et d'ailleurs avec sa robe longue non fendue elle voyait mal comment son Second pourrait s'insinuer à l'intérieur, aussi se pensait-elle parfaitement en sécurité de ce côté-là.


A un moment, elle croisa ses yeux mais son regard affichait l'innocence la plus parfaite. Il ne lui aurait plus manqué qu'une auréole !

Alors progressivement sa main remonta, juste assez pour trouver le rebord du pantalon et s'y insérer insidieusement. Décidément, la maîtrise de soi de Lucius était exceptionnelle ! Elle adorait jouer avec ses nerfs, le pousser toujours plus près de ses limites. Oui, tout ça n'était qu'un jeu pour elle, sa vie entière était un jeu immense où elle se devait de gagner pour faire régner la volonté de Slaanesh.
Ses doigts experts caressèrent la virilité de son amant avec une précision pernicieuse et elle le sentait nettement plus tendu que quelques instants plus tôt, occupé à conserver son sang-froid. Dans le même temps, elle se forçait à ne pas le regarder et avait tourner son attention vers Sigvald.
Une des deux jeunes femmes lui avait innocemment prit la main et maintenait dans son champ de vision le décolleté qui ornait sa poitrine. Son manège était si flagrant que s'en était comique. Elle le voulait indubitablement et la deuxième femme, la fille du Conseiller, qui devait être une vierge innocente, s'efforçait de lui plaire en lui parlant des choses auxquelles elle excellait comme la musique et la couture. Chose dont il n'avait probablement rien à faire car il s'intéressait sûrement bien plus à ses dessous qu'aux choses qu'elle avait acquise dans sa vie de noble.

« Vous allez bien mon amour ? » demanda finalement Fulgrim à Lucius d'un air angélique sans cesser son manège sous la table. « Vous me paraissez souffrant...le vin vous sera monté à la tête sûrement ? »

Oh comme elle pouvait sourire intérieurement et comme elle prenait plaisir à le sentir sous ses doigts. Nombres de personnes qui se trouvaient de leur côté de la table tournèrent aussitôt leur regard vers lui pour voir s'il allait bien augmentant par-là même le risque d'être vu. Cela ne dura qu'un instant car aussitôt les conversations reprirent sur les délices des vins de Rugilian et nombres d'anecdotes sur des maris rentrés dans un état d'ébriété avancé.


Revenir en haut Aller en bas
Sigvald Ivalice

avatar

Masculin
Nombre de messages : 9
Age : 26
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Mar 16 Mar - 1:58

-Et votre nom, monsieur?

-Régénald Don Carvia. Cousin du marié, dit Sigvald le Magnifique en souriant amicalement. Un tel sourire ne pouvait qu'éveiller un sourire sur le visage du valet, qui le lui rendit toujours aussi amicalement. Satisfait de son status, le valet prit le cheval pour aller ensuite le plaçer à l'écurie. Sigvald était tout aussi satisfait; Son personnage allait coller à merveille avec la situation:

Il était Régénald Don Carvia, jeune cousin de Sigismund. Les deux personnes avaient hérité du même nom de famille, celui de leur pères. Si Sigismud était sérieux, calme et autoritaire, Régénald était son parfait opposé; il était moqueur, plaisantin et impulsif. Il avait une grande difficulté avec les lois et ses émotions. Pourtant, même un rebelle de cette sorte savait se tenir lors de grandes cérémonies. Aussi, semblait-il bien s'habiller lors d'une occasion de ce genre. Mais aussi bien habillé soit-il, aussi propre puisse-t-il paraître, même un jeune méprisant les règles avait des habitudes qu'il ne pourrait se défaire. Aussi, les valets ne voyaient sûrement sa position désinvolte sur un cheval comme l'une des habitudes. Comme sa façon de marcher, mettant un peu plus de poids sur chaque pas et sa façon de regarder les femmes qui lui rendaient son regard sans honte ni gêne, rougissant et fondant sous son regard dévastateur. Les époux, eux, le regardaient avec la même haine que celui-ci regardait Lucius. Sa gorge se crispa, un regard de surprise feinte dans le regard, il eut une expression de panique comique au visage puis détourna le regard, regardant droit devant lui. Deux secondes plus tard, et il regarda ailleurs, ciblant une nouvelle proie. Celle-ci, probablement la fille d'un des conseillers, prit les devants et s'avança vers le seigneur rebelle. Son père s'avança de même, ayant même l'audace de mettre sa main sur son épaule afin de le stopper. Un regard de fureur passa furtilement sur son visage avant de disparaître et de se retourner vers la petite famille en demandant:

-Monsieur, madame, que puis-je pour vous?

Le conseiller n'hésita pas une seconde. Il commença la discussion:

-Cher Régénald - Décidément, les nouvelles circulaient à la vitesse de l'éclair dans ce château -, il m'est venu l'aimable et grande idée de vous présenter ma fille, Anistria. J'ai ouïe dire que vous sembliez célibataire, aussi ma fille est plus que désireuse de vous tenir compagnie en cette magnifique soirée d'allégrèsse.

Le conseiller, Sigvald l'avait deviné, ne voulait que le profit d'avoir comme fille une femme de prince, soit une princesse. Il ignorait si la fille était au courant des buts de son père, mais cela ne semblait la déranger. Au contraire, elle lui montra son plus beau sourire. Si Sigvald ne se savait pas capable d'en faire de nettement plus beaux, il serait littéralement à la merci de cette dame. Elle avait dû pratiquer ce sourire pendant des heures pour le faire paraître ainsi.

Elle était jeune, environ dans la vingtaine, et possédait de magnifiques cheveux bruns. Des yeux d'un vert émeraude si brillant que la plus turquoise des mers pâlirait de jalousie devant ce regard. Un visage fin ne présentant aucun défaut, un nez légèrement aquilin, des lèvres minces et timides, elle semblait parfaite...

Sigvald jeta un regard vers le cortège qui continuait sa marche, puis détourna le regard: aussi grande soit son mépris envers Lucius, il saurait s'occuper de Fulgrim. De toute façon, il n'aurait pas le temps de faire mumuse avec elle... n'est-ce pas?

Il se tourna vers le père en disant:

-Mes félicitations, cher monsieur. Votre fille est de loin la plus ravissante des femmes que j'ai vu de ma vie. En effet, passer une soirée dans cet endroit avec elle sera des plus grands bonheurs qu'un homme puisse ressentir...

Anistria rougit sous le compliment, et le père satisfait d'avoir casé sa fille s'éloigna, laissant le prince et la jeune fille seuls.

Il plongea alors son regard azur dans les yeux émeraudes d'Anistria. Celle-ci tenait à peine debout sous le regard intense qu'il lui lançait.

-Alors, chère Anistria, voulez-vous bien m'accompagner vers la salle à dîner? je meurs de faim... Pas vous?

-Oui... avec joie... Répondit-elle dans un souffle.

Il tendit le bras, auquel elle s'accrocha comme à une bouée. Ils prirent la route vers la grande salle. Durant la ''promenade'', il s'efforçait de trouver des questions simples et dignes d'intérêts, auxquelles elle s'efforçait de répondre du mieux qu'elle pouvait. La soirée s'annonçait intéressante. À défaut de Fulgrim, elle aurait une autre avatar de beauté dans son lit. Et qui sait, si elle y était plus qu'à l'aise et dépassait ses attentes, il ne la ''mangerait'' pas...littéralement.

Ils se rendirent ainsi bras dessus bras dessous jusqu'à la table à dîner. Leur lente marche leur promit toutefois des places médiocres, c'est à dire loin du cousin et de la mariée. Il soupira. Bien qu'il était en présence d'une déesse, il ne se lassait jamais du regard flamboyant de Fulgrim.

Il cibla trois places, libres. Il s'assied au centre, et Anistria prit place à ses côtés. à sa droite pour être précis.

-...En effet, la mandoline et la harpe n'ont plus aucun secret pour moi! Si le devoir de prince ne m'avait appelé, je serais sûrement devenu ménestrel...
conclut-il sous le regard émerveillé de la ''futur''-princesse. Il regarda, avec amusement, Fulgrim s'ennuyer et Lucius parler affaire avec les hauts conseillers. On dirait que seul lui s'amusait comme un fou. Il jubilait.

C'est alors qu'une deuxième femme, belle mais moins que Fulgrim et Anistria, vint s'asseoir à ses côtés. Cheveux rouges, trop courts et décoiffés. Yeux trop sombres. Nez relevé, comme un cochon. Le visage avait du charme, mais attirait moins l'attention que les autres princesses de la table.

-Bien le bonjour, messire Rénégald. Je me nomme Tririna, la femme du haut financier du roi de Rugilian. Puis-je me joindre à votre conversation? Je m'emmerde royalement dans cet endroit seule...

-Bien sûr! s'exclamèrent Anistria et Sigvald à l'unisson, Anistria utilisant néanmoins un ton nettement moins enjoué. La jalousie se sentait à plein nez. Sigvald jubilait davantage. Tout était parfait. L'ennui des mariés l'amusait encore plus! Adorable...

Malgré tout cet énergie autour de lui, il entendit un léger bribe de conversation entre Lucius et un conseiller adjacent à Fulgrim. Des elfes de la pénombre étaient dans la conversation. Il vit un regard complice entre Fulgrim et son rival, avant que celle-ci ne tourne son regard vers lui, attendant un signe quelconque de sa part. Il ignorait ce qu'elle voulait comme réponse, aussi Sigvald lui lança simplement un hochement de tête affirmatif. Il essaierait d'y penser pendant la soirée, et peut-être la réponse viendra d'elle-même.

Il se délaissa de la conversation, occupé à distraire ces deux femmes, Anistria en priorité. Il devait bien faire, et peut-être, si les éléments étaient en sa faveur, les deux seraient... partantes pour un ménage à trois? Ça finirait la soirée avec beauté...

Tout d'un coup, sans s'y en attendre, la femme de gauche prit sa main et de son autre main lui tourna le regard vers elle. Elle lui quémendait des compliments, qu'elle s'apprêtait à boire comme le vin des meilleurs crues possibles... Si Régénald était décontenancé d'une telle attitude de la part d'une princesse de Rugilian, il n'en paraissait rien sur son sublime visage. Il sentit une aura de haine à ses côtés, semblable à Fulgrim tout à l'heure. Seulement, cette aura provenait d'Anistria et était dirigée vers Tririna. Elle aussi le voulait. Mais elle était bien trop gênée pour faire ce que Tririna osait faire. Sigvald allait arranger cela...

Avant que les deux femmes ne commencent à s'arracher les cheveux, Sigvald tenta de calmer l'air tendu qui commençait à attirer les autres convives. Il se détacha du regard de Tririna avant de se pencher vers Anistria, que la pureté, l'intelligence, la timidité et le savoir-vivre plaisaient énormément à Sigvald:

-Je sors quelques instants prendre l'air. Ce repas m'a bien bourré. Rejoignez-moi dans quelques minutes. Je serais à l'entrée du château.

Puis il se pencha vers Tririna, que l'audace, le regard de femme fatale, la poitrine et le decolleté lui plaisait aussi:

-Ma chère veuillez m'excuser mais j'ai un besoin pressant de prendre l'air. Veuillez me rejoindre après le souper. Nous discuterons enfin en paix...

-Sans cette garce qui vous accompagne? demanda-t-elle, une lueur de perversité dans le regard.

-Sans Anistria... Répondit-il, ne pouvant jamais dire du mal d'une femme, même pour faire plaisir à une autre.

Puis il se leva et après assurer son absence momentané, bien reçu par les convives, il quitta la table. Quelques minutes plus tard, Anistria, comptant les minutes - 6 minutes, c'était bien assez!- se leva elle aussi de table, prétendant être rassassié. Elle courut vers l'entrée du château, où l'attendait son ''prince charmant'', sous les yeux étranges de Tririna.

Sigvald se retourna afin de cueillir Anistria dans ses bras comme la plus belle des orchidées. Seul et à l'abri des regards indiscrets Il la regarda le ciel qui commençait à se faire nocturne et dit:

-La soirée est merveilleuse, Anistria... Mais elle pâlit de jalousie devant votre beauté...

Bingo! 666e fois qu'il pigeait cette phrase! Un record qu'il allait se souvenir. La phrase était puéril, mais il savait que dans cette relation, elle marchait à coup sûr...

Anistria, sous le choc, faiblit et s'accrocha davantage à Sigvald, qui en profita pour l'embrasser fougueusement. Elle lui rendit le baiser avec passion, laissant sa main se balader sur le torse sans fautes du prince. Il fit de même, glissant sa main le long de la taille de la princesse avant de remonter lentement et légèrement un pan de sa robe. Il susurra à l'oreille de sa ''bien-aimée'':

-Si vous voulez aller vers un endroit plus tranquille... Je vous suis...

Souriant merveilleusement, elle comprit immédiatement les pensées de Sigvald et prit sa main pour l'emmener dans ses quartiers privés, qui n'avaient eux pas besoin d'un ménage forcé, mais qui en aurait besoin d'un très bientôt...
Revenir en haut Aller en bas
Lucius l'Eternel

avatar

Masculin
Nombre de messages : 47
Age : 32
Camp : Les Elus du Chaos
Date d'inscription : 21/10/2009

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Dim 21 Mar - 2:35

    Hellbaine...Il se souvenait parfaitement de la montée en puissance de la souveraine auto proclamée déesse des Elfes de la Pénombre. Ceci avait représenté pendant très longtemps un sujet d'intérêt croissant chez les troupes du Chaos. A la mort de Râ, Horus décida de ne plus assumer la charge du leadership de cette race qui ne l'avait jamais réellement intéresser, car ses guerriers n'étaient pas aussi fanatique que ceux du Chaos et il fallait bien le dire leur puissance militaire de moindre importance, un guerrier Elfe Noire ne pouvant pas réellement rivaliser avec un élu du Chaos dont les mutations et l'énergie magique démoniaque ayant envahi son corps rendait ses pouvoirs pratiquement infini. Le second avait participer dans le camp de Fulgrim a ce que certain appelait un jeu d'Y : ils avaient parier sur une guerre civile, les anciens généraux de Râ se querellant sans cesse pour garder le pouvoir pour le plus grand plaisir des membres des légions du Chaos qui voyait ici la puissance de leurs dieux constamment renforcer : cette race raffiné avait toujours entretenu un goût prononcer pour la luxure et les plaisirs interdit et le culte de Slaanesh y avait toujours occupé une très bonne place. Lorsque Hellbaine apparut dans le jeu politique, Fulgrim paria immédiatement sur elle, et Lucius suivit bien sur, sachant reconnaître les inspirations géniales de sa supérieure lorsqu'elle en avait. Il était engagé alors dans une sorte de bras de fer amical avec Ahriman, qui malgré sa délicatesse avec Magnus, restait un grand sorcier influent dans la légion des Thousand Sons. Les deux hommes ne s'étaient bien sur guère entendu et avait un champion différent. Grâce a Fulgrim, Lucius pouvait discrètement fournir de petites informations sans importance a Ahriman qui plombait le champion de Magnus, et permettait ainsi a Hellbaine de prospérer. Sans jamais que les Elfes ne le réalise vraiment, la montée ainsi que les chutes des différents leaders auto proclamé n'était alors due qu'à la volonté des dieux du Chaos et de leurs serviteurs, tous dépendant de la puissance de ses derniers ainsi que de leurs influences. Toutefois, Hellbaine semblait avoir comprit leurs petits jeu, lorsqu'elle réunit tous les anciens généraux encore fidèle a Râ pour les assassiner, a l'exception notable d'un, qui a survécu peut-être sur l'intervention ultime d'une autre légion renégate, même Lucius et Fulgrim furent surprit. Elle s'auto-proclama déesse, une excentricité que même leurs plus grande bienveillance ne pouvait tolérer. Toutefois, Horus ne déclara pas la croisade. Convaincu par Fulgrim, il se contenta d'envoyer Ahriman expliquer que les légions du Chaos ne défendrait plus leurs territoires en Terres Oubliées, et depuis, ce royaume n'avait jamais été fixe...

    Hellbaine pouvait représenté une source potentielle pour la fleur, mais il faudrait donc la payé et Lucius le savait bien, toutefois le regard qu'il renvoya a Fulgrim indiquait clairement qu'il envisager sérieusement cette possibilité également. Hellbaine risquait de demander un gros prix, mais qu'importe, cela ne coutait rien d'essayer. Elle n'avait quand même pas manqué de culot, et c'était une qualité que les cultistes de Slaanesh savait apprécié. Les autres légions ne s'intéressait plus guère aux Elfes de la Pénombre, mais les Emperor's Children eux continuaient a entretenir de bon contact, en sachant qu'un jour, cette divinité disparaitrait et qu'il reviendrait a des considérations plus raisonnable. Le Culte de Slaanesh avait une très grande influence sur les Elfes de la Pénombre, et la conserverait après la mort de cette femme qui montrerait bien qu'elle n'était pas aussi divine qu'elle voulait bien le laisser paraitre. Il suffisait d'être patient, en attendant, il faudrait bien traiter avec elle...Les discussions dans la salle étaient pratiquement toutes soporifique et Lucius se serait bien passé de les entretenir. Il réalisa avec effarement, bien que ce sentiment soit invisible, que ce royaume était très mal informé et qu'il toléré des semaines de retard sur les informations probablement pour ne pas user de procédé magique interdit ou douteux, ou espionable, voir le tout a la fois...Pauvre petits royaumes sans défense...Quoi qu'il en soit, la situation en Airian ne l'intéressait guère, s'il n'avait pas révélé que Hellbaine s'y trouvait, Lucius aurait définitivement perdu sa soirée. Fulgrim avait toutes les peines du monde a supporter la conversation de sa voisine, une femme superficielle et idiote, alors que Sigvald trouva son bonheur avec deux femmes, une plus jeune et l'autre semblant plus expérimentée, les deux ne voulant qu'une seule chose : ses faveurs.

    Qu'il était difficile de ne pas pouvoir séduire afin de jouer cette parodie de mariage, d'être obligé de surveiller les hommes afin qu'ils ne jette aucun regard trop prononcé sur les courbes de Fulgrim pour jouer les maris jaloux, ce qu'il se devait d'être en tant qu'humain marié a une Elfe dans cette parodie, et de regarder Sigvald qui lui délié de tout ceci en profitait largement. Oh il savait bien que Fulgrim s'était déjà calmée a son sujet, elle était trop gentille avec lui, et son comportement était de bonne guerre, a sa place il en aurait fait autant, ainsi put-il conserver son calme et essayer de rester concentrer sur l'action. Au moment ou la discussion allait enfin évolué dans le bon sens, c'est a dire sur Otian, voilà que la voisine de Fulgrim annonça qu'elle ne voulait plus entendre parler de guerre et un homme approuva...Malédiction ! Il fallait croire que la soirée était mauvaise. Sigvald quitta la pièce en s'assurant que personne n'en prenait ombrage, et Lucius s'autorisa un signe d'encouragement, puisqu'ils étaient sensé être cousin. L'une des deux jeunes femmes parti quelques minutes plutard, l'autre irait la rejoindre plutard. Il ne s'était toutefois pas attendu a la suite. Alors qu'il continuait d'échanger des banalité affreusement ennuyeuse avec l'un de ses voisins, il senti la main de Fulgrim venir caresser son pantalon afin de le provoquer, prouvant ainsi son amour du risque dans un endroit aussi peuplé. Elle avait probablement pensée qu'elle aurait put satisfaire ses pulsions avant le diner, ce qui ne fut guère le cas, a la surprise du trio des Emperor's Children d'ailleurs, et ils en avaient été frustré. Maintenant, elle profitait que sa robe ne lui offrait aucune possibilité de contre attaque pour pouvoir s'amuser un peu avec lui sans qu'il ne puisse répliquer. Elle se montra même des plus sadique en passant sa main sous son pantalon afin de le caresser d'une manière qui n'acceptait aucune contradiction sur ses envies. Toutefois, son visage pas plus que le sien n'afficha d'expression particulière, même lorsque la situation atteint le comble de l'ironie alors que l'une des invitées félicité Fulgrim pour son coté pure, preuve que le déguisement était parfait. La pauvre, si seulement elle savait...Le lendemain, ils seraient probablement forcée de changer les draps.

    Il ne manquait que l'auréole d'ange pour que le tableau soit complet, vraiment ils étaient parfait...D'une certaine façon, il n'y avait aucune espèce de raison de s'inquiéter, car il ne voyait pas comment ils auraient put être repéré, mais comme l'on dit, l'on est jamais trop prudent n'est-ce pas ? Tout ceci n'était qu'un stratagème pour pouvoir se retirer. Ils le savaient l'une comme l'autre, il n'y avait plus rien a tirer de cette soirée, les femmes étaient parvenue a définitivement tournée l'attention vers des choses futiles et sans aucun intérêt. Elle lui demanda donc s'il n'avait pas trop bu, ce qui était quelque peu gonflé pour Lucius qui était capable de supporter de très grande quantité d'alcool, mais après tout Sigismund n'était pas sensé lui être capable de ce genre de chose et donc il ne pouvait protester comme a son habitude. Toutefois, le second savait qu'en faisant cela, Fulgrim avait porté tous les regards sur eux ce qui augmentait grandement les chances de se faire repérer. Personne ne remarqua cependant quoi que ce soit, si Lucius semblait avoir un léger trouble, cela pouvait être parfaitement compréhensible a cause des heures qu'ils avaient passé a chevaucher pour arriver jusqu'ici. Il entendit une femme expliquer a une autre qu'il avait du cran, car le lendemain il devrait repartir et peut-être qu'il ferait mieux de rester quelques jours pour se reposer. L'autre femme gloussa devant ses paroles, les papotages habituels avaient repris et même s'il savait qu'il était devenu le sujet de conversation de certain, cela n'avait aucune espèce d'importance, la seule chose qui l'intéresser maintenant était de quitter cette pièce et de pouvoir satisfaire ses pulsions. Même s'il contrôler son visage, il se sentait de plus en plus en feu. Elle devait être très frustrée d'être reléguée au second plan, tout comme lui d'ailleurs, par les frasque de Sigvald. Encore une fois, c'était de bonne guerre, car il avait été malmené dans la bijouterie, mais Lucius n'en ressentait pas pour autant une grande dose de colère. Toutefois, ce sentiment n'apparut pas du tout dans sa voix lorsqu'il s'adressa a Fulgrim afin de lui répondre.


    « Le vin ? Je songe d'avantage a la fatigue accumulée lors de notre longue chevauchée ma mie, il serait en effet temps de nous retirez, notre chambre est-elle prête ? »

    « Oui monseigneur, vous pouvez vous y rendre immédiatement »
    « Je vous remercie. »

    Tout bon mâle humain qui se respecte n'aurait pas supporter qu'on défie son habileté a supporter l'alcool alors que cette race était probablement la plus faible dans cette catégorie. Le second se leva donc et donna son bras a sa femme avant de se faire conduire vers les chambres. Il était temps, quelques minutes de plus et il aurait eu du mal a cacher sur son visage le rictus de plaisir qu'il aurait du afficher a cause de cette masturbation...L'envie l'avait probablement tenailler depuis qu'ils avaient été interrompu au manoir a cause de l'autre imbécile, de plus voir Sigvald n'avait fait que l'émoustiller encore plus, cela il en était certain, et ce n'était pas pour lui plaire...Non pas qu'il voulait la garder pour lui, très loin de la, c'est juste qu'elle n'en était pas du tout digne, mais il n'y pouvait strictement rien de toutes façons. L'éternel resta concentrer sur le trajet, vérifiant que les serviteurs ne remarquait rien de fâcheux, jusqu'au moment ou il put enfin découvrir la chambre. Une très grande pièce dont les tissus, qu'ils s'agisse de rideau ou de draps, étaient tous frappé du sigle de Rugilian. Il se permit enfin un sourire, faire l'amour sur les symboles de l'ennemi avait quelque chose de réellement intéressant. Le rouge et le dorée, qui étaient les couleurs de ce royaume, était très présent ici. Après avoir congédié les serviteurs et attendu qu'ils soit réellement tous parti, Lucius retourna son regard vers Fulgrim avant de lui dire.

    « Eh bien ceci est parfait...Êtes vous satisfaite ? »

    Il avait parler par énigme dans le cas ou ils seraient sur écoute, le parfait était un compliment pour le jeu d'actrice de Fulgrim, tandis que la suite était plus diffuse et pouvait vouloir dire plusieurs choses, l'avatar de Slaanesh n'aurait qu'à choisir le sens qui lui convenait.
Revenir en haut Aller en bas
Fulgrim

avatar

Féminin
Nombre de messages : 42
Age : 29
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Dim 21 Mar - 21:42

Hum comme elle aimait cette sensation sous ses doigts ! Évidemment, Lucius prenait bien plus de plaisir qu'elle mais qu'importe, discerner sur son visage impassible les marques invisibles de son plaisir qu'il contenait avec brio l'excitait terriblement. Il avait l'allure de ces statut de conquérants qui subissent bravement des assauts sans faillir et il y avait de quoi en être émoustillée. Par Slaanesh qu'il était beau ! Elle ne se lassait jamais de se le répéter mentalement.
Son regard glissa vers les convives qui continuaient à ne s'apercevoir de rien et riaient fort en buvant du vin. Une jeune femme fixait Lucius avec une fascination ébahie et Fulgrim manqua de peu de sourire d'amusement. Elle ne pouvait qu'approuver le choix de cette jeune ingénue dont les yeux se posaient sur un véritable chef-d'oeuvre de perfection. Au lieu de ça, elle accentua un peu plus son mouvement sur le membre de son Second et dans le même temps fronça les yeux en signe de désapprobation vers la jeune fille qui se mit aussitôt à rougir et à baisser les yeux. Amusant !

La disparition de Sigvald n'avait fait qu'accentuer le désir de la démone car elle savait parfaitement ce à quoi il allait passer la soirée. La jeune noble qui le suivit à quelques minutes d'intervalles ne fit que renforcer sa thèse. Le Prince des Emperor's Children avait été le mieux loti des trois durant ce dîner, il avait pu se laisser flatter, apprécier les regards et les compliments de multiples jeunes femmes sans les repousser tandis que Lucius et Fulgrim eux, devaient au contraire rejeter les invitations muettes qu'ils lisaient dans les yeux de certaines personnes de leur entourage alors qu'ils auraient été plus que ravi de les accepter si les circonstances avaient été différentes. Fulgrim se serait facilement laissée tenter par le regard de braise de ce beau séducteur qui se posait sur ses seins - rehaussés par le corset – dès qu'il pensait que Lucius ne le regardait pas. Erreur fatale d'ailleurs car il était impossible pour son Second de n'avoir pu remarquer le moindre détail de ce qui se trouvait dans cette pièce. Son entraînement voulait cela, rien ne devait pouvoir le prendre au dépourvu.

Tout comme Lucius, elle entendit deux femmes glousser en imaginant que Sigismund von Cardia pourrait demeurer un jour de plus à Mordiaarg. Il n'était pas difficile d'imaginer ce qu'elles avaient en tête en espérant le voir rester. Croyaient-elles sincèrement qu'elles pourraient pénétrer son lit quand il venait d'épouser une elfe ? Ridicule ! Elle secoua la tête pour masquer son dégoût.
Évidemment, Lucius jouant son personnage ne pouvait admettre qu'il ne tenait pas l'alcool et il nia fermement cette supposition en mettant ça sur le dos du cheval. En revanche, il trouvait là une raison parfaite pour enfin prendre congé de ces hôtes accaparants. Fulgrim, presque à regret, dû sortir sa main du pantalon de son Second et se leva, prenant gracieusement le bras qu'il lui tendait. Elle lui jeta un regard malicieux, sentant bien qu'elle avait été très près de voir son masque d'innocence se fissurer sous le plaisir. Peu importe, ils allaient avoir du temps devant eux. De nouveau elle ne put s'empêcher d'avoir une pensée pour Sigvald...où en était-il de ses conquêtes à présent ? Avait-il déjà prit la petite noble dans son lit ? Etait-il encore en train de courtiser cette vierge innocente qui serait sûrement un peu farouche à le laisser se glisser là où personne avant lui n'était encore venu ? Ou bien était-il déjà en train de rendre infidèle la femme du haut dignitaire qui s'était trouvé à son côté ? Peut-être même les deux femmes en même temps qui sait ? Il était un membre des Emperor's Children et à ce titre il devait bien être capable d'attirer et de convaincre ces deux adorables fleurs de se donner toutes deux à lui. Mmmm elle en serait presque jalouse ma foi. Presque, car la présence de Lucius auprès d'elle valait bien tous les plans à trois du monde. Excepté entre eux trois mais la haine mutuelle de Lucius et Sigvald les en avait toujours empêché. La Maîtresse des Plaisirs n'en désespérait pas pour autant, un jour, cela arriverait. Elle saurait user des moyens les plus retords pour les convaincre et elle ne doutait pas le moins du monde de parvenir à ses fins.
Pour l'instant, elle n'était pas pressée, elle n'avait encore rien tenter pour que ça arrive bien que l'idée eu toujours été bien présente dans son esprit. Mais un jour sa patience face à leur petite guerre serait épuisée et alors...Et s'il fallait les violer tous les deux pour ça, les attacher sur un lit, leur promettre la lune en échange, les menacer ou les torturer sous les plus exquis plaisirs ou les plus douloureuses blessures alors elle n'hésiterait pas une seconde. Après tout, sans elle, ils n'étaient rien du tout. Qui un petit prince banni, qui un gladiateur dans une sordide arène... Comment pourraient-ils seulement remettre en question une de ses demandes alors qu'ils lui étaient tellement redevables ?
Oh un jour, ils céderaient, elle n'en doutait pas une seule seconde. Pour l'instant, elle allait passer un très bon moment avec Lucius mais elle ne doutait pas que la suite de leur voyage lui permettrait de trouver également du plaisir dans les bras de Sigvald.

Entrant dans la chambre aménagée à leur attention, elle fut frappée par l'abondance de symboles du royaume. A croire qu'ils craignaient qu'on leur vole un drap ou un rideau ! Néanmoins les couleurs, rouge et or, lui plaisaient beaucoup et lui paraissaient beaucoup plus familier que tout ce qu'elle avait vu jusqu'à présent. Son premier regard fut néanmoins pour le lit et la taille qu'il avait. Non pas que cela eut une quelconque importance, Lucius et elle avaient beaucoup d'imagination lorsqu'il s'agissait de faire l'amour quelque part. Le tapis lui-même ou un mur quelconque aurait largement suffi pour qu'ils trouvent leur bonheur, néanmoins, le lit restait tout de même le plus confortable.
L'attente de voir partir les suivants qui s'attardaient à retoucher des détails ridicules comme l'allure d'un bouquet dans un vase était insupportable et elle crispa ses mains sur le tissu de sa robe pour rester calme et ne pas les jeter dehors dans l'instant.
Le regard de son Second sur elle la fit frissonner de bonheur. Enfin seuls !
Fulgrim n'avait aucun moyen de savoir si quelqu'un les espionnait encore. Ses oreilles lui disaient que personne ne se trouvait dans le couloir mais comment être sûr que les murs n'avaient pas des oreilles également ou qu'on ne les observait pas à leur insu à travers des trous percés dans des tableaux comme cela se faisait de plus en plus ? Voilà que la prudence les rendait paranoïaques à présent !

« Cette pièce n'est parfaite que parce que vous vous y trouvez...quant à être satisfaite, non en réalité, pas vraiment, malgré la gentillesse de nos hôtes j'ai le mal du pays, mais je ne doute pas une seconde que vous saurez remédier à mon malheur et me faire sentir aussi bien qu'à la maison... »


Il avait plutôt intérêt à la satisfaire ce soir parce qu'il était impensable qu'elle reste dans un tel état de frustration. Elle avait immédiatement saisi les allusions de son Second et avait répondu de même dans une demi-nonchalance qu'elle était loin de ressentir. Mais elle avait attendu une journée entière elle pouvait bien attendre quelques minutes de plus.

« Mon pauvre ami, je vois bien que le voyage vous a épuisé » dit-elle en se rapprochant de lui « et je vous sens incroyablement tendu... »

Elle commença lentement à le déshabiller à mesure qu'elle continuait de parler, maudissant en silence ces vêtements stupides si pénibles à enlever.

« ...laissez-moi donc vous masser un peu cela vous fera du bien. Et ensuite...vous auriez peut-être la gentillesse de m'aider à me déshabiller ? je me sentirais gênée d'avoir à aller déranger une chambrière... »

Oui oui, qu'il la déshabille ! Tout de suite même ! Qu'il délasse cet ennuyant corsage qui lui coupait la respiration, qu'il fasse tomber au sol ce surplus de tissu qui lui donnait l'impression d'étouffer, qu'il relâche ses seins de cette pression insoutenable du corset ! Les yeux de la démone brillaient d'un désir intense qui ne demandait qu'à être déchainé auprès de son amant. Mais elle se força à la patience et lorsqu'il fut enfin déshabillé et allongé sur le ventre sur le lit pour le massage elle vint s'asseoir à côté de lui, toujours vêtue. Hum combien de massages avaient-ils dégénéré en une danse de corps nus lorsqu'ils étaient à Plénium !? Elle ne les comptait pas. Le massage offrait un prétexte pour signifier aux éventuels voyeurs ou espions qu'ils ne pensaient pas qu'au sexe ce qui pour une elfe du soleil comme elle aurait paru déplacé. Rien ne les empêcherait de faire tourner ce massage vers une suite plus plaisante pour eux comme une suite logique et absolument pas préméditée...en apparence.

Se rendant compte qu'il lui manquait un ingrédient essentiel pour s'occuper de son cher mari, elle se releva et se dirigea vers ce qui semblait être une salle d'eau d'où elle ne tarda pas à revenir avec un flacon d'huile parfumée dont elle s'enduit les mains. L'odeur en elle-même n'était pas ce que Fulgrim aurait qualifié de délicieuse mais au moins ce ne serait pas pire que le parfum qui recouvrait leur peau.
La Maitresse des Plaisirs ignorait complètement si les elfes du soleil, nobles de surcroît, avaient pour habitude de masser leur compagnon mais à vrai dire elle s'en moquait. Que pourraient bien dire les gens, après tout, ils n'étaient pas un couple ordinaire et d'ailleurs si ça se trouve peut-être que personne n'était en train de les observer ! Comment savoir ?!
Elle se rassit auprès de Lucius et apposa ses mains sur son dos. D'habitude, c'était elle que les gens massaient, pas l'inverse, mais ça ne l'empêchait pas de savoir ce qui faisait du bien et ce qui au contraire était douloureux. Lentement, elle commença des mouvements circulaires sur ses épaules, sentant avec délice la peau chaude de son amant sous ses doigts. Le but était de lui faire du bien, rien que du bien, en attendant l'instant où ils pourraient enfin s'abandonner sans risque à leur passion sans que cela paraisse inconvenant. Doucement, elle sentait les muscles de Lucius rouler sous ses doigts ce qui lui donnait une très bonne estimation de la puissance de son Second et la rendait fébrile. Il y avait quelque chose d'excitant dans la sécurité et le danger que représentait sa force. Fulgrim chercha des points de tension mais n'en trouva pas, son Second était parfaitement détendu malgré le lieu dans lequel ils se trouvaient mais le fait de savoir qu'ils allaient enfin pouvoir partager un moment de plaisir aurait eu de quoi détendre n'importe qui.
Ses doigts continuèrent de fourmiller sur sa peau un petit moment, se repaissant de la chaleur et de l'érotisme de cet instant, descendant progressivement le long de sa colonne vertébrale pour masser la chute de ses reins.
Fulgrim avait espéré que ce massage ferait retomber légèrement la tension passionnée entre eux par la lenteur de ses mouvements mais elle devait bien admettre que chacun de ses gestes perdait de plus en plus de leur utilité première pour se faire langoureuses caresses sur son corps.

Elle n'en pouvait plus ! L'envie d'embrasser sa peau était de plus en plus fort à mesure que ses mains s'embrasaient au contact de son corps. Fulgrim sentait la pointe de ses seins se durcir dans l'attente insoutenable du plaisir qu'elle pouvait déjà imaginé et la robe devenait de plus en plus insupportable à porter.
Retirant finalement ses mains, elle les essuya contre la couverture du lit - après tout, de toute façon il faudrait les faire changer le lendemain alors... - et se pencha vers son Second l'air toujours aussi innocent.

« J'espère que cela vous aura détendu mon tendre amour... » murmura-t-elle contre son oreille en en profitant pour embrasser sa joue et ses lèvres. « ... autrement, je connais des moyens tout aussi agréables qui vous permettraient de relâcher la tension...dans tous les cas il faudra que vous m'aidiez à me déshabiller si vous voulez bien ? »

Fulgrim ne pensait pas sérieusement que quelqu'un les espionnait. Ils avaient bien jouer leurs rôles depuis qu'ils étaient arrivés et elle ne pensait pas avoir éveillé le doute de quiconque. Néanmoins, ils n'étaient pas à l'abri d'avoir commis une erreur qui aurait été relevée par un des nobles au dîner ni à l'abri d'un éventuel voyeur qui aimait tout simplement se rincer l'œil sur les exploits sexuels de ses invités. Le temps qu'ils avaient mis à préparer cette chambre pour eux était en soi assez long, assez pour faire naître le soupçon. Intérieurement, elle espéra que Sigvald y penserait avant d'envisager de dévorer la moindre jeune fille...encore que cela pourrait être intéressant de mettre cet acte sur un représentant d'Airian. Avec un peu de chance, ils pourraient même peut-être provoquer une guerre entre les deux nations, en choisissant la bonne personne à tuer. Mais Fulgrim y réfléchirait plus tard, elle était bien trop préoccupée par la satisfaction de ses désirs pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Lucius l'Eternel

avatar

Masculin
Nombre de messages : 47
Age : 32
Camp : Les Elus du Chaos
Date d'inscription : 21/10/2009

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Lun 29 Mar - 2:29

    Partager avec Sigvald ? Jamais ! Plutôt mourir ! Ah mais non, il ne peut pas mourir, il avait trop tendance a oublier ce détail. Cela était un avantage comme un inconvénient dans ce cas, car il aurait plus de mal a résister a sa demande. Finalement, il s'agissait probablement du seul sujet ou il était capable de lui dire non, partager avec cet homme lui semblait bien impossible a ses yeux. Déjà parce qu'il était le meilleur et qu'il ne se voyait pas partager avec le seul qui osait contester ce fait, mais aussi parce qu'il ne voulait pas avoir affaire avec un pistonné comme lui voilà tout. Il était fier de sa condition, d'avoir fait tous les efforts nécessaire et encaisser les pires tortures et tourment afin de se montrer parfait aux yeux de sa supérieure. D'une certaine manière, savoir que Sigvald pouvait récolter sans efforts des lauriers égal au sien, car il n'admettrait jamais qu'il pouvait obtenir plus que lui, était insupportable a ses yeux ! Mais ce n'était pas le moment de penser a lui alors qu'il allait pouvoir également enfin effacer la frustration qu'il avait ressenti pendant toute cette journée, en fait depuis qu'il avait été interrompu par cette Elfes de la Pénombre qui était venu annoncer la mauvaise nouvelle. Cette fois, c'était certain, plus rien ne viendrait troubler ses ébats avec l'avatar de Slaanesh, et leur petite comédie rendrait les choses encore plus amusante a n'en pas douter ! Il n'avait aucun doute sur sa capacité a la satisfaire, surtout après ce qu'elle venait de lui faire subir dans la salle précédente. Il aurait bien gouter bien sur a quelques femmes qu'il avait vu dans la salle et s'était intérieurement promis de revenir pour s'en charger, mais comment regretter ses petites folles lorsque l'on avait accès tout simplement a la perfection ? Une fois de plus, elle trouva la réplique la plus adaptée a la situation en se rapprochant sensuellement de lui en lui glissant des mots doux. L'allusion a tendu était subtile, un observateur normal ne comprendrait pas, mais lui était parfaitement capable de la saisir. S'il n'avait pas été sur que quelqu'un était capable de les épier, il aurait affiché un sourire en coin qui en aurait dit très long sur ses arrières pensées.

    Elle proposa un massage, douce manière d'éviter qu'ils ne se sautent dessus de suite, ce qui ne ferait pas un effet très jeune mariée chez les observateurs éventuels. Il ne pouvait qu'approuver cette idée, même si il brulait de lui retirer ses vêtements afin de la voir nue, de pouvoir caresser et embrassé sa peau si douce et parfaite, de pouvoir l'emmener au summum du plaisir dans la débauche la plus complète, mais non, il faudrait prendre son temps et faire dans le calme, qui sait, peut-être qu'il en tirerait plus de plaisir au final, toutefois, cela restait totalement a prouver et lui même n'en était pas totalement convaincu...Sceptique ? Oui c'est possible, mais il assumait sans aucun problème. Le Second aida donc sa supérieure a le dévêtir avant de s'allonger sur le lit docilement. Certes, il aurait voulu la déshabillé de suite, s'emparer d'elle afin de mettre fin a cette torture débuté trop tôt qui ne faisait qu'agrandir son désir et le pousser dans ses derniers retranchements, après le traitement qu'elle lui avait infligée dans la salle du banquet, il avait vraiment été a deux doigts de craqué, si elle ne lui avait pas fournie l'excuse parfaite pour prendre la fuite vers la chambre, il n'aurait probablement répondu de rien au bout de quelques minutes de plus, sans compter le regard de cette admiratrice que sa supérieure avait foudroyer du regard de la même façon qu'il l'avait fait lui même pour tous les prétendants éventuels. Rien ne pouvait échapper a l'attention d'un élu du Chaos et encore moins lorsqu'il s'agissait d'un élu de Slaanesh. Elle quitta un instant la pièce afin d'aller chercher un élément qui lui manquait dans sa panoplie avant de revenir avec de l'huile de massage, l'élément clé pour les mortels d'un massage réussit. Bien sur, il s'agissait d'un plus indéniable, mais lui apprécié également les massages a main nue. Toutefois, il n'était pas inquiet et savait que Fulgrim saurait comment y faire sans aucun problème.

    Il se senti nettement plus détendu en sentant ses mains sur sa peau, dessinant le contour de ses muscles développer sans pour autant être ceux de l'excès de jadis. Après tout, il avait été un puissant gladiateur qui avait du alors finir certain de ses adversaires a main nue et qui avait permit a Fulgrim d'agrandir sa fortune grâce au pari sur les combats. Elle lui avait rendu ce service en faisant de lui ce qu'il était aujourd'hui, une œuvre presque parfaite a son service et celui de Slaanesh. Elle n'avait nullement a s'inquiéter du fait qu'il pourrait lever la main sur elle un jour : même si elle ne pouvait pas le tuer, le maitriser serait pour elle un jeu d'enfant et de toutes façons, elle était plus forte et plus puissante que lui. Même si d'habitude, les positions étaient inversé, il pouvait dire qu'elle savait y faire pour rendre son massage parfait et le détendre au delà du possible. Il n'avait plus besoin d'être frustrée, il savait que très bientôt, il obtiendrait exactement ce qu'il voulait, ce qu'elle voulait également, alors le stress était devenu une donnée inutile. Oui, ils se connaissaient probablement par cœur, mais en même temps, c'était a chaque fois une redécouverte, chacun changeait, s'améliorer pendant l'absence de l'autre et les retrouvailles étaient a chaque fois jouissive. Les mains descendait vers les reins et le bas de la colonne vertébrale et devenait de plus en plus caresse plutôt que massage. La tension sexuelle était toujours présente, indéniable et si jouissive qu'elle en devenait insoutenable. Lorsqu'il senti qu'elle n'avait plus les mains sur son dos, elle comprit qu'il serait temps maintenant de passer aux choses sérieuse et il en fut soulagé, car il avait en cet instant envie d'elle d'une manière presque obsessionnel, même si son visage ne laissait toujours rien paraitre, hormis le contentement du massage. Il ne refusa pas son baiser, bien au contraire, en profitant pour passer ses mains dans son dos alors qu'elle renouveler son vœux d'être déshabillé. Oui, il allait le faire, il allait enfin libérer cette conquérante poitrine qu'il désirait masser depuis qu'il en avait perdu le contact, il ne prit pas la peine de répondre, les mots étaient devenu futile et sans intérêt, il fallait qu'il la déshabille point, c'était devenu une nécessité presque absolue !

    Il prit toutefois le temps de la déshabillé correctement afin de ne pas donner l'impression qu'il se jetait sur elle comme un mort de faim, cela n'aurait pas fait très mari et femme. De plus, il est sensé s'agir d'un mariage d'amour, cela aurait donc était totalement impromptu. Au contraire, il fit preuve d'une lenteur qu'il trouvait exaspérante autant qu'elle même probablement pour se débarrasser de la robe, donnant de brulant baiser sur sa peau sur chaque parcelle qu'il parvenait a conquérir au fur et a mesure sur l'étoffe, prenant toutefois soin de ne pas trop froisser celle ci. Bien sur, s'il l'abimait trop, il pourrait toujours en demander une autre au château, mais il craignait qu'on ne se serve de cette excuse pour les forcer a rester dans la demeure plus longtemps et s'il y avait bien une chose que Lucius ne voulait pas c'était justement trainer plus longtemps dans cette ville. Déjà qu'il fallait supporter Sigvald alors ne couplons pas tout a la fois...Le second prit donc un soin tout particulier a dévêtir celle qui était sensé être sa femme, n'hésitant pas a couvrir de douce caresse ses jambes et ses pieds avant de déposer la robe sur le sol, a un endroit ou elle ne risquait pas d'être tâché ou déchirée, puis s'allongea sur Fulgrim sans hésiter, l'enlaçant et l'embrassant avec plus de passion, pouvant enfin lié sa langue a la sienne, laisser ses mains parcourir de nouveau son corps, le galbe de ses jambes, la fermeté de ses seins, la douceur de sa peau et la si agréable forme de ses fesses parfaitement rebondi qu'il adorait tant. Il ne serait pas question de la prendre par la ce soir, mais il n'était pas dispensé de caresse et heureusement. Doucement, il lui écarta les cuisses, forcé malgré lui de renoncer a des préliminaires qui auraient put être considérée comme une insulte a la condition du mariage ou la marque du démon, et s'introduit en elle avec lenteur, car il n'était encore qu'un jeune couple et elle n'était pas sensé avoir connu tant d'homme et de plaisir dans sa vie. C'est pour cette raison que le va et vient se fit d'abord de manière très lente. Afin d'essayer de ne pas trop frustrée sa supérieure, il calcula l'ampleur de ses mouvements afin de s'introduire le plus loin possible en elle, appréciant la sentir se resserrer autour de lui, son antre se faire plus humide alors qu'il s'empare d'elle. Il n'avait lui de toute manière plus besoin de masturbation, elle avait très bien fait le travail dans la salle du banquet. Il songea que si l'hymen s'était déjà reformé, alors elle allait tâché de sang le lit, et tout le monde penserait qu'elle avait abandonnée sa virginité ici, ce qui serait très amusant, car la rumeur ne manquerait pas a se répandre avant qu'il n'est put quitter le château, une chose qui serait surement un motif de plaisanterie une fois sorti du royaume de Rugilian...Mais pour l'instant, ceci était très loin des préoccupation première de Lucius, même Sigvald, qui risquait de dévorer ses maitresses, était très loin de son esprit. Seul leurs plaisirs commun comptait maintenant alors que ses mains venait de se refermer sur ses deux seins fermes, pinçant les tétons qui commençait a durcir, sentant le plaisir de leur maitresse augmenter doucement...
Revenir en haut Aller en bas
Fulgrim

avatar

Féminin
Nombre de messages : 42
Age : 29
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Lun 29 Mar - 20:40

Fulgrim prenait conscience de la difficulté qu'elle aurait à tenir son rôle jusqu'au bout. Déjà parce qu'ils ne pourraient pas passer la totalité de la nuit à se faire mutuellement du bien, car les humains étaient bien moins endurants qu'eux. Si Lucius et Fulgrim étaient capable d'un véritable exploit qui s'étalait sur des heures et des heures et des heures, il n'en était probablement pas de même pour les hommes, aussi, la Démone avait-elle parfaitement conscience que sa satisfaction ne pourrait être complète et que l'intimité qu'elle partagerait avec Lucius ce soir ne serait destinée qu'à calmer d'une manière très temporaire le désir ardent qui brûlait en elle. Ensuite, parce que les mariages d'amours s'exerçaient le plus souvent dans la tendresse et les preuves d'amour et qu'il était impensable d'user de leurs habituelles exquises tortures de douleurs qui leur apportaient habituellement un plaisir encore plus grand.
Fulgrim ne se faisait aucune illusion sur la soirée qui était en train de s'écouler, elle serait tout simplement fade. Enfin, non, pas exactement puisqu'elle était avec Lucius et que rien émanant de lui ne pouvait être autre chose qu'exquis, seulement en comparaison de ce dont ils étaient habituellement capables, la Maitresse des Plaisirs partait avec des à-priori très négatifs surtout au vue de leur incroyable orgasme de la veille. Et pourtant Slaanesh savait comme elle avait envie de lui ! Savoir qu'elle serait obligée de se retenir était une véritable torture, un peu comme si on proposait à un affamé de croquer une fois dans un fruit et de ne pas toucher au reste. Une vraie torture ! Mais il ne fallait pas penser à ça et profiter de l'instant qui lui était donné de pouvoir enfin se retrouver dans les bras de son amant, de toute façon, pouvait-on encore réfléchir à de petites contrariétés sous les baisers de Lucius ?

Elle ressentait l'envie de son Second aussi forte que la sienne et de nouveau elle demeura impressionnée par le calme relatif dont il faisait preuve. Et elle ? Arrivait-elle à afficher une telle tendresse quand tout son corps se mourrait de passion ? Elle en doutait, l'expérience de ce genre de situation lui manquait. Peut-être devrait-elle elle aussi se rendre plus souvent de l'autre côté des Terres Oubliées pour exercer cette maîtrise de soi ? Mais il y avait toujours tellement à faire dans l'Oeil de la Terreur sans compter le danger que cela aurait pu représenter pour sa précieuse personne. Contrairement à Lucius, elle ne disposait pas de la capacité de renaître à la manière d'un phénix, si une arme transperçait sa poitrine, elle mourrait. Le raisonnement était limpide et malgré le fait que la passion conduisait une grande partie des actions de Fulgrim, elle était réputée pour son intelligence, il serait puéril pour elle de risquer sa vie quand on pouvait lui apporter ses proies sur un plateau d'argent. Évidemment, sans la chasse la partie devenait beaucoup moins amusante mais ça ne l'empêchait de trouver son plaisir auprès des beaux adonis qui avaient le bonheur de trouver grâce à ses yeux.

Lucius n'avait pas même prononcé la moindre parole – les mots étaient parfaitement inutiles dans ces circonstances – mais avait entreprit de la déshabiller. Est-ce que tous les hommes mettaient autant de temps pour mettre leur épouse à nue ou bien son Second s'amusait-il à jouer avec ses nerfs en prenant toute la lenteur possible pour ôter cette stupide robe ?! Elle ne parvenait pas à croire à cette dernière possibilité, le désir qu'ils avaient l'un de l'autre avait atteint le sommet de sa limite. Le mariage d'amour était décidément une véritable plaie ! Il faudrait absolument qu'ils trouvent des rôles plus commodes à jouer lorsqu'ils seraient en Airian, car évidemment, ils ne pourraient plus user de leurs ''titres'' de princes dans cette région de peur de croiser un actuel prince d'Airian ou ses connaissances. Elle était prête à se faire passer pour une vulgaire esclave du moment qu'on lui permettait d'avoir droit à toutes les attentions du monde !
Les baisers brûlants de Lucius l'aidèrent néanmoins à tenir le coup, tout cela n'était plus qu'affaire de minutes à présent avant qu'elle ne puisse s'adonner à leurs plaisirs. Ses lèvres douces et sa tendresse sur sa peau enflammée la firent soupirer de bien-être. A mesure qu'il délassait la robe, elle sentait la pression sur sa poitrine diminuer et l'air lui venir plus naturellement, un vrai délice ! Le tissu était de moins en moins une entrave à sa poitrine dressée par le désir qui semblait protester de ne pas recevoir les attentions auxquelles elle était habituée. Les caresses de Lucius sur sa peau la firent frissonner de plaisir. Oh comme ces petites prévenances lui avaient manquées ! A peine une journée passée sans la douceur de ses mains et elle perdait pied, comme quoi le plaisir pouvait avoir le même effet que la plus tentatrice des drogues.
Fulgrim retira le diadème de ses cheveux et les boucles d'oreilles pour ne pas les abimer, avec un empressement peut-être pas très caractéristique du rôle qu'elle était censée jouer. Le collier resterait autour de son cou, il ne la gênerait pas et surtout, elle n'avait pas envie de prendre le temps de l'enlever.


La jeune femme s'allongea sur le lit, essayant d'afficher une certaine pudeur ou peur caractéristique des jeunes vierges qui n'avaient pas encore la moindre idée de ce qui allait leur arriver, parvenant par la même occasion à dissimuler son impatience alors que Lucius s'allongeait sur elle. Aussitôt, elle caressa le corps de son Second, attirant ses lèvres contre les siennes pour qu'ils partagent enfin ce qui leur était dû et ce qu'ils devaient à leur Dieu.

Lucius avait une façon délicieuse de s'approprier son corps par des cajoleries qui mettaient tout son être en émoi. Sa peau chaude vibrait au contact de la sienne et elle s'offrait inconditionnellement, esclave de son propre plaisir. Ses soupirs alanguis lorsqu'il prit enfin sa poitrine entre ses mains accompagnèrent l'accélération de son rythme cardiaque, ses seins avaient subis une véritable torture sous le tissu serré et elle retrouvait avec bonheur la joie de les sentir plus durs que jamais de l'envie qu'elle éprouvait pour Lucius. Et quand il lui toucha les fesses, une des parties qu'il aimait le plus de son être d'après ce qu'elle avait cru comprendre, elle se sentit de nouveau enfermée par son rôle de jeune elfe prude qui les empêcherait de partager un autre plaisir interdit. C'était décidé, plus jamais elle ne chercherait à se faire passer par une mariée épousée par amour !

Elle se sentait humide de désir pour son Second, incapable de retenir plus longtemps le manque de sa chair, elle le voulait si violemment qu'elle aurait voulu le mordre, le griffer, susurrer les pires perversions à ses oreilles au lieu de quoi, elle se contenta de rester passivement allongée sous lui alors qu'il lui écartait doucement les cuisses et la pénétrait avec cette prévenance à laquelle elle n'était pas si coutumière. Et alors qu'elle se sentait pénétrée une première fois, le sang de l'hymen reformé coulant entre ses cuisses sur les armoiries de Rugilian, elle ne put s'empêcher de pousser un violent gémissement d'extase absolument parfait qui ne faisait que traduire son plaisir d'être enfin possédée. Elle embrassa vivement les lèvres de son Second pour tenter de dissimuler quoiqu'un peu tardivement l'intensité de ce simple son qu'elle ne se serait jamais empêchée de pousser en temps normal mais qu'une elfe du soleil n'aurait pu exprimer avec une telle perversité ou du moins pas lors de la perte parfois douloureuse de sa virginité. Comment allait-elle pouvoir supporter un tel plaisir sans l'exprimer aussi fort que d'habitude ? Habituellement, lorsque Fulgrim prenait du plaisir avec un homme dans son manoir de Plénium, nul ne pouvait l'ignorer à moins d'être sourd car la jeune femme était loin d'être avare en cris, en gémissements et en soupirs et elle savait d'ailleurs qu'il s'agissait d'un très bon stimulant pour ses amants. Non pas que son rôle l'empêchait de crier si cela lui faisait plaisir mais elle serait forcée de se retenir en partie et cela serait terriblement frustrant. Au moins, personne à Rugilian ne pourrait douter que Sigismund Von Cardia était un amant exceptionnel !

Malgré la lenteur de cet acte – il fallait bien que Sigismund Von Cardia prenne soin de sa toute jeune épouse – Fulgrim sentit parfaitement que Lucius s'efforçait de la satisfaire par des mouvements plus profonds destinés à combler la lacune de cette entrée en matière si différente de ce qu'ils connaissaient et lui en fut reconnaissante. Elle contracta ses muscles autour de lui pour qu'il la sente bien serrée contre sa virilité, ses mains vinrent caresser ses bras et son torse alors qu'elle n'avait de cesse d'embrasser chacune des parcelles de sa peau qu'il mettait à sa disposition.
Elle appuya ses mains sur son dos pour le sentir sur son corps et ses mains glissèrent plus bas sur ses fesses pour accompagner ses mouvements de va-et-viens alors qu'elle ondulait des hanches dans un même rythme.


Et lorsqu'ils revint vers ses seins, en pinçant les tétons, elle ne put de nouveau retenir un cri et un "Ouiiiiiii" de plaisir. Puis soudain, elle se rappela le petit jeu qu'elle avait mis au point la veille avec Lucius et où elle avait interdit à son Second ne serait-ce que de murmurer quoiqu'elle puisse lui faire. Elle était en train de saisir parfaitement l'ampleur de ce qu'elle lui avait ordonné et la véritable torture que cela pouvait représenter. Comment avait-il pu tenir si longtemps sans craquer ?! Eh bien soit, puisqu'il était exclu qu'elle s'époumone toute la soirée sous les actions de son ''mari'' sous peine de choquer la totalité des habitants du château, elle tâcherait de se retenir le plus longtemps possible à son tour bien qu'elle sache pertinemment que c'était perdu d'avance face à l'expertise de son Second qui connaissait les moindres de ses faiblesses pour attiser ses cris.

«
Mon amour, vous êtes si doux et si prévenant pour moi... » finit-elle par chuchoter tendrement contre son oreille. « ...malgré l'interruption du messager durant notre nuit de noce vous avez été si patient et vous me donnez tant de joie... mais... j'ai si peu d'expérience dans les domaines de l'amour et je voudrais tellement vous satisfaire...dites-moi, vous savez que je suis prête à tout pour vous contenter...apprenez-moi ce que vos anciennes amantes vous donnaient... »

Voilà qu'elle proposait ni plus ni moins à Lucius de choisir ce qu'il voulait qu'elle lui fasse sans que cela ne paraisse étrange. Après tout, c'était censé être un apprentissage. Voulait-il forcer un peu plus l'allure ce qui leur apporterait à tous deux bien plus de plaisir ? Voulait-il prendre place entre sa bouche ou ses seins voire encore même ses fesses ? Mais peut-être cette dernière alternative aurait été trop osée, elle ne savait pas bien, ses amants humains de Plénium ne se lassaient jamais de la prendre par derrière mais peut-être ne l'auraient-ils pas fait ici dans ce château de Rugilian s'ils avaient été mariés ? Peut-être même pourrait-il lui céder sa place au-dessus de lui ? Ou bien fallait-il qu'elle fasse preuve d'insolence ou d'irrespect pour être douloureusement (exquisément) châtiée ?


Un gémissement s'échappa de nouveau de ses lèvres et elle vint embrasser son amant dans le cou de multiples baisers fiévreux, alimentés par son désir toujours plus intense. Et dire qu'elle venait à l'instant de dire qu'elle n'avait pas la moindre expérience dans les domaines amoureux, c'était vraiment le comble de l'ironie et elle avait manqué de sourire en prononçant cette phrase sachant parfaitement que son Second ne manquerait pas de relever ! Quel tableau idyllique ils devaient former, tous deux s'adonnant à leur plaisir dans le camp ennemi !

Fulgrim eu soudain la pensée que n'importe qui qui se serait effectivement trouvé en train de les regarder aurait été stupéfait. Car si leurs vêtements avaient cachés la perfection de leurs corps, à présent qu'ils étaient nus et qui plus est ensemble enlacés dans un lit, n'importe qui aurait juré sur leurs Dieux qu'ils étaient les êtres les plus parfaits de toute l'Erade. Un drame en soi mais elle n'eut pas la prévenance d'esprit de penser à rabattre sur eux la couverture dont le symbole était imprégné de son sang car il lui importait de contempler la beauté insolente de son amant alors qu'il s'évertuait à la satisfaire et la dite couverture l'en aurait empêchée.

Revenir en haut Aller en bas
Lucius l'Eternel

avatar

Masculin
Nombre de messages : 47
Age : 32
Camp : Les Elus du Chaos
Date d'inscription : 21/10/2009

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Dim 11 Avr - 2:28

    Il était vrai qu'au moment de la pénétration, la jeune femme avait faibli, elle n'avait pas été capable de se retenir et laissa échapper un long et puissant gémissement de plaisir qui ressemblait d'ailleurs d'avantage a un cri qu'autre chose. Il s'en amusa, car malgré tous ses efforts pour maintenir sa couverture, sous la couette, sa supérieure avait énormément de mal a ne pas montrer sa vraie nature, mais après tout, c'était normal, pour un élu de Slaanesh, c'était une véritable torture de ne pas s'adonner aux plaisirs de la chair de manière libre et libertine. Retenir ses émotions était une chose très complexe, Fulgrim n'avait jamais eue a le faire car a Plénium au contraire, personne ne lui aurait reprocher de se lâcher a ce point. A vrai dire, il se souvenait de pas mal de ses maitresses dans ses escapades dans le monde civilisée qui avait été forcée de se retenir en se mordant les lèvres pour éviter de faire trop de bruit et réveiller toute la maison. Glisser doucement dans les bras du plaisir était très difficile, voire impossible, il s'agissait d'une lutte de tous les instants ou les esprits les plus forts finissaient par succomber et tomber dans la frénésie de l'enchevêtrement des corps, ou le plaisir et les sensations deviennent les seules lois et qu'importent les apparences ou tout autre chose, la fièvre sexuelle était la seule chose capable de commander les actes et habituellement, seule la fatigue était capable d'apaiser celle ci. Oui, ils avaient complètement oublier de tirer les draps au dessus d'eux, ce qui faisait qu'ils venaient de souiller les armoiries de Rugilian avec le sang de l'hymen reformée...Il l'aurait bien lécher, mais ce n'était pas le genre de pratique qui était tolérée dans ce genre de nation, a part dans les milieux comme les parties fine, car il ne fallait pas croire, le culte était absolument partout, d'autant plus dans cette noblesse obèse d'argent et grouillante, dégoulinant de pouvoir qui recherchaient avidement de nouvelle sensations. En réalité, la plupart de ses personnages si suffisant et en apparence respectueux des bonnes manières n'attendait que la personne qui serait capable de briser leurs statuts social et de les soumettre, après tout, ce n'était pas pour rien que le pourcentage de noble dans la légion avait toujours été élevée, surtout dans le recrutement.

    Elle réalisa que le soupir de plaisir qu'elle avait laissée échappée malgré elle n'était pas forcement très bien de la part d'une personne comme elle, car elle décida de capturer ses lèvres pour l'embrasser afin d'en atténué la raisonnance, mais il fallait bien admettre qu'il était bien tard pour cela. Il l'aida en mêlant sa langue a la sienne et gardant ses lèvres entre les siennes le plus longtemps possible. Leurs constitutions robuste aurait put leurs permettre de rester ainsi bien plus longtemps qu'un humain normal, mais ils ne devaient pas en faire preuve sous peine d'éveiller les soupçons. Il fut alors bien obligée de la libérer, mais il semblait qu'elle fut alors capable de rester maitresse d'elle même. Il comprenait son désarroi, elle qui d'habitude exprimait son plaisir de manière très bruyante. Au moins savait-elle maintenant ce qu'il endurait pour lui plaire lorsqu'elle lui demandait de ne pas bouger ni de faire aucun bruit alors qu'elle s'occupait de lui et le stimuler. C'était encore pire pour une femme, dont la sensibilité était cinq fois supérieure a celle d'un homme. Lucius avait estimée que les dons de Slaanesh devait augmenter de la même façon chez les hommes que les femmes la sensibilité et donc qu'ils étaient toujours a peu près au même point. Bien sur, cela ne prenait pas en compte la race, car étant maintenant tous les deux démoniaques, ils étaient de ce coté la sur un pied d'égalité, la condition d'élu ne tenait pas compte des différence des races avant de rejoindre le chaos. Il était vrai que ce gémissement aurait un avantage, tout le monde dans le château saurait a quel point il était performant. Si par un malheureux hasard ils venaient a parvenir a les retenir ici quelques jours de plus alors il serait facile de remarquer les personnes que cela intéresserait. Peut-être, discrètement avec le concours de Sigvald, serait-il possible de faire un magnifique pied de nez sous forme d'orgie juste avant le départ de Rugilian ? Mais ceci ne restait que supposition et Lucius aviserait en temps utile, son cerveau était de toute manière incapable de rester concentré la dessus alors qu'il était en train de faire l'amour a Fulgrim, cela serait impensable.

    Mais elle ne restait pas en reste. Ce jeu se faisait a deux, lui aussi se devait de ne pas craquer malgré ses magnifique caresse, la douceur de sa peau si enivrante, la chaleur du désir de ses baisers sur les parcelles de peau qu'elle touchait, tout ceci était réellement agréable et elle se sentait très bien. Elle savait y faire, ses caresses étaient toujours aussi experte, malgré leurs coté innocent. Il put sentir ses mains appuyé sur son dos afin qu'il se colle a elle et il ne résista pas. L'exclamation qui s'échappa de ses lèvres n'étaient pas réellement innocente, mais comment lui en vouloir ? De toute manière, cela ne ferait qu'agrandir encore cette réputation. Il ne faisait aucun doute que lui, en tant que mâle, même dans son rôle, n'en était pas a sa première maitresse, très loin de la. Maintenant, il s'agissait de sa femme et il se devait donc de lui être fidèle, au moins en théorie, a moins qu'ils ne décident finalement de changer un peu le rôle et de faire de leur couple un couple libertin, cela risquerait tout de même de sembler étrange. Comme elle, il se promit de ne plus prendre ce genre de rôle. Même si cela risquait d'être encore plus dégradant pour elle, la faire passée pour une de ses servantes lui permettrait de s'emparer de son corps sans aucune retenue et en sortant toutes les choses de son imagination démoniaque afin de prendre du plaisir, plus jamais il ne voulait souffrir du fait de devoir se retenir pour paraitre normal. Elle était de plus en plus serrée autour de lui, humide et pleine de désir, et même s'il aurait voulu rester lent, il ne pouvait s'empêcher sous l'effet du désir et la vue de son corps se tortillant sous lui, l'écoute de ses gémissements de plaisir, d'accélérer quelque peu l'allure afin de la comblée du mieux possible. Elle leurs trouva toutefois une solution de sortie en venant susurrer a ses oreilles des douces paroles très amusante. Elle sans expérience ? Une grande blague pour toute personnes la connaissant ne serais-ce que très peu, mais elle était dans son rôle. Elle se proposait d'apprendre des choses que ses maitresses de jadis lui avait faite afin de faire grimper son plaisir. Il y avait tant de choix. Avec cela, il aurait même la possibilité de s'emparer d'elle par derrière, mais c'était le genre de plaisir qu'il conservait seulement pour la fin, l'apothéose, les choses qui donnait le plus de sensations. Il avait plusieurs choix ici : faire le mâle dominant jusqu'au bout, en prenant définitivement les commandes et en lui imposant toute sortes de chose. Non pas que l'idée ne soit pas séduisante, mais il n'oubliait pas qui commandait, et puis Lucius savait qu'il risquait d'être frustré en la laissant totalement soumise, il aimait son esprit d'initiative, sentir toutes les choses qu'elle était capable de lui offrir, elle était la maitresse parfaite, comment se refuser a ses avances et ses caresses ?


    « Laisser vous simplement allez mon amour...Aucune de ses femmes n'a jamais put vous égalez, aujourd'hui encore plus encore qu'avant je puis affirmer qu'elles sont bien fade en comparaison de votre être... »

    Tout ceci était vraiment très amusant...L'enlaçant, il tourna donc afin de se mettre sur le dos et lui laisser l'avantage tout en gardant une marge de manœuvre nécessaire a ses mouvements de bassin ce qui lui permettrait de l'accompagner et de lui donner donc plus de plaisir. Cette position aurait en outre l'avantage de mettre en valeur ses formes et ses courbes parfaite ainsi que de les rendre plus accessible. Il ne manquait pas de déposer de doux baiser dans son cou et de pincer toujours avec délice la pointe durcit de ses seins, ce qui n'était pas très sport, car il savait qu'il s'agissait la d'un point sensible qui ne pouvait que la faire gémir de plaisir. Tout comme elle, il négligeait le fait qu'ils soient nue et visible par n'importe quel observateur. La perfection de leurs corps risquaient pourtant de les trahir, mais tant pis, de toute manière, maintenant, le mal était fait, alors autant profiter des douceurs que le sexe pouvait offrir sans se poser d'avantage de questions. Ils aviseraient le lendemain en cas de problèmes, ils étaient bien assez fort pour tenter une sortie en force dans le pire des cas, et puis Fulgrim pourrait libérer son terrible pouvoir de Gardien des Secrets, une chose qu'il ne valait mieux pas rencontrer...
Revenir en haut Aller en bas
Fulgrim

avatar

Féminin
Nombre de messages : 42
Age : 29
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Lun 12 Avr - 11:25

Elle, la Maîtresse des Plaisirs, obligée de se contenir alors qu'elle aurait pu se laisser emporter par la vague de son désir, c'était un comble ! Chacun de ses gémissements se devait de demeurer aussi silencieux que possible ou être étouffé dans les draps du lit ou contre les lèvres de son Second. Quelle cruelle situation ! Et elle avait l'impression atrocement désagréable que ses frustrations sexuelles s'aggravaient d'heures en heures depuis qu'elle avait retrouvé Lucius à Plénium un jour plus tôt. Tout d'abord, cette frustration avait été volontaire, par son désir de jouer avec son Second et de faire preuve d'imprévisibilité, et depuis il se produisait toujours un événement qui venait contrarier son plaisir, que ce soit l'interruption de leurs ébats par Noldo, leur départ précipité de Plénium ou ce stupide rôle qu'ils se forçaient à jouer et qui les enfermait dans des caricatures de sainteté. Fulgrim voulait le meilleur du plaisir, en permanence, devait-on la blâmer pour ça ? Elle n' était pas accoutumée à se voir refuser quelque chose, aussi, la moindre de ses frustration était-elle amplifiée par son manque d'endurcissement à retenir ses pulsions. Crier, hurler son plaisir, soupirer et gémir à en faire damner tous les dieux d'Erade lui était trop coutumier et elle n'avait tout simplement pas appris à s'en passer car une telle situation ne s'était jamais produite auparavant. Et encore, ils n'en étaient qu'à la première partie de leurs ébats, mais que se passerait-il lorsque son corps se cambrerait sous le plaisir incomparable de l'orgasme ? Pourrait-elle profiter pleinement de sa jouissance sans avoir sur les lèvres le nom de son amant alors que son visage s'illuminerait sous la force de son plaisir ? Il était bien connu qu'une fois accaparée par sa recherche de satisfaction et de celle de Lucius, il était très difficile pour la démone de se concentrer sur autre chose, qu'arriverait-il alors si elle prononçait involontairement le nom d'un homme autre que celui de Sigismund, et particulièrement celui du plus célèbre membre des Emperor's Children après elle-même ? Elle qui susurrait son nom des dizaines et des dizaines de fois par jour depuis 2000 ans, parfois dans le simple but d'en apprécier la sonorité... Il faudrait qu'elle fasse terriblement attention, et elle n'était pas sûre de s'en sentir capable entre les bras de Lucius. Le sexe vous faisait indubitablement perdre tous vos repères et même les âmes les plus fortes cédaient bien souvent à la frénésie de ces corps unis dans la recherche du plaisir au point de ne pas se soucier du lieu où il se trouvait ni des circonstances qui l'accompagnait.

Pour l'instant, Fulgrim était terriblement occupée à rester maîtresse d'elle-même sur des choses aussi élémentaires que sa retenue sonore tout en continuant à satisfaire son insatiable libido et ces pensées étaient à des années lumières de son esprit.
Le sang chaud et poisseux avait coulé sur ses cuisses et elle s'en voulu d'avoir permis à son hymen de se reformer – chose qu'elle ne faisait pas systématiquement car le sang avait également ses inconvénients. Mais Fulgrim s'était attendue à trouver un moment d'intimité avec Sigvald au cours de cette journée de retrouvailles et savait son goût prononcé pour le sang aussi n'était-elle pas intervenue pour stopper la régénération en pensant qu'elle pourrait entraîner le Prince entre ses cuisses d'une manière ou d'une autre avant de passer la soirée avec son Second. Malheureusement, tout ne s'était pas déroulé exactement comme elle l'avait prévu depuis le début de ce voyage et si elle s'était doutée qu'elle retrouverait le corps de Lucius avant celui du Prince des Emperor's Children elle aurait laissé son propre corps dans l'état où il l'avait quitté avant leur départ. Tant pis, il était trop tard pour avoir des regrets et le contact du sang ne lui était de toute façon pas si désagréable que ça dans la mesure où son attention était entièrement focalisée sur le corps parfait de son Second qu'elle caressait avec ivresse.

Lucius avait tout de suite saisi la difficulté que cela représenterait pour elle ne ne pas avoir à crier son bonheur et se fit un devoir vraiment très agréable d'accentuer leurs baisers pour étouffer sur ses lèvres avant qu'ils n'existent les sons trop virulents qu'elle aurait été en mesure de pousser. Mais après tout, il ne faisait que réparer ses propres égarements, c'était bien de sa faute, n'est-ce pas, s'il la mettait dans un tel état !

Mmmmh le plaisir ! Elle le ressentait dans chaque atome de son corps, comme un fourmillement sans fin de bien-être qui répandait sa douce chaleur à chacun de ses membres. Il n'y avait pas à dire, Lucius était définitivement le meilleur, le seul à pouvoir – malgré les circonstances – lui faire atteindre le plaisir parfait. Le sentir contre elle la stimulait comme jamais et elle vint mordiller ses lèvres, jouant à éloigner lentement les siennes comme pour échapper à ses baiser avant de céder à la tentation de venir l'embrasser avec une passion dévorante alors que ses mains se perdaient dans ses cheveux derrière sa nuque. Sa bouche vint se perdre de nouveaux dans son cou qu'elle recommença à ponctuer de baisers mais des baisers bien plus enflammés accompagnés de sa langue tentatrice qui léchait la peau brûlante à hauteur de la carotide à la manière d'un vampire qui se serait perdu dans le cou de sa victime. Fulgrim perdait de plus en plus la notion du personnage qu'elle était censée incarner à mesure que son plaisir montait et les vas-et-vient de plus en plus rapides de Lucius n'y étaient pas étrangers.

Non, assurément ils ne pourraient reprendre le rôle de couple amoureux lorsqu'ils seraient en Airian, c'était-là un rôle bien trop encombrant pour eux. Passer pour la servante de Lucius et Sigvald leur donnerait bien plus de liberté, personne ne s'étonnerait que la petite servante passe de l'un à l'autre de ces hommes ni qu'ils aient des pratiques sexuelles étranges. Sans compter qu'ainsi, ils pourraient également répondre aux avances des humains d'Airian sans que cela ne paraisse suspect. Après tout, qui s'étonnerait de voir un noble quelconque trouver son plaisir avec la servante d'un autre ? Ou un noble tenter de séduire une douce jeune fille en fleur ? Oui, ces rôles-là leur conviendrait bien mieux ! Quant à l'humiliation que subirait immanquablement Fulgrim dans ce rôle, elle savait qu'elle parviendrait à y trouver une certaine forme de plaisir, après tout, même la forme la plus primitive de soumission pouvait être grisante si l'on savait comment y faire. Et elle savait indubitablement.

Lorsque Lucius répondit à sa proposition, elle ne put empêcher un sourire amusé de venir s'immiscer sur ses lèvres. Leurs dialogues étaient décidément pleins de petites allusions qu'ils auraient été les seuls à comprendre si un étranger les avait écouté. Comme Fulgrim aimait cette douce flatterie, savoir qu'aucune femme au monde n'avait encore jamais à ce jour pu lui procurer autant de plaisir qu'elle !
Ainsi, finalement, il lui laissait le loisir de reprendre un peu la main sur leurs ébats, parfait ! Ils échangèrent donc de position toujours avec cette tendresse si caractéristique des couples amoureux et elle se retrouva sur son amant, s'extasiant de contempler une fois encore son corps parfait.
Voilà que la Maîtresse des Plaisirs retrouvait les rênes pour un instant et elle se redressa sur son Second. Elle était comme une amazone chevauchant le plus bel étalon de toute l'Erade et ça n'avait définitivement pas de prix.
Elle bascula lentement sa tête en arrière, sentant avec délice ses boucles blondes descendre le long de son dos nu pour caresser ses fesses tout en se cambrant et en tirant les épaules en arrière pour tendre dans la direction de Lucius sa poitrine durcie de désir qu'elle lui donnait à contempler.
La démone persistait à faire jouer tous les sens dans leurs corps à corps en stimulant particulièrement la vue et le toucher et elle-même ne se gênait pas pour goûter ou toucher son Second, se rapprochant de nouveau de lui pour frotter ses seins contre son torse et lécher ses lèvres. A chaque fois qu'un gémissement s'échappait des siennes, elle s'arrangeait pour tenter d'en couvrir le bruit entre celles de Lucius ce qui donnait lieu à de délicieux baisers empressés.
Le reste de son corps n'était évidemment pas en reste car elle avait à son tour entamé des vas-et-vient sur la virilité de son amant et ondulait langoureusement du bassin pour le sentir contre ses parois serrées.
Fulgrim fondait littéralement sous les baisers de Lucius, sa manière de tirailler sur les pointes de ses seins la rendait folle et il lui était de plus en plus impossible le fait de taire ses gémissements devenus irrépressibles. C'était terriblement imprudent de sa part de jouer ce jeux-là car il était parfaitement conscient des faiblesses de l'avatar de Slaanesh et des cris qu'elles engendraient, néanmoins, cela eut été enlevée une bonne dose de plaisir à Fulgrim de ne pas s'occuper de cette poitrine conquérante et il aurait manqué à sa réputation, chose inconcevable pour lui comme pour elle.

Et Fulgrim sut qu'il faudrait conclure leurs ébats amoureux sans quoi leur endurance paraîtrait surprenante pour une première fois. Mais si la Maitresse des Plaisirs désirait un orgasme, elle aurait pourtant bien apprécié de continuer cette lente montée du plaisir un peu plus longtemps ce qui continuait de frustrer ses envies.
Elle sentait les coups de reins de son Second accompagner ses propres mouvement de vas-et-vient et elle se laissa guider par son plaisir, accélérant encore légèrement l'allure.

« ...le...plaisir...mmh... » parvint-elle à peine à prononcer entre ses halètements désordonnés.

Même parler devenait un acte difficile sur lequel se concentrer lorsqu'elle était à ce point enivrée par la beauté de l'instant. Elle avait peut-être eu l'intention de dire quelque chose, elle ne se rappelait plus, mais au final, seul le sentiment qui l'envahissait complètement avait franchi ses lèvres. Le Plaisir...
Malgré tout ce qu'elle avait cru en entrant dans la chambre, enfermée dans son masque, Lucius parvenait à la combler parfaitement, comment avait-elle pu douter qu'ils parviendraient tout de même à atteindre cet état de transe si magnifique ?

Et quand il vint en elle et qu'elle atteignit l'orgasme elle ne parvint qu'à grand peine à retenir le nom qui lui venait naturellement à l'esprit, mordant ses lèvres avec violence pour faire taire le cri qu'elle aurait immanquablement poussé en d'autres circonstances.
Elle sentit avec délice un mélange de sperme, de cyprine et de sang s'écouler de son antre brûlante le long de la virilité de Lucius alors qu'elle se retirait lentement de lui et roulait sur le dos à ses côtés.
Bien que cet orgasme n'atteignait pas l'exploit de celui qui les avait prit dans la salle de bain à Plénium, il restait très satisfaisant...mais loin d'être suffisant pour faire taire la faim qui tenaillait la Maîtresse des Plaisirs. Elle en voulait plus ! Mais comment faire pour en profiter encore une fois malgré son rôle encombrant de jeune fille modèle.

« Oh Lu...mineux amour... »

Elle avait manqué de prononcer le nom de son Second et s'était rattrapé au dernier instant.

« ...j'ai touché le ciel pour la première fois entre vos bras, un tel bonheur ne devrait pas être permis... »

Elle soupira d'aise et faillit venir stimuler de nouveaux son propre plaisir par des attouchements mais se ressaisit et se contenta de se redresser pour pouvoir contempler la beauté singulière de son amant. Comment un être si magnifique pouvait-il être aussi perverti ? Si elle ne l'avait pas mieux connu, elle aurait juré qu'il était l'incarnation vivante d'un saint ou d'un ange mais ses prouesses et son imagination en matière de sexe démentaient tout à fait cette première impression. Il était juste tout simplement parfait et c'était un véritable crime de ne pas en profiter.
Ses yeux dévièrent vers la tâche de sang qui, par un hasard absolument parfait, s'était répandu presque en exclusivité sur les armoiries de Rugilian puis vers la virilité de son Second. Cela lui donna presque immédiatement une idée de ce qu'elle pourrait dire pour profiter une nouvelle fois du corps de Lucius et du plaisir qu'il lui offrirait.
Se relevant, elle s'assit sur le lit et fit mine d'hésiter un instant, de paraître gênée par ce qu'elle allait dire alors qu'en réalité, elle savait parfaitement ce qu'elle comptait faire.
Elle fit mine de prendre une grande inspiration pour continuer un discours qui se voulait troublant pour la jeune noble qu'elle était, un léger rouge lui montant aux joues.

« Vous savez je... j'ai involontairement surpris votre cousin avec une femme lorsque nous étions à Otian et elle était en train de...enfin je n'essayais pas du tout d'être indiscrète mais je l'ai vu le lécher pour le nettoyer après leurs ébats et il semblait beaucoup apprécier ce traitement alors je pensais que peut-être je pourrais...vous m'avez dit de me laisser aller et je crois que j'aimerais essayer de... ».

Elle ne termina jamais sa phrase, se mettant à quatre pattes sur le lit dans une position plus que suggestive. Elle ne savait pas encore que Lucius avait prévu de s'emparer de ses fesses pour en terminer en beauté avec leur soirée et elle se faisait donc involontairement tentatrice. Non, tout ce qu'elle voulait c'était continuer de stimuler l'ardeur de Lucius afin qu'ils puissent encore poursuivre une dernière fois la recherche de leur plaisir pour cette nuit. Elle ne se faisait pas beaucoup d'illusion sur le nombre de plaisir qu'ils connaîtraient, ce serait sûrement leur dernier instant d'intimité et elle comptait bien en profiter autant que possible.

Comme il était évidemment impensable que la jeune elfe du Soleil ne se mette à lécher son propre sang, ni n'avale la moindre substance corporelle, elle entreprit tout d'abord de l'essuyer tendrement avec le drap fin. Puis finalement, toujours en faisant mine d'hésiter franchement sur la conduite à adopter, elle finit par le lécher maladroitement. Incapable de retenir son professionnalisme en matière de sexe très longtemps, elle finit par le prendre en bouche en usant de sa langue sur l'extrémité de sa virilité. Fulgrim ne cherchait pas à faire jouir son Second, simplement à lui donner du plaisir pour le pousser à la posséder encore. Elle n'aspirait pas à obtenir quelques attentions de la part de Lucius, non, pour l'instant elle s'occupait de lui et le reste ne l'intéressait pas.
A quatre pattes, dos à Lucius et penchée en avant sur sa virilité afin de la prendre en bouche obligeait ses adorables fesses à être relevée d'une manière aguicheuse.

« Est-ce que ça vous satisfait, mon tendre amour ? » murmura-t-elle après avoir fait quelques langoureux vas-et-vient buccaux sur sa virilité.

La question n'en était pas vraiment une. Il suffisait de sentir sa manière de se tendre dans sa bouche pour savoir que ce traitement était loin de lui être désagréable. La question cachée sous la question était plutôt : Pouvaient-ils décemment reprendre des ébats digne de nom ou bien cela serait-il encore trop suspect ?
Revenir en haut Aller en bas
Lucius l'Eternel

avatar

Masculin
Nombre de messages : 47
Age : 32
Camp : Les Elus du Chaos
Date d'inscription : 21/10/2009

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Ven 16 Avr - 23:38

    Pour beaucoup de monde, tout ceci aurait sembler diabolique, mais l'existence même des divinités de la ruine dépassait le cadre simple des choses diabolique. Certes, le coté démoniaque était indéniable, cela, Lucius ne le contesterait guère, mais le second des Emperor's Children se jugeait en tant qu'Elu du Chaos supérieur a n'importe quel seigneur démon originel qui n'était qu'un suppôt des puissances du dieu noir Ohrmazd, un faible qui n'avait plus sa place ici et qui, coincée dans le volcan Ephra, n'était plus qu'une proie facile pour les légions du Chaos qui se disputerait probablement le droit de le finir la première. Une fois mort, alors il serait possible de plonger Erade entier dans le chaos et la terreur. Mais pour l'instant, il fallait encore être patient. Des milliers d'années que les plus anciens légionnaires attendaient leur heures, Lucius et Fulgrim étaient tous deux des premiers, alors ils sauraient encore être patient...Mais cette patience dans les plans étaient bien difficile a maintenir dans un cadre sexuel ou les pulsions étaient les plus importantes, celle ci encore encourager par le culte de Slaanesh, le Prince du Chaos appréciant que ses adorateurs se livrent sans aucunes retenue dans les actes charnels, mais ici, Lucius ne pouvait faire ce qu'il voulait en tant que Sigismund Von Cardia. Pas grave, ils trouveraient mieux une fois a Airian, le tout était encore de pouvoir se satisfaire assez pour attendre jusqu'à l'étape suivante, et malgré les handicaps avec lesquels le couple d'amants partaient au départ, force est de constater que l'expérience de ce genre de chose leurs permettaient de compenser avec grâce et excellence ce handicap. Il ne voyait qu'un seul avantage a cette situation : il damnait ainsi le pion a son rival qui était obligé de rester a distance de la blonde et cela lui plaisait, mais ce n'était pas assez jouissif en comparaison de ce qu'ils auraient put faire avec une autre couverture...

    Elle se plaça en amazone sur lui, la tête en arrière, une position ou sa poitrine était offerte et il ne manqua guère de s'en emparer, massant la pointe si sensible de celle ci, la pinçant même afin de lui faire ressentir plus de plaisir malgré qu'il sache que cela était risqué. En même temps, la possibilité d'être vue et prit sur le fait alors qu'ils ne devaient pas être reconnu avait quelque chose d'excitant également, un effet supplémentaire contre lequel il fallait lutter. La tentation de provoquer le destin en la prenant avec déraison et lui faisant connaître l'orgasme le plus puissant existant sur cette planète avait quelque chose d'attirant et de particulièrement stimulant, mais cela serait vraiment se jeter dans la gueule du loup et si sexuellement parlant, cela pourrait être considéré comme Parfait, ce ne le serait point d'un point de vue général et ce n'était donc pas convenable d'un point de vue religieux. Il se devait d'être parfait en toute circonstance et donc choisir la voie de la perfection, parfois, l'excès pouvait être préjudiciable, ou du moins l'excès d'une chose prenait le pas sur une autre, bien curieuse philosophie ou il fallait sans cesse être capable de comprendre ce qui était le mieux, mais après tout, c'était la le destin de tous les Emperor's Childrens, être parfait jusqu'au bout des ongles. En tout cas, il sut qu'il était parvenu a remplir sa mission alors qu'elle avait du mal a parler, un signe chez elle que le plaisir était bel et bien présent car dans le cas contraire, elle aurait eue bien plus de facilité a s'exprimer. Elle était comblée et accélérée l'allure probablement afin que cela ne dure pas trop longtemps et pour éviter d'être surprit dans un excès d'endurance qui n'aurait pas été très humains et rendu leurs couverture trop poreuse pour être efficace. Il la sentait de plus en plus excitée sur lui, humide et étroite, ce qui avait bien sur tendance a le rendre plus dur. Afin d'optimiser le plaisir mais aussi de facilité la jouissance, il n'hésita pas a venir mordiller les tétons de plus en plus fort, afin d'encore insister sur cette zone très sensible. Finalement, la pression devint trop forte, mais il savait qu'il ne pouvait se permettre de la retenir trop longtemps, et il se libéra en elle afin de lui permettre d'atteindre également l'orgasme, elle se mordit la lèvre afin d'éviter de pousser un cri qui aurait pourtant était magnifique a entendre hélas...Il trouvait toutefois cette vision excitante, logiquement, ils auraient dut s'arrêter maintenant et dormir, mais comment arrêter en si bon chemin ? Pour eux, cela ne représenté qu'un début, une simple mise en bouche, mais ce soir, il faudrait nécessairement se contenter du hors d'œuvre, impossible de s'offrir le plat de résistance, ce qui avait quelque chose de frustrant mais de toutefois nécessaire.

    Elle faillit prononcer son vrai prénom ce qui esquissa sur son visage un petit sourire en coin qui en disait long sur ses pensées, oui, un bonheur aussi grand que celui de partager la couche de Fulgrim ne devrait pas être permit, afin qu'on puisse s'en emparer de force. L'excès, c'était la le plaisir de tous les Emperor's Children, une vie pour le plaisir personnel sans aucune retenue, chaque nouvelle expériences plus exaltante les unes que les autres, aucune n'atteignant les bienfaits des relations sexuelles. Bien sur, le feu de la guerre, le sang des ennemis coulant sur les armures, les arts et les dorures, et tout expérience stimulante était bonne a prendre, mais aucune ne pouvait atteindre le sexe, et Fulgrim restait tout en haut de la liste. Il n'était pas loin derrière bien sur, mais en avait-il réellement conscience ? Le piédestal sur lequel il l'avait placée était si haut qu'il en était probablement aveugle, mais pour le bien de la légion entière, c'était probablement mieux ainsi. Il avait même connu le plaisir de la mort, l'exaltation ultime du corps, et ceux plusieurs fois et de plusieurs manière différente et pourtant Lucius n'avait jamais connu de plaisir plus grand que de s'unir avec sa supérieure, rien ne pouvait dépasser se sentiment de bien-être qui l'envahissait a chaque fois qu'il se retrouvait entre ses cuisses. Elle s'était allongée a coté de lui et le contempler dans sa nudité, d'ailleurs, il ne se privait pas d'en faire autant, constatant que les draps avait été souillé sur le symbole de Rugilian, comme une bravade a l'Ordre en faveur du Chaos. Slaanesh apprécierait bien sur, mais pouvait t'il cessez la soirée maintenant ? Non, surement pas, il fallait en faire plus...Quand il la vit prendre un air gêné, avec même des rougeurs aux joues, attention très mignonnes et rigolote, il ne put s'empêcher de sourire en sachant très bien ce qu'elle avait en tête, parfait, cela serait pour lui l'occasion aussi de prendre l'air du supérieur une dernière fois et il venait de construire dans son esprit la transition qui lui permettrait d'avoir ce qu'il voulait, ce qui dans le fond était bien l'essentiel !

    La pose fut subjective et elle fut capable de retenir assez longtemps ses connaissances infinie en la matière afin d'être presque parfaite dans son rôle, pour une première, cela restait un coup de maitre. Sa croupe ainsi élevée ne pouvait qu'élever son désir de la prendre par cette entrée, cette fois c'était décidée, qu'importe, elle n'en réchapperait pas ! Sentir sa langue sur son membre était une véritable bénédiction, bien peu de chose pouvait être aussi tentatrice et donner envie de recommencer. La question était en effet quelque peu idiote mais venant de son rôle légitime, oui il adorait cela, c'était indéniable et elle pouvait le sentir, car il était de nouveau plus dur...Il décida de la laisser faire afin de montrer qu'il avait essayer de résister le plus longtemps possible, mais aussi, il fallait bien l'admettre, avec une grosse dose d'égoïsme, profitant un maximum du moment qu'il lui était offert en admirant la courbe de ses fesses se balancer et lui donner envie de s'en emparer immédiatement comme s'il n'en avait encore jamais eu l'occasion, mais c'était a chaque fois une redécouverte, ils avaient déjà partager leurs couches des milliers de fois, mais a chaque nouveau rapport, il s'agissait d'une nouvelle expérience et des nouvelles sensations venant enterrer le souvenir qu'ils avaient de la précédente rencontre, un éternel recommencement a la gloire de Slaanesh. Lorsqu'il jugea le temps suffisant, il fit pression sur ses épaules pour la faire relever et plonger son regard dans le sien. Maintenant, il allait répondre a sa question et lui « montrer » une chose nouvelle afin de bien respecter son rôle, il ne doutait pas qu'elle allait apprécié. Ce n'était pas génial pour la couverture certes, mais il saurait mettre les formes afin que cela ne soit guère soupçonner...


    « C'était parfait ma chère et tendre. Laissez moi vous récompensez par des sensations nouvelles. Surtout, si je vous fait mal, n'hésiter pas a le dire... »

    Et il la fit pivoter afin de coller son dos contre son torse avant d'embrasser doucement son cou et de soulever ses fesses afin que sa virilité dressée puisse venir s'emparer de ses fesses et la prendre par l'autre entrée. Contrairement a l'épisode de la salle d'eau a Plénium, il prit son temps, car normalement, une jeune femme n'aurait put supporter cela sans une douleur si atroce qu'elle aurait mit immédiatement fin au rapport, en prenant son temps, il était donc sensé rendre cela plus supportable au corps plus sensible de la noble...
Revenir en haut Aller en bas
Fulgrim

avatar

Féminin
Nombre de messages : 42
Age : 29
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Dim 18 Avr - 22:01

La présence de Lucius à ses côtés lui était vitale. Elle aimait la façon si particulière qu'il avait de la regarder avec ce mélange de dévotion, passion, tendresse et perversion, le mélange parfait de tout membre du culte de Slaanesh. Fulgrim était à la fois femme et femme-objet et ce rôle lui convenait à la perfection. La jeune femme se sentait extrêmement redevable à son Dieu de l'avoir élevé à un tel niveau de perfection. Grâce à Lui, elle avait tout obtenu, elle était devenue la perfection incarnée, une personne admirée et adulée par ses semblables pour qui elle était à la fois un guide et un modèle à suivre. Et tout cela méritait qu'elle se donna en permanence pour objectif de satisfaire et de glorifier le plus jeune des Dieux du Chaos. Il n'existait personne au monde qui fut aussi dévote qu'elle-même, surtout lorsque les dévotions passaient par des instants de bonheur aussi intenses que ceux que son Second était susceptible de lui donner. Interrompre les dites dévotions lui aurait fortement déplut et elle fut donc tout à fait satisfaite de voir que Lucius ne l'avait pas dissuadée de continuer à s'occuper de lui.

Il était évident que dans le soucis de préserver leur couverture, les deux têtes pensantes des Emperor's Children auraient dû s'arrêter là. Ils avaient eu tout deux l'orgasme auquel ils aspiraient pour se libérer de toute leur frustration. Ils avaient pu se retrouver pour un intense moment de communion, ils avaient satisfait Slaanesh, oui, la raison aurait voulu qu'ils s'arrêtassent-là mais leur philosophie de l'excès, cette philosophie qui les poussait à en vouloir toujours plus les incitait à en redemander encore et encore.
Le choix entre Raison et Passion avait échu à Lucius. Quoiqu'il eut décidé, Fulgrim s'y serait conformée, non par envie mais par devoir. S'il avait opté pour la raison, elle n'aurait pas été très contente mais, ayant en lui une confiance illimité, aurait jugé qu'il entrevoyait pour eux un danger trop grand pour qu'ils le prennent et aurait pris son parti.

Mais plus elle s'enhardissait sur la virilité de Lucius et plus il lui sembla sûr que la Raison serait reléguée au second plan. Elle s'efforçait d'ailleurs de faire tout ce qui était en son pouvoir pour que la Passion l'emporte, le léchant avec toujours plus d'avidité et se montrant chaque instant plus gourmande que le précédent de telle manière qu'il aurait fallu à son second un effort de volonté insoutenable pour oser lui demander d'arrêter. D'ailleurs, elle constata avec un certain amusement qu'il appréciait la situation au point de ne rien faire pour s'y soustraire. C'était étonnant, lui qui habituellement cherchait avant tout son plaisir à elle – bien que les deux aillent généralement de paire – se laissait tout simplement cajoler sans réagir. C'était parfait, ainsi Lucius pouvait également faire preuve d'égoïsme, c'était ce qu'elle recherchait toujours au fond de son être lorsqu'elle le sondait de ses grands yeux brillants, le voir céder à son plaisir et non exécuter celui de sa supérieur. Fulgrim fut tentée de mettre fin aux réjouissances pour le tester encore une fois comme elle s'était promise de le faire durant le voyage mais ce fut l'instant qu'il choisit pour la relever et la tourner vers lui, et, désireuse de savoir ce qu'il avait prévu elle s'abstint.

Ses yeux bleus plongés dans les siens, la Maîtresse des Plaisirs le dévorait littéralement du regard. Une mèche de ses cheveux blonds glissa sur son visage pâle et elle l'écarta instinctivement en la replaçant derrière son oreille. Envoûtée par les lèvres de Lucius, elle mordilla doucement les siennes comme pour se rappeler ses baisers. Les paroles qui en sortirent ne firent que l'exciter d'avantage et elle se sentait de plus en plus humide de désir rien que par ces quelques mots qui trahissaient ce qui allait se passer. Décidément, le risque qu'ils allaient prendre était bien grand, car si quiconque les surprenait dans une telle position sans avoir au préalable entendu les tendres mots de Lucius, il ne manquerait pas de trouver la situation anormale et les questions suspicieuses s'accumuleraient sans fin.

Impatiente, haletante et le cœur battant sous l'anticipation du plaisir, elle oublia bien vite toute idée de rébellion pour tester son Second et se laissa faire lorsqu'il la tourna dos contre son torse. Écartant distraitement ses cheveux blonds pour ne pas qu'ils se retrouvent coincés entre elle et Lucius, elle les fit passer d'un côté de son épaule et ils tombèrent le long de son flanc gauche, caressant sa peau au passage.
Fulgrim prit un air ingénu, se laissant embrasser délicatement dans le cou, ses mains vinrent caresser le visage de son amant, le forçant à se pencher un peu plus vers elle pour lui dispenser des baisers brûlants de passion.
Avec une délectation visible qui tranchait avec son rôle, elle sentit les mains de son Second sur ses fesses pour les écarter et lui dévoiler une autre entrée de plaisir. Après avoir donné à la virilité de son Second des attentions buccales toutes particulières, elle le savait suffisamment dur et lubrifié par sa salive pour que la pénétration – néanmoins douloureuse – se passe sans le moindre problème. Le sentant se positionner contre elle, Fulgrim ne pouvait plus prétendre l'innocence très longtemps.


« Je ne suis pas certaine que ce soit très convena...aaaaaaaammmmh... »

Ses mots moururent sur ses lèvres alors qu'elle sentit Lucius la pénétrer. La douleur était bien moindre que ce à quoi elle était habituée et elle sentit le plaisir l'inonder presque trop vite à son goût. Il y avait du bon dans la souffrance, on y trouvait les plaisirs les plus secrets et elle regrettait de ne pouvoir lui rendre la pareille. Elle se crispa légèrement pour que la douleur exquise demeure encore un peu, une douleur délicieuse qui pulsait en elle et rendait leur rapport plus intense pour elle. Une nouvelle fois, elle ne s'intéressait qu'à son propre plaisir.
Mais la douleur irradiante ne dura pas et elle ne put s'empêcher de continuer à gémir lorsque le plaisir primaire s'empara d'elle à mesure qu'il s'enfonçait dans ses chairs. Si elle avait pu mourir de bonheur c'eut été dans un instant comme celui-ci.
Oh Lucius, merveilleux second et plus merveilleux amant encore ! Avait-il seulement conscience de la capacité de satisfaction qu'il était capable de lui donner ?
Elle voulait sentir ses mains, son corps, son odeur mais plus encore le sentir bouger en elle au point d'en avoir mal de lui, elle voulait tout de lui, sa douceur autant que sa violence. Elle était prête à se donner à lui toute entière, sans retenue, et ce serait toujours beaucoup plus que ce que la majorité des autres femmes lui donneraient car il pourrait trouver en elle un exutoire au moindre de ses fantasmes tout comme elle était sûre de trouver en lui le sien. Elle était sa Princesse, sa Maîtresse et tous les autres rôles qu'il voudrait imaginer pour elle. Leur relation était tout simplement parfaite.

Fulgrim ferma les yeux sous la vigueur de Lucius, s'enivrant de la chaleur de leurs deux corps collés l'un à l'autre et visiblement fait l'un pour l'autre. Elle frissonnait de plaisir, cherchant comme toujours le plus extrême de la situation. C'était leur dernier moment d'intimité pour la soirée; une autre de leur performance aurait parue trop suspecte aux gens de Rugilian qui devaient déjà peiner à fermer l'œil en raison des cris qu'elle n'avait pu s'empêcher de pousser au cours de la nuit. Et demain, les gens jaseraient évidemment, mais cela, elle devait bien l'admettre, ne la gênait pas du tout et au contraire profiterait à Lucius qui verrait se tourner vers lui les regards de toutes les demoiselles en manque qui auraient eu vent de ses performances. De même, lorsque les servantes changeraient les draps le lendemain, elles risquaient d'avoir une énorme surprise et répandraient la nouvelle que la jeune elfe du soleil avait perdu sa virginité à Rugilian.
Cela servirait de couverture pour les trois membres du culte de Slaanesh, car même les plus soupçonneux ne pourraient faire le rapprochement entre la fleur de luxure qu'était Fulgrim et cette jeune elfe qui venait de perdre son innocente. Seuls les personnes ayant vécu un moment d'intimité avec Fulgrim connaissaient le secret de sa virginité reformée aussi ce sang laverait-il tout soupçon sur eux.

La Maîtresse des Plaisirs tourna la tête autant que le lui permettait leur position pour aller mordiller le lobe de l'oreille de Lucius, en profitant pour murmurer quelques perversions de son crû et tout ce qu'elle entendait lui faire subir lorsqu'ils auraient quitté Rugilian de manière à ce qu'il fut le seul à pouvoir les entendre. Elle souriait de sadisme pur en lui décrivant d'une voix chaude et sensuelle les plus douces tortures mêlées des plus atroces formes de plaisirs pour le stimuler, embrassant ses lèvres avec une passion enragée. Ses mains passèrent au-dessus de sa tête alors qu'elle levait les bras pour venir caresser son visage et se serrer plus près de lui encore alors qu'elle ne cessait de stimuler son imagination par ses paroles pernicieuses.
Une de ses mains redescendit doucement le long de son propre corps qu'elle n'hésitait pas à caresser et vint s'emparer de l'une de celle de son Second qu'elle dirigea d'autorité vers son intimité pour qu'il y enfonce ses doigts. Une elfe du soleil n'aurait probablement jamais fait une chose pareille mais ça n'avait plus aucune importance aux yeux de Fulgrim à qui le plaisir faisait perdre la tête.
La démone n'avait pas lâché la main de Lucius et gémissante, la fit sortir de son intimité. Tout cela n'avait été qu'une petite démonstration pour pouvoir continuer de susurrer contre son oreille.

« Tu sens comme je suis humide ? Mais crois-moi ce n'est rien en comparaison de ce qui arrivera la prochaine fois quand... »

Et elle continuait, d'une voix entrecoupée par le plaisir, le récit que lui dictait son imagination fébrile en matière de sexe, d'une voix si basse qu'elle n'était même pas sûre qu'il puisse l'entendre.
La main couverte de cyprine de Lucius vint rejoindre son adorable bouche et elle se tût finalement, pour sucer ses doigts comme elle l'avait fait un peu plus tôt avec sa virilité, jouant de sa langue sur les phalanges, appréciant le goût le plus intime de son être qui ne valait pourtant pas à ses papilles celui de la semence de Lucius.

Son cœur battait déraisonnablement, sa respiration était haletante et elle sentait le plaisir courir dans ses veines à une vitesse folle. Amusée à l'idée de continuer à exciter son Second, elle lâcha finalement sa main pour de nouveau murmurer contre son oreille.

« Il y a quelqu'un dans le couloir... tu crois qu'il viendra voir ce qui se passe si je gémis comme ça... »

Et plus qu'un gémissement, elle poussa un véritable cris de plaisir qui était loin de pouvoir passer inaperçu. En réalité, il n'y avait personne dans le couloir en face de leur chambre mais l'ouïe de Fulgrim était plus forte que celle de Lucius et elle était donc susceptible d'entendre des choses qu'il ne percevait pas, ce n'était que du bluff rien de plus. Penser que quelqu'un pouvait les surprendre dans une telle position avait quelque chose d'exaltant, l'idée de jouer les exhibitionnistes était terriblement excitante et elle ne cherchait qu'à apporter plus de plaisir à son Second, poussant des gémissement sans retenue que ce voyeur imaginaire n'aurait pu s'empêcher d'entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Lucius l'Eternel

avatar

Masculin
Nombre de messages : 47
Age : 32
Camp : Les Elus du Chaos
Date d'inscription : 21/10/2009

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Jeu 22 Avr - 20:32

    La douleur était l'un des plus puissants aphrodisiaque. Utilisée correctement, elle permettait de faire des miracles dans le sexe et donné lieu a une vague de plaisir indescriptible. Ici il n'avait put en faire usage correctement, mais il saurait se rattraper durant la suite. Il y avait deux manières d'utiliser la douleur : l'infliger ou la subir. Les deux étaient capable d'offrir du plaisir. La subir permettait de forcer les fonctions de son corps a produire plus d'adrénaline, une substance vitale pour le plaisir qui l'amplifiait encore lorsque la sensation de douleur était enfin terminée, les orgasmes les plus puissants se déroulaient généralement après une bonne pénétration violente et douloureuse qui provoquait des cris d'horreur d'abord puis des gémissements haletant en demandant toujours plus, il était bien placé pour le savoir, étant passé maitre dans cet art...Bien sur, il existe bien d'autre façon de s'y prendre, comme les armes, les fouets, clouté ou non, et même parfois les épées ou les tranchantes, les petites entailles que l'on pouvait crée sur le corps pouvait être aphrodisiaque, et puis il y a le goût du sang...Enfin quand on l'inflige, il y avait bien sur la volonté de domination et de puissance absolu qui accompagnait ce geste. La personne qui était soumise a votre volonté était dépendante de votre bon plaisir, a ce moment, vous tenez sa vie entre vos mains, et pour tout champion du Chaos, il s'agit d'une sensation grisante, sauf peut-être chez les adorateurs de Tzeentch, qui font passé le savoir et le pouvoir avant les plaisirs sadiques, bien que ceux ci soit également appréciée chez eux bien sur. Sur un champs de bataille, perpétré un massacre avait quelque chose de bon et d'exquis capable de doper le plaisir et de provoquer d'agréable sensation, même si en bon adorateur de Slaanesh, Lucius vous assurerez que rien ne vaut le sexe. Même s'il avait prit plaisir a exceller sur les champs de bataille et même a connaître la mort, fin ultime si grisante, et le plaisir de renaitre sous les tortures du malheureux qui aura osé posé sur vous le coup de grâce, le plaisir de l'orgasme restait le plus puissant quoi qu'il en coute.

    Raisonnable ? Non cela ne l'était pas, c'était chaotique oui, et cela leurs ressemblaient très bien. Bien sur, ce n'était guère prudent et Lucius n'aurait probablement pas du prendre ce risque, mais c'était tout simplement irrésistible, tout comme elle, il aimait bien trop cela pour s'en priver et une seule fois ne permettait pas de se rassasier, a peine calmer la soif qui habitait chacun d'entre eux. Elle tenta de se crisper pour faire durer la douleur un peu plus longtemps, cela ne fit que le pousser a entrer en elle plus fort alors que ses lèvres captaient toujours la peau de son cou. Oh oui il la voulait dans tous les sens du terme, comment pourrait-il se passer d'elle ? Des millénaires qu'ils étaient engagée dans une guerre sainte au nom du prince des plaisirs, toujours plus dangereuse, car les divinités du chaos n'était guère unie, et il fallait souvent se battre contre une autre légion, bien souvent celle de Khorne...C'était d'un ennui...Mais au contraire de ses combats fratricides, les moments d'union avec sa princesse démoniaque, la femme de tous ses rêves et fantasmes, dont le désir qu'il éprouvait a son égard semblait inépuisable, était sans aucune limite ! Et par son ample et douloureux vas et vient a un endroit ou les convenances se refusait l'exploration sexuelle, il prouvait une nouvelle fois que cette pulsion ne disparaitrait jamais. Tout deux semblaient parfait l'un pour l'autre, se connaissant par cœur et renouvelant sans cesse cette expérience sans ce lasser, a chaque fois goutant un peu plus a ce fruit merveilleux qui leurs offraient tant de sensations. Il laissa ses mains s'agripper fermement a sa poitrine afin d'en pincer l'extrémité avec force, sachant qu'elle adorerait cela. La limite de la raison avait été dépassé, maintenant, seul le plaisir pur et dur comptait et chacun comptait bien se l'offrir. Chaque mot qu'elle prononcer, chacune des perversions toujours plus attirante les unes que les autres, ne faisait que l'encourager a accéléré l'allure, tant elle faisait montée la chaleur dans son corps et augmenter le désir qu'il ressentait a son égard. Il la senti s'emparer d'une de ses mains pour la portée a son inimitée, et n'hésita pas une seule seconde avant d'y plonger ses doigts, avide de sentir sa mouille contre eux. Il les bougea frénétiquement, sachant bien a quel endroit elle était sensible, les apparences étaient définitivement tombée, rien d'autre que le plaisir n'avait d'importance a leurs yeux. Ce qu'il aimait la sentir ainsi contre lui, si excitée et chaude, prête a tout endurer et a ressentir tous les plaisirs les plus sauvages et les plus exquis ! Comment résister a cela ? Les fous qui osaient renier ceci méritait bien qu'on les exécute pour leur stupidité, et les Emperor's Children ont toujours su incarné ceci a la perfection !

    Elle lui murmura ce qui était dans son esprit de douce paroles pleines de promesse de jeu tous plus intense, érotique et pervers les uns que les autres, des choses qui ne pouvaient que lui plaire ! Elle lui léchait les doigts, mais il ne résista pas a l'envie de glisser l'autre main vers son antre afin de poursuivre sa stimulation, pour rendre l'orgasme irrésistible. Oui, il s'était toujours enivré de ses cris. Il ne pouvait s'empêcher d'écouter dans sa tête cette voie de plus en plus présente qui lui disait « Qu'ils entendent ses mécréants, ce magnifique plaisir parfait que leurs esprits faible et indigne ne connaitrons jamais ! » Le sentiment de la fierté d'être celui d'en profiter, une manière aussi de montrer qu'il était le meilleur et que personne ne pourrait en profiter aussi bien que lui. Elle le provoqua une nouvelle fois en parlant d'une présence éventuel qui serait a proximité et poussa un véritable cri de plaisir apte a réveiller le château entier probablement. C'était amusant, et cela ne faisait que l'encourager a accélérer encore, aller au plus profond d'elle même afin de se sentir le mieux possible et prendre son pied un maximum. Il décida de pousser le vice a son paroxysme en poussant quelque peu son dos afin de la forcer a se mettre a quatre patte sur le lit, une position ou il pouvait d'ailleurs la prendre bien plus facilement et la pénétré bien plus profondément, une chose dont elle ne pourrait guère se plaindre. Mais se rapprochant également de son oreilles, il lui murmura également entre deux râles de plaisir


    « Possible...Peut-être même qu'il aura envie de participer en vous voyant ici, a moins...Qu'il ne s'agisse d'une pauvre âme innocente et pure... »


    Et il parti d'un grand éclat de rire presque dément avant tout en continuant a la prendre, cette idée lui avait semblé tellement saugrenue et rigolote qu'il ne pouvait pas s'en empêcher. Même s'il y avait eu quelqu'un, il n'aurait pas changer de comportement, accélérer encore, de plus en plus vite et profondément. Ses doigts se faisaient également plus frénétique au niveau de son intimité. Il n'avait pas hésité a joindre les deux mains afin de la remplir le plus possible. Certes, cela ne valait pas une pénétration en bonne et due forme, mais il connaissait les zones qui serait apte de la faire grimper vers l'orgasme dans les meilleures conditions possible. Comme elle, il connaissait la moindre de ses faiblesses, toutes ses soirées passées dans les bras l'un de l'autre avait été très instructive. Oh oui, que tout ceci était merveilleux pour lui, ce plaisir si intense, les battements de son cœur de plus en plus fort et violent, signe qu'il prenait de plus en plus de plaisir tout comme elle...Pouvait-il rêver mieux ? Non, le monde idéal serait une éternité de luxure dans ses bras...
Revenir en haut Aller en bas
Fulgrim

avatar

Féminin
Nombre de messages : 42
Age : 29
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Mer 28 Avr - 19:42

Plus elle se dilatait sous les pénétrations de Lucius et plus la douleur cédait place au plaisir et disparaissait progressivement. En tant que spécialiste incontestée du Plaisir, Fulgrim mesurait pleinement le bonheur qui l'envahissait. Chaque parcelle de sa peau s'enflammait sous les caresses de son second et elle frémissait face à son expertise. Oui, vraiment, personne au monde ne la connaissait si bien que Lucius, ni aussi intimement au point de connaître avec une telle démesure la moindre des choses intimes qu'elle aimait comme ce mélange de douleur et de plaisir presque primaire. Hum il n'y avait pas à dire, la soumission avait quelque chose de bon, se laisser aller sans réfléchir, se laissant guider par le rythme plus ou moins soutenu de votre partenaire, seul responsable de l'ampleur de votre plaisir... oui c'était véritablement délicieux !

Et dire qu'ils avaient failli passer à côté de ça sous prétexte de se montrer raisonnables ! Décidément, les humains ne savaient pas ce qu'ils manquaient. Leur stupide vertu et morale respectueuse les empêchaient de connaître une telle ivresse et elle n'était pas loin de les plaindre sincèrement. Quand c'était bien fait – et en l'occurrence ça l'était – une pénétration anale était un véritable don du ciel !
Et pourtant, même si la raison l'avait emporté sur la passion, Fulgrim ne se faisait pas la moindre illusion; ils devraient en rester là pour la soirée. Si la jeune femme avait immanquablement dévoilé sa nature démoniaque en négligeant son rôle d'elfe du Soleil c'était en partie parce qu'elle avait eu la quasi certitude que personne n'était en train de jouer les voyeurs. Elle y avait repensé et en avait conclu que même si une personne s'était dissimulée dans un mur, il y avait de fortes chance pour qu'elle l'eusse entendu or elle ne percevait pas le moindre son hormis la respiration de son cher Lucius. Néanmoins, il était quasiment impossible que quelqu'un dans ce château ait manqué ses cris de plaisir aussi aurait-il paru trop étrange qu'elle se mette ainsi à gémir durant des heures et des heures et dans l'état où Lucius la plongeait si rapidement, il était impensable qu'elle songe encore à se retenir.

Son souffle devenait plus rare, les battements de son cœur se faisaient désordonnés, excitée et ardente comme la braise en sentant le plaisir qui parcourait ses veines et ressentant sans nulle peine celui que pouvait éprouver son Second. Il mettait vraiment de la passion à la satisfaire – à satisfaire Slaanesh aurait-elle dû plutôt songer – et lui-même ! Comment ne pas être réceptive à ses baisers brûlants et ses caresses appuyées sur des parties extrêmement sensibles de son être ? Mmmmh oui le voyage jusqu'à Rugilian avait été harassant mais une telle récompense au nom de son Dieu valait bien tous les déplacements du monde. A présent, elle se l'était promis, rien ne l'empêcherait plus de parcourir des miles et des miles pour retrouver la chaleur que Lucius faisait naître au creux de son ventre !


Elle poussa un soupir de contentement en sentant la main qu'elle n'avait pas léchée prendre place dans son intimité à la place de l'autre et s'agiter avec délice et précision en des endroits qui lui procuraient des sensations extrêmes. Les doigts de Lucius, comme elle le disait souvent, étaient une bénédiction tant ils avaient été habitué à satisfaire des femmes et Fulgrim sentait avec une certaine allégresse tant ses doigts que son membre au creux d'elle qui se frôlaient, séparés par une fine paroi qui palpitait sous ces douces caresses. C'était comme une double pénétration mais en mieux car aucun homme n'aurait pu valoir l'expertise de son Second en ce qui concernait le fait de la satisfaire. Et pourtant, tout le monde savait comme elle était friande de la présence de nombreux corps nus autour d'elle. Mais en ce qui concernait Lucius, c'était évidemment différent, il n'avait aucun rival sérieux. Pas même Sigvald qui pourtant était un amant excellent.

La jeune femme ne regretta pas un instant son petit mensonge concernant l'inconnu du couloir quand elle le sentit plus profondément en elle et plus excité encore à l'idée de se satisfaire mutuellement. La Maîtresse des Plaisir sentit la main de son Second exercer une pression sur son dos et elle comprit parfaitement ce qu'il attendait d'elle. Elle se pencha donc en avant sur le lit de manière à être à quatre pattes. Il y avait quelque chose de fascinant dans le fait qu'elle se laisse si docilement faire dans son lit alors qu'elle ne se serait jamais inclinée ni mise à genoux devant un homme en dehors de ses relations les plus intimes. Quiconque aurait agis de cette manière en dehors de sa chambre serait mort, à bien y réfléchir quiconque aurait osé ne serait-ce que la toucher serait mort d'ailleurs. Mais quand elle était dans un lit, ce n'était pas tant face à un homme qu'elle s'inclinait ou se retrouvait dans des postures les plus soumises que face à Slaanesh lui-même auquel elle offrait le don de ses plaisirs et notamment de ses orgasmes.


Mmmmh oui comme ça c'était parfait ! Elle en gémit de plus belle, lascive entre les mains expertes de Lucius. Et lorsqu'il vint murmurer contre son oreille d'une voix aussi chaude que sensuelle, son souffle brûlant lui chatouillant délicieusement la joue, elle eut son deuxième orgasme de la soirée qu'elle se retint à grand peine de crier. Elle sentit la chaleur se propager dans tout son corps comme si son être était entièrement en feu, elle sentit tous ses muscles se tendre sous le plaisir, elle sentit la cyprine couler le long de ses cuisses, le long des mains de Lucius, et c'était un délice. Certes, ils n'avaient pas eu d'orgasme commun mais elle n'avait pas eu envie de se retenir, pas dans cet instant absolument parfait où la voix de son Second avait eu cet effet si dévastateur sur son organisme.

Fulgrim se pencha un peu plus en avant pour aller poser une joue sur le drap, ses bras devenus inutiles écartèrent de son visage les mèches éparses de cheveux blonds qui l'encadraient et l'empêchaient de voir nettement Lucius. Dans une telle position, les fesses levée, bien en évidence, l'angle de pénétration était parfait et elle le sentait très profondément en elle d'une manière qu'elle adorait. Les mots de son Second qui l'avaient tant ému plus par la manière dont ils avaient été dit que par leur contenu lui revinrent en mémoire et elle sourit. Les âmes innocentes et pures ! Un des plus grands plaisirs relevait sûrement de l'expression de leur visage lorsqu'ils découvraient pour la première fois ce qu'était un orgasme ! Jouissif !
Inconsciemment elle s'était légèrement cambrée et caressait sa poitrine, jouant avec les mamelons avec délice. Son visage angélique était déformé par le pur plaisir qu'elle ressentait. La luxure, il n'y avait que ça de vrai ! Du coin de l'œil, elle observait Lucius qui s'affairait derrière elle et dont la beauté, comme toujours, la laissait sans voix... enfin non pas exactement puisqu'elle continuait de soupirer et de gémir mais du moins qui la rendait béate d'admiration.

« Ce pourrait aussi être ce cher Sigvald, enragé à l'idée que tu sois dans mon lit...irrité de t'entendre me donner autant de plaisir en...sachant qu'il serait incapable d'en faire autant, agacé de savoir que jamais il ne m'aura tant fait crier que toi... obligé de reconnaître intérieurement que...tu es le meilleur. » murmura-t-elle à son tour.

Habituellement, elle s'arrangeait pour ne pas citer le rival de Lucius quand ils étaient dans le même lit mais présenté de cette manière, ça ne pouvait que le stimuler. Imaginer la rage de son prétentieux adversaire alors qu'il était en train de la satisfaire mieux qu'elle ne serait jamais satisfaite ne pouvait que lui faire plaisir, n'est-ce pas ?

« ... à moins qu'il n'y ait personne dans ce couloir et que je mérite une terrible fessée pour avoir osé colporter de fausses informations ? » continua-t-elle avec un demi-sourire sur les lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Lucius l'Eternel

avatar

Masculin
Nombre de messages : 47
Age : 32
Camp : Les Elus du Chaos
Date d'inscription : 21/10/2009

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Mar 4 Mai - 23:52

    Utilisé correctement, la moindre partie du corps humain pouvait devenir une véritable arme de séduction réellement diabolique, et Lucius savait faire usage de tout le panel qu'il avait a disposition afin d'offrir le plus grand des plaisirs a la princesse de Slaanesh. Il avait été choisit pour la secondé et même s'il ne pourrait jamais être aussi parfait qu'elle, il se devait de faire tous les efforts possible et imaginable pour s'en rapprocher le plus possible ! Même la voix pouvait être un canaliser d'orgasme et il venait d'en faire une très belle démonstration. Certes, a ce moment, il était toujours en train de s'emparer d'elle par l'arrière et n'avait pas hésité une seule seconde a faire usage de ses deux mains pour maintenir la pression sur le devant, stimulant son corps sur deux points différent, mais il savait que sa voix avait accélérée le processus a tel point qu'il n'avait put jouir en même temps qu'elle, car elle fut incapable de retenir cet orgasme, même si elle parvint a grand renfort d'effort a en atténuer le cri. La cyprine coulant de l'entrée trahissait pourtant son plaisir bien mieux que n'importe quel cri et gémissement, et il s'agissait la d'une chose qui ne pouvait que le satisfaire. Oui, il fallait dire qu'il avait su sélectionner les bons termes pour faire encore monter la pression il était fier de lui, il aimait tant la voir, la sentir ainsi contre lui, que cela ne pouvait que l'encourager et le stimuler encore pour lui faire connaître l'extase. Il n'hésita pas a porter ses mains a ses lèvres pour lécher le liquide, trouvant toujours son goût aussi exquis. Au diable ceux qui pouvait éventuellement le voir, il n'en avait que faire maintenant, le Chaos ordonnait a ceux qui le servait d'être justement chaotique, se soucier de sa propre sécurité, c'était faire preuve d'ordre et donc hérétique par rapport a la pensée chaotique ! Même si parfois, la nécessité ce doit d'être passé au premier plan, un serviteur du Prince Noir ne pouvait laisser sa nature profonde enfouis en lui même aussi longtemps, ce n'était pas quelque chose de naturel et d'humain pour lui.

    Elle posa la joue sur le lit et se cambra, ce qui lui offrit un meilleur angle qu'il sut parfaitement exploiter de par son talent. L'homme n'avait rien perdu de sa superbe malgré l'effort, bien au contraire, mais lui aussi se plaisait a la contempler d'une admiration sans borne lorsqu'il en avait l'occasion. Pour l'instant, la place était a l'action et il la laissa caresser sa poitrine avec envie, mais il ne pouvait l'atteindre pour le moment. Après avoir nettoyer ses mains, il s'était prit de l'envie de caresser ses fesses et la pulsion fut trop forte, il l'avait fait immédiatement afin de la satisfaire, elle osa suggéré que cela pouvait être Sigvald qui était derrière, en train de les épier, vert de rage et de haine parce qu'il se rendait compte qu'il n'arriverait jamais a dépasser Lucius dans le domaine le plus important du culte de Slaanesh. Cette simple pensée avait de quoi le rendre encore plus motivé et il ne fut ainsi que plus dur dans l'antre arrière de sa supérieure, accélérant alors le rythme et se retenant même afin de faire durer le plaisir, juste pour ne pas que cette sensation de triomphe ne disparaisse trop vite. Même s'il réalisait bien qu'il n'était probablement pas la et qu'à tout les coups, il n'y avait personne derrière la porte, il ne pouvait s'empêcher de trouver l'idée si séduisante qu'il en fut encore plus motivé pour s'emparer de sa supérieure. Le guerrier qu'était Lucius ne pouvait qu'apprécier ce genre de chose car il était animé d'un esprit de compétition fort, surtout lorsqu'il s'agissait de Sigvald, et même s'il n'était pas présent, ses paroles étaient la preuve qu'il enterrait ce dernier dans tous les domaines, ce qui était largement suffisant pour le satisfaire !

    Elle parla toutefois très vite ensuite de la possibilité qu'elle est mentie et qu'elle méritait comme punition une bonne fessée pour cela. Lucius en était sur, mais il ne pouvait s'empêcher d'être également très amusé par cette idée. Son sourire s'agrandit quelque peu et toute personnes qui seraient entrée a ce moment la de la scène aurait comprit qu'ils n'étaient pas humains a cette lueur dans leurs deux regards qui indiquaient le plaisir qu'ils prenaient dans leurs rapports pourtant si en dehors des conventions habituel. Que l'on ne s'y trompe pas, rare étaient les nobles qui n'étaient pas animé d'un certain esprit de perversion aiguë, mais rien n'était comparable a celui d'un Emperor's Children. Même le noble le plus dépravé n'aurait pas eu ce plaisir visible sur le corps, lisible dans le visage, clairement exprimé dans le regard, dans cette situation présente. Puisqu'elle avait demandée la fessée, elle allait l'avoir, oh oui il n'attendait que cela, il était entrée dans une sorte de transe qu'il ne quitterait qu'une fois qu'il aurait enfin put atteindre l'orgasme a son tour, et il savait que cela ne prendrait plus très longtemps...Il parti sans aucune retenue dans de grande claque, laissant de profonde marque rouge sur les magnifiques fesses de sa supérieure...Il aimait entendre sa peau claquée, ses gémissements et cri de plaisir était divin, son intérieur toujours aussi resserré autour de sa virilité alors qu'il était de plus en plus ample et rapide dans ses mouvements...Il ferma les yeux, la claquant encore pendant quelques minutes, tout le temps qu'ils fut capable de se retenir de jouir a son tour, avant de brutalement attiré son corps contre le sien pour enfin atteindre l'orgasme et se libérer en elle, laissant un long râle de plaisir s'échapper de ses lèvres. Haletant, le souffle court, il caressa quelque peu sa chevelure et sa poitrine en déposant de doux baiser dans le cou. La tension venait de brusquement retombé, cela faisait maintenant un bout de temps qu'il était stimulé et il avait attendu au delà des limites du possibles même pour lui...Bon sang, dieu que c'était bon ! A n'en pas douter, Slaanesh serait satisfait de leurs performances collective, même si malheureusement, ils ne pourraient la prolonger toute la nuit, rien que ce moment avait été d'une intensité si rare qu'il ne pouvait qu'être satisfait d'en avoir profiter.

    Il se laissa finalement retomber sur le lit, sa tête ayant maintenant retrouvé l'oreiller, qui miraculeusement n'avait pas trop souffert de la nuit, au contraire des draps maintenant totalement souillé par leurs ébats respectifs et la sueur dégagé par les corps en actions, mais il n'était pas temps de penser a ce genre de chose. Il fallait retrouver son calme malgré le coté très agréable de cette sensation grisante du plaisir suprême, décidément, aucune autre femme qu'elle n'était capable de lui faire cet effet ! Maintenant il pouvait l'admirer et profiter de sa grâce et de ses courbes parfaite, vision onirique et pouvant sembler irréel malgré qu'il venait d'en palper les courbes et d'en emplir les orifices les plus secrets, comme quoi les voies du seigneurs ne sont pas toujours impénétrable, mais ici, nous ne somme plus que dans un concours de mot d'esprit après tout...
Revenir en haut Aller en bas
Fulgrim

avatar

Féminin
Nombre de messages : 42
Age : 29
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Jeu 6 Mai - 14:44

La sensualité de sa voix, la chaleur de son souffle sur sa joue, la dextérité de ses doigts, la chaleur de son corps, la vigueur de ses assauts... la combinaison parfaite de tous ces éléments avait amenée Fulgrim à une apothéose de plaisir qu'elle espérait bien rendre à son Second.
Le voir ainsi se lécher les doigts pour les débarrasser de la cyprine qui avait tant couler d'entre ses cuisses avait quelque chose de réjouissant et elle l'avait observé autant que le lui permettait sa position avec fascination. Des êtres pervertis, voilà ce qu'ils étaient ! Délicieusement pervertis même, sous le joug de Slaanesh qui les avait si bien formé pour se prélasser dans la luxure !
Rien n'avait de sens, rien n'était raisonnable dans ce qu'ils faisaient, ils étaient des Élus du Chaos, du désordre, de incohérence. Si quelqu'un était entré dans la pièce à cet instant, Fulgrim l'aurait coupé en morceaux en envoyant valser les conséquences, personne n'avait le droit d'interrompre un tel instant de plénitude, une telle offrande à leur Dieu. Et peu importe si leur nature démoniaque était révélée au grand jour, ils étaient prêts à faire ce sacrifice pour la grandeur de Slaanesh. Néanmoins, Fulgrim doutait fortement que quiconque éprouvât le moindre doute sur les apparences qu'ils avaient tissées. Si n'importe qui, au vu des cris qu'elle n'avait eu de cesse de pousser, avait eu le moindre scepticisme sur leur nature, il n'aurait pas hésité à entrer dans leur chambre pour s'en assurer quitte à créer un incident diplomatique avec Airian s'il l'avait fallu. Les Hommes ne plaisantaient pas avec les Légions du Chaos, ils n'auraient pas attendu le lendemain pour s'assurer qu'ils hébergeaient des êtres démoniaques.


Ses douces caresses sur ses fesses relevées étaient terriblement excitantes et elle gémit plus fort, sa voix à demi masquée par le drap contre lequel ses lèvres venaient se dissimuler à son plus grand regret. A voir et surtout à sentir la motivation de Lucius après qu'elle eut mentionné le nom de Sigvald, elle sut avec satisfaction qu'elle avait été très inspirée de prononcer ces paroles qui avivaient son esprit de compétition.
Elle poussa un soupir satisfait tout en songeant que cette guerre ridicule entre son Second et le Prince des Emperor's Children devrait prendre fin d'une manière ou d'une autre. Elle ne parvenait décidément pas à comprendre les motivations qui les poussaient à se haïr comme ça. Lucius était le meilleur et il le savait, pourquoi alors s'abaissait-il à se comparer à Sigvald s'il le pensait tellement inférieur à lui ? Craignait-il que le jeune Prince ne le surpasse ou qu'il prenne sa place ? Tsss idée grossière ! Une telle chose n'arriverait probablement jamais, du moins, elle ne pariait définitivement pas dessus ! Ou bien peut-être Lucius avait-il besoin d'un rival tout simplement, quelqu'un qu'il plaçait sur un niveau d'égalité même s'il l'aurait farouchement nié devant n'importe qui ?
Fulgrim dévora des yeux le sourire qui vint aux lèvres de son Second lorsqu'il comprit son petit jeu et notamment le fait qu'elle désirait ressentir ces exquises douleurs légères sur ses fesses qui faisaient tout son plaisir. Oui, ce sourire avait quelque chose de maléfique, de terriblement intense, quelque chose dans son regard était définitivement loin d'être humain et transpirait le chaos et la dépravation. C'était ce genre de regard, ce genre de sourire qui pouvaient rendre Fulgrim complètement folle de désir. Chacun de ses gestes, chaque parcelle de son corps trahissait sa nature véritable est c'était un délice à contempler. Et lorsqu'il commença à lui assener quelques claques délicieuses, elle ne chercha pas à contenir le moindre de ses cris de plaisir ni le moindre de ses gémissements. Que les gens jasent demain, elle s'en moquait ! Cela ne ferait que donner une très bonne réputation à Sigismund von Cardia si Lucius décidait de reprendre un jour ce rôle et de revenir sans sa charmante épouse en Rugilian.
Sous chacune de ces claques, Fulgrim se resserrait un bref instant autour de la virilité de Lucius, pinçant la point de ses seins plus fort encore pour ressentir toute l'exaltation de cette souffrance et de ce plaisir mêlé.

Il la redressa brusquement contre elle et elle retrouva avec délice la chaleur de son corps contre le sien alors qu'il se relâchait en elle et qu'elle sentait sa semence se répandre dans son antre bouillante. Un ravissement ! Et maintenant qu'ils s'étaient tous deux rassasiés l'un de l'autre autant qu'il le pouvait sans attirer l'attention, Fulgrim retrouvait le calme agréable qui survenait à la fin de leurs ébats., cet instant où leurs corps connaissaient une sensation de bien-être absolu. La passion de leur batifolage se changeait en une tendresse apaisante que connaissait probablement chaque couple normal. La jeune femme se laissa tendrement cajolée, appréciant de sentir ses mains continuer d'explorer sa peau et ses lèvres de se perdre dans son cou. Elle ferma les yeux sous ses caresses qui trahissaient toute l'affection qu'il avait pour elle malgré le nombre d'années passées ensemble. Lucius la troublait d'une manière inexplicable, d'une manière délicieuse qui lui laissait penser que jamais elle ne pourrait se lasser de lui. Fulgrim ne s'était pas attendue à ce qu'il soit aussi endurant ce soir, à croire qu'il parvenait encore à faire des progrès dans un domaine où il était tellement bon que cela semblait impossible... Et elle-même s'en voulait un peu de ne pas s'être retenue plus longtemps, mais la crainte de voir son plaisir à nouveau frustré par une intervention quelconque avait eu raison de sa résistance.

Finalement, il se laissa tomber sur le lit et elle l'observa, un sourire au coin des lèvres, tout à fait conquise. Elle avait chaud, mais pas une chaleur désagréable, celle qui survient après d'agréables ébats mais elle savait que cela ne durerait pas et qu'alors le froid de la nuit se frotterait contre sa peau nue. Aussi rabattit-elle les draps de dessus souillés, sous lesquels il était impensable qu'elle dorme, au bout du lit et vint-elle s'allonger contre son Second. La tête posée contre l'épaule de ce dernier alors qu'elle se blottissait tendrement contre son corps, elle caressa son torse du bout des doigts, très lentement, non pas avec sensualité pour ranimer le désir mais avec légèreté pour apaiser, calmer la fureur de sa peau qui en aurait sûrement voulu bien plus.
La respiration de Fulgrim était calme et les battements de son cœur se faisaient de plus en plus normaux à mesure qu'elle profitait de la quiétude de cet instant.

Finalement, elle se détacha de lui un court instant et roula sur le côté opposé pour aller souffler sur les bougies du chandelier qui se trouvait sur la table de chevet de son côté du lit. Il restait encore celles de celui qui se trouvait sur la table du côté de Lucius mais il les éteindrait lorsque l'envie de s'endormir le prendrait. En attendant, cette réduction de lumière donnait à cette scène un caractère plus intimiste et doux. De nouveau, elle vint retrouver sa place contre son Second, ses cheveux blonds l'enveloppant comme une couverture soyeuse. Ses doigts recommencèrent à caresser lentement la peau ferme de Lucius alors qu'elle l'embrassait avec tendresse. Elle poussa un soupir de plénitude et ferma les paupières, bercée par le rythme de la respiration de l'homme allongé près d'elle qui la berçait comme une enfant. Jusqu'au moment où elle plongerait dans le sommeil, ses doigts continueraient de glisser délicatement sur la peau de son Second.

« Je ne m'attendais pas à ce que la mention de Sigvald te fasse un tel effet...peut-être que la prochaine fois je devrais le convier à nos jeux s'il te motive tant que ça... » s'amusa-t-elle un sourire au coin des lèvres en sachant parfaitement la réaction que de tels propos pouvaient avoir sur lui.

Elle ouvrit les yeux et se redressa légèrement pour poser un doigt sur les lèvres de Lucius avant qu'il ne puisse répliquer quoi que ce soit.

« chuuuuut...ne répond pas, je sais très bien ce que cette idée t'évoque je ne faisais que plaisanter... »

Pour l'instant. Mais il arriverait un jour où cette idée serait trop présente dans l'esprit de la Maîtresse des Plaisirs pour qu'elle puisse la mettre de côté et alors...
Elle ôta son doigt et embrassa Lucius. Sur les lèvres tout d'abord, puis elle descendit lentement le long de son cou où elle demeura un petit instant, câline.

« Mmh Lucius Lucius Lucius...chaque fibre de mon être est entièrement satisfaite et heureuse d'avoir connu un tel plaisir... comme toujours. »

Fermant les yeux, elle fredonna à voix basse une comptine légère tout en laissant ses doigts continuer leurs caresses. Finalement, sa main cessa son mouvement, sa voix se tut et, lentement, elle sombra dans le sommeil.


Lorsqu'elle ouvrit les yeux, il faisait encore noir dehors et les bougies sur le chandelier du côté de Lucius n'étaient toujours pas éteintes, soit qu'il n'ait pas eu envie de la déplacer de son corps sur lequel elle était à demi-endormie soit qu'il n'était toujours pas endormi. Elle ne fit cependant aucun mouvement pour se redresser et s'assurer de ce dernier point. Son sommeil avait été agité. Son corps endormi pourtant n'avait pas bougé d'un millimètre durant la nuit et elle reposait de la même manière qu'elle s'était endormie mais son esprit lui, avait été au prise avec des pensées effrayantes.
Ses yeux fixés sur un point invisible, elle ne pouvait s'empêcher de ressasser les problèmes qui lui tombaient dessus tout à coup avec une angoisse qu'elle dissimulait à son Second depuis leur départ des Terres Oubliées. Pourquoi diable, la perte des fleurs de Silivren était-elle tombée à quelques instants du moment où Lucius et elles avaient eu cet orgasme absolument parfait dans la baignoire qui avait dû tant plaire à Slaanesh ? Et si ce mauvais présage qu'ils avaient vu dans la disparition des fleurs n'était rien d'autre qu'une volonté divine de leur propre Dieu ? Slaanesh avait-il intérêt à la voir enceinte ? Cette idée avait quelque chose de terrifiant et elle frissonna malgré elle. L'enfant de deux êtres parfaits ne serait-il pas la perfection absolue ? Slaanesh cherchait-il à la remplacer par une créature issue d'elle-même, plus parfaite encore ? Non non tout ça n'était pas possible, Slaanesh lui-même l'avait façonnée pour qu'elle soit un exemple même de perfection, sa préférée, son Élue, personne d'autre ne pouvait être aussi parfait...n'est-ce pas ? Et si le Dieu n'avait pas chercher à la remplacer elle mais Lucius ? Lui donner un fils encore plus parfait que ne l'était son Second ? Non, elle refusait de croire cela, Lucius prouvait chaque jour qu'il méritait entièrement sa place de Second. Elle en revanche...des millénaires qu'elle travaillait à la gloire de Slaanesh et pourtant il fallait bien admettre que les choses n'avaient pas beaucoup avancées, l'Erade était toujours l'Erade et le culte ne s'agrandissait pas en dehors des limites des Terres Oubliées. Peut-être était-il temps d'assiéger enfin les territoires de l'ouest ? Peut-être était-il venu de s'affranchir des autres Légions du Chaos pour affirmer l'indépendance et la grandeur de Slaanesh, au risque de voir les autres Légions se retourner contre eux. Peut-être aussi était-elle en train de former des conclusions un peu attives.
Pourtant, la coïncidence qui résultait de l'instant de leur orgasme parfait et de la destruction des entrepôts était troublante...


Fulgrim aurait aimé que le Masque fut là pour lui en parler et profiter de ses conseils. Malheureusement, celle-ci était bien loin d'ici maintenant et elle n'avait qu'elle-même avec qui partager cette angoisse, refusant de tourmenter Lucius avec des histoires qui n'étaient peut-être pas fondées.
S'ils trouvaient des fleurs de Silivren en Airian alors cela voudrait dire que tout cela n'avait rien à voir avec la volonté de Slaanesh, en revanche, s'ils n'en trouvaient pas, alors Fulgrim devrait peut-être accepter que le Dieu ait des plans pour elle qu'elle n'entrevoyait pas encore. Dans tous les cas, dès leur retour dans les Terres Oubliées, elle mettrait au point des plans de guerre pour amorcer la prochaine guerre d'Erade. Il y avait bien trop longtemps que les Emperor's Children n'avaient eu la joie de se retrouver sur un champs de bataille, il était hors de question malgré tous les entraînements de Lucius qu'ils se laissent aller à l'oisiveté et qu'ils s'empâtent dans le luxe. Le plaisir se méritait. Les hommes ne s'attendraient pas à ça, plutôt que de commencer par s'attaquer à Otian, peut-être serait-il préférable de commencer par Rugilian pour l'annexer directement aux Terres Oubliées. Otian était affaibli et ne volerait de toute façon pas au secours de la ville rivale avec entrain. Peut-être suffirait-il même de créer un incident diplomatique pour qu'Airian livre elle-même bataille contre Rugilian. Après tout, que se passerait-il si le Haut Conseil de Rugilian s'apercevait que Sigvald sous les traits d'un prince d'Airian venait de dévorer une de leur fille, mère ou sœur ? Ils ne réfléchiraient probablement pas plus pour attaquer la cité d'Air. Et ensuite, lorsqu'ils se seraient mutuellement affaiblis rien n'empêcherait Fulgrim de les attaquer et de profiter de cette faiblesse.
Rassérénée par ces images de guerres ensanglantées, la Maîtresse des Plaisirs se rendormie, songeant que dans quelques heures, ils gagneraient Airian et que seul demain apporterait des réponses aux sourdes angoisses qui la tenaillaient.



Revenir en haut Aller en bas
Lucius l'Eternel

avatar

Masculin
Nombre de messages : 47
Age : 32
Camp : Les Elus du Chaos
Date d'inscription : 21/10/2009

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Sam 8 Mai - 19:28

    Dormir...Depuis combien de temps ne s'était-il pas accordé un sommeil réparateur ? Il n'en savait plus rien a vrai dire, son organisme était surhumain, ses mutations lui permettaient tout comme elle de tenir des jours. Il avait fait preuve d'encore plus d'endurance qu'à l'habitude, mais cela ne le changeait guère énormément, car il faisait toujours a chaque fois mieux, n'étant jamais rassasié, ne se contentant jamais de ce qu'il avait. Ceux qui se croyait au sommet stagnait jusqu'au jour ou la réalité les rattrapaient avec violence et cruauté : ils étaient dépassé par d'autre devenu plus fort. Le Chaos, c'est le changement, l'éternel mouvance orchestré par Tzeentch dans son œuvre éternelle. Certes, ils n'étaient pas disciple du père de la Magie, divinité du corbeau, mais Lucius savait que les quatre divinité, ou au moins trois, partageait cette conviction profonde de progression. Seul Nurgle dans sa putréfaction était capable de stabilité, même s'il inventait toujours des maladies plus horribles les unes que les autres. Le calme après la « tempête » avait quelque chose d'agréable et Lucius y gouttait aussi avec tendresse, ici l'image qu'ils offraient étaient bien plus proche d'un couple traditionnel. Sigvald, pourquoi il le haïssait autant alors qu'il lui était supérieur en tout point ? Il s'agissait d'une source de motivation, garder un point de fixation de haine permettait de toujours se transcender, écraser quelqu'un de se montrer plus fort, mais ceci n'était pas la motivation la plus profonde. Sigvald était un parvenu, qui s'était toujours affirmé supérieur a tout le monde dès son arrivé dans la légion, alors que Lucius l'avait considéré comme un jeunot qui avait tout a prouvé. Si le Masque s'en était désintéressée rapidement, afin d'accomplir le Grand Œuvre de Slaanesh, Lucius n'avait pas la chance qu'elle avait de pouvoir converser directement avec le prince des plaisirs et se devait donc d'attendre les instructions tout en calmant les ardeurs du jeune lion. Il reconnaissait que Sigvald avait fait des progrès, mais son arrogance non justifié l'agaçait au plus haut point. Seul les êtres supérieurs avaient voix au chapitre, pour Lucius c'était évident que le blond n'en faisait pas partie.

    Quand a la mission, Lucius n'avait pas songé aux signification caché qu'elle pourrait avoir...En effet, en bon soldat, il avait toujours rechercher a accomplir les objectifs qu'on lui fixait. Puisque Fulgrim lui avait demandé de trouver l'endroit ou il avait jadis trouvé la fleur permettant de fabriquer ce filtre, son esprit entier c'était concentré sur cette tâche qu'il essayait d'accomplir avec brio. Si l'échec était au bout du chemin, il se poserait la question du sens de tout ceci mais pas avant. Mais après tout, la blonde avait probablement beaucoup plus de raison de s'inquiéter en tant que leader. Puisqu'ils n'avaient encore jamais été désavoué depuis tout ce temps, Lucius avait toujours pensé qu'il s'agissait la d'une volonté de Slaanesh même. Les dieux sont capricieux, leurs vues étaient omnisciente et omnipotente, rien ne pouvaient leurs échapper, c'était bien pour cela que second des Emperor's Children ne se posait pas ce genre de question. Il avait une confiance aveugle envers le divin, ce qui le poussait a considéré Fulgrim comme sa voix dans le monde réel. Il ne prit guère la peine d'éteindre le chandelier, c'était une mesure futile, il se savait comme elle assez fatigué pour trouver le sommeil sans avoir besoin de le faire, ce fut donc une chose qu'il ne fit même pas. Même si elle lui avait fait part de ses craintes, il n'en aurait probablement pas été tourmenté pour autant. Solide comme un roc et prêt a parer a toutes éventualité, Lucius n'était pas du genre a se décourager ou baisser les bras en se cherchant des excuses. Il allait de l'avant, si cela marchait, alors il poursuivait, si il ratait, il rectifiait le tir, mais quoi qu'il fasse, il n'abandonnait jamais ! Même lors des heures les plus sombres de la guerre contre les immortels, jusqu'au derniers moments il avait rechercher un moyen de retourner le conflit a leurs avantages...En vain certes, mais aujourd'hui, cela pourrait bien se révéler a leurs avantage. C'est donc apaisé et comblé qu'il trouva le sommeil, laissant la belle dormir sur lui sans aucune gène, il aimait toujours la sentir sur lui, cela l'aidait a dormir d'une certaine façon...

    La guerre, bien sur qu'il l'appelait de ses vœux. Un champion du Chaos se devait de prouver qu'il avait été capable de maintenir sa forme dans le feu des combats, car c'était ici qu'était sa place et qu'il était d'une efficacité plus que terrifiante. Même si chacun trouvait une place particulière ailleurs, hormis chez Khorne ou la guerre était si au centre de la vie que leurs champions s'affrontaient entre eux, les autres avaient leurs domaines de vie, mais lorsque le feu de la guerre atteignait leurs cœurs, tous étaient alors a l'unisson dans la bataille afin de faire encore croitre la puissance de leurs dieux. Par la destructions des fidèles rivaux et les victoires pendant les batailles, les dieux prenaient encore en puissance, ce qui permettait aux sorciers d'accroitre de manière exponentielle leurs pouvoirs magiques. Lucius avait été militaire avant d'être gladiateur, la guerre avait toujours fait partie de sa vie, même dans l'arène, il était un véritable guerrier, c'était tué ou être tué, rien d'autre...Il s'était toujours plus enfoncé dans l'horreur et la destruction, la guerre n'étant qu'un moyen de plus afin de satisfaire les pulsions les plus primaires et animale. L'être humain est conçu pour détruire ses semblables, il en veut toujours plus. Lorsque l'énergie démoniaque et l'immortalité le touche, alors il devint un être cruel ne vivant plus que dans l'accomplissement de la volonté de sa divinité tutélaire, voilà ce qu'était les élus du Chaos, et lui même ne faisait pas exception. Il le sentait, la paix allait enfin cessez, son sommeil fut parcourue d'envie de gloire et de conquête, cette volonté farouche de faire couler a nouveau le sang ennemi, et prouver a quel point leurs magnifique légion était la plus puissante de toutes les légions du Chaos. Châtier les traitres, détruire l'Ordre et installer le règne de Slaanesh, voilà de quoi furent peuplé ses rêves de gloire, ses fantasmes étant toujours tournée vers celle qui dormais sur son torse bien entendu...

    Lorsque le réveil le toucha, le soleil avait de nouveau prit place dans le ciel, et son regard brillait d'une lueur nouvelle, celle de la volonté de bataille...Pourtant, il fut rapidement capable de reprendre le contrôle, car il avait toujours su garder un très grand contrôle de lui même. Ah ses gens civilisé, impossible de prendre un petit moment d'amusement le matin en leurs compagnie. Diantre, leurs « civilisation » était réellement injuste et très sadique pour les pauvres mortels, pour qui le sexe était l'une des rares distractions agréable. Lucius décida de laisser le temps a sa supérieure, encore allongée sur lui, de sortir du sommeil et de retrouver conscience afin de pouvoir de nouveau reprendre son rôle de mari le temps d'une journée, partir vite pour Airian et changer d'air avant qu'ils ne trouvent une excuse pour les retenir encore un peu...Ce que le second ne voulait pas. S'il avait su que sa supérieure préparait un plan pour envahir Rugilian, il l'aurait probablement approuvé sans aucune retenue...Il sentait que ses hommes manquaient de combat, il était temps de leurs offrir l'action qu'ils recherchaient tant !
Revenir en haut Aller en bas
Fulgrim

avatar

Féminin
Nombre de messages : 42
Age : 29
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Dim 9 Mai - 17:32

Chaotiques, imprévisibles, voilà ce qu'ils étaient. Même dans son sommeil, la jeune femme tissait des plans, cherchant des failles que ses ennemis auraient pu y voir. Oui, élaborer des stratégies c'était un peu comme créer une tapisserie, il fallait y insérer des fils, les uns après les autres, parfois d'une manière étrange, d'autre fois les fils se cassaient et il fallait les remplacer. Chaque fil en lui-même ne représentait rien de plus qu'une jolie couleur, ce n'était qu'assemblé à d'autres fils qu'apparaissait enfin le motif, le vrai dessein de ses créateurs. Chacun était capable de mettre des fils sur une tapisserie si on lui avait enseigné les rudiments, mais certains tisseurs étaient bien meilleurs que les autres et Fulgrim ne jouait pas sur de petites broderies de mouchoirs mais bien sur des pans de murs entiers. Aucune de ses tapisseries, aucun de ses plans, ne comportait le moindre défaut...hormis deux d'entre eux. Horus et Hator. Le premier avait ravit une victoire d'une manière qu'elle ne parvenait toujours pas à comprendre. Il n'aurait tout simplement pas dû gagner contre Seth. La seconde avait révélé un caractère insoupçonné qui lui avait fait sacrifier un autre fil, celui de Morathi, pour rien. Râ aussi s'était joué d'elle en lui cachant sa véritable nature, mais contrairement aux deux autres, elle continuait à lui témoigner un respect propre à la personne formidable qu'il avait été. Peut-être y avait-il dans cette branche familiale quelque chose qui lui échappait, les enfants de Râ étaient peut-être trop imprévisibles pour qu'ils puissent être mis sur sa tapisserie. Fulgrim ne ferait plus l'erreur de chercher à les y introduire.

Oui, elle prévoyait d'attaquer Rugilian, de laisser Otian à Hator pour un premier temps. Elle changeait les plans qu'elle et Lucius avaient mis au point dans le manoir de Plénium mais ça n'était pas très étonnant, ils changeaient toujours d'avis des dizaines de fois avant de se mettre d'accord sur le plan le plus parfait possible. Posséder Rugilian, c'était agrandir les Terres Oubliées, c'était accorder à Slaanesh le pouvoir qu'il méritait ! C'était asseoir définitivement les Emperor's Children au sommet des Légions du Chaos.
Elle pouvait déjà imaginer les scènes sanglantes, l'adrénaline parcourant son être alors que, montée sur Alastyn, elle trancherait une par une les têtes de ses assaillants. Il y aurait les cris de guerre des ennemis, sa propre voix et celle de Lucius se mêlant pour donner les mêmes ordres à leurs troupes. Il y aurait l'effroi des populations calfeutrées chez elles, cherchant à échapper à cette horde démoniaque qu'elle lancerait sur eux, voire même quelques courageux inconscients qui, plutôt que de se cacher essayeraient – en vain – de lutter avec l'armée contre les envahisseurs. C'était ces hommes-là que Fulgrim aimait tourmenter. Ils lui résistaient inlassablement, même après qu'elle les eut jeter en prison et elle leur torturait l'esprit avec délectation, les poussant à faire des choix inhumains, leur proposant une éternité de torture entre les mains expertes de spécialistes ou une éternité de plaisir entre les siennes. Les pauvres étaient alors confrontés à un choix épineux, celui de continuer de se battre contre elle et de souffrir une éternité de tourments ou de reconnaître la défaite et s'accorder des instants d'extases au creux du lit de celle qu'ils avaient tant haït. Certains choisissaient de continuer de croire en leurs ridicules idéaux mais jamais très longtemps et ils finissaient presque tous entre ses cuisses.

Hum oui, les sanglantes batailles, l'herbe devenue rouge, recouverte de cadavres, les femmes qui hurlaient sous les assauts de leurs ennemis, le plaisir, l'étincelle de joie qu'elle voyait briller dans les yeux de ses Emperor's Children, son armure étincelante que le soleil irradiait, ses cheveux dans le vent, l'impatience visible d'Alastyn qui mourrait d'envie de se jeter dans la bataille, la danse époustouflante du Masque qui réduisait au silence ses ennemis avec une grâce que Fulgrim lui enviait presque, Sigvald agenouillé sur le sol se repaissant de ses victimes et Lucius...Lucius fidèle à lui-même, à ses côtés, la protégeant jusqu'à la mort des attaques qu'elle n'aurait pu éviter seul, la manière irréelle qu'il avait de prendre le corps de son assassin pour renaitre et le plaisir visible qu'il y prenait ! Et enfin lorsque le dernier ennemi était tombé, lorsque l'adrénaline courrait toujours violemment dans leur sang et qu'ils regrettaient presque qu'il n'y ait pas d'autres personnes à combattre, ils se laissaient tomber les uns sur les autres pour des réjouissances plaisantes au milieu des mares de sangs, subissant les assauts des mâles plein de testostérone qui se réjouissaient de leur victoire et voulaient féliciter leur Maîtresse par des attentions qui la comblaient de joie.
Elle sourit dans son sommeil et par instinct se colla un peu plus contre son Second. Elle était dans la phase proche du réveil où tout son corps s'éveillait à son environnement. Ses yeux étaient fermés mais elle commençait à entrevoir dans son demi-sommeil les premiers rayons de soleil, l'odeur familière de la peau de Lucius, les oiseaux qui piaillaient d'une manière irritante...

Finalement, elle ouvrit les yeux et cligna des paupières pour s'habituer à la lumière qui filtrait par la fenêtre. Elle bougea légèrement pour sentir la fraîcheur du matin sur sa peau nue.

« Mmmmh » murmura-t-elle en s'étirant lentement tout en tournant la tête vers Lucius. Aussitôt un sourire lui vint aux lèvres. Quelle plus magnifique vision pouvait-on avoir en se réveillant le matin que celle-ci ?
Fulgrim n'était pourtant pas décidée à se lever tout de suite et elle vint ponctuer le torse de son Second de nombreux baisers, caressant sa peau.

« J'ai fait...un...rêve...magnifique. » murmura-t-elle, les mots entrecoupés par ses baisers. « Nous étions...en plein...cœur...d'une bataille...il y avait des morts partout... puis nous faisions l'amour...dans une mare de sang...et Slaanesh était si fier...si fier de nous ! »

L'envie de s'amuser avec Lucius comme la veille lui vint à l'esprit, qu'il serait tentant de profiter de leur nudité en commençant bien la journée ? Sans compter qu'ils allaient encore devoir voyager au moins une journée entière avant d'atteindre les portes d'Airian, une journée de supplice sans sexe, et peut-être même de nuit selon l'endroit où ils dormiraient. Si au moins elle avait la satisfaction de pouvoir se dire qu'elle avait eu du plaisir dans la matinée la journée lui semblerait peut-être plus supportable ? Mais n'importe qui pourrait entrer à tout moment pour les aider à se vêtir par exemple ou pour ranger la chambre, leur indiquer que le Conseil sollicitait leur présence ou elle ne savait quoi d'autre... Mmmh le risque d'être surpris éveillait chez elle des instincts très primaires.

Fulgrim ne pensait pas du tout, contrairement à Lucius aux conséquences qu'il y aurait à demeurer à Rugilian plus que de nécessaire. Elle n'avait absolument pas réfléchis au fait qu'en effet, les Conseillers pourraient chercher des excuses pour les garder quelques jours de plus ce qui serait catastrophiques pour eux. Non, Fulgrim n'y avait pas pensé, préoccupée qu'elle était par ce qui était le fondement même de son existence; le plaisir.
Ses baisers se firent plus insistants, ses caresses plus sensuelles aussi pour faire craquer son cher Lucius alors qu'elle reculait de plus en plus vers le fond du lit afin de pouvoir embrasser des parties bien plus intéressantes du corps de son Second.
Elle se moquait en cet instant de son propre plaisir, ne cherchant qu'à assouvir celui de Lucius. Elle repoussa distraitement ses caresses pour lui signifier qu'elle ne cherchait absolument pas à obtenir de l'attention mais bien à lui en donner. Elle prendrait son plaisir à savourer le sien – dans tous les sens du terme – et ce serait déjà magnifique. Et quand bien même quelqu'un les surprendrait, ils étaient encore mari et femme, deux conjoints ne pouvaient-ils s'offrir du plaisir ? De toute façon, vu l'état des draps, les gens de Rugilian ne pourraient pas être plus choqués que ça en la voyant exercer ses talents sur Lucius n'est-ce pas ?

Elle eut un sourire lorsque ses lèvres gourmandes atteignirent enfin la virilité de Lucius et elle continua ses baisers avides, pleins de chaleurs. Elle savait exactement quoi dire pour faire définitivement plaisir à son Second et elle releva légèrement la tête pour pouvoir croiser son regard.

« ...tu seras content d'apprendre que j'ai décidé de laisser Sigvald ici pour quelques temps, j'ai des plans très spéciaux pour lui à Rugilian...alors pour tout le reste du voyage...nous serons tout seuls, juste toi, moi et le plaisir... »

Sa tête blonde replongea immédiatement vers la virilité de Lucius alors que ses cheveux blonds effleuraient la peau de ses cuisses en de douces caresses et qu'elle commençait à le lécher avec sensualité. S'il voulait lui faire part de son inquiétude concernant les tentatives que feraient immanquablement les Conseillers de Rugilian pour les retenir s'ils s'attardaient c'était le moment, après, quand elle l'aurait prit entièrement dans sa bouche, il serait trop tard. A moins que ce traitement très efficace n'ait déjà fait voler en éclat la résolution de Lucius à ne pas s'attarder ?


Revenir en haut Aller en bas
Lucius l'Eternel

avatar

Masculin
Nombre de messages : 47
Age : 32
Camp : Les Elus du Chaos
Date d'inscription : 21/10/2009

MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   Jeu 13 Mai - 21:32

    Râ était un homme de pouvoir. Dans le Chaos, plus que tout autre chose, il était de mise de respecter ceux qui avait le pouvoir. Même si aujourd'hui, les légions avaient conscience d'avoir été guidé par un homme qui ne recherchaient que leurs propres destructions, elles seraient incapable de réellement haïr cet illustre personnage parce qu'il était très puissant et avait offert d'innombrable victoire pendant la première croisade Noire. Si seulement les Immortels ne s'en était pas mêler, rien de tout cela ne serait passé ! Mais patience, ses nuisibles ne serait bientôt plus qu'une menace déchue parmi tant d'autre qui avait disparut de la surface d'Erade. Le sommeil était un lieu de repos qui permettait de nouer des plans complexe, en tant que stratège, il fallait savoir revoir ses plans constamment afin de pouvoir mieux détruire ceux qui osaient s'opposer a sa volonté. Lorsque Fulgrim annoncerait a Lucius qu'elle avait décidée de revoir ses plans, celui ci ne ferait aucune objection et principe et jugerait de son habituel œil critique la stratégie de sa supérieure. Pendant des heures voire des jours entiers, ils étaient capable de débat passionné sur les meilleurs plans a adopté, entrecoupée bien sur d'innombrable séance de plaisir, lorsque leurs insatiable désir de sexe prenaient le dessus, de toute manière, un adorateur de Slaanesh ne repoussait jamais ses pulsions, bien au contraire !

    Il sentit la belle se coller plus contre lui, elle devait être en train de s'éveiller, ils ne devraient plus trop tarder a partir, mais pour rien au monde il n'aurait voulu précipiter son réveil. Le second la laissa donc prendre ses aises et s'adapter a la lumière du soleil qu'ils n'avaient pas vu depuis qu'ils étaient entrée dans ce château. Il devait admettre que ce lever de soleil avait quelque chose d'agréable. Certes, cela ne valait pas une vision de carnage et d'orgie organiser dans une marre de sang, magnifique spectacle orgiaque tant apprécié des Emperor's Children, mais Lucius se contenterait de cela pour le moment, d'autant plus que la simple présence de Fulgrim nue sur lui suffisait pour rendre la séquences encore plus parfaite. La belle laissa un petit grognement s'échapper de ses lèvres en se réveillant et ne semblait pas décidée a se lever directement, car elle déposa des baisers sur son torse, recherchant probablement a réveiller ses envies les plus profondes...Elle n'avait guère besoin de cela pour qu'il est envie d'elle, la simple vue de son corps était largement suffisante, mais il ne pouvait ce permettre de se laisser allez maintenant, le temps perdu serait trop long et laisserait a leurs hôtes le temps de leurs permettre de trouver une excuse pour les retenir.

    Mais bon sang elle savait vraiment très bien s'y prendre ! Ses baisers avaient de quoi damner le plus prude des hommes d'église alors que ses paroles, qui dans son esprit était douce et chaleureuse, alors qu'elles auraient fait frémir n'importe qui, jouait sur son esprit comme un véritable aphrodisiaque et lui donner envie de gouter une nouvelle fois a ce corps parfait, chacun des rapports étant sans cesse un nouveau recommencement ! La possibilité d'être surprit était aussi si excitante, comment résister a ce genre de chose ? Il fallait essayer de faire le vide et de retrouver la contenance nécessaire pour que sa maitresse le prenne au sérieux sans qu'elle n'en prenne pour autant ombrage. Il se faisait violence, comme elle, il serait frustré de ne pouvoir profiter une nouvelle fois de son corps, mais en même temps ils n'avaient plus vraiment le choix, ils ne pouvaient se permettre de passer encore du temps ici. Son cerveau restait tiraillé entre l'envie de la prendre une nouvelle fois encore et encore pendant toute la matinée ou, plus raisonnable, de renoncer afin de pouvoir rapidement partir.

    Elle descendait sur son corps, il comprenait très bien ce qu'elle voulait, comment pouvait-il lui refuser cela maintenant ? Ah il aurait du se lever avant, prendre garde a l'installer correctement sur le lit et se rhabiller avant qu'elle ne se réveille, maintenant, c'était réellement trop cruel ! Comment résister a de si brulant baiser sur sa virilité ? Surtout qu'elle annonça qu'elle avait l'intention de laisser Sigvald au château dans le but de réaliser de futur plan, ce qui voulait dire qu'ils reprendraient le voyage seuls...Avec un peu de chance, il n'aurait pas besoin de mettre en scène un malheureux accident pour se débarrasser du blond, il ferait une erreur et serait exécuté par les autorités de Rugilian, ce qui serait une très bonne nouvelle pour Lucius ! Toutefois, par chance, elle ne se contenter que de le lécher et ne semblait pas vouloir satisfaire son propre plaisir pour l'instant, il avait encore une petite chance de la stopper. Mais c'était si cruel et si difficile...Vraiment, il maudissait les royaumes civilisé...


    « Nous devrions ne pas perdre trop de temps...Leurs conseiller vont surement chercher a nous retenir ici, plus vite nous serons parti...Mieux cela sera... »

    Il ne pouvait rien dire de plus, elle pouvait sentir qu'il en avait envie autant qu'elle, que son regard était frustré et en colère et qu'il avait envie de détruire ce château pour le simple plaisir d'avoir le temps de s'offrir du plaisir en compagnie de Fulgrim avant de partir. Patience, il aurait bien assez tôt sa guerre et ses massacres afin de s'amuser ! Lucius la laissait toutefois décidée, en bon second qu'il était. Si elle décidait de poursuivre, alors il ferait l'amour, même si cela n'était pas prudent, il se donnerait a fond afin de lui donner un maximum de plaisir mais aussi pour en prendre bien sur, car comment ne pas profiter de ce genre d'occasion ? Cependant, il pensait bien qu'après la nuit d'hier, elle serait capable de réfréner ses ardeurs encore quelques heures pour faire passer l'intérêt de la légion avant tout. Il avait après tout une confiance aveugle en elle, puisqu'elle représentait a ses yeux l'avatar de Slaanesh, l'image la plus proche de la perfection en ce monde qui connaitrait bientôt la libération de ses pulsions sous l'étendard du Prince Noir !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Masques d'Innocence [+18 ans]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les Masques d'Innocence [+18 ans]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La destinée de l'Erade :: La Destinée de l'Erade :: ARCHIVES :: Archives RP-
Sauter vers: