La destinée de l'Erade
Bienvenue à toi, étranger !
Œuvre du hasard ou du destin, tu viens d’arriver aux portes d’un monde nouveau, celui d’Erade ; un univers aux secrets innombrables où cohabitent des cultures différentes et où la magie se lie à chaque être, dés sa naissance. Tu connaitras l’amour, l’amitié et de grands moments que tu n’oublieras jamais mais aussi de la tristesse, une noirceur dont tu ne te connaissais pas l’existence et qui sommeille pourtant en toi. Ce monde possède des horizons différents, des histoires liées entres elles et tu apprendras par la suite que rien n’arrive par hasard. Tu peux fuir ou rejoindre l’aventure mais n’oublie jamais qu’ici, chacun de tes actes changera le cours de notre histoire, celle que l’on écrit tous ensemble, la destinée de l’Erade.



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La battue [PV Luhiel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Polgara

avatar

Féminin
Nombre de messages : 21
Age : 30
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: La battue [PV Luhiel]   Mar 20 Oct - 16:17

Courir, toujorus courir, toujours plus vite toujours plus loin et déjà j'entends les cor se rapprocher, leurs chiens me pistent comme un animal sauvage mais après tout je suis un animal, de nombreuses rumeurs et contes courent sur la louve aux dents d'argent qui déchiqueta des "honnêtes" citoyen de la citée royale. Depuis ce jour je cours pour leur échapper mais restant à jamais dans le territoire d'Amilian car un sentiment indeflectible me retiens à la citée des elfes, pourtant plus jamais je n'y suis retourné, je me demande comment va ma mère, elle une elfe immortelle, j'espérais seulement qu'elle n'avais pas mis fin à ses jours...

J'entends leurs voix, non ils se rapprochent, que puis je faire face à cette vingtaine d'homme armés d'épées et d'arc, je ne suis qu'une louve aux crocs d'argent et à la fourrure d'acier, il fait presque nuit, bientôt je pourrais passer innaperçue disparaitre dans les ombres, perdre leurs chiens, les sons et les vents seraient là m'aidant. Mais l'astre du jour ne me favorisait en rien, les bois épais n'étaient pas un refuge sur. Pourquoi en étais je arrivée là? Ce lapin avait l'air si appétissant, il était presque à ma merci, comme une sorte d'offrande sur un plateau, jeune et vif il aurait été délicieux, mes crocs n'en auraient fait qu'une bouchée mais voilà ces humains sont plus intelligent que je ne le pensais et leur filet m'avait prise au piège, sans mes crocs je serais déjà morte mais voilà le filet était fin et j'avais réussie je m'étais enfuie. Désormais je courrais voilà plus de 3h déjà et la fatigue se faisait ressentir, bien je ne serait plus qu'une peau accrochée dans la cabane de l'un de ces chasseurs, mais mon instant me disait de courir, toujours plus rapidement jusqu'à saigner des pattes si cela s'avérer nécessaire, d'ailleurs mes coussinés étaient déjà en sang, ma langue pendait haletante. Un ruisseau? Je vais pouvoir le suivre et peut être semer leurs cabots et cette eau fraiche nettoye mes blessures je tente tant bien que mal de ne pas glisser, mais l'eau fait du bruit et elle me ralentit, je ne peux pas rester plus lontemps, je les entends, non ils se rapprochent encore plus. Je pourrais leur faire face mais j'en tuerai moins que le nombre de blessures qu'ils m'infligeraient...

Qu'est ce que? Des ruines? Je suis perdue, ils m'ont encerclé dans quelques secondes ils seront là, je sents leurs odeurs, déjà ils crient victoire, déjà ils pensent harponner ma peau, voilà le premier qui arrive, je vois son regard, dans ses yeux je peux y lire la victoire alors que dans les miens, bien qu'ils semblent être ceux d'un humain il n'y a que de la peur, de la crainte, mon pouvoir va se réveiller, déjà de mes narines sort un souffle chaud, mais que vais je faire face aux archers? Voilà la première flèche est partie de son arc... je vais mourir
...
Revenir en haut Aller en bas
Luhiel Symanth

avatar

Féminin
Nombre de messages : 204
Age : 30
Camp : Malarian
Date d'inscription : 04/09/2009

MessageSujet: Re: La battue [PV Luhiel]   Dim 25 Oct - 17:06

Ici tout n'était que silence. Les arbres étaient comme des colosses verdâtres dont les ramures s'étendaient en des voûtes naturelles, comme si leurs bras se reliaient entre eux et s'effleuraient sans pourtant jamais se toucher. C'était un dialogue silencieux et pourtant éloquent qui unissait chaque être dans cet endroit si particulier et qui enveloppait chaque créature qui avait la chance de pouvoir à la fois parcourir ces contrées, et être un minimum en communion avec la Nature. Pour les quelques élus et les érudits qui étaient parvenus à faire abstraction de leurs ambitions personnelles pour se pencher sur quelque chose de plus abstrait et complexe que leur petite personne. Bien sûr par les temps qui couraient trouver une créature de n'importe quel horizon qui se prête à ses exigences était plutôt rare même chez les Malarians qui avaient pourtant un lien si étroit avec la déesse qui était comme leur Mère. Pourtant Luhiel s'y encadrait sans difficulté, voir peut être avec un peu trop de facilité, ce qui avait souvent conduit ses pairs à la voir exactement comme une sorte de bête sauvage. Certes oui elle avait vraiment quelque chose de félin c'était indéniable, mais de là à la juger incapable de se comporter de manière civilisée, il y avait quand même une certaine marge assez considérable... Que beaucoup préféraient ignorer.

Sortie des murs sacrés et secrets de la citadelle qui était aussi la sienne, Luhiel profitait à nouveau de cette solitude qui lui faisait tellement de bien. Plus de directives pendant un moment, plus de critiques, plus de regards inquisiteurs ou désapprobateurs, juste la paix et la quiétude apportées par cet agréable isolement. Pourtant elle sentait irrationnellement que cela ne durerait pas. Dans l'air il y avait comme quelque chose de familier, mais d'une manière affreusement désagréable... quelque chose qu'elle aurait largement préféré oublier. C'était cette excitation malsaine, cette affreuse envie injustifiée de verser le sang,...La chasse. Son ouïe sur-developpée lui permit d'entendre l'aboiement impatient des chiens, les pas lourds des différents poursuivants bipèdes qui les suivait dans l'espoir qu'ils les mènent vers leur proie... S'arrêtant net pour écouter plus attentivement, la demoiselle avait une expression sceptique mais inquiète. Tout cela lui rappelait bien des souvenirs enfouis loin dans sa mémoire, des épisodes peu glorieux qu'elle aurait été ravie de rayer si cela avait été possible... Mais malheureusement il n'en était rien. Comme à son habitude elle fut alors régie par ses réflexes et ses impulsions, ce qui la conduisit à entamer une course digne des plus grands coureurs en direction du cœur du problème. C'était périlleux et il n'était pas exclu qu'elle se prenne une flèche perdue, mais au nom de ses convictions personnelles, elle ne pouvait juste pas concevoir de rester cette fois en se doutant de ce qui se passait sans rien faire. Non... Jamais.

Détalant à une vitesse considérable, elle profitait des quelques jours de confort passés à la citadelle pour dépenser ces forces de manière utile. Il y avait sûrement un si ce n'est plusieurs animaux qui était traqués déloyalement, et tout cela devait prendre fin tout de suite. Parvenant finalement près de cet endroit ou plusieurs hommes semblaient encercler un loup aux airs fortement malmenés. Un si bel animal ne méritait pas un tel sort... Seule la Déesse savait à combien de morts de loups elle avait pu assister... c'était le gibier de prédilection de son père, alors tout ça lui était bien familier. Fort heureusement, les chasseurs ici présents ne semblaient pas des habitués, et étant donné leur arsenal on pouvait remarquer qu'ils étaient plus persistants qu'expérimentés... Se stoppant net entre le projectile et sa cible, elle dressa le plat de sa lame colossale pour l'intercepter. Ce fut assez aisément réussi bien que le timing fut très juste... L'air furieux, elle regardait les hommes, prête à en découdre à la moindre réclamation... et il y en aurait. Mais grand bien leur fasse, cela lui ferait un peu de sport. Reposant alors sa lame à terre mais toujours le plat servant de bouclier improvisé elle reprenait son souffle comme elle pouvait. Finalement elle leur dit calmement en ce qui sonnait clairement comme un avertissement:

- Allez vous en si vous ne voulez pas d'ennuis.

Elle avait une de ses mains posées sur la poignée de son épée pour être sûre de pouvoir réagir instantanément si jamais cela venait à dégénérer, ce qui était plus que probable et prévisible... mais elle ne semblait paradoxalement pas inquiétée le moins du monde. Les chasseurs était nombreux à travers l'Erade et c'était quelque chose à laquelle elle ne pouvait rien faire,... et ce pour ne pas mentionner leurs traits de caractère les plus fréquents. Oui ils étaient pugnaces, mais ils étaient aussi orgueilleux, arrogants, bornés et cruels. Mais pour l'instant c'étaient bien les deux derniers traits qui étaient problématiques étant donné les circonstances... Car ils ne lâcheraient jamais une proie pour aussi peu et surtout, si près du but. Enfin bon... un peu de manipulation et quelques mandales et ça devrait passer tout seul... Souriant ironiquement, elle s'adressa en murmurant à ce animal au pelage argenté en espérant que par un moyen ou un autre il la comprenne, ce qui était loin d'être impossible étant donné son lien si particulier avec les vivants.

- Fuis...
Revenir en haut Aller en bas
Polgara

avatar

Féminin
Nombre de messages : 21
Age : 30
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Re: La battue [PV Luhiel]   Dim 25 Oct - 20:48

Le trait fandait l'air, le parcourant à une vitesse hallucinante et je ne pouvais m'en détacher, mes deux yeux saphir ne pouvait se fermer pour prendre mes pattes à mon cou, bien au contraire, comme si je m'apprêtais à arrêter le trait, mais que pouvais je faire? mes crocs étaient puissants, mais ma vitesse ne suffirait pas, je voyais déjà la flèche transpercer ma tête, reprendrais je mon apprence humaine lorsque je mourrai ou resterais je à jamais louve, je serais alors dépecée ma tête serait peut être tranchée pour orner un quelconque mur, peut être même celui du Roi qui, dit on, serait à l'origine de la prime sur ma tête.
Mais alors que je voyais déjà la mort arriver devant moi ce fut un flash d'acier sur lequel la flèche s'écrasa telle une vulgaire brindille, une épée??
Esquissant un grand pas de recul devant cette arme je ne pris cependant pas la fuite, bien que mon instinct de louve me le dicte, en tant que semi elfe je savais que je n'avais rien à craindre de cette arme, elle brillait et passait à mes yeux pour une délivrance, celle qui avait mis fin à l'attente, celle qui avait finalement décider que je devrais vivre, un coup du destin? Oui surement, bien que je savais pas où tout cela allait nous mener je levai alros les yeux vers celui qui m'avait sauvé...

Au départ je ne vis que l'armure, brillante et puissante comme celle des guerriers de jadis il me prit dans mon coeur un sentiment d'être face à l'un de ces princes dont les livres relatent les histoires, délivrant la princesse d'une atroce malédiction, on semblait croire que ce prince était là pour moi, mais lrosque mon regard se posa un peu plus haut je vis des tresses blondes, aucun prince ne les avaient tressé ainsi, alors je me rapprochais de l'inconnue et je vis son profil, il s'agissait bel et bien d'une femme, mais son armure ne m'était pas étrangère, était ce l'un de ces guerriers Malarians dont les légendes elfes parlaient en bien de leur ancienne civilisation qui comme celle de mon peuple était décroissante? Des anciens guerriers capable des plus grands prodiges de l'univers, sauf que celui qui m'avait sauvé aujourd'hui était une femme, peut être était ce parce qu'elle m'avait sauvé, quoiqu'il en soit je lui trouvait des allures de reine guerrières, ces reines oubliées dont les légendes parcouraient encore mon peuple.
Quoiqu'il en soit elle s'adressa directement aux hommes qui avaient jusqu'à maintenant retenu leur souffle devant son intervention, mais cela ne dura pas, car les paroles de ma sauveuse sembla leur redonner quelque ardiesse, resserant de nouveau leurs armes dans leurs mains ils se mirent à approcher, riant doucement, d'autres bandir leurs armes, ils étaient assez basique, mais les hommes muent par leur instinct primaire sont les plus dangereux car les plus sauvages...


"Que comptes tu faire contre nous donzelle? La tête de cette louve est mise à prix pour le meurtre de plusieurs hommes au service de la sa majesté le Roi d'Amilian... mais nous pourrons nous amuser avec toi après..."

Je hérissais mes poils alors que la jeune femme se tourna vers moi me demandant de fuir, mais je ne sais pas quel miracle je parvins à la comprendre, peut être qu'elle comprendrait le langage des loups...

"Celle ci vous remercis de votre aide, mais elle ne compte pas fuir alors que l'on vient de lui sauver la vie, celle ci a une dette envers vous et ses crocs sont là pour vous aider"

Alors d'un bond je sautai à la jugulaire de l'homme qui avait menacé Luhiel, mon poils d'acier lui lassérant la peau, je lui arrachait la gorge avec une facilité déconcertante et ce fut une vague... un raz de maré humain plongea vers nous, ne me laissant pas faire, crocs et griffes dehors je lasserais mes ennemis, les tuant net, la bataille ne fut pas longue, mais elle fut sanglante, aucun des hommes ne semblait vouloir abandonne rl'affaire et plusieurs durent périr avant que les autres ne comprennent, les chiens eux même périr sous mes crocs et bien vite ma gueule fut ensanglanté, à ce moment je ressemblais bel et bien au pire des carnivore que l'Erade ait jamais porté dans mes yeux se lisaient une haine implacable et ils virèrent bientôt au rouge sang, lorsque j'attrapais le dernier homme de ma gueule sortie une gerbe de flamme qui le carbonisa sur place.
Mais enfin il prit fin, je regardais à ce moment là celle qui m'avait sauvé alors que mes pupilles reprenaient leur couleur de saphir et je m'approchais doucement d'elle, légèrement honteuse du massacre que je venais d'engendrer...

"Celle ci a eut peur, veuillez l'en excuser" dis je simplement dans le langage des loups.
C'est alors que je ressentis une vive douleur à la cuisse gauche qui me fit boiter, et lorsque mon regard se tourna vers cela je vis un trait planté là je ne l'avais aps sentis et pourtant désormais il me faisait atrocement souffrir et couler mon sang.
Revenir en haut Aller en bas
Luhiel Symanth

avatar

Féminin
Nombre de messages : 204
Age : 30
Camp : Malarian
Date d'inscription : 04/09/2009

MessageSujet: Re: La battue [PV Luhiel]   Lun 9 Nov - 4:11



Si cette situation était une erreur, il n'en restait pas moins que son intervention était à la fois suicidaire et peu attendue. Elle savait bien qu'elle pourrait exterminer chacun de ses hommes affamés de sang, à supposer qu'on puisse les qualifier de la sorte. Pourtant elle savait bien aussi que cet animal qu'elle tentait d'épargner ne le verrait peut être pas comme un acte altruïste et désintéressé. En principe seul l'instinct le régissait et il était probable et légitime qu'il se retourne contre elle aussi dès qu'il en aurait la moindre occasion. Luhiel savait mieux que personne quels étaient les risques, et elle considérait cette proie de chasse comme bien plus dangereuse que les chasseurs eux mêmes. Pourquoi? C'était simple... Les hommes étaient aussi prévisibles que les animaux ne pouvaient pas l'être. De plus elle se souvenait fort bien du prix qu'elle avait payé pour sauver la vie de Asha fut un temps... les traces de crocs en étaient la preuve et entouraient son poignet droit de manière irrégulière. C'était une cicatrice qu'elle ne montrait jamais, car elle portait toujours soit son armure soit des gants de cuir par habitude plus que par honte. Disons qu'elle se passait bien volontiers de montrer à tous ce signe particulier qui leur permettrait de la reconnaître un peu partout sur l'Erade... Autrement si sa condition de Malarian ne lui compliquait pas plus la tâche, elle l'aurait presque arboré avec fierté et humilité à la fois, car ses méfaits méritaient d'être expiés par le sang, et une seule vie ne suffirait pas pour se faire pardonner de toutes celles qu'elle avait prises. Qu'importe, seul comptait le présent et ses détours insondables... et mettre une rouste à cette bande de tarés férus de massacre était son occupation du moment ainsi que son plaisir et son devoir.

Bien sur qu'elle savait que son pourtant avisé conseil ne serait pas écouté, mais tant pis de toute façon elle n'allait pas jouer les pacifistes qui voulait tout régler par le dialogue... elle n'était pas stupide et convaincre par la parole n'était de toute manière pas son fort. Autant que sa lame parle pour elle lorsque ces imbéciles penseraient pouvoir la mettre à mal sous prétexte qu'elle était seule, ou bien qu'elle était une femme. Ces deux idées étaient l'une comme l'autre fondées uniquement sur de stupides stéréotypes qu'elle s'empresserait de corriger, dans sa grande mansuétude. Elle avait bien conscience que passer du statut de bourreau à alliée des animaux était étrange, mais ça c'était un dilemme intérieur et un débat philosophique qu'elle menait avec elle même alors qu'elle attendait de pied ferme l'attaque des chasseurs. En posture défensive, elle ne savait pas trop comment ces derniers s'organiseraient, ni même si ils le feraient, mais ce qui était certain c'est qu'il fallait ne pas traîner dans la résolution de cette problématique. Répondant dans un ton glacial, elle leur montrait que d'une part elle ne plaisantait pas précédemment, et d'autre part qu'elle n'avait absolument pas peur malgré le surnombre.

- Ai-je un gabarit de donzelle, ou je dois également t'acheter une paire de lunettes en plus d'un cerveau? Je me fiche pas mal des rois, qui sont ils pour commanditer la mort d'un être, quel qu'il soit? Ils ne sont ni juges ni Dieux, qu'ils aillent donc tous au Diable!

Elle était décidée à faire front, et ce n'était pas le nom d'un suzerain qui l'arrêterait de toute façon. Ils se pouvait qu'ils bluffent, et puis de toute façon même si ce n'était pas le cas, le prix était le même. C'était un des avantages d'être Malarian et d'être détesté par l'Erade entière... Au moins ils ne devaient pas courber l'échine par d'incongrues et inutiles génuflexions qui de toute façon ne leur épargneraient pas la pendaison ou la guillotine si les têtes couronnées en faisaient le caprice. Observant les chasseurs elle les défia du regard, franchement amusée par cette lâcheté qui les faisait affronter un guerrier seul et un animal alors qu'eux étaient un vrai groupe. Grand bien leur fasse de toute façon elle n'avait besoin de personne pour leur apprendre ce qu'était de se battre... Mais par contre elle entendit comme une voix lointaine et brouillée... quelque chose de sépulcral peut être, bien qu'elle ne ressente aucun malaise.

- Remercie........ Pas Fuir........ Dette...

C'était un bien étrange message, et pourtant malgré sa concentration totalement portée vers autre chose, elle l'entendit distinctement comme si on essayait désespérément de communiquer de manière un peu bourrue. Certes oui elle avait du mal à tout décrypter, mais l'essentiel du contenu du message tout comme la voix féminine lui fit vite comprendre qu'il ne s'agissait pas que d'une simple conjecture délirante de son esprit... Surtout que soudainement la louve s'agita et se jeta sur l'un de leurs opposants avec une terrible fureur. Restant pendant quelques secondes bouche bée et trop choquée pour réagir tout de suite, Luhiel finit alors par se reprendre et se jeter à sa suite avec la même hargne de protéger sa vie en faisant justice. À travers ce combat c'étaient tous les chasseurs et braconniers qu'elle voulait faire taire, et si dans ses gestes il y avait plus une envie de leur donner une leçon que d'occire, elle ne réfléchirait pas deux secondes si jamais elle y était poussée. Évidemment la louve elle n'avait pas eu autant de scrupules, et sa gueule ensanglantée parlait pour elle tout comme ses grognements enragés.

La Malarian la suivit rapidement, et distribua plusieurs coups d'épée, assommant du plat de sa lame l'un d'eux avant d'en transpercer lourdement un autre qui avait essayé de la poignarder dans le dos. L'empalant violemment, elle ne bronchait même pas en voyant l'expression d'horreur figée sur le visage de l'homme déjà moribond. Par contre elle le poussait du pied pour le laisser tomber lorsqu'un autre barbu se jeta sur elle avec la ferme intention de profiter de sa faiblesse. Un coup de coude l'accueillit dignement alors que de sa main libre, la demoiselle serra le poing d'où surgirent ses griffes avant de le planter tout aussi sec dans le coeur de l'assaillant. Angrist frappa sans bruit, et se retira tout aussi vite... se séparant alors du malheureux qui avait souillé son épée de ses entrailles, elle jura tout bas en déplorant ce constat avant de le laisser choir lourdement et d'une moue qui ne reflétait que son indifférence. Ils n'étaient pas du tout une menace pour elle, d'autant plus qu'aucun n'avait une formation militaire ou guerrière. Ce n'étaient que des paysans voulant arrondir leurs fins de mois en cédant à des méthodes ignobles voilà tout... Finalement alors que tout semblait déjà terminé, elle se retourna pour faire face à la louve qui semblait plutôt bien se porter... trop bien même. Le dernier opposant fut abattu d'une bien singulière manière, puisque le feu scella sa fin de par la gueule de celle qu'il avait voulu abattre. C'est certain que si elle n'avait pas entendu ce murmure lointain tout à l'heure, à l'heure qu'il est la blonde Valkyrie commencerait à craindre pour sa propre sécurité... et encore, pouvait-on dire qu'elle ne risquait rien dans les circonstances actuelles?? Un autre murmure lui parvint alors, toujours aussi mystique et mystérieux...

- Peur........ Excuser.

Leur moyen de communication était assez primitif et surtout étrange car on ne pouvait pas dire qu'elle ait une mince idée de comment il était possible qu'elles se comprennent. Déjà qu'en temps normal elle ne parvenait pas à pareille communion avec les animaux, même ceux qu'elle connaissait bien, mais là... elle était juste dépassée. Même Asha n'avait jamais maintenu des échanges aussi prolongés et rationnels avec elle ! Comment se pouvait-il...? Déroutée, elle baissa à nouveau son arme alors qu'elle une longue feuille à un arbuste non loin afin d'essuyer les traces sur son arme. Les griffes quant à elles étaient déjà rétractées, ce qui avait au moins le don d'être pratique concernant le rangement. Des plaies ouvertes se voyaient sur le poing qui avait été serti de griffes, mais Luhiel n'y faisait pas attention, ayant trop l'habitude de la douleur fulgurante associée à chaque utilisation de cette arsenal létal. Pourtant elle se vit obligée de s'asseoir à terre, sentant venir brusquement le contre coup de la fatigue causée par le combat, mais aussi et surtout par sa course effrénée. Ne quittant pas la louve des yeux, elle se demandait si elle prendrait ça pour une marque de faiblesse pouvant justifier une attaque... mais dans le pire elle avait toujours ses griffes prêtes au cas où. Respirant de manière haletante, elle fronça les sourcils en essayant de se demander si il fallait qu'elle réponde normalement, ou bien qu'elle tente de faire de la télépathie comme avec les autres Malarians. Se décidant à tester la première hypothèse d'abord, elle souffla et lui dit:

- Ne t'excuse pas de m'aider, je n'y vois pas d'inconvénient... Mais maintenant tu n'auras pas à te soucier d'eux, tu es libre et je ne compte ni te tuer, ni te dompter ou domestiquer. La forêt est à nouveau tienne et puis je m'assurerai en partant qu'il n'y ait pas de chasseurs fuyards... Personne ne t'importunera plus, tu as ma parole d'honneur.

Ne sachant pas trop quoi dire de plus, elle essayait de s'éviter une foule de questions qui se précipitait déjà dans sa tête. Comment était-elle censée s'adresser en parlant à un animal...? En le tutoyant, le vouvoyant? Devait elle lui parler en langage simplifié ou bien normalement? Et puis est-ce que dans ce cas si spécial elle était aussi censée s'introduire en se présentant? Par les pénates Malariannes... Pourquoi c'était toujours sur elle que les événements peu ou pas explicables semblaient se ruer? L'épée bâtarde fichée à terre, la demoiselle regardait le firmament un moment avant que ses prunelles céruléennes ne se reposent sur cette interlocutrice si unique... Son pelage était gorgé de sang, ses crocs rutilaient encore de chair et viscères humaines, et pourtant à ses yeux elle demeurait toujours aussi belle que tout à l'heure lorsqu'elle se tenait prête à se défendre, voyant la mort s'approcher si près qu'elle pouvait en sentir le parfum. Il n'y avait plus cette peur dans ses yeux pers, et c'était une bonne chose... car la pureté de ce quelque chose d'indescriptible qu'elle y voyait était plus brillant que les constellations connues.


Dernière édition par Luhiel Symanth le Lun 23 Nov - 17:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Polgara

avatar

Féminin
Nombre de messages : 21
Age : 30
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Re: La battue [PV Luhiel]   Dim 22 Nov - 13:27

Les hommes n'avaient pas répondus à la provocation de Luhiel, préférant cracher sur ces mots de manière rustre et totalement insolante, mais aussi et surement pour ne pas avouer que la plupart d'entre eux n'avaient pas compris ce qu'elle venait de dire ou ne savaient pas quoi lui répondre. La suite a suffisamment été décrite, le carnange sans nom qui s'en suivit j'en fus en grande partie responsable alors que Luhiel ne semblait que vouloir faire fuir ces hommes mon instinct d'animal apeuré et acculé m'avait fait agir plus que je ne l'aurais souhaité, égorgeant, tuant, massacrant, tranchant, arrachant, découpant, dans des cris de douleur, de peur, et d'effroie face à mon duo avec la malarian, aucun n'eut la vie sauve, aucun n'eut à supplier qu'on le laisse en vie car aucun n'en eut le temps. Chacun de ces hommes avait une famille, une femme, des enfants qui probablement attendraient longuement le retour de leur mari, de leur père, mais aucun ne reviendrait et dans mon regard à moitié fou je m'en moquais bien et j'étais prête à arracher les entrailles de leurs familles si jamais ils s'aventuraient dans ces bois. J'étais une louve et je ne faisais que me protéger, mais qui pourrait comprendre ça? alors que ces crève la faim étaient prêt à prendre une vie pour sauver la leur d'une famine et de maladies sans nom, si j'avais été encore une elfe, si j'avais eu l'apparence humaine, peut être serais je à leurs côtés entrain de les soigner en ma qualité de médecin plutôt que de me repaitre de leurs entrailles. Mais cette vie s'effaçait peu à peu de mon esprit.
Mais une fois que la boucherie fut terminée je compris que ma compagne avait du mal à comprendre ce que je lui disais, pourtant, mon langage humain était impossible sous cette forme, je me concentrais au mieux pour lui parler et pour rentrer en connexion avec elle, mais pour le moment la flèche plantée dans ma cuisse me faisait bien trop souffrir, je me tourna d'un geste vif et arracha le trait faisant couler le sang mais celui ci sembla coaguler aussitôt. La douleur se fit mon intense, mon poil d'acier brillait au soleil et semblait avoir un léger bruit métallique alors que je léchais mes babines pour m'enlever le sang de mes victimes alors que j'entendais Luhiel. Elle ne savait pas comment s'y prendre et surtout, elle me croyait réellement louve alors je fis un effort extrême de concentration et alors que je semblait la saluer pour la remercier je dis...
"Celle ci vous remercis pour votre aide, la liberté de celle ci compte beaucoup pour elle. Mais vous savez, je ne sais pas si celle ci vous connais assez pour que vous la tutoyez. Celle ci est touchée par votre parole mais tiens à honorez la dette qu'elle a envers vous, qu'est ce qu'elle peut faire?"
Attend, ma langue pendant en un peu reprendre mon souffle je continuais...
"Celle ci peu peut être vous accompagner, mais avant, laissez celle ci se présenter, elle se nomme Polgara et vous?"
Je ne savais pas comment lui expliquer que je n'étais pas vraiment une louve, mais je ne sais pas, alors j'attendais, cela viendrait bien à un moment ou à un autre.
Revenir en haut Aller en bas
Luhiel Symanth

avatar

Féminin
Nombre de messages : 204
Age : 30
Camp : Malarian
Date d'inscription : 04/09/2009

MessageSujet: Re: La battue [PV Luhiel]   Lun 23 Nov - 18:05

Quiconque aurait vu Luhiel ainsi assise de manière relativement décontractée parmi les décombres cadavériques et sanguinolentes des chasseurs aurait très certainement mal interprété les circonstances qui l'avait conduite jusque là... Mais celui là était bien le cadet de ses soucis. Le souffle haletant, elle ne ressentait pas vraiment la douleur mais simplement une lassitude temporaire qui bien vite disparaîtrait en même temps que les erzats fantomatiques des corps jonchant le sol. En fait pour l'instant rien n'avait réellement d'importance, rien qui attire son regard posé dans le vide comme si elle était concentrée... l'important était qu'au moins cette fois-ci elle ait rendu justice en sauvant cette louve, et le reste n'avait au final que bien peu de crédit. Étant toujours en Amilian la recherche et l'enquête qui l'occupaient ne pourraient vraiment avancer, donc rien ne pressait... Son odyssée promettait d'être longue et complexe, mais tout cela ne lui faisait pas peur, pas plus que cela ne la dissuadait de poursuivre son chemin. Ceci dit cette étrange canidée suscitait pas mal de questions. Comment était-ce possible qu'elles puissent communiquer, d'une manière aussi archaïque soit-elle...?

De fait seule la confusion et le doute l'animaient à son sujet, car bien qu'elle semble repue pour ce qui était des envies brutales en vengeresses, il n'était pas certain qu'elle ne change pas d'avis en cours de route, ce qui serait fort... regrettable. Se retournant donc dans sa direction elle allait lever la main pour s'apprêter à offrir son aide pour la flèche, mais elle fut devancée. Laissant retomber son bras d'un air presque impuissant, elle se rétracta avec une expression pensive. La dernière fois qu'elle avait voulu aider un animal sauvage pour son bien, il l'avait violemment mordue... portant une main à son poignet plus par réflexe qu'autre chose, elle l'effleura en regrettant de ne pas avoir eu le temps de mettre ses gants. Entendant alors à nouveau cette étrange voix qui lui parlait, elle se concentra pour l'entendre plus distinctement, ce à quoi elle parvint relativement bien. Peut être était-ce parce qu'il y avait plus de calme, ou par une sorte d'exercice qui se perfectionnait va savoir... Se grattant un peu la nuque, elle se rendait compte qu'elle était en train de se faire reprendre sur sa politesse par un animal... étrange et ironique situation.

- Il n'y a pas de dette. C'est moi qui suis en dette envers vous et envers tous les autres que je n'ai pas défendu lorsque je l'aurais du. Prenez ceci comme un juste retour des choses. Mais dites moi... comment se fait il que je puisse communiquer avec les animaux? Vous n'êtes pas la première, et pourtant... je ne comprends pas. Polgara? C'est joli... moi c'est Luhiel. Si vous voulez m'accompagner vous êtres libre de le faire, mais au final est ce que c'est le plus raisonnable? Vous risquez de rencontrer d'autres hommes et je doute qu'ils comprennent pourquoi une louve m'accompagne. Je ne veux pas que vous vous mettiez à nouveau en danger, et surtout pas pour moi.

C'était étrange et la Malarian avait l'impression de ne pas tout comprendre, comme d'habitude avait-elle envie de dire. Mais que pouvait-on y faire si ce n'est gérer les choses comme elles venaient? On ne pouvait pas. Cette incongrue rencontre lui apporterait peut être du bon au final qui sait, et puis amoureuse de la nature comme elle l'était, la présence d'un animal quel qu'il soit était toujours fascinante. Les loups étant une de ses passions, elle connaissait leur langage corporel, cependant celui de Polgara était différent elle ne saurait trop dire pourquoi. Cependant soudain elle se rappela d'une série de légendes qu'elle avait lu dans un bestiaire de la bibliothèque de la Cité... Se pouvait-il que ses créatures dites légendaires ou mythiques puissent vraiment exister?? Était-il possible que cette Polgara soit en fait une femme capable de prendre l'apparence d'un animal? Pourquoi ne prenait-elle pas sa forme normale dans ce cas...? Et que penser alors des animaux capables de communiquer rudimentairement comme Asha le faisait avec elle? Était-il lui aussi un de ces étranges métamorphes??? Non lui ne pouvait pas en être un... Elle avait vu mourir sa mère sous les traits assassins et impies des chasseurs qui comme ceux qui gisaient morts méritaient un sort semblable... Observant la chimère de ses prunelles perses, Luhiel attendaient quelques réponses aux innombrables questions qui la harassaient...
Revenir en haut Aller en bas
Polgara

avatar

Féminin
Nombre de messages : 21
Age : 30
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Re: La battue [PV Luhiel]   Lun 23 Nov - 21:29

Je ne m'étais pas assise, je regardais Luhiel comme si je cherchait à décrypter quelque chose, comme si en cette magnifique femme je me recherchait un peu, moi et ma part d'humanité, essayant de me souvenir de mon propre visage, ressemblais je à cette Malarian? Non, mais dans mes souvenirs, mais tout était si floue, si vague, comme un miroir brisé, je revoyait cependant bien le visage de ma mère et celui de mon père, aussi je pensais que je devais leur ressembler quelque part, mais actuellement je ne voyais que mon fin museau, mes magnifiques oreilles et mon poil bleuté d'acier, sans oublier mes redoutables et redoutés crocs d'argent.

La conversation semblait mieux passer entre nous, Luhiel avait compris comment se concentrer sur mes paroles et j'avais à peu près réussie à capter son esprit comme je le désirais, ho pas de manipulation, loin de là, simplement le langage des loups n'est pas compréhensible par les oreilles humains, enfin quoiqu'il en soit je fini tout de même par m'asseoir à côté d'elle, plus exactement je grimpais sur les ruines non loin d'elle et m'asseyais, baillant auparavant laissant voir le métal dont était fait mes crocs...


"Pourquoi avez vous une dette envers celle ci? Elle n'a rien fait pour vous pour que vous lui soyez redevable. A moins que vous ayez déjà chassés ceux dont celle ci représente la race par le passé, mais à ce moment là ce n'est pas auprès d'elle qu'il faut s'excuser."

Un nouveau baillement vint m'interrompre, mais les loups étaient curieux et à chaque phrase avec un peu de sous entendu il ne manquaient pas de mettre la patte dessus, ne supportant pas l'incertitude ni les demi mots...

"Pardonnez celle ci, mais son métabolisme veut qu'elle se repose après toute activité quelle vient de faire..."

M'allongeant alors sur un rocher, plus détendue, les pattes avant croisées comme si je réfléchissais je continuais...

"Vous avez également un très jolie prénom, Luhiel, est ce votre mère qui vous le donna? Celle ci tient le sien de son père. Pour les animaux je ne sais pas exactement, celle ci n'est pas ce que l'on pourrait appeler un animal, celle ci peut également communiquer avec les animaux et le pouvait avant (une certain nostalgie se sentit dans mes pensées) c'est surement parce que vous avez du sang elfe, ou un pouvoir spécial. Celle ci le peu grace à son sang d'elfe du soleil que lui a transmis sa mère"


Les loups ne cahcaient rien, plein de fierté, leurs paroles transpiraient la volonté et la sincérité, aucun humain ne pouvait se vanter d'être plus franc qu'un loup, les événements, bon ou mauvais nous les relations, car tous ceux de la meute doivent être au courant de tout pour bien foncitonner en harmonie et bien que je ne fasse partie d'aucune meute, j'avais tout les comportement d'un loup...

"Mais ne pensez pas que les véritables loups soient moins intelligents que celle ci, ils s'expriment juste de manière moins humaine que celle ci le fait. Pourquoi vous accompagner? Car celle ci manque cruellement de compagnie les loups ne veulent pas trop la voir et les humaines la chasse, voilà près de deux ans que celle ci n'avait plus parlé à quelqu'un. Et les crocs de celle ci sont efficace ils vous aideront, même si vos félines armes sont aussi tranchante et perçante que les crocs de celle ci déchirent et broient."

Me levant alors de mon reposoir je sautais et m'approchais de Luhiel à quelques centimètres, jamais je n'avais été aussi proche d'une humaine depuis que j'étais louve, mais je devais respirer ses odeurs et surtout, elle me rappelait tellement à quel point j'avais été humaine.

"Pardonnez celle ci pour sa froideur de tout à l'heure mais vous n'auriez rien put faire, le poil de celle ci est en acier, vous vous couperiez car chacun de ses poiles est aussi tranchant qu'un... ha... comment ditez vous déjà... rasoir je crois. Bref est ce l'un de ceux dont celle ci représente la race qui vous a fait cette cicatrice que vous cherchez à dissimuler?"

Ha la curiosité des loups, que voulez vous, on ne se refait pas...
Revenir en haut Aller en bas
Luhiel Symanth

avatar

Féminin
Nombre de messages : 204
Age : 30
Camp : Malarian
Date d'inscription : 04/09/2009

MessageSujet: Re: La battue [PV Luhiel]   Mar 24 Nov - 1:58

Luhiel regardait les gestes nonchalants et la démarche de cette étrange louve. Il est vrai qu'on ne pouvait qu'admirer sa beauté silencieuse et pleine d'une vitriolante réserve. Oui il est vrai qu'elle n'avait rien de vraiment différent dans son attitude concernant les autres loups, mais quelque chose de profondément différent se dégageait d'elle,... un je ne sais quoi de charismatique et magnétique même si la Malarian n'aurait trop su dire ce dont il s'agissait. Simple attraction pour les animaux, ou vrai mérite personnel de sa part, c'était dur à dire... Ce qui est certain c'est que ses prunelles aussi métalliques que son pelage ne la lâchaient pas d'une semelle, son corps lui demeurant immobile dans une position du lotus démontrant son impassibilité fasse au peu de confort. Après tout il ne lui fallait pas grand chose pour se sentir satisfaite... c'était à la fois sa force et sa faiblesse, mais lorsque l'on n'avait plus rien à perdre, que restait-il?
Regardant la voûte céleste, ses yeux se perdirent dans les constellations comme parcourant les infinis dédales de son imagination. Perdue dans ses pensées, Luhiel avait bien du mal à rester dans le moment présent, surtout quand d'innombrables souvenirs assaillaient son esprit torturé par mille images aberrantes ou le sang semblait couler un interminable fleuve. Pourtant sa réponse fut claire et sa voix ne trembla pas bien qu'elle comporte une certaine émotion ainsi que des regrets.

- Je n'ai jamais levé la main ni une arme sur les vôtres... Mais j'ai longtemps assisté à d'abjects massacres sans jamais opposer la résistance que j'aurais du. L'honneur aurait voulu que je refuse d'obéir, même si pour cela je devais le payer de ma vie. Cependant c'est à tous que doit revenir mon pardon... car malheureusement les morts n'offrent pas plus d'expiation que les vivants n'obtiennent de rédemption.

Son ton était intransigeant et sa sincérité voulait que jamais elle ne fuie devant ceux qui avaient été ses actes et ses choix. Elle était loin d'être parfaite et les défauts l'habitaient en grand nombre, cependant la lâcheté n'en faisait pas partie. Mature, elle savait bien le poids que prenait tout cela dans son esprit, et ne pourrait mentir juste pour sauver sa peau... Si suite à sa confession Polgara souhaitait venger ses frères en la jugeant aussi meurtrière que ses précédents détracteurs, Luhiel ne se débattrait pas car elle savait que c'était ce qu'elle avait mérité. Et puis au fond... que restait il de la femme qu'elle avait voulu être...? Plus de compagnon, plus d'enfant... Elle était juste seule et s'accrochait aux idéaux Malarians comme on s'attache à une bouée de sauvetage une fois en plein naufrage. Seule l'impression qu'il restait encore une paire de choses à régler la retenait encore de basculer dans la facilité ou la folie,... mais la frontière était si mince... si frêle... Et le désespoir fleurissait telle une fourbe gangrène qui intoxiquait chacun des bouts d'elle.
Toujours immobile et animée par un long soupir qui se répercuta en une vague expiration, Luhiel observait une fois encore les éternelles profondeurs sylvestres de cet endroit mystique... Tout semblait si calme, si platement décoré comme lors de ces fresques romanesques qu'elle avait vu décorer les murs les plus beaux de la citadelle... Haussant les épaules pour lui signifier qu'elle n'était pas particulièrement à cheval sur la bienséance, l'épéiste ne pouvait pas oublier l'incongru de la situation... c'était presque absurde... Répondant alors à la suite des interrogations de la louve, la demoiselle réfléchit, mais ne trouva pas de vérité absolue à lui dire:

- Je ne sais pas lequel de mes deux parents m'a donné ce nom, mais il parait que c'est un choix de ma mère... Je ne sais pas grand chose d'elle, puisqu'elle est morte en me donnant naissance. Paradoxal quand on y pense. - Sa voix résonna profondément triste.
Un pouvoir spécial je ne pense pas, et puis mes parents ne sont pas elfes, alors non aucun risque... mais à vrai dire je me demande bien d'où peut venir pareille capacité. Alors vous êtes semi-elfe...? De quel royaume êtes vous originaire, Polgara?

Elle avait beau ne pas être louve, elle était tout aussi curieuse, et puisque son interlocutrice semblait ouverte à ses questions, du moins pour l'instant, autant en profiter pour essayer d'en savoir le plus possible,... C'était toujours instructif d'en apprendre sur les gens, même si c'était juste l'espace d'un instant. Jouant avec une de ses nattes alors qu'une autre était ballotée par le vent, Luhiel semblait distraite bien que ce ne soit pas si simple. En fait on devrait surtout dire qu'elle était pensive, mais en même temps extrêmement consciente de ce qui se passait autour d'elle, les sens en alerte, un peu comme si elle enregistrait par avance dans sa mémoire chacun des détails l'entourant.

- Je n'ignore pas que les animaux ne sont pas stupides, c'est juste que parfois la communication est difficile et les humains ont rarement l'oreille assez tendue et douée pour les écouter comme ils le méritent.
Je n'ai rien contre l'idée que vous m'accompagniez si c'est ce que vous voulez, mais j'espère juste que vous ne vous attirerez pas plus de soucis. De plus je ne veux pas que vous vous sentiez redevable parce que je n'ai fait que ce que me dictait mon honneur, rien de plus.


La regardant alors s'approcher elle la dévisagea de son regard vibrant... La laissant venir à sa guise, Luhiel ne montra pas de peur pas plus que de répulsion. Elle avait vraiment l'habitude d'être très proche des animaux sauvages... assez pour ne pas commettre l'erreur de les prendre pour de jolies peluches géantes ne demandant pas mieux que d'être caressées dans le sens du poil... aussi métallique soit-il. Il est vrai que ce serait fort dommage de s'abîmer la main en voulant la toucher, mais de toute façon elle n'aurait jamais pris l'initiative de faire un geste pareil sans son consentement... N'aimant pas non plus être approchée sans le savoir ou contre sa volonté, il était certain qu'elle pouvait respecter cela mieux que personne. Pourtant la dernière question la fit sourire assez ironiquement... avec un brin de nostalgie également. Certes cette après midi là elle avait ressenti une douleur innommable lorsqu'elle avait senti une paire de crocs se planter dans sa chair,... et bien qu'Asha n'ait été qu'un jeune tigre à cette époque, ce n'était pas pour autant que ses dents en étaient moins tranchantes... c'était même tout le contraire puisqu'elles n'étaient pas encore usées par l'âge. Essayant donc de ne pas se dérober malgré la relative délicatesse de la question, elle lui dit:

- Non ce n'est pas un des vôtres qui en est responsable ou tout du moins pas un loup. C'est un tigre qui m'a mordue il y a des années de cela, lorsque j'ai essayé de le dissimuler des regards des braconniers...

Bien sûr elle avait amené quelques réponses, mais ce n'était qu'une partie de l'histoire... le reste demeurant bien gardé dans un coin de son cœur, car elle cultivait ces souvenirs avec soin et tendresse. Asha lui manquait, c'était la seule vérité... mais malheureusement pour des raisons qu'elle ne connaissait pas, ce dernier avait cessé de se montrer depuis le jour de la mort de Syl. Il avait été son seul soutien lors de son pénible deuil, et maintenant que lui aussi semblait avoir pris une direction différente, la Malarian se sentait bien seule. Qui pourrait donc écouter ses malheurs pendant des heures sans broncher et sans signes de pitié? Pas grand monde, surtout que très peu parvenaient à l'approcher d'une quelque manière que ce soit... Car son âme semblait prisonnière d'un carcan de pierre.
Revenir en haut Aller en bas
Polgara

avatar

Féminin
Nombre de messages : 21
Age : 30
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Re: La battue [PV Luhiel]   Dim 29 Nov - 20:49

Oui c'était cela, je venais enfin de trouver ce que Luhiel avait et ce qui me manquait, ou tout du moins disparaissait, des mimiques, ces petits gestes, ces petits fascies, ho bien sur les loups en on plein, plus complexe que ceux des humains et leur communication non verbal est très grande mais comment arriver à faire la moue ou même à grimacer avec une tête telle que la mienne, c'était tou simplement impossible. Luhiel était une belle femme, je l'ai déjà dis et je 'lavais constaté mais ce sentiment en moi qui était étrange pour mon côté louve était la jalousie, oui, envers celle qui pouvait montrer au monde qu'elle était encore humaine sans que le monde ne remarque en elle autre chose ; mais elle était Malarian je le savais, et alors il est aisé de pensé que chez elle la plupart des personnes recherche ce côté animal qui est si souvent dépeind dans sa race, alors que chez moi, ils ne voient que ça, que l'animal à jamais traqué et torturé par les humains. Je ne veux aps redevenir humaine pour les cotoyer, non, je veux redevenir humaine pour ne aps oublier qui je suis ni à quoi je ressemble.
Mais la jeune malarian me répondit et j'en était très heureuse, nous allions pouvoir amorçer un dialogue, cela faisait tellement longtemps...


"Celle ci trouve également que les étoiles sont magnifiques, ces petits astres font de nous des êtres si petits. Celle ci les a un peu étudier il y a longtemps maintenant..."

Mais voyant la nostalgie de Luhie, je n'en dis pas plus et je répondais à ses propos...

"Blamme t on les louveteaux lorsque leur mère se fait tuer par un chasseur? Celle ci ne le croit pas, bien au contraire, il y a parfois des moments où nous ne pouvons rien faire, celle ci en sait beaucoup de choses là dessus. Vous parlez bien Luhiel, celle ci trouve que votre phrasé est jolie, mais qu'il est très triste, dites vous seulement la philosophie de celle ci, que le passé ne peut être changé et que plutôt que de penser que le présent n'est qu'une sucession de futur passés, alors il est plus utile d'agir et de prendre les décisions pour que dans le futur, le passé qui était le présent, soit moins amère quand il revient à nos souvenirs, n'êtes vous pas d'accord?"

J'avais essayé d'être la plus clair possible et de faire que mes phrases soient bien prononcées, faisant un effort considérable j'espérais avoir put toucher réellement Luhiel comme je le désirais. Je n'aimais pas me souvenir du passé, cependant dpeuis toutes ces années, j'avais bien appris la chose qui fait que l'on ne peut oublier ce qui s'est passé, on ne peut qu'accepter ses souvenirs pour qu'ils soient le moins douloureux possible et voir dans l'avenir, un avenir que nous ne pouvions construire qu'en agissant dans le présent...

"Si vous m'avez sauvé aujourd'hui, dites vous que vous avez progressé et que celle ci est en vie grace à vous, alors vous comprendrez que vos souvenirs ne sont que des souvenirs et qu'ils ne sont pas dangereux."

Sur mon rocher j'avais esquissé un mouvement de la patte avant afin de déloger une puce qui cherchait à me mordre atrocement la peau, parfois certaines d'entre ells y arrivaient malgré le poil d'acier et cela je ne pouvais l'en empécher...

"Celle ci en était presque sure, vous ne semblez pas apprécier de trop près ce qui touche à votre père, n'est ce pas? Non, celle ci n'est pas voyante, mais vous user d'un ton si charmant en parlant de votre mère, c'est une histoire bien triste que vous racontez, celle ci n'aime pas l'idée que votre mère soit décédée, cela arrive parfois aussi au sein de la forêt, la meute prend alors en charge les petits, mais vous, ceux qui vous ont pris en charge n'étaient pas de bonnes nourrices n'est ce pas?"

J'usais parfois d'expression très naïve de louve, comme le terme de nourrice, mais c'était à cause de la part animale qui prenait l'ascendant sur moi de jours en jours...

"Si vous n'avez pas de pouvoirs spécial et que vous n'êtes pas une elfe, celle ci ne sait pas, Luhiel, celle ci n'a jamais connu d'autres êtres, hormis peut être d'autres comme elle qui peuvent prendre l'apparence d'animaux, en avez vous le pouvoir? Celle ci n'aime aps trop le terme de semi elfe, car elle est aussi bien semi humaine que si elfe, mais celle ci n'a pas encore trouvé de terme exact pour se définir. Mais oui, le père de celle ci était humain et la mère de celle ci était une elfe, mon royaume est celui d'Amilian, celle ci a une demeure au sein de Terian et une dans la citée elfe de Téfyr, pourquoi voulez vous savoir cela?"

Autant les loups étaient curieux, autant ils avaient du mal à comprendre la curiosité des autre sà leur égards, certainement à cause de leur instinct qui disait de se dévoiler à ceux de la meute et non auprès de ceux que l'on ne connait pas, mais Luhiel était semble t il très gentille et elle m'avait sauvée la vie, je ne pouvais pas l'oublier...

"Celle ci trouve aussi que les humains n'écoutent pas assez les animaux, mais que voulez vous, s'ils entendaient à chaque fois qui le capturent, le lapin leur crier pitié celle ci pense qu'il serait plus difficile pour eux de le manger.
Croyez vous sincérement que vous accomapgner sera plus dangereux que de changer de tanière chaque soir, de parcourir Amilian en ayant toujours cette appréhension derrière soi ou alors courant pour éviter d'être transformée en peau accrochée au dessus d'une cheminée? Luhiel, celle ci sera très heureuse de vous accompagner".


Un peu de cynisme ne fait jamais de mal, pas même à une louve, Luhiel ne connaissait pas mon histoire, masi elle ne devait pas la sous estimer, vivre avec quelqu'un, ou plutôt, auprès de quelqu'un était certainement la meilleure chose qui avait put m'arriver depuis ces années d'errances. Etant toute proche de Luhiel je me mis à sentir sa main alors qu'elle me répondait, je le faisais avec délicatesse afin qu'elle n'en prenne pas ombrage, avançant patte après patte avec une démarche d'un animal, sur une piste, je me retirai ensuite...

"Celle ci pense que vous avez eu de la chance de ne pas avoir la main tranchée, les tigres sont puissants à cet âge, mais vous l'avez fait pour son bien et celle ci pense qu'il vous ai reconnaissant et bien que vous ne disiez pas toute l'histoire à celle ci, elle n'en prend pas ombrage, mais elle reste persuadée que ce petit tigre ne vous a pas oublié. En tout cas celle ci ne vous oubliera pas..."

Et alors une idée farfelue me traversa l'esprit, mon poil sembla frissonner l'espace d'un instant et je vint me poster juste à côté de Luhiel, montant à côté d'elle, je semblait exitée comme une puce, peut être était ce le doux parfum de la malarian mais...

"Dites moi, celle ci se demande depuis tout à l'heure, Luhiel, avez vous trouvé un compagnon Malarian qui ferait route avec vous? Celle ci vous trouve bien seule et bien triste, peut être qu'un compagnon serait la solution!"

Une idée toute préconçue de louve, sans aucun doute...
Revenir en haut Aller en bas
Luhiel Symanth

avatar

Féminin
Nombre de messages : 204
Age : 30
Camp : Malarian
Date d'inscription : 04/09/2009

MessageSujet: Re: La battue [PV Luhiel]   Jeu 3 Déc - 16:01

Cette étrange conversation lui donnait l'impression de réellement parler aux animaux, bien qu'elle ait plus que bien compris qu'il ne s'agissait pas de quelque chose d'aussi simple. Il n'était pas question d'une simple communication qu'elle aurait développée, mais vraiment de quelqu'un ayant vécu une vie rendu prisonnier de cette enveloppe bestiale. C'était étrange oui, mais elle en était certaine, autant parce que son instinct le lui dictait que parce qu'un animal ne mentait jamais... ils ne pouvaient simplement pas inventer une appartenance humaine car c'était pour eux inconcevable !
Souriant doucement à la remarque de la louve sur les étoiles, quiconque l'aurait ainsi surprise à regarder tranquillement les étoiles non loin de pareil massacre l'aurait jurée folle à lier, puisqu'en plus elle semblait parler seule... mais fort heureusement en ces forêts reculées elles ne risquaient plus de se faire interrompre, ce qui n'était pas plus mal. Le silence régnait en maître incontesté, et seuls les bruits sylvestres brisaient la routine... Ce qui leur offrait un agréable bruit de fond, telle une ensorcelante musique. Sa voix retentit en réponse, mais douce et presque éteinte.

- Si seulement c'était aussi simple. Lorsque toute une vie est raccrochée de force par les serres du passé, on peut difficilement cesser cette emprise et construire des lendemains biaisés et encrassés par ce qui ne devrait plus être. Alors dans cette situation une seule solution demeure, régler ce qu'on a laissé en suspens... sauf que parfois le chemin est long et escarpé.

Malgré l'absurdité de cette conversation si elle avait été tenue en des circonstances normales, Luhiel n'y faisait plus trop attention. Elle commençait à doucement accepter l'idée que tout ceci était bien réel et pas juste une création aberrante de son esprit torturé par les cauchemars du passé. Cependant les paroles avisées de Polgara la faisaient réfléchir, c'était indéniable... mais regrettable en même temps, car tant qu'elle pensait elle imaginait toujours les pires horreurs l'attendant dans les recoins d'avenir, ce qui trop souvent la plongeait dans une certaine léthargie et une mélancolie profonde lui faisant perdre trop de temps. La demoiselle estimait qu'elle n'avait pas le temps de s'attarder sur ce genre de questions et de dilemmes, car trop de choses devaient être résolues... et le temps lui paraissait toujours trop court. Soupirant alors que ses cheveux jonchaient le sol comme des rideaux de soie étant donné leur longueur associée à sa position assise, elle écouta la suite des dires de la louve, attentive.

- Bien sûr que j'espère avoir progressé, autrement pourquoi m'interroger sur ce que j'ai bien pu faire ou ne pas faire autrefois? Changer pour récupérer de ses erreurs n'a de sens que si on regrette quelque chose... Seulement à ce stade je doute de pouvoir les rattraper un jour.

Oui c'était certain qu'elle en doutait, mais son honneur voulait que même dans l'incertitude elle soit poussée à essayer... De toute façon elle n'avait plus rien à perdre et rester inactive ne lui apporterait pas plus de réconfort. Quitte à perdre, autant donner tout ce qu'elle avait...
Regardant la louve d'un œil curieux, elle se demandait si son pelage était aussi dur et coupant qu'il n'en avait l'air. C'était étrange car malgré le fait qu'elle ai vu probablement plus de loups que pas mal de louvetiers de l'Erade, elle n'avait jamais pu observer ce genre de choses. Étonnée, elle décida donc de lui poser la question pour en savoir plus... Comme quoi sa soif de connaissance n'avait pas de bornes.

- Votre... fourrure est bizarre. Quelle est sa particularité?

Oh... mon vieux. Pff... Oui j'ai bien eu une nourrice étant petite, mais elle faisait juste son boulot. Elle me donnait ce qu'il fallait pour pas que je crève de faim, mais pour ce qui est de l'affection elle était aussi engageante qu'un porc-épic, le charme en moins. Parfois les nourrices n'ont pas l'âme d'une maman...Mais et vous, comment était votre famille?


Le choix de mots de Polgara était certes particulier, mais au final pas si inadapté que ça. D'autre part Luhiel était habituée à des dialogues sommaires et lapidaires avec Asha, ce qui lui donnait quelques petites nuances, quelques infimes habitudes lui permettant de ne plus du tout être interloquée par ce genre de vocabulaire. Il est vrai qu'outre les soucis récurrents avec son paternel elle n'avait pas trop eu à se plaindre, car son enfance avait été partagée avec Caym et Sparda, ses deux frères. Protecteurs bien qu'au fond ils subissent eux aussi les mêmes harcèlements constants, au moins elle avait pu partager beaucoup d'expériences et de jeux avec eux. Souvent larguée parce qu'elle était plus petite, elle se contentait souvent d'assister à leurs duels à l'épée de bois, soignant les blessures si il y en avait. C'était un rôle en retrait qui était habituel, mais qui était loin de lui déplaire. Elle n'avait jamais aimé attirer les regards, se retrouver au centre d'une foule pour se retrouver sous le feu des projecteurs... La tranquillité de l'incognito lui allait bien mieux, et la discrétion était son maître mot... Tentant alors de comprendre les explications de Polgara au sujet de ses capacités, la Malarian se posait tout de même une bonne série de questions.

- À part me faire pousser des griffes, non je n'ai aucun trait plus ou moins animal. Enfin si... en fait je peux sentir, ouïr, goûter, toucher et voir aussi loin que les animaux, voir peut être encore davantage. Mais ça c'est un trait de naissance, dont je ne connais pas l'origine non plus. Oui je comprends... c'est normal que ce soit problématique d'utiliser ce terme, mais je ne voulais pas offenser. Je n'en voyais juste pas d'autre. Pourquoi je veux le savoir? La curiosité sans doute. Je me demande comment il est possible d'être ainsi coincée dans une forme animale. Serait-ce le produit d'un sortilège?

Les explications étaient minces voir inexistantes, et Luhiel en avait aussi peu pour expliquer l'origine de certains de ses traits que pour trouver une théorie sur la raison de l'état de Polgara. Déroutant et très frustrant c'est un fait, mais que pouvait elle y faire réellement? Pour elle cela n'avait pas vraiment d'importance, mais pour sa nouvelle amie c'était une autre paire de manches. Seulement à part consulter un magicien particulièrement éminent, ou fouiller dans les livres antiques qui pourraient traiter de cas similaires, elle ne débordait pas d'idées. Continuant de réfléchir et s'interroger sur ce thème, elle écouta et répondit d'un ton calme.

- Il est vrai que vous avez raison, mais selon le même raisonnement les animaux seraient encore plus impitoyables puisqu'ils se comprennent mais s'obstinent à s'entretuer. La nécessité me direz vous? Oui bien sûr qu'il s'agit de la loi du plus fort. Le seul hic c'est que l'Homme se croit supérieur à l'animal parce qu'il "réfléchit", mais au final à part la manière de se tenir, la différence est minime. Humains ou non quelle différence, si à l'heure fatidique nous sommes tous régis par l'instinct?

Bien je n'insisterai pas pour vous dissuader, vous êtes la bienvenue si vous le souhaitez. Cependant je dois avouer que quelque chose m'intrigue. Si j'ai bien compris celle-ci n'est pas votre forme originelle, et vous ne parvenez pas à la retrouver n'est-ce pas? Alors pourquoi ne tenterait-on pas de trouver une solution à cette problématique? Puisque nous devons errer, autant que ce soit utile !


La laissant flairer sa main à sa guise elle ne bougea pas, car elle savait parfaitement que c'était une phase délicate, c'étaient leurs premiers pas, ce qui supposait qu'elles se reconnaissent et s'amadouent mutuellement. Luhiel ignorait si tout cela allait muer en une collaboration fructueuse ou bien même une amitié durable, mais ce qui était certain c'est que cette étrange Polgara lui paraissait bien sympathique malgré son apparence lupine qui pouvait en rebuter et décourager plus d'un. Mais au final, pourquoi céderait-elle à pareille facilité? Aucune raison ne lui apparaissait comme étant valable ou quoi que ce soit qui s'en rapproche. Laissant ensuite la louve se rétracter, Luhiel sourit discrètement... il n'y avait pas eu de réaction agressive ou de répulsion, c'était déjà une bonne chose en soi.

- Oui il était déjà puissant même petit... Et c'est bien ma veine qu'il n'ait été que de la taille d'un chaton à l'époque, sinon mon poignet se serait cassé net. Enfin... Je ne vous oublierai pas non plus, tout comme je ne l'ai jamais oublié... Mais pourquoi parler de choses aussi peu engageantes si on compte faire un bout de chemin ensemble, hum?

Oui Luhiel essayait de rendre l'atmosphère peut être un brin moins tristounette,... ce qui marcha un tant soit peu on dirait puisque d'un coup et d'un seul la louve semblait vraiment frénétique. Sans trop comprendre ce qui lui arrivait, la Malarian se tourna pour l'observer, mais faillit tomber à la renverse tellement la surprise qui l'attendait était grande. Elle passait du coq à l'âne à une vitesse impressionnante pour en plus aborder un sujet délicat qui prenait dans sa gueule une allure humoristique. La bouche restant un peu ouverte pendant quelques secondes, la combattante essaya de se reprendre bien que cela demeure compliqué.

- Heu non... je n'en ai pas. Les Malarians sont souvent seuls lors de leurs errances, et ce n'est que sur le champ de bataille lorsque nous combattons les forces maléfiques que nous sommes plus nombreux. Cependant j'ai eu un compagnon fut un temps... Mais il est décédé lui aussi, il y a plus ou moins deux ans.

Quelque chose dans le ton en disant "compagnon" sous entendait quelque chose de plus, mais son ton se maintenait neutre. Elle s'imposait une loi stricte au sujet de ses sentiments, et exposer ainsi son ressenti et sa plus grande souffrance n'était pas à l'ordre du jour. Pourtant même si ses paroles avaient été proférées d'un ton presque anodin, on sentait clairement que ce trop plein de recul était une bonne manière de ne pas tout dire...
Revenir en haut Aller en bas
Polgara

avatar

Féminin
Nombre de messages : 21
Age : 30
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Re: La battue [PV Luhiel]   Ven 8 Jan - 8:46

Cette conversation me plaisait, déjà parce que je n'avaqis plus parlé à une humaine ou à une quelconque créature humanoïde depuis bien longtemps et surtout parce que pour moi il s'agissait d'un papotage tout à fait interessant et amusant, bien que je comprenais beaucoup de choses de ce que disait Luhiel, je ne semblait pas triste ou attristé la plupart du temps, mais j'avais de l'empathie, une empathie assez développé pour ressentir les émotions de la Malarian, peut être est ce parce que j'étais Louve, ou peut être parce que j'étais médecin... médecin, ce mot résonnait dans mon esprit comme un coup de tonerre, depuis combien de temsp n'avais je pas pu pratiquer la médecine? 1an, peut être 2ans, je ne savais plus les repères temporels se brouillaient assez rapidement et les jours défilait comme défile le fil que l'on tisse sur une toile, mais cette toile n'était pas n'importe laquelle, c'était ma vie purement et simplement. La douce mélodie des arbres me faisait me sortir de ems songes, ha les voix des arbres, si calme, si doux, mais à la fois si vieu et si puissant! Il n'était à n'en pas douter que la forêt dans laquelle nous nous trouvions était très vieille mais également très noble, elle inspirait le respect pour les créature qui, comme moi, sentons les vibrations de la terre et l'harmonie entre les chairs.
Notre conversation continuait, Luhiel semblait très mélancolique, très pensive, peut être était ce un aspect de sa personnalité, mais cela m'attristait quelque peu, je la regardais alors, penchant légèrement la tête dans une rotation à 30° comme pour apprécier ses paroles sous un autre angle je lui répondait...
"Celle ci trouve qu'il ne faut pas dramatiser les chose comme vous le fait, celle ci pense que même s'il y a eu des heures sombres elles prévoit toujorus le retour du soleil, comme le printemps après l'hiver. Ecoutez celle ci, Luhiel, bien que le passé soit pour tous très prenant, si l'on s'y perd alors il n'y a pas d'avenir et puis... (mon ton changea alors radicalement) vous êtes bien trop jeune et trop belle pour ne pas profiter de la vie, celle ci en est certaine!"
Je n'avais aucune gène à parler avec Luhiel, peut être parce que j'étais plus au courant de la situation dans laquelle nous nous trouvions qu'elle, mais elle s'était détendue depuis le départ et cela était une bonne chose, cela me permettait d'être également moins sur mes gardes, j'avais appris qu'un humain stressé a de forte propensions a jouer avec son épée et à s'en servir pour des raisons plus mince qu'un humain détendu.
Je regardais Luhiel, remettant ma tête dans un axe qui semblait déjà plus probable je semblait m'étirer de la tête à la queue en passant par les oreilles, mes msucles commençaient à se mettre au repos et forcément de ce fait cela impliqué certains rituels auxquels je ne pouvais déroger...
J'écoutais cependant attentivement Luhiel alors que je me réallonger tranquillement mes deux pattes avant se croisant, je ne dis presque rien alors en réponse...
"Êtes vous voyante Luhiel? Celle ci pense que non, alors celle ci va vour dire que personne ne peut savoir de quoi demain est fait et que nul ne sait ce qui est possible ou non dans un avenir lointain. Et celle ci ne vous vois pas comme quelqu'un de lâche, vous essaierai quand même Luhiel, cela celle ci le sait"
Je la voyais, me regardant, mon pelage semblait briller, la position du soleil faisait que j'étais presque aussi repérable désormais qu'un phare au milieu de la nuit, c'était pour cela que je préférais la lune, elle était plus douce et ses rayon moins agressif ne réfléchissant pas mon pelage. Mais lrosque Luhiel formula sa question, elle employa le mot bizarre, ce qui était assez innatendu...
"Bizarre? Vous pensez que celle ci est bizarre alors que des griffes lui sortent des mains (j'étais assez vexée de ce terme et je pouvais être piquante quand je le désirais), vous êtes plus intelligente que cela Luhiel, pourquoi employer un terme aussi vulgaire pour désigner ce que vous ne comprenez pas, celle ci n'a jamais dit de Luhiel qu'elle était bizarre, même si elle parle à une louve en ce moment..."
Une fois les choses remise à peu près droite mon air vexé se dissipa, je ne pouvais pas rester en colère très lontemps, je pardonnais assez facilement et j'irai même jusqu'à pardonner à mes pires ennemis, ma naïveté me perdrais surement un jour, alors avant que Luhiel n'ai put répondre, je me retournai vers elle, l'air satisfait et plein d'entrain lorsque je me posai à côté d'elle approchant mon pelage au plus près, mais mieux valait qu'elle ne me touche pas, pas encore...
"Le pelage de celle ci est du métal, si fin et si résitant qu'il coupe au moindre contact c'est un alliage que celle ne connait pas mais si l'on devait le décrire on pourrait dire qu'il ressemble à de l'airain, tout comme les crocs de celle ci son en argent, heureusement cela ne laisse pas de gout dans la gueule"
Bien que j'en parlais avec facilité ces sujets me tenaient à coeur et je n'insistais pas dessus, ce n'était pas le moment de parler de ça et je n'allais certainement pas me laisser retrousser les babines pour qu'elle puisse admirer mes magnifiques crocs acérés. Car Luhiel venait certainement de s'en rendre compte par cette description mais je n'étais finalement qu'une machine à tuer et que si je le désirais réellement je pourrais tuer quiconque sur ma route, mais mon expression était trop douce pour que l'on puisse croire cela.
Lorsque Luhiel me parlai de ses nourrices j'étais totalement bouche bée, enfin gueule bée, comment une nourrice pouvait elle se comporter ainsi. Mais mes esprits me revinrent lorsqu'elle parla de ma famille, rien ne pouvait me rendre plus nostalgique, me levant alors de la pierre je regardais une mare d'eau à peu près clair non loin de nous et m'en approchais, semblant me perdre dans mon propre reflet comme au milieu d'un songe immortel qui hantait mon esprit je ne dis rien pendant de très longues secondes, lorsqu'enfin...
"Les nourrices chez les loups jouent avec les louveteau, les fait se rencontrer et discutent entre elles, les nourissent bien sur mais cela ne fait pas parti de la majorité de leur temps"
Marquant une nouvelle pause je fis signe à Luhiel de se rapproche de moi avec la tête...
"La famille de celle ci est bien loin désormais, celle ci ne s'en souviens plus tellement, parfois celle ci se penche sur une petite flaque d'eau et pense à eux, alors leur image apparait dans le liquide stagnant, comme le reflet de mon esprit, regardez..."
L'eau se brouilla en effet pour laisser apparaitre successivement trois visages, le premier, celui d'un homme était très flou, on en distinguait que les contours, mais aucun traits précis sur le visage, on le voyait seulement robuste et bien habillé arobrant un fier sourire qu'il sembla que j'imitais alors que je regardais l'eau, ma truffe à quelques centimètres je murmurais...
"Père..."
Puis vint un autre visage, celui d'une femme, ce visage était bien plus net, une magnifique elfe aux cheveux des blés, elle était gracieuse et sembla être se vivante en se retournant vers moi...
"Mère..."
Et le troisième visage n'était qu'une ombre noire, une ombre dont je ne parvenais plus à me souvenir le visage, mais cela aurait du être le miens, les trois image s'assemblèrent pour forme un magnifique portrait d'une famille heureusement, puis l'eau se brouilla de nouveau, ne laissant plus rien paraitre...
"Celle ci n'a pas connu d'autre famille depuis ce temps (le ton était légèrement lourd et moins enjoué que tout à l'heure, il faisait plus humain) celle ci n'a jamais trouvé de loup pour partager sa vie, celle ci avait rjeoint une meute il fut un temps, mais ce temps n'est plus..."
Me sortant de ma torpeur comme un petit déclic, une sorte de miracle dont seuls les loups sont capable je ne dis plus rien, et je regardais Luhiel

"Celle ci trouve que vous êtes très animal Luhiel, mais cela lui plait, un peu comme celle ci en quelque sorte, mais les poils en moins! (cela ressemblait fortement à de l'humour et les mots lourds d'il y a quelques instant ne semblaient pas avoir existés) Seuls les elfes sont capable d'avoir ce genre de sens, tout du moins à ce que celle ci en sait. Vous êtes curieuse Luhiel, celle ci aime cela et cela l'amuse énormément! Mais la louve que celle ci n'est dut qu'à son propre fait , cette forme a servit à celle ci à se cacher d'hommes qui voulaient en faire leur épouse et qui trouvaient que celle ci posait trop de questions sur la mort du père de son père, alors celle ci a développé ce pouvoir, mais c'était trop tôt et depuis celle ci sais comment revenir en arrière, mais cela ne la dérange pas trop finalement"
Un pieu mensonge, car bien que j'aimais être louve, retrouver ma mère était l'un de mes souhaits les plus chers que jen'osais imaginer du fait que cela lui briserait le coeur, et même elfe, elle mourrait de chagrin, mais finalement ce n'était pas tellement mentir, alors j'étais satisfaite, regardant Luhiel avec intérêt je restais là et je l'coutais calmement, toute crainte ou presque ayant disparue...
"Celle ci n'est pas d'accord, tout les animaux ne vivent pas dans une aprfaite harmonie, certaines races se détestent et son totalement incompatible, mais aucune chasse, aucune querelle n'arrive sans raison, alors que celle ci a déjà vu des hommes faire la guerre juste pour s'amuser. Comment peut on s'amuser à ôter al vie Luhiel? L'homme a perdu ses isntinct, il les mêlent à ce qu'il nomme raison et cela provoque ces instinct qui ne sont finalement pas ceux des animaux, celle ci a déjà entendu des arbres mieux raisonner que des humains et pourtant hormis sur la quelité de leur fruits, les arbres ne sont pas des grands bavards! Ha si ils écrivent des contes, et des chansons sur ceux qu'ils voient apsser, celle ci aqime à les écouter leur voix est tellement mélodieuse"

Je parlais de converser avec les arbre, aussi naturellement qu'un humain parlerai avec un autre humain, mais le fait d'avoir été et d'être toujours un animal, en plus d emes origines elfiques, m'avait appris à concevoir l'univers en tant qu'un tout, une conception moniste des choses qui me paraissait on ne peut plus crédible et logique avec son côté déterministe de cause et effet, tout était si logique pour moi que je ne voyais aucune raison de l'expliquer. Je semblais très heureuse que Luhiel accepte que je l'accompagne, bien sur je ne le manifestais pas comme un chien à qui l'on sortirai la laisse pour le promener mais j'étais heureuse et cela se lisait dans mes yeux et puis de totues façon je n'avais jamais vu les choses autrements...
"Et pourquoi dans notre quête de trouver une solution à l'état de celle ci ne tenterions nous pas de nous distraire aussi et qui sait, peut être que Luhiel rencontrera un beau mâle!"
Si j'avais été humaine j'aurais été prise d'un fou rire sans borne, ma question qui avait suivit sur le fait de savoir si elle avait quelqu'un ou non était la conséquence logique de ce fou rire mais cel m'amusait énormément. Lorsque j'avais flairé la main de Luhiel j'avais compris que je pouvais avoir confiance et que ma vigilence ne devrait plus être tournée vers elle, inclinant légèrement la tête comme signe d'accord mutuelle sur notre collaboration qui prenait acte dès à présent. J'écoutais Luhiel me parler de son petit tigre, cela se sentait qu'elle l'appréciait énormément et qu'il lui manquait, mais je ne comprenais pas tellement ces termes de tristesse lorsqu'il y avait une perte ou un départ... lorsqu'elle me parlai de son compagnon je compris pourquoi elle était si malheureuse mais je lui dis, ma truffe légèrement collé contre sa vie pour qu'elle ressente une aprcelle de l'harmonie que j'avais avec toute chose m'entourant...
"Nous sommes tous destiné à retourner auprès de celle qui nous a donné la vie, certain doivent partir pour que d'autre puissent voir le jour, parfois ceux qui disparaissent nous sont proche, mais dans ses moment celle ci n'est plus triste, car elle a compris que l'âme retourne auprès de la plus grande des Déesses et qu'en chacun de nous réside une partie de ce que l'autre a laissé. La vie est ainsi faite et parfois nous devons nous séparer des comagnons, pour un temps puis ils reviennent ensuite, mais ce n'est pas la tristesse qui doit envahir nos coeur, car si l'on écoute bien nous pouvons entendre leurs pensées qui vont vers nous. Cromprenez vous Luhiel? Rien en ce monde n'est jamais perdu, pas même votre comapgnon, qu'il soit animal ou humain; bien que celle ci préférerait rencontrer le tigre de Luhiel plutôt que son mari!"
La fin de la phrase était tellement en contraste avec le début que l'on aurait dit que ce n'était plus la même personne qui parlait, mais avant de partir je devais proposer quelque chose à Luhiel...
"Voulez vous que celle ci vous le permette Luhiel? De parler avec ceux qui ne sont plus sur cette Terre ou ceux qui sont éloignés de vous? Celle ci connait un moyen! Venez!"
Je me mis alors à courir comme une folle, heureuse de pouvoir montrer mon petit paradis secret à quelqu'un il allait falloir courir pendant plusieurs jours alors ceci est une autre aprtie de l'histoire...


Revenir en haut Aller en bas
Luhiel Symanth

avatar

Féminin
Nombre de messages : 204
Age : 30
Camp : Malarian
Date d'inscription : 04/09/2009

MessageSujet: Re: La battue [PV Luhiel]   Sam 23 Jan - 14:58

De son côté si elle appréciait cette « conversation », Luhiel n'aimait pas pour autant la tournure qu'elle prenait car cela lui semblait trop dangereux. Trop de questions et une entente difficile à maintenir car leurs différences étaient nombreuses. Il ne s'agissait même pas de la nature à demi-animale de Polgara, non. C'était quelque chose de plus complexe et plus ancré encore. Se refermant comme une huître de la même manière qu'elle avait subitement relâché la pression, Luhiel se mit sur ses gardes bien qu'elle sache que physiquement elle n'avait plus grand chose à craindre. Disons simplement que son interlocutrice ne pouvait pas comprendre les raisons de sa mélancolie, et elle ne pouvait pas non plus exiger d'elle que cela change. Leurs vécus étaient trop distincts pour qu'elles puissent se retrouver sur certains points... La voir parler des choses qu'elle ne pouvait comprendre ou appréhender la fit sourire ironiquement. Mais bien sûr, il est certain qu'avec tout ce qui lui était tombé dessus depuis deux ans, elle devrait à l'heure actuelle commencer à gambader dans les prés, sautillant de joie pour tout ce qui lui avait été offert, c'était évident ! Pff.

Si Luhiel ne se trouvait pas assez d'animosité envers la chimère au point de lui en vouloir vraiment, il n'en restait pas moins que ce genre de discours simplistes avait toujours eu le don de la rendre encore plus amère qu'elle ne l'était déjà. Polgara n'était pas la première et ne serait certainement pas la dernière à discourir de la sorte. Gardant la louve dans son champ de vision par habitude, la Malarian se tint toujours assise et droite, sans bouger malgré l'inconfort. Il lui faudrait bien plus que ça pour la troubler, et l'entrainement draconien auquel elle avait été soumise la rendait peu sensible à ce genre de détails. Ne pouvant toutefois s'empêcher de rebondir sur au moins quelques bribes de ce qu'elle avait dit, Luhiel lui dit:

- Nous sommes tous lâches tous autant que nous sommes, quelques uns plus que d'autres voilà tout. Il n'existe pas de Vertu absolue pas plus que de Vice absolu. Pour ce qui est des autres, chacun doit porter le poids de ses actes et de ses choix. Pour ma part je porte celui des miens et c'est déjà pas mal. En mon âme et conscience je sais que je suis la meilleure juge pour mon cas, ce pourquoi si mes fautes n'ont pas de pardon, au moins elles sont potentiellement évitables à venir...

Non elle n'avait pas relevé l'humour lupin, sûrement parce qu'au contraire de Polgara elle n'était pas capable de jongler entre ses humeurs avec facilité... et peut être aussi parce qu'il n'était pas vraiment dans sa nature de plaisanter. Solitaire sempiternelle c'était surtout avec les animaux qu'elle était parvenue à communiquer et développer des amitiés de longue durée... En fait il n'était pas erroné de dire qu'elle avait un lien plus profond avec eux qu'avec ses semblables. C'était peut être ridicule pour certains, incongru pour d'autres, mais pour elle c'était une réalité comme n'importe quelle autre. Observant cette étrange louve qui apparemment n'en était pas une, ses mirettes se perdirent dans le pelage particulier de la chimère avec un brin de curiosité. C'est certain que l'on ne pouvait qu'être soit atterré soit admiratif devant la beauté presque surnaturelle de cette texture inexpliquée, devant cette nature mêlée et complexe... La voyant se vexer, elle leva un instant les yeux au ciel de consternation. Décidément si en plus elle relevait ce qu'elle disait à chaque fois comme si elle avait commis un crime, elles ne s'en sortiraient jamais !

- C'est normal chez ceux de ma caste. Cela fait partie d'un rituel ancien que de se faire greffer des griffes sur les poings... c'est un savoir ancestral qui fait de nous ce que nous sommes... Des Malarians. Ces serres sont bien plus qu'une simple arme, elles sont le symbole de la Justice qui perdure malgré les assauts incessants des Démons et autres créatures maléfiques... elles sont le signe que dans le cœur de l'Humanité il y a des ressources insoupçonnées. Car au final nous sommes réunis par une force plus grande et plus noble que le bon vouloir des rois. Nous sommes indépendants et servons une cause et non une couronne. Nous venons de tous horizons, de toutes races pour peu que nous ayons la force de nous opposer à l'ennemi et que nous gardions l'humilité des premiers jours.

Prendre la mouche pour la simple utilisation d'un mot courant de notre langage est aussi peu constructif que maladroit. Je ne l'ai pas employé à mal ni avec une connotation péjorative... L'interprétation reste libre c'est vrai, mais ça c'est encore une autre histoire ! Maintenant les choses sont simples, si je suis si idiote de parler à une louve, alors pourquoi suis-je apparemment la seule à m'en donner la peine? Suis-je donc la seule idiote d'Erade??


Il n'y avait pas d'animosité dans ses paroles, mais par contre il y avait une posture défensive face à sa dignité menacée. Certes oui c'était risible de se dire qu'elle perdait son temps à se justifier devant une louve... mais c'était probablement parce qu'elle commençait à la voir comme plus que ça. Réflexe de sa fréquentation d'Asha sûrement, mais il est vrai que pour Luhiel autant le respect devait être égal qu'elle soit en face d'un bipède ou d'une bête, autant il n'était pas question de se laisser marcher sur les pieds même par ces dernières... Soupirant en voyant qu'une fois de plus la chimère semblait se détourner du sujet de base avec facilité, la Malarian fronça les sourcils. Elle s'était sentie obligée de défendre sa caste, pour une fois qu'elle en avait l'occasion sans déclencher d'émeutes. C'était si rare de pouvoir en discuter en défendant simplement son point de vue... Après tout ils étaient devenus une sorte de marginaux avec le temps, car toutes les dynasties préféraient les reléguer au titre de héros des temps passés, se disant qu'ils ne les auraient plus dans les pattes. Erreur. Ils étaient juste plus discrets... Car ils avaient appris de leurs erreurs de jadis. Se sur-estimer comme lors de l'histoire de l'artefact dérobé par les Ombres c'était hors de question !

Par ailleurs le pelage coruscant de la louve l'intriguait, et bien qu'elle ne s'aventure pas à le toucher, elle en approcha son nez pour le flairer... un peu comme l'avait fait Polgara auparavant. Non elle ne l'imitait pas, c'était peut être le plus paradoxal. C'était un vieux réflexe de ce que lui avait appris Asha il y a des années. Elle avait un don pour ce qui était de ses sens, alors autant l'utiliser... C'était du moins ce que ce dernier avait toujours défendu. Polgara sentait la forêt, les senteurs vespérales et sylvestres mais aussi évidemment celle de sang frais qui était forcément assez forte. Ne faisant pas de commentaires sur ce qui lui parvenait aux narines, elle se dit qu'au moins ce genre de comportements ne serait pas mal interprété par sa compagne du moment, qui devait être plus à l'aise dans ce genre de registre, plus proche de sa condition actuelle. Écoutant les explications assez sommaires qui lui étaient offertes, Luhiel aurait bien voulu en savoir plus mais préféra ne pas trop forcer. Après tout ce n'était pas le temps qui manquait...

- Oui de l'airain argenté... cela y ressemble bien qu'il soit heureusement plus malléable. J'aurais bien pris le temps de faire quelques recherches dans la bibliothèque de la cité Mannam, mais il faut dire que cela fait bien longtemps que je n'ai pas le temps de m'y reposer. Peut être que je pourrais y trouver quelque chose sur les personnes prisonnières dans l'enveloppe charnelle d'un animal qui sait. Cela me rappelle juste une vieille légende, mais tout est flou dans ma mémoire et je ne veux pas dire de bêtises. Je vais y songer et j'en reparlerai une fois que j'aurai plus de souvenirs à ce sujet...

Malgré leur altercation quelque peu... colorée, la guerrière aurait bien voulu l'aider davantage qu'à tuer quelques chasseurs sans expérience. Cependant le problème était pour le moins complexe, ce qui promettait de ne pas leur simplifier la vie pour ce qui était de trouver une réponse adéquate. Le plus logique serait de consulter un magicien qui pourrait peut être au moins leur expliquer le souci, mais il faudrait se méfier de toutes les personnes mal intentionnées qui pourraient tenter de profiter de l'occasion pour user de la chimère comme d'une bête de foire. Certes on ne pouvait pas encore parler d'affection ni d'amitié, mais au moins par souci de justice, il était hors de question pour Luhiel de laisser ce genre de choses voir le jour. Néanmoins la conversation prit encore une autre tournure qui la détourna de ces pensées pour quelque chose de plus terrestre. Suivant son interlocutrice improbable tout en méditant sommairement sur les paroles au sujet des loups et de leurs méthodes d'éducation si on pouvait l'appeler de la sorte, elle contempla les petites flaques assez attentivement, finissant par y distinguer une famille à l'air heureux. Deux des visages étaient plutôt flous ce qui l'empêcha de pouvoir se faire une vraie idée, mais Luhiel l'imaginait aisément. Murmurant malgré elle, elle lui dit:

- Je suis presque sûre que sous l'autre forme vous ressemblez assez fortement à votre mère... Vous devez être très jolie ! Moi de mon côté... je n'ai pas connu ma mère comme je te l'ai dit...

Un visage apparut alors seulement doté d'yeux bleus très brillants et de longs cheveux blonds... Une certaine aura s'en dégageait sans que l'on puisse expliquer pourquoi, mais étant donné que Luhiel n'avait jamais vu sa mère que quelques heures, il lui était impossible de créer un visage dans sa tête. Seuls les yeux et les cheveux l'étaient car sans cesse son père et ses frères lui disaient qu'elle avait les mêmes... Ensuite l'image changea doucement pour laisser apparaître un homme beau mais austère, barbu et l'air peu commode. Son agressivité était si prenante que l'on pouvait facilement se demander si il n'allait pas sortir de cette étendue aqueuse pour les étrangler... Ne voulant pas s'infliger ce supplice plus longtemps, la demoiselle se bougea pour approcher une flaque plus grande encore. Sa concentration était totale car faire cela n'était pas épuisant mais demandait du sérieux. Plus vrais que nature apparurent alors trois visages ensemble, tous sourires même si cette image n'avait jamais été vraiment capturée. La Malarian et les jumeaux Caym et Sparda se dressaient dans la mare, chacun selon son style. Le premier des deux garçons offrait seulement un demi sourire empli de mystère, avec sa peau lisse d'adolescent, tandis que le second était déjà barbu et fier de l'être, exhibant ses dents blanches avec franchise. Luhiel au milieu était plus discrète et effacée, le visage fermé mais heureux tant qu'elle était en leur compagnie. Deux longues nattes blondes et des vêtements modestes signaient sa condition, de laquelle elle ne semblait pourtant pas avoir honte, loin de là.

- On ne peut pas refaire une famille avec facilité lorsque l'on a perdu la sienne... et ce peu importent les raisons au fond. Je comprends pourquoi tu vous avez préféré rester seule, je dirais même que parfois c'est le mieux à faire pour se retrouver.

La laissant l'observer malgré un certain malaise car elle n'aimait pas être le centre des attentions, la Guerrière demeura immobile et pensive, profitant de cette période de calme pour essayer de reprendre ses esprits. Penser et surtout voir une image de ses frères aussi ancienne soit-elle ne lui plaisait pas le moins du monde, car cela réveillait son lot de mauvais souvenirs... ou plutôt de bons souvenirs devenus amers. Des longues années d'attente de quelque chose, n'importe quoi... Pour ne cueillir que le silence et le désespoir. Jamais pendant cette décennie ils n'avaient envoyé la moindre nouvelle, et de plus si elle savait qu'ils étaient encore de ce monde, c'était bien parce que son paternel avait daigné le lui dire. Comme si ce genre d'informations vitales était un cadeau... Soupirant, elle leva les yeux vers Polgara, se demandant ce qu'elle allait faire ou dire cette fois. Un petit sourire naquit sur ses lèvres.

- Je ne peux me résoudre à ce que cette comparaison soit péjorative, donc je verrai ça pour un compliment. Hum... je vois. J'ignore comment il est possible de développer le pouvoir de se transformer de la sorte, mais ce qui est certain c'est que ce n'est pas monnaie courante. Cela me rappelle juste cette histoire de ces créatures... Ces créatures anciennes. J'ai lu il y a longtemps un livre qui parlait d'anciennes créatures qui avaient disparu avec le temps, et je me souviens d'une légende antique qui parlait d'êtres humains ou elfes... des bipèdes en somme, qui pouvaient se transformer en animaux, soit volontairement soit sans le vouloir. C'est peut être votre cas, et je pense qu'il serait utile de mener l'enquête à ce sujet afin d'au moins trouver comment faire. Peut être que vous préfèreriez garder cette apparence, cependant je pense que savoir comment inverser le processus peut être très utile, qu'en pensez vous?

Concernant les animaux, tout dépend je suppose de ce que l'on considère comme « l'harmonie ». Pour ma part je ne conçois pas qu'il soit possible de survivre dans un monde ou tout le monde se vaut. Ce serait certes magnifique, mais il faut accepter que ce n'est pas une réalité destinée à voir le jour. Tout le monde meurt, la Faucheuse est la seule loi inviolable par tous. Les faibles meurent juste plus vite que les forts, que ce soit parce qu'ils ont été tués ou dévorés ou juste de vieillesse. Je n'aime pas tout réduire à cela mais le fait est que c'est une constante dans la Nature. Ceci dit, on ne peut pas considérer qu'un animal tuant pour se nourrir est mauvais, pas plus qu'un homme qui chasse par besoin. Ce que je considère comme mauvais ce sont ceux qui tuent par plaisir, qui tuent par envie et non par nécessité. Et ça c'est un crime... que seuls les bipèdes peuvent commettre. Ce n'est pas l'instinct qui cause la mort... Puisque ce dernier est plus développé chez les bêtes et que ces dernières ne le font pas. Non... C'est le meurtre de sang froid qui est véritablement une plaie.


Toujours assise à côté des flaques d'eau, Luhiel ne semblait pas avoir de scrupules à entamer une conversation versant dans le philosophique avec ce qui n'était d'apparence qu'une louve. Mais peut être était-ce là la richesse principale de l'Otianaise,... Celle de voir au delà des images que renvoyaient les choses. Mais une autre remarque farfelue de la louve lui fit afficher une mine incrédule. Elle revenait déjà à la charge à ce niveau? Il lui faudrait certainement quelques temps avant de comprendre et accepter que tenter de la caser était peine perdue...

- Oui nous pouvons nous divertir, cependant je doute que cette recherche soit la plus importante. À vrai dire je pense même que c'est totalement aberrant. Le plus important serait d'essayer de trouver une solution à votre problème de transformation... Ainsi vous pourrez aller libre dans les différents royaumes, et puis prendre la forme animale à volonté si tant est que vous le décidez.

Luhiel n'avait à l'heure actuelle pas de destination fixée, pas de prochain arrêt dans son périple. Pour l'instant elle manquait de tout, à commencer par des informations... alors consulter quelques contacts de confiance était le plus logique. Cependant elle était touchée par cette femme prisonnière de sa condition, et quelque chose d'invisible la poussait à l'aider. Cette sacrosainte pulsion Malarianne sans doute...

- Je connais bien la Mort, je la côtoie tous les jours que je le décide ou non, je ne suis pas sans savoir que c'est un cycle qui ne doit pas être rompu, bien que cela soit impossible à accepter en nos cœurs. J'ai gardé quelques uns de ces malheureux idéaux de jadis mais je ne suis pas stupide, je sais bien que ce n'est qu'un désir égoïste de ma part de retrouver ce qui n'est plus. Mais est-ce qu'à votre avis l'envie de stopper ce sentiment suffit à le faire disparaître?? Évidemment que non. Les choses ne sont pas aussi faciles, et quand bien même nos raisons parviennent à distinguer ce qu'il en est, notre cœur lui n'est pas d'accord. Je suis veuve mais pas idiote...

La Blondine avait bien compris que Polgara avait un grand côté lunatique, la poussant à passer du coq à l'âne avec un naturel déconcertant, mais il ne lui était juste pas possible de plaisanter ou de sourire quand il était question de sujets lui tenant tant à cœur. Ce n'était déjà pas habituel qu'elle consente à en parler tout court, alors il ne fallait pas trop lui en demander... Fronçant alors les sourcils, elle se sentit obligée de suivre sa nouvelle amie dans sa course folle. Elle n'eut pas trop de mal à la suivre à l'odeur même lorsque par moments elle la perdit de vue dans les arbustes... Mais lorsqu'elle s'arrêta, elle préféra lui dire franchement sa façon de penser.

- Je ne pense pas que ce soit une bonne idée de communiquer de près ou de loin avec ceux qui ont disparu. Je ne veux pas me faire du mal inutilement, car voir des visages que je suis censée ignorer me fera plus de mal que de bien... Cependant je pense que peut être vous devriez en faire l'expérience... J'ai comme le présentiment que vous souvenir de qui vous étiez vous aidera à reprendre le contrôle de votre corps et qui sait un jour, de maîtriser cette mystérieuse métamorphose...
Revenir en haut Aller en bas
Polgara

avatar

Féminin
Nombre de messages : 21
Age : 30
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Re: La battue [PV Luhiel]   Mar 22 Juin - 18:36

Nous y arrivâmes enfin, sans que Luhiel ne put dire quoique ce soit, je l'avais emmener là où je voulais, voir ses ancêtres, voir le passé, mais également, le présent et le futur, tel était l'endroit où j'avais décidé d'emmener la malarian pour répondre à ses questions à ces interrogations et alors qu'elle me parlait...
"Chut, vous devez vous taire à présent et observer la magie des elfes, la magie du peuple de celle ci..."
Et alors que je m'approchais délicatement de l'arbre qui semblait être un immense saule pleureur, l'heure arrivait bientôt, je restais là en silence, pendant de très longues minutes, lorsqu'enfin le soleil commença à disparaitre à l'horizon, que la forêt elle même s'endormait, alors un magnifique spectacle se produisit, une lumière semblable à une fummée immatérielle envahie l'endroit où nous étions, tel un spectre implacable s'étendant dans chacune des feuilles du moindre buisson de la forêt. La barrière se créait peu à peu, je restais assise à contempler sous nous, autour de nous, au dessus de nous, la nature se changeait, le bruit clair d'une rivière se fit entendre, pour laisser place au paysage d'un autre monde, issu de la magie des elfes des temps anciens. Capable des plus grandes beautés de toute la création, la main des Dieux eux même semblaient s'être porté sur cet endroit devenant peu à peu le sanctuaire des âmes perdu, l'endroit le plus profond de la forêt, devant lequel en pleine journée on pouvait passer sans s'en rendre compte, mais où la nuit nous y conduisait par nécessité et destiné. Lors la lune fut haute dans le ciel et que rien ni personne d'autre ne pouvait faire obstacle à ce merveilleux pouvoir, alors le saule lui aussi devint tel un fantome, chacune de ses feuilles et de ses branches devenant translucide et son tronc irradiant d'un vert merveilleux, comme s'il s'agissait d'un arbre jeune et fort, alors qu'il avait plusieurs milliers d'années.
Je rompis enfin le silence...
"Celle ci sait ce que vous vous dites, celle ci n'a pas répondu à toutes vos questions, vous parler à celle ci car celle ci vous a parler, ainsi vous n'êtes pas idiote, celle ci vous a adressé la parole chose qu'elle ne fait jamais habituellement. Mais soyez sûr d'une chose, celle ci saura s'occuper d'elle, vous faut il encore que vous puissiez vous occuper de vous, celle ci en doute car vous disparaissez derrière votre cause, aussi noble soit elle, celle ci pense que vous devriez vous accorder un peu de répis."
Je me mis alors à réciter un chant que j'avais apprise étant petite, mais à la manière des loups...

"Aussi longtemps que les astre du jour et de la nuit dureront
Aussi longtemps que des grands Roi régneront
Alors le monde entier sera en sécurité
Mais viendra un jou où le mal sera à son apogé
Viendront alors ceux de la destiné
Celle ci les conduira par nécéssité
Découvrir enfin ce que le temps
Malgré les douleurs du passé
Pourra leur apporter au présent"
Divaguer ainsi n'était pas si rare pour moi, c'était un vieux chant issue du peuple elfique, une prophétie du fond des âges venant d'outre tombe et que les animaux de la forêt eux même connaissaient car l'espoir devait vivre, il devait aller jusqu'au bout pour que jamais les hordes démoniaques ne tombent sur Erade.
"Celle ci vous a mené à la source, une larme d'Ether est tombé ici il y a bien des millénaires et chaque soir elle offre la possibilité à une personne de voir ce qu'elle deviendra et qui elle rencontrera, ce soir, les Dieux ont guidés celle ci pour que vous trouviez cet endroit. Penez de l'eau avec le morceau d'écorce du saule et demandez lui de vous montrez... mais une seule prière peu lui être adressé. Il faut que celle ci vous le dise, choisir entre le passé, le présent et le futur vous devrez."
Je pris alors le morceau d'écorce au pied de l'arbre et le rapporta dans ma gueule à Luhiel, elle devait le faire, pour son bien, pour qu'elle puisse comprendre que je n'étais finalement qu'une messagère, que bientôt j'allais disparaitre de sa vie, ne lui laissant qu'un vague souvenir alors qu'elle aurait trouvé vers qui elle devait aller et où elle devrait se tourner. Mais choisir le passé était également possible, découvrir ses origines étaient parfois bon, mais faisaient se rebutter les gens sur l'avenir...
"Celle ci a déjà fait le choix de voir son avenir, elle y a vu celle qu'elle allait devenir, elle vous avez vu. C'est pourquoi elle est si réjouit; le passé, celle ci s'en rappelera en temps utile, mais elle ne veut pas se souvenir de choses qu'elle ne pourra pas retrouver..."
Laissant alors le silence planer je me couchais comme pour attendre la réponse de Luhiel, quoiqu'elle décide, cela aurait un impact sur son futur, sur ce qu'elle allait devenir, même si elle ne se souviendrai pas de tout, qu'elle ne verrait pas tout, elle verrait ce que son coeur, quand bien même était il sous des couches de métal, aspirait à voir. Une douce mélopée nous entoura, des luciole s'élevèrent pour rendre ce lieu encore plus magique qu'il n'était déjà. L'eau était toute proche, dans laquelle des stries multicolores s'avançait, nous aurions dit, dans un autre temps et un autre monde qu'Elysion s'était ouvert devant nous.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La battue [PV Luhiel]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La battue [PV Luhiel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La destinée de l'Erade :: La Destinée de l'Erade :: ARCHIVES :: Archives RP-
Sauter vers: