La destinée de l'Erade
Bienvenue à toi, étranger !
Œuvre du hasard ou du destin, tu viens d’arriver aux portes d’un monde nouveau, celui d’Erade ; un univers aux secrets innombrables où cohabitent des cultures différentes et où la magie se lie à chaque être, dés sa naissance. Tu connaitras l’amour, l’amitié et de grands moments que tu n’oublieras jamais mais aussi de la tristesse, une noirceur dont tu ne te connaissais pas l’existence et qui sommeille pourtant en toi. Ce monde possède des horizons différents, des histoires liées entres elles et tu apprendras par la suite que rien n’arrive par hasard. Tu peux fuir ou rejoindre l’aventure mais n’oublie jamais qu’ici, chacun de tes actes changera le cours de notre histoire, celle que l’on écrit tous ensemble, la destinée de l’Erade.



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Luhiel les petits bateaux qui vont sur l'eau ont-ils des jambes? (PV Luhiel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Luhiel les petits bateaux qui vont sur l'eau ont-ils des jambes? (PV Luhiel)   Lun 15 Fév - 3:03

Cela faisait maintenant une bonne semaine au moins, peut-être même bien plus, que Viviana avait reprit la mer avec son équipage et l’amour de sa vie. Étant libre d’aller et venir à sa guise, cet amour en question ne se trouvait pas en ce moment sur le fier navire de Viviana, étant à terre avec d’autres hommes d’équipage pour un repos bien mérité et par conséquent, la capitaine pirate avait profité de l’occasion pour inviter la demoiselle Luhiel, malarian de son état, à son bord, demi elfe du temps, aimée du seigneur Belgarath Erigan, enfin bref, elle avait invité une personne de haut rang à bord de son navire. On ne changeait pas vraiment un pirate et donc le port des armures cérémonielles et autres articles du même genre avait été exclu d’office… Mais les hommes de la freelancer savaient quand même bien se tenir. En fait, pour des pirates, ils étaient d’une rare discipline et leur tenue était presque irréprochable. On leur aurait donné les uniforme d’une marine militaire quelconque qu’ils se seraient sans mal fondus dans la masse, c’était à ce point frappant… Toujours était-il que les hommes et les femmes servant sous les ordres de Viviana Caterina Renzo avaient fait ce qui était humainement possible pour « des gens dans leur genre » pour bien paraître…

La personne la plus nerveuse du lot restait évidemment Viviana. Non pas qu’elle avait peur de faire mauvaise impression, elle pourrait s’en remettre sans trop de mal. Cependant, il fallait bien admettre qu’après l’épisode du palais, elle ne savait plus trop comment aborder les gens de la haute société. La belle affaire… Elle était la rebelle, l’anticonformiste et elle avait eu l’idée stupide de proposer une petite croisière à Luhiel pour changer le mal de place… Déterminée comme elle était à faire en sorte que le noble et la belle vivent leur amour, la furie avait proposé bien des solutions, à bien y penser, au cours de la soirée… Cependant, elle commençait à regretter de s’être lancée dans une affaire qui dépassait sa ligne de pensée plus traditionnelle... Elle espérait simplement ne pas faire aller les choses vers un précipice, au fond! Elle avait longuement préparé cette petite croisière et à moins d’un énorme coup de malchance, il ne devrait pas y avoir trop de remous… Après tout, elle avait passé au moins deux jours à tout revoir avec ses meilleurs éléments : un passage tranquille dans les îles, une escale en port neutre pour déguster les spécialités locales… Rien de bien compliqué. Au pire, il y aurait quelques bagarres de tavernes, sans plus. Si malchance grave il y avait, un combat naval. Plus malchanceux que cela… Viviana commencerait à se faire du mauvais sang pour rien…

Depuis le pont supérieur, elle regardait son équipage, un assemblage hétéroclite de pirates arborant tous des tenues et des armes différentes… Mais l’ensemble était étonnamment propre et ordonné. Même si leur allure n’était pas la plus soignée qui soit (on était loin des parfums, huiles essentielles, poudre et autre trucs qui faisaient la mode et les normes de coquetterie de l’époque), ce n’était pas le genre de groupe à faire sale ou crasseux. On était loin des pirates aux dents cariées, porteur de toutes sortes de maladies avec des membres en moins… Il y avait un professionnalisme certain chez ces hommes et ces femmes et à défaut de les admirer, on avait envie de les respecter un minimum. Lynch, le second de Viviana, passait en revue l’équipage présent, assisté de Jarvis qui bien que nerveux par nature avait l’œil pour voir les petits détails qui clochaient. Viviana espérait simplement ne pas faire une erreur en laissant à quai quelque part Dianka et la partie manquante de son équipage. Encore là… La génie pourrait les rejoindre avec ses hommes en cas de besoin : la magie se souciait bien des limites physiques…

Son inspection terminée, Lynch vint faire part de ses observations à Viviana qui acquiesça avant de le remercier et de sourire face à un commentaire très « lynchéen » : une belle pique dissimulant un sage conseil. Classique de son second ça… Mais cela avait le mérite de la détendre et de la ramener à de meilleures pensées. La paire fut rejoins par Ogun, le type le plus énorme que Viviana ait vu de sa vie, un géant doublé d’un colosse qui maniait à une main une arme à deux main comme s’il s’était agit d’une vulgaire dague… Certains disaient qu’il pouvait terrasser un malarian mais c’eut été mal connaître ce géant pas si bête et moins brute qu’il ne le laissait paraître : pour un homme avec si peu d’éducation, il était d’un remarquable intellect et avait une philosophie de vie certes simple mais qui inspirait le respect. Ce dernier fit part à sa capitaine que la malarian ne tarderait pas à arriver et que tout était fin prêt pour le départ. Viviana n’était pas du genre à croire en une divinité quelle qu’elle soit mais si tel avait été le cas, elle aurait très certainement eu une prière sur les lèvres en ce moment…

Quittant le pont supérieur, elle descendit par la passerelle reliant le navire à la terre pour aller accueillir Luhiel qui arriverait sous peu. Dire qu’elle était nerveuse aurait été un joyeux euphémisme : elle avait une idée encore moins claire du comportement à adopter envers la jeune femme qu’elle n’en avait eu pour Belgarath en découvrant ses titres de noblesse… Et c’était dire énormément dans son cas. Elle avait bien vu que Luhiel était quelqu’un de différent… Et elle espérait que des relents d’une jalousie superflue ne viendraient pas se mêler de la partie. Droite et fière sans faire pompeuse ou pédante, elle attendait que la piétonne ne la rejoigne, affichant toutefois un sourire joyeux et franc. Viviana aimait voir les gens et discuter et la croisière promettait d’être fort intéressante. Quand Luhiel fut à une dizaine de pas, Viviana s’avança pour la saluer et si elle tendit la main, c’était en fait pour une poigne de guerrier au niveau du coude suivit d’une accolade d’ours qui lui aurait pulvérisé les côtes si la malarian avait été de faible constitution. Viviana n’était pas réputée pour son grand contrôle… Mais ce n’était pas une mauvaise personne pour autant, loin de là!


« AH! Notre invitée! L’équipage présent et moi-même t’attendions avec une certaine impatience… Et une certaine nervosité, avouons le, avant que Lynch ne passe le commentaire. Bon, évidemment, un bateau ce n’est pas comme la terre ferme mais nous avons travaillé fort pour faire quelques rénovations pour que ta cabine soit encore plus agréable. J’espère que ce sera à ton goût! Viens, viens, ils ont hâte de te rencontrer. Je te les aurais tous présenté mais une partie d’entre eux est en… Permission, je crois que c’est le bon terme. Tu les as peut-être croisés : mes gars et mes filles sont assez reconnaissables quand ils se baladent en ville! »

Sur ces paroles, Viviana ouvrit la voie et remonta à bord de son navire pour être accueillie par Lynch qui l’attendait en haut. L’équipage attendait dans un simulacre de présentation militaire l’arrivée de Luhiel et s’ils n’avaient pas le professionnalisme des militaires de carrière, il fallait avouer qu’ils se débrouillaient remarquablement bien! Ce n’était pas parfait… Mais ce n’était pas une catastrophe non plus! En fait, la plupart des soldats de garnison (Rugilian exclu) avaient moins de tenue que ce ramassis de pirates… Il fallait le faire quand même!
Revenir en haut Aller en bas
Luhiel Symanth

Luhiel Symanth

Féminin
Nombre de messages : 204
Age : 30
Camp : Malarian
Date d'inscription : 04/09/2009

MessageSujet: Re: Luhiel les petits bateaux qui vont sur l'eau ont-ils des jambes? (PV Luhiel)   Lun 15 Fév - 7:05

Le port. Ce charmant et ravissant énorme port que Luhiel connaissait aussi bien que le creux de sa main. Retrouvant ce paysage si familier avec l'amusement de l'enfant qui retrouve enfin son ancien espace de jeu, elle jouissait de ces retrouvailles toujours renouvelées avec plaisir. C'était un des plus beaux lieux d'Erade, et elle pouvait en témoigner après avoir traversé la plus grande partie du continent... Mais était-ce vraiment objectif? Non et de toute façon cela n'avait aucune importance. Notre patrie nous paraissait toujours la plus belle, celle qui recelait le plus de merveilles, c'était ce que le bon sens voulait qu'elle s'avoue... Mais en ce moment c'était bien futile. L'air était pur ce matin et la brume habituelle s'étant dissipée, ce qui selon pas mal des pêcheurs et autres marins de la région était toujours bon présage. C'était un jour particulier pour la Malarian... un jour spécial et qui était certainement d'une importance capitale pour celle qui tenait tant à sa liberté et à l'exploration de ce monde vaste et complexe. Levée depuis les aurores comme à son habitude, elle n'avait pourtant pu retenir l'excitation qui se faisait sentir toujours plus grandissante au fur et à mesure des heures. Il fallait dire que ce n'était pas tous les jours que l'on réalisait son rêve de gosse, et ce même si à tout instant on risquait pour cela le collapsus nerveux.

C'était consciente du danger que Luhiel avait finalement accepté l'invitation pressante de Viviana, notamment parce qu'elle n'était pas hostile à l'idée de faire plus ample connaissance. Après tout elle était une amie de Belgarath et était parvenue à lui faire bonne impression malgré les quelques mésaventures... et puis d'un autre côté ce séjour ensemble était pour elle une occasion de faire une sorte de thérapie visant à tuer sa jalousie dans l'œuf. En plus de ça l'idée de partir en expédition les Dieux seuls savaient où en compagnie de l'imprévisible Viva c'était un peu comme une énorme chasse au trésor, comme une aventure des contes de piraterie ! Quel enfant d'Otian n'avait jamais rêvé d'être un vrai pirate, d'arpenter les mers et quitter la Cité des Mille Flots pour découvrir l'univers et ses richesses,... sa faune, sa flore et ses péripéties? Enthousiasmée bien malgré elle et se découvrant un entrain tout nouveau, Luhiel était nerveuse mais pressée d'y être. Voyager était une passion, surtout pour elle qui aurait sûrement embrassé une carrière d'historienne si elle n'avait pas été choisie par le Feu Sacré pour défendre l'étendard Malarian.

Souriante en reprenant enfin son armure et ses affaires afin de quitter le palais, la Guerrière était soulagée quelque part de quitter cette robe et ces attentions qui pour elle n'avaient pas raison d'être. Certes oui elle avait accepté de se plier aux règles qu'on lui avait présentées en gage de respect pour Hathor, mais de là à dire qu'elle en ferait un quotidien, il ne fallait tout de même pas trop lui en demander! Modeste dans l'âme et surtout gardant un vif souvenir de son enfance dure et spartiate, Luhiel demeurait avant tout une femme au mode de vie simple et par moments assez bestial. Ce n'était pas pour rien que son meilleur ami était un être de quatre pattes, peu commode de surcroît... Bien que le connaissant elle n'aurait jamais pu lui demander décemment de venir sur un bateau en la suivant... son attachement à la terre et la Nature était bien trop grand pour qu'elle lui exige un pareil sacrifice. Pour sa part aussi l'idée de quitter la terre ferme n'était pas totalement rassurant non plus, mais elle osait espérer qu'après quelques temps d'adaptation elle s'y ferait. Tant qu'on ne lui demandait pas de dormir dans des cales humides et fermées tout irait bien. Le vent et la mer non loin lui feraient du bien, lui donneraient cette sensation grisante de liberté, cette impression de ne plus connaître les contraintes des lois ou des prérogatives... Oui en fait la Blondine s'y croyait déjà.

S'avançant donc vers l'endroit ou le bateau de Viviana était appareillé, elle avait l'air tout ce qu'il y a de plus simple et militaire... un aspect très éloigné de celui dans lequel Viva l'avait connue jusque là. En ce moment elle n'avait rien d'une princesse ou d'une grande dame... juste d'une Otianaise lambda armée jusqu'aux dents et préparée à un voyage dont elle ignorait tout. En effet elle était assez chargée sans pour autant avoir de bagages excessifs. Elle était surtout parée de Rébellion, une épée de très grande taille qui était suspendue à son dos, un arc à flèches avec son carquois, un sac à dos pour quelques vêtements et des objets personnels ainsi qu'une sacoche discrète qui l'accompagnait tout le temps. On aurait plus dit une énième pirate qui allait intégrer les rangs de l'équipage qu'une vraie invitée de marque venant pour jouer les touristes... et quelque part Luhiel en était fière. Il n'était pas question qu'elle vienne pour jouer les critiques d'art, jouissant uniquement du voyage sans rien faire. Ce ne serait tout simplement pas dans sa nature de rester sans rien faire et ne pas mettre la main à la pâte. Non elle n'avait pas pour autant l'ambition d'être intégrée par ce qui était au final une petite communauté pour ne pas dire une famille, mais en attendant se rendre utile était un objectif évident. Ses longs cheveux blonds étaient tressés en une natte unique lui permettant des mouvements simplifiés, et dans sa tenue réduite, peu de peau était exposée. Un peu de son ventre et de son dos, mais à bien y regarder, elle était parée d'une armure lourde et ancienne... bien que son aspect soit soigné. Belgarath l'avait réparée lors de leur première rencontre, ce qui fit également remonter une salve de souvenirs qui élargit son sourire.

Un sourire... Dieux que cela faisait longtemps qu'elle n'en avait pas affiché un. Cela disait bien explicitement à quel point elle se sentait de bonne humeur. La natte de son interminable chevelure dorée se cognait contre ses cuisses quand elle marchait, mais plus rien ne ressortait à ses yeux que ce vaisseau flottant sur les vagues otianaises... Plus rien ne comptait à part cette merveille créée par l'homme et déclenchant chez elle tellement de songes éveillés depuis la plus tendre enfance. Aujourd'hui sa rêverie de toujours allait prendre forme... et pour cela, elle en serait éternellement reconnaissante à Viviana. Approchant justement des quais, elle soutint sans mal l'étreinte martiale de la rouquine, qui curieusement ressemblait pas mal à la manière qu'avaient les Malarians de se saluer entre eux.
La Veuve était sur son petit nuage et suivit sans protester la Vierge de Feu au sein de celle qui était sa maison. D'un pas calme mais passionné, elle monta à bord avec respect, comme de peur de fouler un sanctuaire de ses pieds de néophyte. C'était respectueux et non craintif, et à en voir l'aura qu'elle dégageait et l'émotion dans ses yeux, on pouvait difficilement se tromper. On aurait presque dit une gamine à qui l'on venait d'offrir plus de cadeaux d'anniversaire qu'elle ne pouvait en ouvrir... A moitié distraite, elle répondit donc à la capitaine tandis qu'elle saluait de la tête tous les présents. Se sentant soudainement épiée par trop de paire d'yeux en simultané, son côté réservé la mit en garde... mais peine perdue étant donné sa joie mal contenue.

- J'étais moi même impatiente de vous rejoindre, mais maintenant c'est chose faite. Pas de quoi en être nerveux cependant après tout c'est moi qui dois m'intégrer dans le système en place, je ne veux surtout pas que vous agissiez différemment parce que je suis là... je me sentirais comme la voile de trop à bord. Je... suis prête à rencontrer tous ceux qui sont présents et qui voudront faire ma connaissance, après tout je pense que vous êtes tous frères d'armes autant que moi je ne le suis avec les autres Malarians.

C'était une vérité et en même temps un test. Elle avait mentionné d'entrée de jeu son appartenance à ce groupuscule justement parce qu'elle voulait déclencher toutes les réactions hostiles dès maintenant, et ne pas attendre qu'ils le découvrent plus tard. Luhiel savait bien qu'elle risquait gros surtout que les siens n'étaient pas forcément appréciés de tout le monde par les temps qui couraient... mais après tout elle espérait également que ces hommes et ces femmes auraient un esprit aussi ouvert et critique que celui de Viviana. Peut être sauraient-ils avec le temps la respecter pour ce qu'elle était, lui accordant la valeur qu'elle méritait une fois qu'elle l'aurait prouvée. Ce qui était certain c'est que Luhiel allait plonger dans l'inconnu sans aucun filet pour se rattraper... et que cette liberté inattendue, elle comptait bien s'y accrocher fermement... quitte à devoir sortir les griffes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Luhiel les petits bateaux qui vont sur l'eau ont-ils des jambes? (PV Luhiel)   Lun 15 Fév - 22:30

Quand Luhiel mentionna son groupe d’appartenance, un silence de mort tomba sur le petit groupe et tous les regards se posèrent sur la malarian. Le bruit caractéristiques de pistolet que l’on arme se fit entendre et Luhiel fut mit en joue par au moins une douzaine de ces petits prodiges d’alchimie. Viviana aussi avait son arme pointée sur la blondine… Un des pirates prit la parole d’un ton menaçant, annonçant que sur ce bateau « on n’aimait pas les malarian »… Avant que l’équipage ne rugisse la seconde partie de cette vieille blague : on les adore! Dans un concert de coups de feu dans le airs et d’exclamations, les pirates saluèrent l’arrivée de Luhiel, malarian de son état et automatiquement acceptée comme membre honoraire dans l’équipage. Que des anciens criminels apprécient autant les malarians dénotait tout le travail qu’avait fait leur capitaine pour les ramener dans le droit chemin…

Un autre pirate, Lynch, encouragea ses camarades à offrir à Luhiel ce qu’il présenta comme la balade du héros et Luhiel fut soulevée de terre par plusieurs mains et transportée comme on porte les champions, chaque pirate semblant chercher à sourire plus que le précédent, le tout se perdant dans une explosion bruyante de franche camaraderie. Le flot de pirate disparut dans la grande salle à manger où l’on bombarda Luhiel de question : tous voulaient entendre les faits d’armes d’une héroïne, une vraie de vraie malarian, une justicière! La bande de terreur des mers, de justiciers des mers en fait, s’était métamorphosée du tout au tout, ces défenseurs de la veuve et de l’orphelin des océans aimant les bonnes histoires et les récits héroïques… Ce fut Viviana qui se porta à la rescousse de la malarian en tonitruant un « un peu de tenue tas d’excités! » qui eut tôt fait de doucher les ardeurs et avec quelques sourires gênés, les pirates firent de l’air à Luhiel et un jeune homme qui semblait parcourut continuellement de décharge électrique vint porter un plateau remplit de victuailles et de boissons pour la malarian. Le brave Jarvis tentait de rester maître de lui mais de nature nerveuse comme il était, il avait toujours l’impression d’avoir des fourmis dans le pantalon. Il manqua même de renverser le plateau mais habitué à ce genre d légère maladresse, il parvint à se reprendre admirablement bien. Sur un ordre de leur capitaine dans un dialecte oriental, les pirates se retirèrent, laissant enfin un espace vital adéquat pour que Luhiel puisse respirer… Quand ils furent tous partis, Viviana prit la parole en souriant.


« Il faut les excuser, ce sont… De grands enfants, si on peut dire. Professionnels et tout mais amateurs de contes et de légendes. Là où les pirates classiques sont superstitieux, mes gars et mes filles eux y voient plutôt de bonnes histoires à raconter autour d’un verre… On ne fait pas très pirates au fond, si ce n’est que de nom… Mais bon, ce n’est pas très important. Chose certaine, tu sais te faire des amis, je les ai rarement vu si enthousiastes de rencontrer un étranger… »

Plus haut sur le pont, on entendit une série d’ordres donnés par Lynch, signifiant que la navire quitterait le port sous peu. Les hommes d’équipage se mirent à la tâche en chantant des chansons dont une que Viviana adorait tout particulièrement : Charlie Mopps. Ceux qui fréquentaient Viviana l’avaient au moins entendu une fois… Mais bon, chacun avait ses petits plaisirs. Invitant Luhiel à la suivre et à laisser la nourriture de côté puisqu’elle aurait l’occasion d’y revenir plus tard, elle conduisit son invitée sur le pont pour regarder ou prendre part aux manœuvres.Elle se mit elle-même à chanter et si jamais Luhiel désirait se joindre à eux, elle aurait toujours la possibilité de chanter le refrain! L’équipage travaillait comme une machine bien huilée l’Aurait fait, chacun sachant d’instinct quoi faire et où se placer pour jouer son rôle…

« Beer, Beer, Beer, tiddly beer, beer, beer, A long time ago way back in history, When all there was to drink, was nothing but cups of tea. Along came a man by the name of Charlie Mopps, And he invented a wonderful drink and he made it out of hops. »

Au milieu des rires et des sourires, un trio de gardes, sans doute membres des autorités portuaires, se retrouvèrent à monter à bord pour mener enquête sur les coups de feu qui avaient été tirés. Viviana expliqua aux autorités que ses hommes et elle-même avait simplement célébré l’arrivée sur leur navire d’une invitée de marque. Le plus gradé des trois factionnaires argumenta comme quoi cette agitation avait causé tout un émoi et que pour cette raison, Viviana devrait payer une amende pour tapage diurne et trouble de l’ordre public. Lynch se joignit à la partie en protestant comme quoi les injonctions des gardes faisaient encore plus de tapage et que ces derniers, quelle que soit l’heure, ne se gênait pas pour s’esclaffer bruyamment ou faire un boucan du diable quand ils sortaient de la taverne. Un autre garde répliqua que les autorités, étant les représentants du pouvoir en place pouvaient se permettre ce genre de fantaisie et le second de Viviana se retrouva avec une amende pour diffamation envers un représentant de l’ordre. Cela attira l’attention de Jarvis qui ne se priva pas de citer mot pour mot ce que « le pouvoir en place permettait aux gardes de faire », prouvant de ce fait le fait que ces trois lascars étaient en fait des gardes corrompus. Cela attira tout naturellement l’attention d’Ogun qui était moins bête qu’il n’en avait l’air. Il demanda d’abord à sa capitaine si les gardes avaient un mandat pour se tenir sur leur navire. La réponse fut un non. Il demanda ensuite à Jarvis si les règles régissant un navire ainsi que le « qui a le droit de monter ou non » avaient été changés. La réponse fut de nouveau non. Demandant ensuite à Lynch si cela voulait dire qu’il pouvait faire son job, la réponse devint soudainement positive.

Sans attendre davantage, le colosse prit deux gardes par le collet et les balança à la flotte. Ils furent rejoins par le troisième et le géant leur fit savoir que sans mandat, se tenir sur leur bateau était traité comme n’importe quelle intrusion de propriété privée et que l’usage de force était réglementaire pour faire partir les indésirables… C’est donc un équipage hilare qui se retourna vers Luhiel qui avait porté la main à son arme avant de se remettre à chanter dans la joie et la bonne humeur tout en invitant la malarian à se joindre à eux en lui assurant de ne pas s’en faire avec quoi que ce soit.


« He must have been an admiral, a sultan, or a king. And to his praises we shall always sing. Look at what he's done for us, he's filled us up with cheer. The gods bless Charlies Mopps the man who invented beer! »

Il était évident que Luhiel venait de troquer un monde pour un autre car elle était entourée d’étrangers prêts à tout faire pour la garder à l’aise et en sécurité… Et cette même bande était prête à tenir tête à Khorne en personne si nécessaire pour continuer à mener leur existence libre… De tous les nids, Luhiel était tombé sur un qui était bien curieux… Et c’était peu dire!
Revenir en haut Aller en bas
Luhiel Symanth

Luhiel Symanth

Féminin
Nombre de messages : 204
Age : 30
Camp : Malarian
Date d'inscription : 04/09/2009

MessageSujet: Re: Luhiel les petits bateaux qui vont sur l'eau ont-ils des jambes? (PV Luhiel)   Jeu 18 Fév - 4:15

Tel qu'elle l'avait imaginé, un silence pesant sembla croître sans limites pendant quelques instants, avant que d'une manière qui lui paraissait étrangement similaire à celle de Viva, les pirates réagissent avec vigueur. C'était une marée humaine qui semblait déferler sur la pauvre Luhiel n'ayant rien demandé, surtout dans ces conditions précaires où elle se présentait à une famille entière, aussi hétéroclite qu'imprévisible. D'abord ce fut une myriade de lames et autres canons métalliques qui lui furent montrés d'un peu trop près, ce qui bien évidemment déclencha chez elle un réflexe vieux comme le monde et surtout assez rapide pour cette guerrière surentraînée. Sa main se posa sur Rébellion son épée à deux mains en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire, et son regard baignant dans l'incompréhension les dévisagea en cherchant une explication. Pourtant avant qu'elle ne dégaine elle assista au changement de comportement radical de tous les présents, qui passèrent d'un extrême à l'autre. Une acclamation bruyante y laissa place, alors que les coups de feu faillirent la rendre sourde.

Soulevée à bout de bras par tous ces gens qu'elle ne connaissait pas elle se demandait d'où venait une pareille chaleur, mais n'eut guère le temps de se poser plus de questions étant donné la succession des événements. Se soutenant tant bien que mal afin de ne pas perdre ses affaires dans cette hasardeuse entreprise, les mirettes saphir se posaient sur tout ce beau monde auquel au moins on ne pouvait pas reprocher de ne pas faire un accueil tonitruant. Entendant les différentes exigences curieuses pour ce qui était de conter des histoires, Luhiel réfléchissait à un moyen efficace de les contenter lorsque finalement Viviana se manifesta pour retenir leurs ardeurs. Portée sur ce nuage humain qui était bien au delà de ce qu'elle avait espéré pour accueil, Luhiel était tous sourires, ce qui ne lui ressemblait pas il est vrai, mais qui néanmoins lui allait à ravir. Tentant de les consoler et se promettant de tenter de satisfaire leur curiosité un peu plus tard, elle dit à ceux qui l'entouraient dans l'immédiat:

- Je tenterai de penser à une anecdote sympathique à vous raconter pour tout à l'heure d'accord? Mais j'aimerais aussi que vous me racontiez vos aventures !

C'était tout à faire sincère, et bien qu'elle ne soit pas aussi douée pour les oraisons en public ni pour les grands rassemblements avec des inconnus, au moins ici elle se sentait presque à la maison. Elle ne connaissait personne, n'avait aucune idée de leurs prénoms ou de quoi que ce soit les concernant, et pourtant la magie semblait opérer... Car pour l'instant la Malarian ne se sentait pas trop dépaysée malgré le caractère exubérant et plus qu'expansif de l'équipage.
Retrouvant enfin les planches de bois, elle se dressa fièrement au milieu des présents, bien qu'elle soit loin de faire autant effet que la Vierge de Feu, qui autant par sa taille que par sa prestance charismatique attirait tout de suite les regards même en plein milieu de tout ce monde. Souriante bien qu'un peu intimidée, Luhiel semblait détendue... pleine de vie. C'était comme si elle avait finalement réussi à renouer avec sa nature profonde et retrouvé un semblant de stabilité qui lui permettait d'évoluer, de vivre de nouvelles choses sans regarder en arrière. Assez pour même poser une main tranquillisante sur l'épaule du pirate hésitant dénommé Jarvis qui vint la servir. Lui faisant un clin d'oeil complice elle l'encouragea pour tenter de le mettre plus à l'aise, étant donné qu'elle comprenait plus que bien ce qu'était de tenter de contrôler sa propre maladresse. C'était son cas également et si avec une arme entre les mains elle pouvait tout faire, son corps lui semblait être doté de deux mains gauches, et deux pieds sans cesse en bataille l'un avec l'autre.
Le commentaire explicatif de Viva la fit pourtant rire tout bas, car bien que ce soit effectivement assez pertinent, c'était un comportement critiqué qui était assez proche de celui de la capitaine elle même. Ne s'en rendait-elle pas compte? Quoi qu'il en soit c'était difficile d'en tenir rigueur à ces personnes qui semblaient tout comme leur cheftaine, pour le moins attachants.

- Oh je ne pourrais leur en vouloir. Ce sont de grands enfants mais terriblement attachants... Et puis me faire des amis, c'est assez ironique quand on y pense car c'est quelque chose que j'ai toujours peiné à faire dans le passé. Il faut dire que je n'ai jamais vraiment essayé non plus étant donné les soucis que j'avais pour communiquer. Quoi qu'il en soit je suis contente de voir que ma présence à bord n'a pas l'air de les déranger, je n'aimerais pas troubler l'harmonie que vous avez instaurée avec les années de vie commune.

Tentant de s'acclimater comme elle le pouvait, Luhiel déposa ses affaires dans un coin et pensa à changer de vêtements. Bon elle le ferait certainement plus tard, afin de se dépouiller pour l'instant de son armure. Ce n'était pas comme si elle était dérangeante en soi mais c'était un peu un accessoire superflu lorsque l'on allait quitter le port pour faire cap sur d'autres horizons...
Alors une chanson entraînante lui parvint aux oreilles assez distinctement, une sorte d'hymne scandé par les hommes et femmes qui travaillaient ensemble. Un air d'admiration se dessina sur les traits de l'otianaise, étonnée mais aussi passionnée par tout ce qu'elle entendait et voyait. Ce bateau c'était comme un nouveau monde, où les règles, les attitudes et les prérogatives avaient totalement changé. C'était aussi libérateur que l'odeur marine et forte qui arrivait à ses narines !
Suivant Viviana en ayant le temps de voler une pomme dans le plateau, Luhiel croquait dedans à pleines dents lorsqu'elle parvint à nouveau sur le pont. L'air décontracté comme on le lui avait rarement vu, elle voulait regarder les côtes de la Cité des Mille Flots s'éloigner avec un air pensif qui la conduisit à approcher d'une des rambardes pour dire temporairement au revoir à ces terres tant aimées. Se retournant alors finalement quelques instants plus tard, elle regarda les pirates travailler avec zèle et précision alors qu'un bruit attira son attention, au delà évidemment des voix diverses. Des gardes avaient manifestement décidé de faire des histoires... ce qui n'était pas forcément du goût de tout le monde. Se maintenant à l'écart pendant quelques instants, la Guerrière décida pourtant finalement de se mêler de ce qui se passait. S'approchant les sourcils froncés, elle assista à un échange verbal entre les divers membres de l'autorité et l'équipage, qui cherchait juste à s'en aller enfin sans trop de remous. Craignant que tout cela ne tourne au pugilat, elle s'apprêtait déjà à devoir jouer la médiatrice diplomate mais les choses furent réglées plus rapidement... de manière expéditive. Pourtant la mine désabusée et outrée des gardes la firent pouffer de rire, surtout quand elle les vit peiner à nager à cause de la surprise et le poids de leur équipement. Se penchant donc au dessus de la rambarde afin qu'ils l'entendent, elle taquina ces derniers dont l'un qu'elle connaissait depuis son plus jeune âge.

- Allez ne faites pas la tête vous avez bien d'autres choses à faire... vous trouverez bien d'autres amendes à coller pour remplir les coffres des têtes couronnées ! Et puis au moins faire trempette vous fera faire un peu d'exercice pour une fois !

Riant à gorge déployée en voyant que le vieux garde qui la connaissait jurait comme un charretier, Luhiel se retrouvait elle aussi une âme de gosse. C'était comme si à bord de ce bateau elle faisait un saut dans le temps... un temps révolu et reculé où son esprit espiègle avait encore le dessus sur tous les autres traits et les autres blessures. Quiconque la verrait en ce moment se demanderait à raison si elle n'était pas soûle ou droguée... car cette légèreté éthérée et cette envie taquine de découvrir et explorer n'était pas du tout dans sa conduite normale. Mais qu'importe au fond... Pourquoi se poserait-elle des questions de conscience alors qu'elle se sentait aussi bien? Oui c'était simple, c'était très simple même. Luhiel s'amusait comme une folle ! Chantant donc le refrain en compagnie des pirates, elle joignit sa voix rauque au chœur enthousiaste et fit un signe de la main provocateur à ces trois gardes qui prématurément avaient pris un bain en plein service.

- The Gods bless Charlie Mopps, the man who invented Beer !!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Luhiel les petits bateaux qui vont sur l'eau ont-ils des jambes? (PV Luhiel)   Ven 19 Fév - 3:55

Un murmure approbateur se fit attendre au sein de l’équipage devant l’attitude de Luhiel. Elle avait su faire montre du bon tempérament pour être aussitôt acceptée dans l’équipage. Chose certaine, il devait y avoir un grand flou de confusion pour celui qui regarderait la scène d’un œil purement observateur : des pirates et une malarian chantant des chansons à boire sur un bateau clairement trop onéreux pour les gens se trouvant à son bord... Le cadeau du seigneur Erigan avait été utilisé avec grand soin et le navire dont avait ainsi hérité Viviana s’était vu traité pratiquement avec vénération par les hommes et les femmes de l’équipage. De fait, Luhiel devait se trouver sur le bateau le plus entretenu qui soit car il était régulièrement passé au peigne fin et chose fort rare, on n’y trouvait aucun rat ou vermine du genre. De penser qu’un équipage aussi hétéroclite avec des passés diversifiés mais ayant presque tous touché au crime, il y avait de quoi se demander comment il était possible que ces gens arrivent à faire ce que les marines de guerre et les marines marchandes n’arrivaient pas à faire pour se débarrasser des indésirables à quatre pattes… Viviana était fière de son équipage : elle avait des gens zélés à défaut d’être parfaitement professionnels… Et elle savait que son équipage valait plus que bien d’autres qui sillonnaient également les mers…

Mais bon, ce n’était pas là le point principal de ce qui se passait en ce moment… Et ce qui allait se produire. Ce qu’il importait de savoir c’était que tout, à date, se déroulait pour le mieux en ce qui avait trait à offrir à Luhiel un bon moment de détente. Viviana en était très heureuse et elle savait que le soir venu, ils auraient beaucoup de choses à échanger. Cela promettait d’être constructif et très enrichissant… Et la malarian ne pourrait rêver de meilleur auditoire. Les gens de Viviana étaient friands d’histoires et ils en connaissaient plusieurs eux même alors on ne risquait pas de s’ennuyer… Du classique récit des mers aux histoires personnelles, il y en avait pour tout le monde! Comme ils seraient pendant un certain temps loin de la terre ferme, cela permettrait également à la jeune femme blonde de bien s’aérer les esprits : Rien ne valait le grand large pour se vider la tête et retrouver calme et sérénité.

Il se passa une bonne demi-heure qui fut essentiellement comblée par l’équipage vaquant à ses diverses occupations alors que les contours d’Otian avaient définitivement disparus depuis un certain temps. L’ambiance était agréable et relativement tranquille, tout du moins, jusqu’à ce que la vigie annonce qu’ils avaient quitté les eaux éradiennes. Une série d’ordre fut donnée et le bateau fit cap vers une petite île rappelant celle que l’on décrivait dans les contes, une île avec une plage de sable blanc… Et une fois l’ancre jetée à sa proximité, un « tout le monde à la flotte » tonitruant se fit entendre. Se délestant de leurs vêtement et de leur équipement, tous les pirates se jetèrent à l’eau, un rituel pour fêter le retour à la grande mer et à la vie » sauvage » des flots. Pourquoi se baigner sans vêtements? Pour ne pas avoir des vêtements mouillés, tout simplement!

Alors que la plupart des pirates étaient à l’eau, l’un d’eux pointa la mâture et les pirates s’exclamèrent. Apparemment, leur excentrique capitaine avait décidé de s’adonner à une nouvelle fantaisie… Et elle comptait plonger d’un des plus haut point du navire directement dans la mer. Une simple erreur de calcul et elle s’écraserait comme une crêpe sur le pont… Mais Viviana n’était pas reconnue comme quelqu’un qui se laissait démonter facilement. Sans même hésiter, la capitaine pirate prit son élan et… Exécuta une figure de saut qui laissa tout le monde sans voix. C’était comme… Comme si Viviana avait été créée pour ce genre d’acrobatie. Sa maîtrise de la chose était exemplaire et elle était d’une grâce difficilement concevable et encore moins égalable. C’était un peu comme regarder une ballerine : on admire la classe, l’agilité et la grâce de la danseuse… Et plus époustouflant encore fut le fait qu’elle entra dans l’eau en ne faisant pratiquement ni goutte ni remous, comme si elle était une sorte de créature aquatique… Cela déclencha un tonnerre d’acclamation des pirates car il fallait bien le reconnaître.. Une personne sur un million pouvait se vanter de pouvoir tenter un coup pareil… Et le réussir!

Émergeant de l’onde en souriant, la capitaine pirate fut vite entourée de ses hommes d’équipage et tous regardèrent Luhiel restée à bord. Ne comprenant pas trop ce qui retenait la malarian, ils commencèrent à scander son nom, l’invitant à les rejoindre. Luhiel faisait partie de la famille, même si elle était membre honoraire… Et on ne laissait personne à bord quand tous étaient dans l’eau! Plusieurs murmures inquiets se firent entendre, certains supposant que Luhiel ne savait pas nager. Cela, au lieu de démonter les pirates, ne firent que les pousser à se montrer plus encourageant. Plusieurs s’offrirent pour faire en sorte de l’aider à nager et à apprendre tandis que les femmes de l’équipage se proposèrent de se faire gardiennes de la jeune blonde si la pudeur l’empêchait de se faire aider par les hommes. Si les histoires de pirates parlaient de viol, elle était probablement en compagnie des gens ayant le moins de chance de tenter une telle chose… Et si un étranger venait à s’essayer, il repartirait les pieds devant avant même que Luhiel ne puisse toucher à Rébellion! Même Ogun, colosse de son état, qui ne nageait pas très bien à cause de sa masse musculaire excessivement importante, se proposa d’aider Luhiel. Si Ogun était toujours très volontaire pour aider les membres de l’équipage, les dieux seuls savaient ô combien il se méfiait des étrangers… Le fait qu’il se propose d’aider Luhiel voulait donc dire énormément…

Ce fut encore une fois Viviana qui fit taire toute cette agitation en rappelant à ses membres d’équipage que Luhiel ne connaissait pas leur coutumes et qu’il s’agissait très certainement du fait qu’elle n’avait pas comprit sur le coup ce qu’elle devait faire. Elle étaya son propos en disant que Luhiel, en montant à bord, avait par conséquent accepté de se plier aux pratiques de l’équipage. Cependant, elle rappela à sa petite bande qu’il n’était pas non plus dans leur politique d’obliger les gens à faire ce qu’ils ne voulaient pas faire et elle insista pour que Luhiel soit seule juge de ce qu’elle ferait. Elle fut secondée immédiatement sur ce point par Lynch, son fidèle second, ainsi que par Ogun et Jarvis (Roberts aurait également secondé la proposition mais il était avec le reste de l’équipage resté en Érade…) qui soutinrent qu’entre membre de l’équipage, le respect était primordial et que ce n’était pas demain la veille que cela changerait. Afin de bien faire valoir son point, Viviana décida donc de s’adresser à Luhiel.


« C’est à toi de décider Luhiel. Je ne te le cache pas, je préfèrerais que tu suives nos coutumes. Cependant, nous savons tous que la nudité c’est un peu un tabou pour vous les éradiens… Alors si tu ne veux pas venir, tu peux toujours profiter du soleil sur le pont. Je t’enverrai quelqu’un pour te tenir compagnie, ce serait moche que tu restes seule… Qui plus est, je me vois mal forcée une malarian à faire quelque chose contre son gré… De force de surcroit, ce ne serait pas très malin de ma part… »
Revenir en haut Aller en bas
Luhiel Symanth

Luhiel Symanth

Féminin
Nombre de messages : 204
Age : 30
Camp : Malarian
Date d'inscription : 04/09/2009

MessageSujet: Re: Luhiel les petits bateaux qui vont sur l'eau ont-ils des jambes? (PV Luhiel)   Dim 21 Fév - 19:36

Fort heureusement, Luhiel n'étant revenue à la Cité des Mille Flots que depuis quelques jours et étant restée discrète sur ses activités et ses crédos, personne encore ne savait qu'elle était une Malarian. Bien sûr il était évident pour tous qu'elle était une guerrière, car son physique et ses réflexes ne laissaient pas de doute... et encore moins si l'on prenait en compte le fait qu'elle s'en aille toujours armée jusqu'aux dents. C'était une bonne chose, car bien que dernièrement la mentalité Otianaise soit relativement favorable à la présence de ceux de sa caste, rien n'était jamais déterminé, et les changements récents dans les passations du pouvoir couronné pourraient leur coûter leur relative tranquillité. Voilà donc pourquoi depuis son arrivée Luhiel demeurait prudente. Les citoyens l'avaient évidemment pour une minorité reconnue, surtout dans ce port ou pendant son enfance elle traînait envers et contre tous les interdits opposés par son père. On ne pouvait pas si aisément effacer une fascination pour l'étendue aqueuse qui entourait la ville, autant dans les hauteurs des cascades que dans cet océan profond et interminable... et pour cela aucun coup ne suffisait. Mais ne disait-on pas qu'un roseau ne pouvait grandir que près de l'eau?

Pendant la demi heure où tout le monde travailla avec acharnement pour que tout soit en place, Luhiel se proposa à de nombreuses reprises mais aucun d'entre eux ne semblait très partant pour faire travailler leur hôte... ce jusqu'à ce que sans trop leur demander leur avis, elle aide un jeune homme à descendre une énorme quantité de caisses dans les cales. C'étaient sûrement des vivres étant donnée la délicatesse et l'attention avec laquelle il les manipulait. Souriante elle le suivit le plus innocemment du monde, en portant trois fois plus de poids que lui, sans aucun effort. Oui la force des siens était un don à nul autre égal sur l'Erade... mais pour une fois que c'était dans un but constructif et non violent, elle n'allait pas s'en plaindre. À deux le travail fut rapidement terminé et ravie de se sentir utile, la guerrière tapota amicalement le dos du pirate qui un peu gêné semblait s'en vouloir. Enfin peut être qu'un sourire d'une jolie femme lui redonnerait le moral, du moins c'était ce qu'elle espérait.
La suite fut relativement calme, avec une Luhiel ne pouvant participer activement à la maintenance de l'embarcation vu qu'elle n'y connaissait strictement rien. Tentant au moins de ne pas leur trainer dans les pattes et les déranger, la demoiselle resta dans un coin, assise en équilibre sur la rambarde du bateau tout en observant le va et vient des vagues qui agitaient le bateau comme si sans cesse il allait chavirer. Elle avait du mal à se déplacer de peur de tomber et passer pour une cruche, mais au moins elle était contente de ne pas avoir le mal de mer. Pourtant ce fut encore une exclamation de l'équipage qui la prit au dépourvu, alors que tout semblait calme jusqu'à il y a quelques instants à peine. Elle crut avoir mal compris au départ, mais finalement réalisa que ce n'était juste pas possible que ses oreilles l'aient trompée. À... à la flotte??? Qu'est ce que c'était encore? Fronçant les sourcils tout en ne comprenant pas trop ce qui leur prenait à tous elle écarquilla les yeux en les voyant tous sauter dans l'eau complètement nus. Non elle n'était pas choquée, elle n'avait aucun souci avec la nudité des autres... de fait elle n'en avait pas réellement avec la sienne, mais de là à s'exposer aux regards de tous ces gens, hommes comme femmes, il y avait de la marge!

Se demandant comment elle pouvait se dépêtrer de ce fâcheux problème, la Malarian réfléchissait à une porte de sortie lorsque finalement elle leva les yeux vers les hauteurs boisées ou une Viviana complètement tarée donnait son petit spectacle. Sachant d'un côté inutile de lui crier d'arrêter ses acrobaties étant donnés les mètres de distance, elle se contenta de retenir son souffle, purement inquiète à l'idée qu'elle se rompe tout simplement le cou. De l'élégance, des pirouettes, beaucoup de cran... et un plongeon parfait. Applaudissant donc dès qu'elle la vit émerger, Luhiel sourit tout en respirant plus calmement. Elle qui était une maladroite de nature ne pouvait qu'apprécier la performance éclatante de classe, surtout devant un public semblant aux anges. Mais ce même public n'avait visiblement pas eu assez d'émotions fortes, et commença à l'acclamer à son tour... Ne comprenant au départ pas trop ce qui se passait, Luhiel pensa qu'ils voulaient qu'elle fasse mieux ou aussi bien que Viviana, mais s'en savait tout bonnement incapable. Néanmoins l'explication salutaire de cette dernière vint éclairer sa lanterne, lui permettant de mieux comprendre de ce dont il était question. Bon s'il ne s'agissait que de ça, les choses était un tout petit peu plus simples. Elle avait bien dit, « un tout petit peu »... Déglutissant brièvement, la demoiselle pesait les pour et les contre. Si il n'était pas dans sa nature d'entreprendre des actes qu'elle aurait naturellement qualifiés d'exhibitionnistes, elle n'en avait pas pour autant envie de les décevoir... les Dieux seuls savaient pourquoi.

- Bon et bien... D'accord.

Alors soudain sans trop prévenir, elle descendit de son perchoir et s'abaissa quelques instants dans un cliquetis métallique. Son armure tomba alors à ses pieds tandis que les flots eux s'agitaient de manière anormale. Rien de grave pourtant si ce n'est qu'une quantité d'eau s'éleva dans les airs sans vraie explication. Alors elle s'introduisit sur le pont et s'enroula autour de Luhiel comme une nuée bleuâtre dissimulant subtilement un minimum de ses formes galbées. Alors et alors seulement la belle se releva, tentant d'ignorer que ses joues étaient légèrement rosées. Son initiative n'était pas dans sa lignée de conduite normale et donc elle bravait une fois de plus sa sécurité au profit de l'adaptation... mais c'était difficile, très difficile de ne pas prendre peur. Alors comme toujours lorsqu'elle avait peur de reculer sans explications, Luhiel se jeta à l'eau, cette fois littéralement.
Évidemment ce n'était pas aussi impressionnant que le saut vertigineux de la capitaine, mais au moins elle avait plongé tête la première sans éclabousser personne. Restant alors de très longues secondes sous l'eau, elle revint à la surface au milieu des deux groupes, regardant autour d'elle avec des yeux curieux. De fait elle avait plus l'air d'une sirène que d'une femme... car ses cheveux blonds lui arrivant jusqu'aux hanches en temps normal flottaient autour d'elle comme un rideau doré. De plus elle nageait les pieds toujours joints, comme un poisson... Tout ça parce qu'elle avait appris à nager seule en observant les magnifiques créatures sous-marines dans les eaux peu profondes d'Otian. Pourtant cela faisait longtemps, trop longtemps qu'elle n'avait pas nagé. Loin d'être maladroite elle n'était pas pour autant très à l'aise, et lorsqu'elle sentit un poisson lui frôler les jambes sans prévenir, elle ne put contenir un sursaut et une réaction instinctive. Se raccrocher fermement à la chose la plus proche: à savoir Jarvis...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Luhiel les petits bateaux qui vont sur l'eau ont-ils des jambes? (PV Luhiel)   Mar 23 Fév - 4:31

Hj: Qiao Rong et Heng:
Spoiler:
 

DJ: En bon pirate et malgré sa nature nerveuse, le premier réflexe de Jarvis, quand Luhiel s’accrocha à lui, fut de tenter de se saisir de son sabre. Il attrapa bien quelque chose, à savoir la jambe d’un de ses camarades qui eu à peine le temps de pousser une exclamation de surprise avant de se retrouver avec la tête dans l’eau. Évidemment, les pirates à proximité, surpris par le cri d’alarme de leur camarade, commencèrent à s’agiter eux aussi et bientôt, ce fut une panique qui se propagea à tout les baigneurs, tous se demandant ce qui se passait et cherchant des yeux cet ennemi qui avait causé toute cette agitation. Après une courte recherche qui ne révéla rien de plus dangereux qu’un poisson venant tenter de vous gober un orteil, les pirates se mirent à rire de l’incident tout en se félicitant pour leur temps de réaction exemplaire. Chose certaine, on ne les prenait pas au dépourvu ceux là…

Jarvis fut d’ailleurs la cible de nombreuses plaisanteries, Lynch allant jusqu’à le qualifier de poudrière humaine, ce qui déclencha l’hilarité générale au sein du groupe. L’intéressé, plutôt que de se perdre en explications qui auraient ultimement mené à rejeter a faute sur Luhiel, décida de ne rien dire, ce contentant de se défendre en disant que cela les arrangeait bien quand c’était son tour de vigie… Affirmation à laquelle on répondit avec de vigoureux hochements de tête. Avec Jarvis comme sentinelle… Le navire était en état d’alerte avec un temps de réaction infiniment supérieur à ceux de la marine militaire d’Orient ou d’Otian… En fait, même les créatures de la mer, pourtant connaissant l’élément liquide comme les gens d’Érade la terre, avaient eu toutes les misères du monde à tenter un assaut contre les pirates lorsque ces derniers avaient tenté de sauver leur dîner… Soit des gens accrochés à des débris de bois flottant, les restes de leur embarcation détruite… Cela n’avait pas été un combat facile pour autant par contre : une fois que ces saletés vous amenaient avec elle au fond de l’eau… Vous étiez foutu pour de bon… Chose certaine, Viviana et ses hommes avaient rendu coup pour coup et avaient refusé de céder ne serait que le plus petit centimètre de terrain…

La situation revenue à la normale, Luhiel serait donc en mesure de remarquer une bien curieuse chose : aucun homme du groupe ne la dévisageait comme un morceau de viande. Oh bien sûr, elle se fit regarder de manière appréciative par certains pirates, hommes comme femmes, mais rien d’irrespectueux. En fait, en regardant bien, elle pourrait voir que ce petit groupe présentait de curieuses caractéristiques car leur mentalité ne semblait s’inscrire dans rien qui soit un groupe « universellement reconnu » en Érade. Il n’y avait pas de grand ordre de chevalerie ou de guilde qui comportait un pareil assemblage hétéroclite de personnes qui en plus adoptaient un comportement et une philosophie difficile à suivre aux yeux extérieurs… La grande majorité des éradiens auraient crié au scandale de voir d’une part des corps nus et d’autre part, des hommes et des femmes sans vêtements ensemble… Pourtant, au sein du groupe de Viviana, chaque membre était une part d’un gigantesque engrenage et il n’y avait ni querelle ni dispute ou secrets entre Viviana et son équipage et même entre les membres d’équipage. Le mensonge était devenu chose étrangère. En fait, on aurait pratiquement pu dire que même leur esprit était collectif… Bien que cela était majoritairement dû au fait que les ordres transmit se faisaient apparemment sans trop de paroles et chacun semblait d’instinct savoir quoi faire… Et surtout quand le faire. Si un jour Luhiel prenait sa retraite de chez les malarians… Elle trouverait pratiquement devant sa porte le navire de Viviana qui l’y attendrait avec son équipage pour repartir à l’aventure sur les mers…

Car il ne fallait pas se leurrer : À moins de faire quelque chose d’incroyablement stupide… Luhiel venait de se faire des alliés qui la suivraient par delà la tombe. De un, il faudrait parvenir à les convaincre que les divinités existaient vraiment pour leur faire craindre d’échouer dans cette entreprise… Et de deux, il faudrait que ceux qui voudraient les empêcher d’aller aider un frère d’Arme dans le besoin soient plus forts et déterminés que le groupe de Viviana. Ogun, par exemple, n’était pas malarian… Mais le colosse était d’une force difficilement égalable. Lynch qui n’avait l’air de rien si ce n’était que d’un homme de l’ombre était capable de prodiges d’acrobaties et il avait déjà fait mouche avec son pistolet, pendu par une jambe la tête en bas en pleine tempête sur une mer déchainée. Jarvis, le très nerveux Jarvis, était capable d’enchainer au sabre une succession de coups impressionnants, un barrage d’acier sur la lame de ses ennemis et il pouvait se mouvoir avec une rapidité stupéfiante… Et la liste de gens de talents servant sous Viviana ne s’arrêtait pas là. Si en Érade et en Orient, la sélection se faisait par le sang ou d’autres critères tout aussi arbitraires, c’était pratiquement par chance que Viviana s’était retrouvée entourée de gens de talents comme son actuel équipage…

Qui plus était… Si l’équipage semblait plein de vie et d’entrain… Il se transformait en un ramassis de tueurs impitoyables quand on s’en prenait à un des leurs. Si en Érade, ce genre de comportement n’avait pas été observé, en Orient et dans les îles… On ne connaissait trop bien ce qui arrivait à ceux qui avaient le malheur de s’en prendre à Viviana et son groupe. Jamais la petite bande ne tuait par plaisir… Mais pour défendre les leurs, ils n’hésitaient pas à sortir les crocs et plus encore si nécessaire. À cet égard, certains membres du groupe discutaient un peu à l’écart, se demandant si l’un de s leurs ne devrait pas raccompagner et suivre Luhiel sur la terre ferme. L’idée fut soumise à Viviana qui trouva l’idée intéressante et fit signe à une de ses pirates de s’approcher. Si une partie des orientaux partageaient des traits avec les éradiens, certains d’entre eux avaient gardés les traits es populations natives de l’endroit… Et Qiao Rong faisait partie de ces personnes. Si Lynch était considéré comme l’un des favoris de Viviana, Qiao Rong elle faisait partie des favoris de Lynch lui-même. Lynch étant tout ce qu’il y avait de moins enclin à, justement, se faire son cercle de préférés, il fallait reconnaître que la jeune femme avait une chance incroyable… Enfin bref, pour cette tâche qui consistait à garder un œil bienveillant sur Luhiel, il fut décidé que ce serait l’orientale qui s’en chargerait. Heng, son compagnon reptilien rappelant un dragon mais en miniature, sembla même manifester un certain intérêt et les divinités seules savaient ô combien Heng détestait les étrangers… De nature méfiante sans tomber dans la paranoia, il préférait montrer les crocs que de se laisser approcher sans connaître… La malarian était par conséquent particulièrement… Chanceuse… S’approchant donc de Luhiel en barbotant, Viviana Qiao Rong et Heng s’en allèrent trouver Luhiel…


« Luhiel, comme tu es membre de la famille de façon honoraire, l’équipage et moi nous nous sommes dit que bah… On pourrait faire de toi un membre de la faille point à la ligne. Comme nous ne laissons jamais derrière nos membres et ce quelles que soient les circonstances… Je te présente Qiao Rong, le bras droit de mon bras droit, qui aurait la charge de veiller sur toi et qui… »

« Vous oubliez, estimable capitaine, de mentionner que nous serons deux à veiller sur la jeune femme. L’humble créature que je suis compte pour bien plus qu’un simple compagnon pour les beaux yeux de ma maîtresse… »

Manifestement, Heng avait voulu se mêler de la discussion… Et la petite créature se retrouva à nager juste devant Luhiel, l’observant de son regard perçant. Allez savoir comment la malairna réagirait devait cet espèce de dragon miniature à la langue bien pendue….
Revenir en haut Aller en bas
Luhiel Symanth

Luhiel Symanth

Féminin
Nombre de messages : 204
Age : 30
Camp : Malarian
Date d'inscription : 04/09/2009

MessageSujet: Re: Luhiel les petits bateaux qui vont sur l'eau ont-ils des jambes? (PV Luhiel)   Mer 10 Mar - 2:03

On ne les prenait peut être pas au dépourvu, mais en attendant la frayeur de Luhiel n'en restait pas moins réelle. Si elle était assez à l'aise dans la manipulation de l'élément aqueux, on ne pouvait pas dire pour autant que la natation soit sa tasse de thé. Elle savait nager assez élégamment certes, mais l'affection pour l'activité s'arrêtait là. Il ne fallait pas trop en demander non plus à quelqu'un qui avait passé une bonne partie de son temps accompagnée d'un fauve... Il ne fallait tout de même pas faire un dessin pour laisser comprendre à quel point tout cela était étrange. C'était quelque part le dilemme pour quelqu'un ayant grandi à Otian... mais après tout elle n'était que peu sortie et avait davantage fréquenté les forêts et les plaines, les jungles et les montagnes... en bref tous les endroits où son père pouvait trouver du gibier potentiellement intéressant.
Et si l'ambiance générale l'aida à passer à autre chose et ne pas ruminer encore les souvenirs, la Malarian n'en restait pas moins très gênée de ce qui s'était passé. S'approchant donc du pauvre Jarvis qui essuyait les railleries à sa place, elle lui dit discrètement pour s'excuser:

- Je suis vraiment désolée... J'ai pris peur sans raison. Je ne voulais pas vous mettre dans une telle situation, mais la vérité c'est que ça fait deux décennies que je n'ai pas pris de bain de mer... Et je n'ai jamais été très rassurée dans l'eau.

Remerciant le ciel du fait que son pouvoir lui permette de cacher sa nudité, elle était tout de même rouge pivoine car sans le vouloir son corps s'était accroché à celui d'un homme... pas très habillé lui non plus. Qui plus est ce n'était pas très naturel pour elle une telle situation, et elle ne s'y était prêtée que parce qu'elle n'avait pas voulu décevoir tout l'équipage qui semblait la tenir en haute estime. Mais quelque part une idée commençait à germer dans le fond de son esprit... seulement les circonstances actuelles n'étaient aucunement propices à sa réflexion. Cela attendrait un peu.
Cela attendrait déjà que Luhiel ait au moins réussi à faire face à l'une des personnes l'entourant sans sembler coupable, tout comme à maintenir leur regard tout en demeurant sérieuse. Là c'était juste trop lui en demander... entre les commentaires humoristiques qui fusaient et la nervosité peu apparente. Puis si elle n'avait pas forcément honte de son corps qui au final était considéré comme parfait d'après une bonne partie des critères habituels, elle n'en demeurait pas moins une guerrière. Son épaule droite était tatouée jusqu'à l'omoplate de cercles concentriques, et son corps était particulièrement marqué par diverses cicatrices, dont les plus profondes se situaient dans le dos. De profonds sillons lacéraient donc son dos par des traces encore rouges, qui semblaient sur le point de se réouvrir sans cesse. Il fallait dire que depuis que le maquillage usé au palais c'était évanoui, tout était apparent à nouveau, surtout dans l'eau. Espérant intérieurement que l'on ne lui poserait pas de questions, Luhiel croisa les doigts en silence.

Finalement abordée par une étrange femme avec des traits assez exotiques, elle sourit amicalement malgré son peu d'aisance. Jusque là tout le monde avait été prévenant et agréable, et tout ce qu'elle espérait c'était au moins ne pas troubler la vie ordinaire à bord. Mais était-ce réaliste de le souhaiter? N'avait-elle pas déjà tout compromis depuis l'instant où elle avait mis les pieds sur le bateau? C'était un peu comme tenter d'infiltrer une peuplade primitive tout en étant paradoxalement désireux de rester soi-même. Mais de plus en plus le consensus du demi-terme lui semblait compliqué à garder... Surtout lorsque l'on était de la sorte plongé dans un groupe qui possédait tant d'habitudes et de coutumes particulières.
Dévisageant le petit reptile avec un regard curieux, Luhiel demeurait comme toujours réceptive à la présence des animaux avec lesquels elle s'entendait parfaitement bien d'ordinaire, à coup sûr de manière plus simple qu'avec les humains. Pourtant si elle était une amie de la faune, elle n'en demeurait pas moins prudente avec les inconnus. Après tout les petites bêtes aussi pouvaient être agressives, peu importe leur taille ou leur violence apparente. Pensive mais ne démontrant pas à quel point elle se trouvait déboussolée, Luhiel s'extirpa des flots en tournant le dos au reste des pirates, ce qui au moins l'espace d'un instant lui permettrait de ne pas montrer totalement sa généreuse anatomie. Une paire de fesses ce n'était pas grand chose pour eux c'est certain, mais d'un autre côté ce n'était pas vraiment dans sa nature de se montrer nue en public ou de s'afficher pour attirer les regards. Dans un soupir elle finit par s'asseoir à même le sable fin tout en vérifiant par l'odorat qu'aucune bestiole suspecte ne rôdait par là. Les insectes devaient être légion dans cette zone et le mieux restait d'éviter les accidents malheureux qui lui vaudraient - à raison – les moqueries... S'installant au bord de l'eau en ramenant les genoux contre son ventre, elle n'avait pas froid mais avait quelque part besoin d'un confort apporté par quelque chose de familier. Étant donné que là tout de suite elle ne possédait pas ses vêtements ni son armure, elle se rabattait sur son instrument de travail, son arme la plus élémentaire... son propre corps.
Cependant elle ne fut pas seule longtemps, car une des pirates ainsi que son reptile vinrent la rejoindre comme investis d'une mission étrange. Il y avait certainement du Viviana là dessous, mais le fait est qu'elle ne pourrait en vouloir à la capitaine de vouloir se charger de sa personne. Version d'ailleurs confirmée par ses tentatives d'explication qui furent savamment interrompues par les précisions complémentaires de sa subordonnée. C'était gentil de sa part... de leur part de s'inquiéter, mais le fait est que Luhiel était quelqu'un de bien plus solitaire qu'on ne pouvait le penser. Arriverait-elle d'ailleurs à vraiment se refaire à la vie en communauté après les deux ans d'errance? Les temps d'apprentie Malarian n'étaient pourtant pas si loin...

- Veiller sur moi? Je ne sais pas si cela vaut vraiment la peine de prendre de telles dispositions, après tout ce n'est pas comme si je ne pouvais pas prendre soin de moi n'est-ce pas? Mais ne t'en fais pas Viviana, ne t'occupe pas de moi... ce n'est pas non plus comme si tu avais soudainement une enfant à charge!

Elle abordait la Vierge de Feu avec un brin de nonchalance et familiarité, mais il n'y avait rien d'irrespectueux à son encontre. Disons qu'elle la considérait comme son égal, et en tant que tel la traiter par son grade n'aurait pas de sens. Ce serait comme si elle la traitait avec les honneurs parce qu'elle était une Malarian expérimentée malgré son jeune âge, ce qui au final était le cas... Enfin bref, ici il n'y avait plus de rangs ni de factions... tous étaient égaux peu importe leurs horizons d'origine, et c'était aussi ça qui faisait la richesse de cet équipage.
Amusée et un peu surprise par l'intervention inattendue de ce petit animal qu'elle ignorait doté de parole, Luhiel sourit tout en le regardant dans les yeux, même à distance de quelques mètres.

- On dirait bien que tous les pirates recèlent de nombreuses merveilles ! Comme quoi même jusqu'au plus petit d'entre vous, vous ne manquez pas de cran, j'aime ça!

Souriante elle se pencha un peu en avant pour observer cet étrange duo qui devait lui aussi avoir plein de choses à dire et plein d'aventures à raconter. Mais le motif de ce choix afin de lui servir de compagnie l'intriguait. Il y avait-il une raison précise à ce qu'ils soient désignés et pas quelqu'un d'autre? Bon certes le choix d'une femme était judicieux afin qu'elle ne se braque pas, mais bon... Haussant les épaules tout en contemplant la suite de l'échange, elle fut alors attirée par un bruit sur l'île. On dirait bien que quelque chose bougeait... sur sa droite, quelque part dans les fourrés. Il y aurait-il quelque chose ou quelqu'un décidé à troubler ce joyeux moment de détente??
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Luhiel les petits bateaux qui vont sur l'eau ont-ils des jambes? (PV Luhiel)   Mer 10 Mar - 17:25

« Il n’est d’ennemi plus redoutable que celui dont on ignore la puissance, jeune malarian. J’ai vu bien des choses dans ma vie de reptile et je peux vous garantir qu’on n’a jamais trop de protection. Qiao Rong peut en témoigner d’ailleurs… Notre histoire est complexe et parfois étrange mais je peux vous assurer, jeune Luhiel, que nous ne serons pas un fardeau pour vous. Vous pouvez croire ma modeste parole… Comme mes estimés collègues, je ne vois pas d’usage au mensonge… »

Viviana leva les yeux au ciel. Heng avait le don pour jouer au vieux sage et pour donner des conseils… Mais dans le fin fond, c’était un compagnon loyal qui n’avait jamais failli au combat. Il avait tout un caractère et il était plus malin qu’il ne pouvait en avoir l’air… Et la petite bête faisait avec sa pipe les plus beaux ronds de fumée qui soient. Heng était plus qu’une simple créature. Il était… Une curiosité certes mais également un membre d’équipage à part entière. Luhiel le découvrirait bien vite… Car ni l’officier en second de Lynch ni son compagnon ne la lâcherait d’une semaine désormais. Du navire à la forteresse des malarians, Luhiel aurait deux ombres supplémentaires qui la suivraient… C’était une certitude.

Les règles? Les pirates ne se pliaient qu’aux leurs. Les lois? Il n’y avait pas de loi chez les sans loi. L’honneur? Il y en avait plus chez ces pirates que chez la grande majorité des gens en Érade ou en Orient. Oui, les malarians étaient une force à ne pas défier… Mais les membres de la « famille » de Viviana ne se gêneraient pas pour suivre Luhiel en enfer s’il le fallait. « Là où l’on va, tous nous allons. » Voilà une des devises des hommes et des femmes qui servaient avec Viviana. Combien de fois avaient-ils faillit périr en restant sur place pour sauver un des leurs? Combien de fois avaient-ils bravé la mort pour se protéger les uns les autres? Luhiel s’en doutait peut-être mais elle était tombé sur une bande plus structurée et plus solide qu’une société secrète ou ces ordres comme les malarians… L’individualité existait certes mais le collectif était tout. La notion de propriété privée était là mais tous étaient prêts à sacrifier leurs possessions pour le salut d’un des leurs… Heng avait laissé un bon morceau de queue pour sauver Qiao Rong (elle avait repoussée de puis mais le geste y était). Qiao Rong avait donné de son sang pour sauver Lynch lors d’une transfusion. Lynch s’était prit une balle pour protéger un Ogun agonisant. Ogun s’était prit la déflagration d’un baril de poudre pour sauver Jarvis. Jarvis avait été capturé et torturé par l’ennemi pour permettre à Viviana de fuir. Viviana...

En définitive, tous se serraient les coudes et jamais plus Luhiel ne serait complètement seule. L’équipage de Viviana n’était pas du genre à revenir sur ses promesses de toute façon. La vierge de feu cherchait d’ailleurs quelque chose à répondre à la malarian, tant suite à son premier que son second commentaire… Mais elle fut prise de court dans son initiative par Heng. Apparemment la petite créature avait de quoi répondre à Luhiel… En fait, Heng avait toujours de quoi répondre à tout et n’importe qui… C’était un état de fait et pratiquement une vérité absolue qui en faisait sourire plus d’un chez les pirates… Qu’une si petite créature puisse parler autant en étonnait plus d’un…


« Les événements forgent les hommes comme les hommes forgent les événements. Il est par conséquent essentiel de savoir développer certains traits pour savoir s’adapter à cette réalité et pas seulement y survivre. Ce sont des mots bien flatteurs venant d’une telle rose dont les épines acérées poignardent tant l’ennemi que son propre esprit… Sous les sombres et tristes et secrets qui sont votre se cachent d’aussi belles merveilles. Il suffit d’avoir l’œil pour les voir, ce qui est mon cas… »

Qiao Rong parla à son compagnon reptilien dans un dialecte oriental et ce dernier lui répondit dans la même langue, sans se donner la peine de traduire. Les deux commencèrent un court échange sous le regard inquisiteur de Viviana qui bien que parlant le dit dialecte resta curieuse quant au pourquoi les deux ne parlaient pas dans une langue que Luhiel comprendrait. Il était question d’elle après tout… Et en termes plutôt flatteurs il fallait l’avouer. D’un autre côté… L’officier en second de Lynch n’était pas réputée pour être une grande bavarde, préférant laisser cela à son compagnon à quatre pattes… Et quand elle parlait, d’ordinaire, c’était sans censure et en se moquant bien de qui pourrait entendre. Pourquoi ce genre de secrets alors? Allez savoir… Désignant Luhiel du doigt, l’orientale prit la parole… D’un ton que l’on ne s’attendrait pas à entendre d’une femme pirate ou tout du moins, d’une personne comme elle portant tatouages mais point de cicatrices… Ce qui témoignait de ô combien elle était mortelle… Et c’était encore dire peu quand on connaissait le personnage…

« À porter autant de cicatrices, je me demande effectivement pourquoi elle n’aurait pas besoin de protection supplémentaire. Ceux qui vivent et survivent face à l’adversité mérite toute l’aide qu’on peut leur offrir. Ceux qui marchent sur le mince sentier du devoir on le droit à tout le support nécessaire pour ne pas basculer sur les sentiers de la haine, de la vengeance… Ou de l’abandon… »

Le ton avait été d’une rare douceur, pratiquement un murmure, réconfortant mais pourtant laissant entrevoir l’éclat d’acier de la tueuse derrière la femme. Si la plupart des hommes et des femmes servant sous Viviana n’avaient pas nécessairement de gros dossiers criminels… Qiao Rong elle avait laissé derrière elle suffisamment de sang pour remplir une fois au moins de la cale au pont le navire de sa capitaine. Née pour être tueuse dans une famille d’assassin, elle avait trouvé sa salvation en son compagnon à écailles puis en Viviana et son groupe. Plusieurs disaient que la tueuse voyait des choses que les gens ordinaires ne voyaient pas… Et ces paroles un brin cryptique semblaient tendre en ce sens également… Lynch le premier avait prit Qiao Rong comme bras droit afin de mieux comprendre cette mystérieuse femme et les deux étaient vite devenus très près l’un de l’autre. Plusieurs disaient que Lynch avait été un baume pour le cœur de l’assassin… Mais personne ne pouvait en être certain.

Ce qui était sûr et certain, c’était que la tueuse et Heng semblaient voir des choses qui se situaient au-delà des apparences en Luhiel. Viviana voulut passer un commentaire quand elle fut derechef coupée par quelque chose… Un bruit dans la végétation à la droite de Luhiel. Apparemment, Qiao Rong et Heng avaient entendu eux aussi… Et le trio de pirates adopta une posture défensive, prêts à affronter l’ennemi éventuel qui pourrait se présenter à eux. Évidemment, ils étaient prêts à faire front commun avec Luhiel : hors de question de la laisser seule, exposée au danger, malarian ou non!


« Vous avez entendu? Nous ne sommes pas seuls sur cette île… »
Revenir en haut Aller en bas
Luhiel Symanth

Luhiel Symanth

Féminin
Nombre de messages : 204
Age : 30
Camp : Malarian
Date d'inscription : 04/09/2009

MessageSujet: Re: Luhiel les petits bateaux qui vont sur l'eau ont-ils des jambes? (PV Luhiel)   Sam 13 Mar - 2:49

Luhiel fut au prime abord totalement abasourdie par non seulement la volubilité mais aussi l'éloquence admirable de Heng. C'était passionnant de voir à quel point ceux qui trop souvent étaient considérés comme inférieurs parlaient avec bien plus de sagesse que la plupart des bipèdes. C'était un peu comme Polgara, bien que elle se soit un peu différent. La chimère qu'elle avait rencontré tenait plus de l'animal que de l'humain, mais le fait est qu'elle était très singulière et touchante à sa façon. Penser à sa vieille amie la fit sourire, tandis qu'assise dans le sable elle écoutait attentivement les paroles du reptile. Que dire à ça, que répondre? Était-ce vraiment utile et constructif?

- Ce n'est pas totalement faux et pas totalement vrai... Le pire ennemi que l'on puisse trouver c'est soi-même, car celui qui se bat contre lui-même ne vainc jamais.

Sa réponse était doublement choisie... D'une part parce qu'elle ne savait pas trop quoi répliquer au niveau de cette nouvelle compagnie plus ou moins imposée, et d'autre part parce que son commentaire était des plus judicieux tout simplement, surtout en parlant d'elle. Luhiel savait ce qu'était de combattre sans cesse son passé, d'assister à l'affrontement entre ce que l'on était et ce que l'on avait été. Parfois elle se disait même qu'elle était dangereuse pour les autres, car le fait est que par le hasard ou par la force des choses trop de gens l'ayant côtoyée de près finissaient par disparaître. Évidemment elle ne mourrait pas d'envie que ces deux là finissent par suivre cette morbide tendance...
Se rendant compte de l'esprit solidaire qui existait entre les pirates et qui probablement finirait par lui être dirigé également, la Malarian demeurait tout de même assez aveugle concernant leur détermination à le lui montrer. Il fallait dire que bien qu'elle ait vécu en communauté à la cité Mannam, elle en demeurait pourtant quelqu'un d'assez lunatique et aimant se retrouver sans bruit et sans être dérangée. Habitude sans doute... Mais les paroles de Heng la firent sourire avec un brin d'ironie. Oui ce qu'il disait était vrai, elle ne pouvait le nier. Il y avait peut être un brin de poésie qui était superflue lorsqu'il s'agissait de décrire quelqu'un comme elle, mais son côté passionné de comptes et autres légendes ne pouvait qu'apprécier. Cet étrange orateur devait avoir un sacré œil en effet, parce qu'autrement il était difficile de concevoir comment il pouvait voir de telles merveilles utopiques. Sachant parfaitement qu'il était inutile de protester elle le laissa dire et préféra maintenir le silence afin de ne pas s'engouffrer dans un débat stérile.

Se rendant compte que Qiao Rong et son ami à quatre pattes étaient en train de mener des messes basses qui malgré le fait qu'elle l'entende grâce à son ouïe ne lui étaient pas compréhensibles étant donné le dialecte étranger, Luhiel ne s'en mêla pas. La curiosité la titillait, mais après tout ils devaient bien pouvoir avoir des secrets malgré qu'il soit évident qu'ils parlaient d'elle. Finalement lorsque leur petite réunion improvisée sembla terminée, Qiao prit la parole pour la première fois, faisant preuve de maturité, de franchise et de peu de doigté. Bon on va dire qu'on ne pouvait pas tout avoir... Ils voulaient la préserver des sentiers pour ainsi dire malfamés, mais le plus ironique c'était que quelque part elle s'y plaisait depuis longtemps déjà. La haine pas vraiment, mais pour ce qui était de la vengeance et de l'abandon... c'était un peu tard. Pourtant l'épéiste ne regrettait pas du tout ses choix, au contraire. Si tout était à refaire, elle n'aurait rien changé. Les remords oui peut être, mais des regrets elle n'en avait pas.

- Vous vous inquiétez bien plus que vous ne devriez. Ce n'est pas non plus comme si j'avais fait quelque chose qui justifie qu'on veuille attenter à ma vie de manière régulière. Seuls les démons et les ombres m'en veulent sûrement, mais uniquement par mon statut, rien de personnel. Je ne crains rien puisqu'aucun d'entre eux ne sait que je suis Malarian.

C'était un discours qui se voulait pacificateur mais qui rapidement fut détourné par son sens du danger. L'attention de la guerrière fut attirée par quelque chose de bizarre qui se déplaçait sans trop de discrétion dans les fourrés. On dirait que soit c'était quelqu'un de peu discret, soit justement il prenait la peine de s'annoncer afin de ne surprendre personne. Fronçant les sourcils avec scepticisme, la Blondine regarda dans cette direction pour scruter les mouvements qui pouvaient devenir agressifs à tout instant. Tout cela était trop étrange... Se pouvait-il qu'une bête autochtone se soit sentie dérangée par l'ambiance conviviale et festive de l'équipage?? Une fugace tâche blanche fuit l'espace d'une seconde, suffisante pour que Luhiel ait la puce à l'oreille. Se pourrait-il que... Humant l'air en renâclant des narines, la demoiselle n'en crut pas ses sens, et se tourna en direction des bruits pour s'approcher lentement et avec prudence. On ne sait jamais qu'elle prenne ses désirs pour des réalités... Mais la réponse vint bien assez vite, lorsqu'un immense fauve à la fourrure immaculée lui sauta dessus et la renversa en posant les pattes sur ses épaules. Ils roulèrent alors sur plusieurs mètres comme pour lutter de leur force puis finalement couchés sur le côté, ils demeurèrent immobiles en se regardant dans les yeux. Ce fut alors une Luhiel ébahie qui balbutia totalement sonnée (par les événements et non par l'étreinte musclée) qui contemplait cette bête les yeux brillants. Bientôt ce fut un sourire d'oreille à oreille qui prit place sur ses traits, comme jamais on ne le lui avait vu:

- Impossible... Asha qu'est-ce que tu fais ici ???
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Luhiel les petits bateaux qui vont sur l'eau ont-ils des jambes? (PV Luhiel)   Mar 16 Mar - 20:24

Le trio de pirates se regarda, incrédules, se demandant si ce qu’ils voyaient était réel ou une belle hallucination collective. Qiao Rong laissa attendre un juron oriental qui n’avait besoin d’aucune traduction et elle fit référence à quelque chose comme la consommation d’alcool et Heng fit de même, en même temps, mais à propos de ce qu’il fumait. Seul Viviana demeura interdite, sans trop dire quoi que ce soit. Elle se décida finalement pour une approche prudente, esquissant un geste de salutations à l’adresse du fauve. Après tout… Luhiel semblait lui faire confiance, il n’y avait donc pas de raison pour une méfiance excessive. Un coup de sifflet venant de la mer la rappela à la réalité et elle se retourna : Lynch venait d’annoncer la fin de la baignade et sagement, tous les pirates remontèrent à bord, se rhabillèrent et reprirent le travail. Le trio, la malarian et le fauve furent donc les derniers à remonter… Et ils furent accueillis par un cri particulièrement suraigu… Le genre de cri qu’une femme hystérique aurait poussé. Le problème? Ce n’était pas une gorge de femme qui avait poussé le cri…

En moins de temps qu’il n’en faut pour dire « zut », Jarvis avait escaladé la mâture pour se réfugier dans le poste de la vigie, tremblant de tous ses membres. Le pauvre avait une peur viscérale des grands félins suite à une rencontre plutôt vigoureuse avec l’un d’entre eux quelques années plus tôt… Sans les talents du médecin de bord, exceptionnels de surcroit, Jarvis aurait quitté ce monde pour un autre… Évidemment, Vviana tenta de le raisonner, argumentant sur le fait qu’il était inacceptable qu’il se comporte ainsi devant des invités. Jarvis persista, refusant catégoriquement de redescendre. Viviana insista, soutenue par Lynch et devant un nouveau refus, Ogun décida de s’en mêler, secouant le mat comme un prunier, tenta de déloger Jarvis de son perchoir. Rien n’y fit : Jarvis resta retranché tout là haut. Lynch, haussant les épaules, fit savoir à Viviana que la faim le forcerait à descendre… Avant qu’il ne pousse un juron particulièrement coloré quand l’hameçon d’une ligne à pêche venu du ciel se planta dans la pomme qu’il était en train de manger. Jarvis était un jeune homme plein de ressources… Et il prouvait encore son point. Ah mais c’était qu’il était têtu quand il s’y mettait le petit!

Ce fut ensuite au tour de Heng de causer tout un raffut quand il s’approcha de la bête et qu’il manqua de se faire frapper par une patte griffue et velue. Jurant de toute la force de ses petits poumons, il fallut que Qio Rong le tienne de ses deux mains pour l’empêcher de se jeter sur le fauve pour tenter de le mettre en pièce. La petite bête, lorsqu’elle mordait, ne relâchait sa prise que lorsqu’elle le désirait. Certains disaient que même morts, ces reptiles ne lâchait jamais prise… Et si Heng avait décidé de mordre le chat sauvage (domestiqué) de Luhiel, il aurait sans doute fallut soit des arguments sans faille ou amputer la bête pour que Heng consente à rouvrir ses mâchoires. Mais bon, l’orientale avait l’habitude du tempérament volcanique de son compagnon à écaille et quand elle lui présenta sa pipe en terre cuite favorite, il se calma du tout au tout et la fumée sembla dessiner des caractères dans le dialecte natif de Qiao Rong… Des insultes en fumée pour carnivore affamé. Excédée, Qiao Rong amena Heng avec elle… Sans s’excuser de quoi que ce soit. Pour l’orientale, s’excuser était un signe de faiblesse…

Quand le calme revint à peu près sur le navire, Viviana assura à Luhiel qu’elle et son compagnon étaient les bienvenus et qu’elle se chargerait elle-même de faire un peu d’ordre dans tout ce bazar, pour s’assurer que Luhiel passe un séjour agréable. Riant un peu, elle expliqua à Luhiel qu’à vivre constamment si près les uns des autres, « les autres », le monde extérieur, finissait par devenir aussi exotique et étrange que les îles les plus reculées et les moins connues… Elle lui promit également que d’ici les prochaines vingt-quatre heures, elle aurait droit à un peu plus de… Normalité, de la part de ses fidèles subordonnés. Disant cela, elle jeta un œil vers la cachette de Jarvis, se demandant bien comment elle s’y prendrait pour le faire redescendre… Mais bon, cela pourrait attendre et chaque chose viendrait en son temps. De cela elle en était parfaitement certaine : Jarvis finirait, après tout, par se faire plus sage et plus raisonnable…


« Il y a des jours où je me demande s’il n’y a pas quelque chose de défectueux dans sa tête… Ce type là bouge plus qu’une puce sur le café… C’en est hallucinant. Mais bon, je suppose bien qu’il finira par se rendre compte qu’il ne peut rester là haut éternellement : reste à savoir si c’est le bon sens ou autre chose qui le décidera. Le plus tôt sera le mieux, si tu veux mon avis… »

Délaissant momentanément Luhiel pour s’assurer que le reste de l’équipage travaillait adéquatement, elle laissa de ce fait du temps à la malarian pour faire connaissance avec ses deux protecteurs attitrés… Revenus entre temps une fois Heng bien calmé. Sans un bruit, sans un son, sans que l’on puisse vraiment s’apercevoir de leur présence, Luhiel ne les remarqua donc que lorsque Qiao Rong se racla la gorge. De vrais fantômes ces deux là… Un duo d’assassins des plus efficaces de surcroit. Certains se demandaient même si Qiao Rong n’était pas une ombre… Auquel cas l’orientale répondait systématiquement par un regard glacial. Seul une poignée de personnes au sein de l’équipage savait ou plutôt avait une bonne idée de qui était Qioa Rong, incluant dans l’ensemble son passé et certains secrets plus sombres… « Ne me pose pas de questions et je ne conterai pas de mensonges… » C’était quelque chose qui s’appliquait bien à la pirate, bien que dans son cas, le mensonge se traduise plus par finir avec un couteau sur la gorge de l’autre. Le proverbe devenait donc : Si je te le disais, ce serait pour ensuite te tuer… De quoi donner des frissons certes mais le fond n’était pas mauvais pour autant. Si Qiao Rong était dans l’équipage de Viviana, ce n’était certainement pas pour ses beaux yeux… La jeune femme avait de très beaux yeux, certes, mais ce n’était pas un critère d’embauche au sein de l’équipage… Mais bon, continuer sur ce sujet nous éloignerait du but visé, à savoir, le fait que maintenant qu’ils étaient seuls tous les trois, le duo d’assassins comptait bien discuter un peu avec Luhiel… Et discuter, pour cette paire revenait à allier philosophie et questions personnelles…

« Maintenant que nous sommes dans une relative intimité, il serait sage de prendre le temps de faire plus ample connaissance, ne croyez-vous pas? Comme je le dis souvent… Qu’est-ce que la stupidité si ce n’est un manque d’intelligence? En fait, c’est une traduction littérale d’un dialecte oriental : intelligence fait référence aux renseignements, ce que des espions chercheraient à avoir, en fait. En clair… »

« Ce que Heng dit avec certains détour, je vais le résumer : y a-t-il des choses que nous devions savoir à votre sujet, Luhiel? Pour assurer une protection optimale, le mensonge et les secrets ne sont pas parties intégrantes d’une solution gagnante. Là d’où nous venons, c’est même tout le contraire… »
Revenir en haut Aller en bas
Luhiel Symanth

Luhiel Symanth

Féminin
Nombre de messages : 204
Age : 30
Camp : Malarian
Date d'inscription : 04/09/2009

MessageSujet: Re: Luhiel les petits bateaux qui vont sur l'eau ont-ils des jambes? (PV Luhiel)   Jeu 6 Mai - 1:59

L'incrédulité fit très vite place à la joie directement causée par ce qui semblaient d'étranges retrouvailles. Si évidemment leur brève lutte tenait davantage de l'affrontement que de l'étreinte amicale, il fallait peut être considérer le fait qu'aucun des deux n'avait voulu blesser l'autre. Ils s'étaient contentés de rouler en mesurant leurs forces, comme dans un bras de fer animal qui semblait être une vieille habitude. C'était aussi la preuve que même si Asha pouvait par moments avoir des airs d'une grosse peluche, il n'en était rien et il ne fallait surtout pas s'y fier. Puissant et d'une taille imposante, c'était un tigre mâle de trois mètres de long et de presque 300 kilos de muscles. Plutôt décourageant pour un animal domestique, ce qu'il n'était de toute façon aucunement. Mais ce qui intriguait Luhiel en ce moment, au delà du sourire inhabituel qu'elle affichait, c'était de savoir comment et surtout pourquoi Asha l'avait suivie. Car nul doute était possible à ce sujet, si il avait quitté son domaine de prédilection sur la terre ferme, c'est qu'il avait voulu la retrouver...

Un cri attira pourtant leur attention, et les oreilles d'Asha frémirent à ce son aigu et peu harmonieux. Ce fut une bien étrange façon de retrouver la réalité et réaliser une nouvelle fois qu'elle était nue et pleine de sable. Souriant à nouveau face à l'hilarante persistance des pirates à essayer de déloger Jarvis de sa cachette, Luhiel ne put s'empêcher de faire quelque chose qui lui était pourtant impensable depuis des lustres... Elle posa une main autour du cou du félin, et le serra doucement contre elle. Grognant tout bas comme pour émettre une protestation on dirait qu'il le faisait plus par orgueil qu'autre chose, étant donné qu'il ferma ses paupières un instants, et ne se déroba pas à l'étreinte. En fait tout cela pouvait paraître anodin mais ne l'était pas... la vérité c'est que dans ses jeunes années, après le départ de ses frères, Luhiel n'avait eu qu'un seul véritable ami et confident... en l'être doté de quatre pattes griffues ici présent. Ils avaient développé un attachement certain et tacite l'un pour l'autre, et ils se retrouvaient une fois par an, pendant la seule semaine de permission que lui accordait sa formation Malarianne. Pourtant jamais le paladine ne s'était permis de considérer Asha comme un gros chat à son service... Le respect pour sa liberté était tout simplement la condition sine qua non à leur bonne entente. Si l'on ajoutait à cela une très vieille dette d'honneur, on avait à peu près une idée concrète de ce qui les unissait.

Mais bien rapidement Luhiel faillit tomber visage le premier dans le sable, car Asha avait trouvé une petite chose à écailles qui bougeait d'une manière irritante et incessante. Ne connaissant que la loi de la nature, le tigre blanc n'était pas particulièrement d'une grande patience et n'aimait surtout pas être dérangé lorsqu'il était occupé. L'intervention de Luhiel d'un côté et de Qiao Rong de l'autre fut nécessaire afin que l'on retrouve un semblant de calme qui pourtant elle le savait, risquait de ne pas durer bien longtemps étant donné les différents tempéraments éruptifs des présents. Soulagée que Viviana lui propose d'elle même d'emmener Asha avec eux, elle la remercia à n'en plus finir mais se vit confrontée à une autre contrariété pour le moins contraignante. Parvenir à convaincre Asha de nager jusqu'au bateau. Il ne fallait pas être doté d'une grande culture générale pour savoir que les félins et l'eau ne faisaient pas bon ménage... Ce qui valut au moins un bon quart d'heure de négociations intenses avant qu'elle n'arrive à ce qu'elle voulait. Le trajet fut plutôt rapide et Luhiel transporta son ami sur son dos afin qu'il ne panique pas trop... ce qui lui valut tout de même quelques griffures sur les épaules. Après tout chacun avait ses limites, et Asha réputé pour son courage avait également ses points faibles. Une fois revenue à bord elle enfila illico son armure, ce qui déjà la fit se sentir plus à l'aise. La discussion avec Viviana fut agréable, bien qu'une paire d'yeux félins ne cesse de les épier à tout moment. C'était habituel chez lui et il faudrait s'y faire... Asha était un garde du corps obsessionnel et n'attendait pas l'avis de Luhiel pour s'exécuter. Cependant comme il sentait que sa complice était détendue malgré la présence de tous ces gens, il se tenait tranquille...

- Je suis désolée pour Jarvis, je ne voulais pas causer autant de raffut en venant ici... bien que je doive dire que je ne regrette pas le moins du monde. Pour ce qui est de le faire redescendre, je pense qu'il faudra tôt ou tard qu'il affronte sa peur, et avec un peu de chance il parviendra à la dépasser.

Elles discutèrent plusieurs minutes, puis finalement Viviana s'en fut régler différentes affaires dont elle avait la charge. Alors pendant quelques temps Luhiel parla à un Asha impassible, qui attentif surveillait tout le monde avec zèle.

- Tu vois la deux-pattes qui a des cheveux qui brûlent? C'est elle la chef du groupe. Nous nous sommes des visiteurs alors nous devons respecter leurs règles... Oh et puis ne fais pas la tronche hein! Tu as voulu venir alors maintenant tu n'as pas le choix. D'ailleurs... Pourquoi tu m'as suivie, et comment tu as retrouvé ma trace??

- Rrrrr.

Un bruit grave et profond venant du fond de sa gorge qui n'avait pourtant rien d'agressif. C'était un peu sa manière de communiquer tant qu'il n'essayait pas d'entrer en contact télépathique avec Luhiel, ce qui évidemment demandait beaucoup de calme et de concentration. Au fond il lui manifestait juste sa protestation, il râlait et évitait par là de devoir donner un semblant de justifications... Haussant finalement les épaules (toujours douloureuses) en comprenant que pour l'instant il était trop tôt pour obtenir des réponses, Luhiel écouta les formulations redondantes de Heng, qui était d'ailleurs toujours dévisagé par un Asha ne demandant qu'à terminer ce qu'il avait commencé. Toutefois il était encore mouillé de sa baignade forcée et n'était pas au mieux de sa forme pour ça... bien qu'il ne l'admette jamais.

- Des choses à vous dire? La seule chose qui m'apparait évidente c'est qu'en tant que Malarian si je croise Ombre ou un Démon il est quasi inévitable que nous n'en venions à un duel à mort, mais à part ça... Je crois que je n'ai pas d'ennemis personnels. Ah si, mon père. Mais bon je doute qu'avec l'âge qui ne pardonne pas il soit encore capable de poser problème... Et vous, avez vous des ennemis, outre évidemment les autorités Otianaises qui désormais vous chercheront des poux...[b]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Luhiel les petits bateaux qui vont sur l'eau ont-ils des jambes? (PV Luhiel)   Jeu 6 Mai - 2:59

Le reptile et l’assassin se regardèrent longuement, se demandant quoi répondre à Luhiel. Si le passé était le passé, la mémoire elle était tenace… Et certaines familles de victimes, elles, ne leur pardonneraient rien. Diverses organisations en divers points du globe voudraient aussi leur mort et un nombre presque incalculable de candidats pourrait venir… Pimenter le quotidien de ce duo. Sans compter que… C’était quelque chose de particulier que l’orientale ne discutait pas ouvertement et avec tout le monde… Mais elle avait du sang de démon dans les veines. Sa mère, des années plus tôt, avait été violée par un démon, justement, et plutôt que se débarrasser de l’enfant, elle l’avait élevée comme l’enfant qu’elle avait toujours voulu avoir… Il était curieux que Luhiel n’ait pas encore détecté la chose… Car l’impitoyable assassin dévoilait une partie de sa nature quand venait le temps de se mettre en chasse et de tuer. Heng, de son côté, était un peu une sorte de gardien, pour empêcher Quiao Rong de faire trop de mal ou de dégâts voire pire, de se laisser consumer par son héritage démoniaque…

Ne désirant pas répondre, la jeune femme se contenta de laisser échapper quelque chose dans son dialecte natal qui fit que Lynch, passant à proximité entre deux séries d’ordres donnés, s’arrêta sur place comme foudroyé tout en regardant alternativement Luhiel et l’assassin. En tant que second du capitaine, il savait énormément de choses sur l’équipage… Sur Qiao Rong en particulier… Mais jamais il n’avait vu la jeune femme aussi… Perturbée? Se ressaisissant rapidement, il couru presque trouver Viviana, laissant derrière lui un tigre et sa maîtresse à tout le moins surprit. Heng, resté derrière, se racla la gorge et prit à nouveau la parole, parlant dans son style ampoulé…


« Quand on pose une question, il faut s’attendre au silence des réponses masquée par les ténèbres d’une nuit du passé et savoir s’en accommoder pour voir le lendemain ensoleillé. Dans le cas qui nous intéresse, la pureté est la quête de l’ignorant et elle nous servira de leçon pour comprendre ce à quoi vous risquez d’être confrontée, jeune Luhiel. Il ne faut jamais juger un manuscrit à sa couverture… Et si la sagesse de notre chef nous échappe parfois, il faudrait être plus qu’une malarian pour accepter la vérité… Dans toute sa plénitude. »

Sur ces énigmatiques paroles, le reptile s’en alla rejoindre sa maîtresse et ce fut au tour de Viviana de rejoindre la paire. Une Viviana… Nerveuse, ce qui n’augurait rien de bon. Faisant signe à Luhiel de la suivre, ne se formalisant pas du fait que le tigre suivrait sans doute, elle les amena dans sa cabine qu’elle verrouilla à double tour. Soupirant, elle invita Luhiel à prendre place et elle prit ensuite la parole d’un ton étrangement las… Bien que teintée de la vie qui habitait presque toujours les propos de la capitaine pirate, habitude oblige. Apparemment, elle en avait long à dire… Ou alors quelque chose de suffisamment important pour exiger ces mesures.

« Je ne te mentirai pas Luhiel. Tu ne vas pas aimer ce que tu vas entendre. J’ai donné pour tâche à deux de mes meilleurs éléments de te protéger… Mais cette excellence, pour l’un d’entre eux a un lourd prix et je suis surprise que tu ne t’en sois pas rendue compte. Pour le dire sans tourner autour du pot… Qiao Rong est à demi démon. Sa mère s’est fait violer par une de ces créatures et elle a ensuite enfanté. Voulant donner sa chance à sa fille, cela a donc donné Qiao Rong plus ou moins comme on la connaît aujourd’hui. Je te demande, au nom de l’amitié ou simplement du respect humain… Ne la juge pas sur ce qu’elle est. Je sais que les malarians traquent et exterminent tout ce qui touche de près ou de loin aux ombres et aux démons… Mais ne t’en prends pas à elle… Je préfère encore que tu t’en prennes à moi. »

Marquant une pause pour que Luhiel digère l’information, elle alla chercher une soucoupe, deux verres et une bonne bouteille d’alcool… Et une autre de lait qui bien sûr nécessita un détour vers un coffre magique ardant les choses à la bonne température. Posant l’ensemble sur son bureau, elle servit la guerrière, sa peluche puis sa personne, avant d’être interrompue par des bruits venant de l’extérieur. La voix de Lynch, parfaitement audible, qui tentait de dissuader quelqu’un d’entrer, la voix de Heng, qui parlait dans un dialecte oriental, semblant poursuivre le même but puis une exclamation de surprise mêlée de douleur de la part d’Ogun. La porte vibra sur ses gonds… et finalement elle en sortit, livrant passage à Qiao Rong qui avait troqué l’expression neutre pour celle de la colère et qui était en armes et en armure légère. Sa… Tenue de travail, en quelque sorte. Viviana se leva à demi pour exiger des explications et une dague vint se planter sur son bureau, devant elle, la dissuadant de poursuivre son geste.

« Capitaine, je n’ai besoin de personne pour justifier ce que je suis. Je suis une bâtarde et je ne veux ni miséricorde ni pitié de qui que ce soit. Vos intentions sont nobles… Mais si votre estimée invitée tient vraiment à suivre à la lettre les enseignements qu’elle a reçu, nous allons en finir ici et maintenant avec ce… Fait inchangeable comme quoi je suis à demi démon. »

Se tournant vers Luhiel, l’assassin la regarda, de son regarda trahissant maintenant ses origines croisée et elle prit la parole… D’un ton froid qui ne manquerait pas de lui rappeler son frère, le général Caym Symanth. Il y avait cette froideur inhumaine, cette détermination sans faille… Ce je ne sais quoi qui inspirait crainte et respect…



« Ce qui nous amène à toi, Luhiel Symanth. Peux-tu, oui ou non, faire confiance à une personne portant le sang de ce que tu traques et élimine… Ou est-ce que la mort sera seule juge de qui a raison et qui a tort? Ma vie, je l’ai toujours mit de l’avant pour défendre mes frères et mes sœurs d’armes. Selon notre capitaine, tu en fais partie. Je suis donc prête à mettre ma vie sur la table pour te protéger. Cependant, je ne protège ni les fanatiques, ce que sont certains malarians, ni ceux qui sont incapables d’accepter que je puisse être différente. Tu voulais savoir, Luhiel, si Heng et moi avions des ennemis? Je suis l’ennemi, quand mon côté démoniaque se fait trop fort pour moi… »

Pour ajouter à la situation déjà tendue, Viviana venait de sortir un pistolet… Pointé en ce moment sur Qiao Rong. Elle était prête à sauver Luhiel et mettre un froid dans son équipage car elle avait confiance en Luhiel comme elle avait confiance en Jarvis, Ogun, Lynch ou Qiao Rong… Sans oublier Belgarath, évidemment, qui était une figure à révérer également. Toutes les cartes étaient entre les mains de Luhiel… Et la donne était des plus élevées. En fait… Il y avait au minimum une vie sur le tapis… Si ce n’était pas plus. C’était une véritable poudrière… Et Luhiel avait à la fois les mèches et l’allumette entre ses mains…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Luhiel les petits bateaux qui vont sur l'eau ont-ils des jambes? (PV Luhiel)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Luhiel les petits bateaux qui vont sur l'eau ont-ils des jambes? (PV Luhiel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La destinée de l'Erade :: La Destinée de l'Erade :: ARCHIVES :: Archives RP-
Sauter vers: